Liste des camps de concentration nazis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette liste comprend les camps de concentration, les camps de concentration de jeunes, les camps d'extermination, camps de transit et divers autres camps similaires de la période du Troisième Reich.

Carte[modifier | modifier le code]

Carte des camps de concentration nazis

Camps de concentration des années 1930[modifier | modifier le code]

Les premiers camps de concentration (auparavant souvent dénommés camps de concentration « sauvages ») regroupent les camps créés après la prise de pouvoir par Adolf Hitler, de manière non systématique et dans des conditions différentes de rattachement, afin d'éliminer les opposants politiques au nazisme.

Ils partagent pour caractéristique, une construction toujours antérieure à la création de « l'inspection des camps de concentration », pour la plupart une existence assez courte, et un rattachement diversifié : SA, SS, ministère de l'intérieur etc.

Bien que quelques-uns de ces camps aient été plus tard intégrés dans le système des camps de concentration de la SS, on les considère comme des camps de concentration « précoces » lorsqu'ils ont été construits puis fermés avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ou lorsque leur fonction a été par la suite modifiée.

Le camp de Dachau fait exception puisqu'il sera le seul de ces camps à rester utilisé jusqu'à la fin de la guerre et servira de prototype à tous les camps de concentration ultérieurs.

Nom Pays
Type Dates Nombre
de prisonniers (estimation)
Nombre
de morts (estimation)
Bad Sulza Allemagne Camp de concentration Juillet 1933 - juillet 1937 850 -
Benninghausen Allemagne Camp de concentration de la SA 29 mars 1933 - 28 septembre 1933 344 Indéterminé
Börgermoor Allemagne Camp de concentration
-
- - -
Brandebourg-sur-la-Havel Allemagne Camp de concentration
Plus tard institution de mise à mort du Programme Aktion T4
Août 1933 - février 1934 Entre 1 000 et 1 200 Au moins 3 jusqu'à 1934 (camp de concentration) ; 9 772 en 1940 (Programme Aktion T4)
Breitenau Allemagne Camp de concentration
Plus tard « camp d'éducation par le travail »
Juin 1933 - mars 1934
Respectivement 1940 - 1945
Respectivement 470 et 8 500 -
Columbia-Haus
(Berlin-Tempelhof)
Allemagne Prison de la Gestapo et camp de concentration 27 décembre 1934 - 5 décembre 1936 Environ 10 000 -
Camps du Pays de l'Ems (plusieurs petits camps) Allemagne Jusqu'à 1936 camp de concentration
Ensuite camp pénitentiaire
1933 - 1945 Environ 80 000 détenus et prisonniers
De 100 à 180 000 prisonniers de guerre
Environ 30 000 (principalement des prisonniers de guerre soviétiques)
Heuberg
Plus tard déplacé vers le camp d'Oberer Kuhberg (Ulm)
Allemagne Camp de détention préventive Mars 1933 - novembre 1933 respectivement novembre 1933 - juillet 1935 3000 respectivement 800 -
Hradischko Actuelle République tchèque, à une vingtaine de kilomètres de Prague (Allemagne à l'époque) 1944 - 1945
Kemna Allemagne Camp de concentration Juin 1933 - janvier 1934 4 500 -
Kislau Bade/Allemagne Camp de concentration du ministère de l'intérieur de Bade 21 avril 1933 - 1er avril 1939 - 1
Leschwitz Görlitz/Allemagne Camp de concentration Mars 1933 - 30 août 1933 1000-1500 Inconnu
Lichtenburg
à Prettin
Allemagne Camp de concentration pour hommes puis pour femmes Juin 1933 - 15 mai 1939 - -
Oranienburg Allemagne Camp de regroupement Mars 1933 - juillet 1934 3 000 Au moins 16
Osthofen Allemagne Camp de regroupement Mars 1933 - juillet 1934 - -
Sachsenburg Allemagne Camp de concentration Juin 1933 - juillet 1937 2 000 Au moins 11
Wittmoor
(Hambourg-Lemsahl-Mellingstedt)
Allemagne Camp de détention préventive 31 mars 1933 - 18 octobre 1933 - -

Camps de concentration de l’Inspection des camps de concentration puis Office central administratif et économique de la SS[modifier | modifier le code]

Les camps de concentrations fondés par l’Inspection des camps de concentration, qui pour la plupart sont restés en fonction jusqu'à la fin de la guerre, sont ceux qui sont généralement visés par le terme générique de « camp de concentration ».

D'après un ordre de Himmler, seuls ces camps rattachés à l'Inspection pouvaient être ainsi officiellement considérés comme des camps de concentration (en allemand Konzentrationslager abrégé en KZ).

Plus tard l’Inspection des camps de concentration est devenue l’Office central administratif et économique de la SS (en allemand SS-Wirtschafts- und Verwaltungshauptamt).

Ces camps se caractérisaient, en dehors de leurs conditions de rattachement, par leur structure spécifique et commune calquée sur le « modèle de Dachau » :

  • séparation de la garde entre équipe de commandement d'un côté, toujours divisée en départements sensiblement identiques, et gardiens proprement dits de l'autre,
  • existence d'un système d'affectation de prisonniers à des fonctions identifiées,
  • hiérarchie discriminante fondée sur l'appartenance sociale et prétendue raciale (voir aussi le système de marquage nazi des prisonniers).

Le règlement du camp élaboré en 1933 par Theodor Eicke à Dachau a été généralisé. Les camps érigés par la suite (Sachsenhausen ou Buchenwald) ont utilisé la structure des baraquements de Dachau avec des plans symétriques.

En plus des camps principaux, sont listés également tous les camps annexes.

Nom Pays
Type Usage Nombre estimé
de prisonniers
Nombre estimé
de morts
Arbeitsdorf (Fallersleben) Allemagne Camp de concentration Avril 1942 - octobre 1942 - -
Auschwitz I Pologne Camp de concentration Mai 1940 - janvier 1945 - De 60 000 à 70 000
Auschwitz II - Birkenau Pologne Camp d'extermination Octobre 1941 - janvier 1945 400 000 1 100 000 - 1 500 000
Auschwitz III - Monowitz Pologne Camp de concentration Fin 1942 - janvier 1945 Environ 300 000 Environ 25 000
Bergen-Belsen Allemagne Camp d'échange, camp de concentration Avril 1943 - avril 1945 - 150 000
Buchenwald Allemagne Camp de concentration Juillet 1937 - avril 1945 250 000 56 000
Kochem Allemagne Camp de concentration, annexe de Natzweiler/Struthof Mars 1944 - septembre 1944 - -
Dachau Allemagne Camp de concentration Mars 1933 - avril 1945 200 000 Au moins 30 000
Entrepôt G (Hambourg) Allemagne Camp de concentration, annexe d'Auschwitz Juillet 1944 - avril 1945 3 000  ?
Dora-Mittelbau Allemagne Camp de concentration Septembre 1943 - avril 1945 60 000 Au moins 20 000
Eberswalde Allemagne Camp de concentration, annexe de Sachsenhausen - -
Engerhafe Allemagne Camp de concentration, annexe de Neuengamme Octobre 1944 - décembre 1944 Environ 2200 188
Flossenbürg Allemagne Camp de concentration Mai 1938 - avril 1945 Au moins 100 000 30 000
Gross-Rosen Pologne Camp de concentration Août 1940 - février 1945 125 000 40 000
Hersbruck Allemagne Camp de concentration, annexe de Flossenbürg - -
Vught Pays-Bas Camp de concentration 12 janvier 1943 - début septembre 1944 - 749
Hinzert Allemagne Camp de travail, camp de transit, « Eindeutschungslager » 1er juillet 1940 - début mars 1945 14 000 Au moins 302
Rawa Ruska Ukraine Camp de concentration Juin 1941 - janvier 1943 - 18000
Riga-Kaiserwald Lettonie Camp de concentration Mars 1943 - septembre 1944 - -
Kaufering (près de Landsberg) Allemagne Camp de concentration, camp annexe de Dachau Juin 1944 - avril 1945 30 000 Au moins 14 500
Kaltenkirchen Allemagne Camp de concentration Août 1944 - avril 1945 - Environ 700
Kaunas Lituanie Camp de concentration - -
Ladelund Allemagne Camp de concentration, camp annexe de Neuengamme Novembre 1944 - décembre 1944 Environ 2000 301
Langenstein-Zwieberge Allemagne Camp annexe de Buchenwald Avril 1944 - 11 avril 1945 7 000 2 000
Majdanek (KZ Lublin) Pologne Camp de concentration, camp d'extermination Juillet 1941 - juillet 1944 - 78 000
Mauthausen Autriche Camp de concentration Août 1938 - mai 1945 195 000 Au moins 95 000
Moringen Allemagne Camp de concentration 1933 - mars 1938 - -
Natzweiler-Struthof France Camp de concentration Mai 1941 - septembre 1944 52 000 25 000
Neuengamme Allemagne Camp de concentration 13 décembre 1938 - 4 mai 1945 106 000 55 000
Niederhagen Allemagne Camp de concentration Septembre 1941 - début 1943 3 900 1 285
Płaszów Pologne Camp de concentration Décembre 1942 - janvier 1945 Au moins 150 000 Au moins 9 000
Ravensbrück Allemagne Camp de concentration de femmes Mai 1939 - avril 1945 150 000 70 000 - 90 000
Sachsenhausen Allemagne Camp de concentration Juillet 1936 - avril 1945 Au moins 200 000 100 000
Stutthof Pologne Camp de concentration Septembre 1939 - mai 1945 110 000 65 000
Vaivara Estonie Camp de concentration - -
Varsovie Pologne Camp de concentration - -
Welzheim Allemagne Camp de concentration 1935 - avril 1945 Au moins 2 000 (7)
Wöbbelin Allemagne Camp annexe von Neuengamme, Sterbelager 12 février 1945 - 2 mai 1945 Environ 5 000 > 1 000

Camps d'extermination[modifier | modifier le code]

Les historiens de la Shoah comme Saul Friedländer ou Raoul Hilberg recensent six camps d'extermination qui ont exclusivement ou essentiellement servi à l'exécution organisée et massive d'êtres humains, dont une écrasante majorité de Juifs. Ils sont créés suite à une décision locale, comme Chelmno, dans le cadre de l'Aktion Reinhardt et suite aux décisions de la Conférence de Wannsee. concernant la Solution finale. S'ils se singularisent par l'industrialisation du processus de mise à mort, ils ne peuvent être séparés d'autres lieux d'extermination massive, comme Babi Yar ou Maly Trostenëts.

Nom Dates Nombre
de morts (estimation)
Auschwitz Septembre 1941 - janvier 1945 1 100 000
Belzec Mars 1942 - décembre 1942 434 508 (probablement autour de 600 000)
Chelmno[1] Décembre 1941 - avril 1943 ; avril 1944 - janvier 1945 340 000
Majdanek 80 000
Sobibor Mai 1942 - octobre 1943 250 000
Treblinka Juillet 1942 - novembre 1943 Entre 900 000 et 1 000 000

Camps du Programme Aktion T4[modifier | modifier le code]

Voir Programme Aktion T4.

T4 - Installation d'euthanasie Lieu Bundesland actuel Période de fonctionnement
Grafeneck Gomadingen Bade-Wurtemberg 20 janvier 1940 - décembre 1940
Brandebourg-sur-la-Havel Brandebourg-sur-la-Havel Brandebourg 8 février 1940 - octobre 1940
Hartheim Alkoven près de Linz Autriche 6 mai 1940 - décembre 1944
Sonnenstein Pirna Saxe Juin 1940 - Septembre 1942
Bernburg Bernbourg Saxe-Anhalt 21 novembre 1940 - 30 juillet 1943
Hadamar Hadamar Hesse Janvier 1941 - 31 juillet 1942

Camps de transit[modifier | modifier le code]

Les camps de transit étaient des camps de regroupement dans lesquels les prisonniers étaient enfermés avant d'être envoyés dans les camps d'extermination.

Nom Pays
Type Dates Nombre
de prisonniers (estimation)
Nombre
de morts (estimation)
Malines Belgique Camp de regroupement et de transit. Juillet 1942 à septembre 1944 25 900 -
Drancy France Camp de regroupement et de transit. 20 août 1941 - 18 août 1944 - -
Camp de Royallieu à Compiègne France Camp de regroupement et de transit. Juin 1941 à août 1944 53 000 2 300
Nováky Slovaquie Camp de regroupement et de transit. - -
Risiera di San Sabba Italie Camp de regroupement et de transit. 20 octobre 1943 - 30 avril 1945 20 000 - 25 000 3 000 - 5 000
Sereď Slovaquie Camp de regroupement et de transit. - -
Theresienstadt République tchèque Prison de la Gestapo.
Camp de regroupement et de transit. À des fins de propagande, il fut spécialement arrangé en vue des inspections de la Croix-Rouge.
Juin 1940 - mai 1945
Novembre 1941 - mai 1945
32 000
140 000
2 500
35 000
Westerbork Pays-Bas Camp de regroupement et de transit.
Octobre 1939 - avril 1945 102 000 -
Innsbruck-Reichenau Autriche Camp de transit.
1941 - 1945 8 500 130

Camp de concentration pour jeunes[modifier | modifier le code]

Lieu Pays Type Dates Nombre
de prisonniers (estimation)
Nombre
de morts (estimation)
Moringen Allemagne - 1940 - avril 1945 1 400 Au moins 89
Uckermark Allemagne Jeunes filles / jeunes femmes, plus tard camp d'extermination Juin 1942 - avril 1945  ? Environ 3 000
Łódź Pologne Enfants et jeunes polonais Décembre 1942  ? 500

Divers autres camps similaires[modifier | modifier le code]

Ce sont par exemple les camps d'éducation par le travail, les camps de prisonniers de guerre ou les camps de travail forcé. Ces camps sont difficiles à caractériser en raison de la hiérarchie raciste instaurée par les nazis. Ainsi les prisonniers de guerre alliés occidentaux, considérés comme faisant partie de la « race nordique », étaient généralement bien traités tandis qu'en particulier les soldats de l'Armée rouge étaient confrontés dans leurs camps de prisonniers à des situations similaires à celles des camps de concentration. Même les camps d'éducation par le travail se distinguaient souvent peu des camps de concentration.

Nom Pays
Type Dates Nombre
de prisonniers (estimation)
Nombre
de morts (estimation)
Bolzano Tyrol du Sud, Italie « Camp de transit de la police » Juillet 1944 - avril 1945 15 000 juifs « politiques » et autres Au moins 20 (?)
Breendonk Belgique Prison, camp de torture et camp de travail Septembre 1940 - septembre 1944 Mininum 3 532 Minimum 391
Grini Norvège Prison Juin 1941 - mai 1945 19 788 8
Janowska (Lemberg) Ukraine Camp de travail forcé ; installation de meurtre de masse Septembre 1941 - novembre 1943 - 100 000 - 200 000, la plupart juifs
Jasenovac Croatie Camp d'extermination (Oustachis - Croatie) 1941 - 1945 (1 000 000) 90 000 : Serbes, juifs, Roms, Croates
Schirmeck France Camp de rééducation pour Alsaciens Mosellans. Juillet 1940 - novembre 1944 10 000 ? 78
Le Vernet d'Ariège France Camp d'internement (Vichy - France) 1939 - 1944 - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Situé hors du Gouvernement Général, Chelmno était sous le commandement du gauleiter du Warthegau Arthur Greiser et de son état-major SS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]