Wimille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wimille
La Colonne de la Grande Armée.
La Colonne de la Grande Armée.
Blason de Wimille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Boulogne-sur-Mer-Nord-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Antoine Logié
2008-2014
Code postal 62126
Code commune 62894
Démographie
Gentilé Wimillois
Population
municipale
4 185 hab. (2011)
Densité 188 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 45′ 50″ N 1° 38′ 01″ E / 50.7638888889, 1.63361111111 ()50° 45′ 50″ Nord 1° 38′ 01″ Est / 50.7638888889, 1.63361111111 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 109 m
Superficie 22,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wimille

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wimille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wimille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wimille
Liens
Site web mairie-wimille.fr/

Wimille est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Wimillois[1] .

Intégrée au périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, la commune a une occupation des sols en majorité agricole, correspondant aux paysages du Boulonnais.

Cette commune arrière-littorale est située au nord de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer. Desservie par une autoroute et une gare, elle a vu se développer les secteurs industriels et tertiaires, ainsi que les équipements. Elle fait cependant face à une diminution de sa population dans les années 2000 ; une ZAC est en projet en 2010 afin de tenter de mettre fin à ce recul démographique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Wimille se situe dans la région Nord-Pas-de-Calais, à 3 km au nord de Boulogne-sur-Mer. C'est une commune arrière-littorale, à proximité de la Manche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Wimille
Ambleteuse Wacquinghen Offrethun/Marquise
Wimereux Wimille Maninghen-Henne

Pittefaux

Boulogne-sur-Mer Saint-Martin-Boulogne Pernes-lès-Boulogne

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Wimille est intégrée au grand complexe géologique de la boutonnière du Boulonnais. La topographie est constituée de petits vallons humides et de lignes de crêtes. C'était à l'origine une commune estuaire du fleuve Wimereux.

La nature des sols est hétérogène : argiles, sable, grès calcaireux, etc. Le sous-sol est à dominante calcaire, avec pour une partie du territoire une proximité de la nappe superficielle.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve Wimereux passe dans la commune avant d'arriver dans la commune de Wimereux où il se jette dans la mer. Le ruisseau d'Auvringhen, affluent du Wimereux est composé de deux branches, de part et d'autre d'une ligne de crête sur le périmètre communal.

Le Wimereux a, par le passé, été l'objet de crues décennales et centennales[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique tempéré. Les vents dominants (ouest - sud-ouest), parfois forts, sont en partie arrêtés par le remblai de la voie ferrée.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Photographie d'un train TER à Wimille en 2006, sous le soleil
Train TER à Wimille, 2006.

La gare de Wimille - Wimereux est desservie par des TER entre les gares de Boulogne-Ville et de Calais.

La commune est également desservie par l'autoroute A16 (sortie no 32), les RD 233, 237 et 242. Elle est en correspondance étroite avec la ville de Wimereux, ces deux communes étant intimement liées. Mais la voie de chemin de fer limite le nombre de liaisons.

Deux lignes de bus du réseau Marinéo permettent une offre en transport en commun pour relier Wimereux, Boulogne-sur-Mer et d'autres communes du Boulonnais.

Des itinéraires de randonnée traversent la commune, comme l'itinéraire de liaison no 5 du GRP (Grande Randonnée de Pays).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'occupation du sol de la commune est dominée par l'agriculture.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2008, on comptait 1 737 logements dont 1 615 (93,0 %) résidences principales, 73 (3,4 %) résidences secondaires et 49 (3,0 %) logements vacants dans la commune. 82,0 % sont des maisons et 17,7 % sont des appartements. 20,4 % des logements ont été construits avant 1949, 45,3 % entre 1949 et 1974, 25,8 % entre 1975 et 1989 et 8,6 entre 1990 et 2005. 64,4 % des Wimillois sont propriétaires de leur logement, 34,3 % sont locataires (dont 24,1 % d'un logement HLM loué vide) et 1,3 % sont logés gratuitement[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponyme d'origine saxonne : Wime serait le nom de la rivière et mille viendrait de moulin (suffixe myln). Wimille signifierait donc littéralement « le moulin sur la rivière »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières occupations humaines[modifier | modifier le code]

À Wimereux, les premières traces relevées sont datées vers 500 000 av J.C. (silex, bifaces)[5]. Le climat est chaud (présence d'éléphants, félins…) ; les Hommes vivent de chasse, pêche et cueillette.

Le territoire est touché par le maximum glaciaire de la glaciation de Würm il y a environ 20 000 ans. Le climat s'adoucit ensuite aux alentours de 8 000 av. J.C.

Différents envahisseurs celtes (les Morins) s'implantent dans la région et développent le commerce avec les îles britanniques.

Puis, suite à la guerre des Gaules, les Romains occupent la Gaule durant près de 300 ans. Le Boulonnais est inclus dans la Gaule Belgique.

Les invasions barbares détruisent Boulogne (Bolonia) au IIIe siècle. La ville est reconstruite au IVe siècle, l'économie locale renait. Au début du VIe siècle, les Germains envahissent la Gaule. Vers 481, Clovis devient roi des Francs et unifie les territoires (nord de la France et Belgique, puis une grande majorité du périmètre actuel de la France).

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

Wimille en 1656, tiré de Evesché de Boulogne ou sont les Comté et seneschaussée de Boulenois. Bailliage de Calais dans le Pays Reconquis. Souveraineté d'Ardres, etc. par Nicolas Sanson d'Abbeville. Source Gallica

La dynastie mérovingienne qui succède aux Francs, puis l'empire carolingien (Charlemagne) couvrent le début de la période médiévale. Wimille est rattachée au comté de Boulogne, la région est convertie au christianisme, puis subit plusieurs guerres. Philippe-Auguste (dynastie des Capétiens) gagne la bataille de Bouvines en 1214 et reprend le nord de la France.

S'ensuit une paix durable, jusqu'à la guerre de Cent Ans. À partir de 1347, Wimille a des voisins britanniques, Calais devenant anglaise jusqu'en 1559. La région est ainsi l'objet de fréquentes batailles. La peste noire frappe de plus le Boulonnais de 1347 à 1350, avec environ 32 % des foyers touchés[5].

Le nom de Wimille est indiqué sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle, ainsi que de nombreux hameaux alentour, le fort de Croy et la pointe de Wimereux.

C'est dans la section de la commune détachée plus tard pour former celle de Wimereux que tombèrent et se tuèrent les aéronautes Pilâtre de Rozier et Pierre-Ange Romain (1785) dans le premier accident aérien de l'histoire.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Wimille en 1815 sur la carte de Cassini. Calon, Étienne-Nicolas de (1726-1807). Cartographe. Source Gallica.

En 1804, Napoléon Ier supervise au camp de Boulogne (entre Boulogne-sur-Mer et Wimille) les préparatifs pour envahir l'Angleterre, avant que la formation de la 3e coalition ne mène à une guerre contre la Prusse en 1805.

En 1899, Wimille cède Wimereux.

En 1899, Wimille cède 37 ha à la ville de Boulogne-sur-Mer

Durant la Première Guerre mondiale, les Anglais établissent leur QG à Montreuil-sur-Mer, à environ 40 km.

 Photographie en noir et blanc de 7 Membres du Maquis réunis à la Trésorerie. On peut lire 1887 sur la façade de la maison à l'arrière-plan.
Membres du Maquis réunis à la Trésorerie, 14 septembre 1944.

La résistance est active dans le Boulonnais durant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale. La cote boulonnaise est bombardée en 1943 - 1944, puis libérée.

En 1959, Wimille cède 71 ha et 2066 habitants à la ville de Boulogne-sur-Mer.

En 1972, le parc d'activité de la Trésorerie est créé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Wimille dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer

Wimille fait partie de la communauté d'agglomération du Boulonnais (CAB), et du pays du Boulonnais.

Un projet de schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Boulonnais (CAB et communauté de communes de Desvres-Samer) est en cours[Quand ?] d'élaboration. Un plan local d'urbanisme (PLU) et un plan local de l'habitat (PLH) sont en vigueur à Wimille ; le PLU est révisé en PLU intercommunal en 2012. Une zone d'aménagement concerté (ZAC) à vocation principale d'habitation est en cours d'élaboration en 2012.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Laurent Joseph COSSART    
1791 1792 BEAUVAL    
1793 an IV Marc Antoine DAMIEN    
an IV an VI Louis Marie DEGUISNES    
an VI an VIII Pierre BOUCLET    
an VIII an XI Louis Hercule LIBERT    
an XI an XII Louis Jacques Antoine GRANDSIRE-BELVALLE    
an XII an XIII Antoine Aimé DELEGORGUE-ROSNY    
an XIII 1808 Louis Marie DEGUISNES    
1808 1855 Jean Jacques LOPPE    
1854 1862 Auguste HAMIN PARENTY    
1862 1867 Vérissime LELIEVRE-DEBROEUILLE    
1867 1896 Alexandre Armand Joseph de LATTAIGNANT de LEDINGHEN    
1896 1944 Victor de LATTAINGNANT de LEDINGHEN    
1944 1971 Raoul LEBEURRE    
1971 2008 Jean COLOMBEL    
mars 2008 en cours Antoine LOGIÉ DVG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Wimille est jumelée avec[6] :

Par ailleurs, un projet de jumelage est en cours en 2012 avec Littelbourne, dans le Kent, en Angleterre[7].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Une rénovation progressive de l'éclairage public est réalisée depuis 2009 et se poursuit en 2012[7].

La communauté d'agglomération du Boulonnais gère deux déchèteries et un centre de tri[8]. La commune de Wimille a conclu avec la société Aubine Onyx un marché pour l'évacuation des ordures ménagères, des déchets verts, les recyclables, les verres, les encombrants et les déchets polluants[9]. Le ramassage des ordures s'effectue une fois par semaine, ainsi que celui du tri sélectif.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 185 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 107 992 1 565 1 647 1 779 1 784 1 859 1 941 1 924
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 546 1 220 2 279 2 334 2 237 2 320 2 408 2 477 2 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 912 2 008 2 042 2 163 2 123 2 277 2 407 2 160 5 877
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 497 4 826 4 779 4 220 4 681 4 721 4 380 4 185 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (20,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 19,8 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 15,3 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 20,5 %).
Pyramide des âges à Wimille en 2008 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,5 
4,2 
75 à 89 ans
6,6 
11,0 
60 à 74 ans
13,4 
23,9 
45 à 59 ans
21,8 
19,8 
30 à 44 ans
21,2 
19,8 
15 à 29 ans
16,5 
21,2 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2008 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
5,3 
75 à 89 ans
9,4 
11,4 
60 à 74 ans
13,1 
21,0 
45 à 59 ans
20,2 
20,6 
30 à 44 ans
19,4 
20,2 
15 à 29 ans
18,3 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie de Lille. Elle est équipée de trois écoles publiques, d'un établissement privé, et du collège Pilâtre-de-Rozier. Les lycées les plus proches se situent à Boulogne-sur-Mer, qui accueille également une partie de l’Université du Littoral Côte d'Opale (environ 3 500 des 11 000 étudiants répartis sur cette ville, Calais et Saint-Omer).

Santé[modifier | modifier le code]

De nombreuses activités libérales de santé sont exercées sur la commune : médecins, kinésithérapeutes, dentistes… Les centres hospitaliers les plus proches sont l'hôpital de Boulogne et la clinique de Saint-Martin-les-Boulogne.

Sports[modifier | modifier le code]

  • centre de canoë kayak
  • boulodrome
  • terrains de football
  • piste d'athlétisme
  • activité sportivité situés dans le parc ( ex: abdos… )

Cultes[modifier | modifier le code]

Wimille est située dans le diocèse d'Arras. La commune dépend de la paroisse catholique Saint-Jean du Wimereux dont le lieu de culte à Wimille est l'église Saint-Pierre[14],[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 177 €, ce qui plaçait Wimille au 22 145e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[16].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage est supérieur à la moyenne nationale. Si l'agriculture occupe encore une part importante des surfaces du territoire communal, le nombre d'emplois est en majorité tertiaire (49,8 %) puis industriel (35,5 %).

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le parc d'activité de la Trésorerie, créé en 1972 sous maîtrise d'ouvrage de la CAB, comprend plusieurs industries dans différents secteurs (agro - alimentaire, chaudronnerie, fonderie, robinetterie, automobile, froid industriel, emballage et conditionnement…)[17].

Des serres horticoles sont également présentes (5 000 m2 d'espaces couverts).

Un supermarché et plusieurs commerces sont implantés dans la commune.

Cinq gîtes ruraux et plusieurs lieux de restauration permettent un accueil touristique, en lien avec la proximité au littoral.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments répertoriés à inventaire général du patrimoine culturel de la France[modifier | modifier le code]

Photographie de la colonne Napoléon
La « colonne Napoléon ».

Onze monuments sont répertoriés dans la base Mérimée, inventaire général du patrimoine culturel de la France :

  • la brasserie Brasserie Lebeurre Guilbert, puis Lebeurre Cappelle, puis Lebeurre Duchateau[18] ;
  • la brasserie Fidon Bertèche, puis Choteau[19] ;
  • les fonderies du Boulonnais[20] ;
  • une ancienne fontaine du XVIIe siècle, inscrite à l'inventaire des monuments historiques le 27 décembre 1972[21]. Cette fontaine qui à l'origine pourrait avoir été une petite chapelle dédiée à Saint-Antoine a porté les noms de « fontaine Saint-Antoine » et « grosse fontaine » par le passé. Une mention portée par la fontaine y fait apparaître la date de 1615 avec la devise d'Antoine Camus, seigneur de la Bussoye et du Lucquet, alors échevin de Boulogne-sur-Mer [22] ;
  • le jardin du domaine de la colonne de la Grande Armée de Boulogne, classé à l'inventaire des monuments historiques le 31 mars 1905[23] ;
  • le parc du château de Lozembrune, inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 30 mars 1978[24] ;
  • le parc du château de Billeauville[25] ;
  • la colonne de la Grande Armée de Boulogne, classée à l'inventaire des monuments historiques le 31 mars 1905[26] ;
  • le château de Lozembrune, inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 30 mars 1978[27]. Louis-Eugène de la Gorgue-Rosny entreprend en 1837 d'ajouter deux ailes au château, d'agrandir de nouveau la cour d'honneur, et surtout de réaménager le jardin à la française. Il y habitait encore en mai 1852 avant qu'il fasse construire sur les ruines du couvent des Ursulines Rue du Château à Boulogne-sur-Mer ;
  • le château du Denacre (ancien fief de la Ratière), inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 26 juin 1978[28] ;
  • le moulin à farine, puis minoterie Roy, dit Moulin de Grisendal, actuellement musée vivant de la meunerie[29].

Autres lieux et monuments bâtis[modifier | modifier le code]

Photographie de la gare de Wimille
La gare de Wimille.
  • Le monument à la mémoire de Pilâtre de Rozier (première ascension libre en ballon à 1 000 mètres d'altitude).
  • La Gare de Wimille-Wimereux.
  • L'église de Wimille date probablement du milieu du XIIIe siècle. Elle fut pillée à la Révolution, et dotée de deux collatéraux au XIXe siècle[30].
  • Le Terlincthun British Cemetery, créé lors de la Première Guerre mondiale pour inhumer les soldats de l'armée impériale britannique morts dans les hôpitaux du littoral.

Patrimoine naturel et écologie[modifier | modifier le code]

  • La vallée du Denâcre

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque[31]
  • Centre communal Franck-Lefèvre
  • Salle mutltiactivité du Cosec

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Wimille

Les armes de Wimille se blasonnent ainsi :

d’or au créquier arraché de gueules accompagné de trois tourteaux du même.

1) Le créquier :

Celui-ci symbolise la Maison de CREQUY (XVIIe et XVIIIe siècles). Propriétaires du fief de Souverain Moulin et de Wimille, succédant à la famille de Fiennes, de nombreux CREQUY ont été inhumés dans la crypte de l'église Saint-Pierre de Wimille.

2) Les trois tourteaux du Boulonnais :

Selon Monsieur P.A. Wimet, les trois trois monts de Boulogne :

  • Boulambert → l'éventé,
  • Herquelingue → le pelé,
  • Quehen → l'engelé,

seraient les trois boules à l'origine des tourteaux du blason de Boulogne-sur-mer.

3) La couronne murale à trois tours :

Cet ornement extérieur non obligatoire permet de distinguer le blason de Wimille de celui de Pittefaux.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 24 avril 2012).
  2. Carte des crues historiques de l'atlas des zones inondables de la vallée du Wimereux, Portail cartographique de la DREAL
  3. « Logement », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2012).
  4. Des lieux et des hommes, origine des noms des communes du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, années 2000.
  5. a et b La drôle d'histoire du Nord - Pas-de-Calais, des origines à nos jours, Trinka, la ligne pourpre, 2009, 175 p.
  6. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 24 avril 2012).
  7. a et b Commune de Wimille, « Le conseil municipal du 11 avril 2012 », sur http://www.mairie-wimille.fr,‎ avril 2012 (consulté le 23 avril 2012)
  8. Commune de Wimille, « Les services de la CAB - Traitement des déchets », sur www.agglo-boulonnais.fr (consulté le 23 avril 2012).
  9. Commune de Wimille, « Ramassage des ordures ménagères », sur le site de la mairie de Wimille (consulté le 23 avril 2012).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Wimille en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2012).
  13. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2012).
  14. « Paroisse Saint-Jean du Wimereux », sur le site du diocèse d'Arras (consulté le 24 avril 2012).
  15. « Saint-Jean du Wimereux », sur le site egliseinfo (consulté le 24 avril 2012).
  16. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2012).
  17. « Parc d'activités de la Trésorerie », sur le site de la communauté d'agglomération du Boulonnais (consulté le 24 avril 2012).
  18. « Notice no IA62000292 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Notice no IA62000293 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no IA62001149 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no PA00108450 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Ancienne fontaine de Wimille
  23. « Notice no IA62001102 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Notice no IA62001101 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no IA62001100 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Notice no PA00108449 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Notice no PA00108448 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Notice no PA00108447 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no IA62000929 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « L'église », sur le site de la mairie de Wimille (consulté le 24 avril 2012).
  31. « Page d'accueil », sur le site de la médiathèque de Wimille (consulté le 24 avril 2012).