Givenchy-en-Gohelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Givenchy-en-Gohelle
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Givenchy-en-Gohelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Vimy
Intercommunalité Communaupole de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Pierre Sénéchal
2014-2020
Code postal 62580
Code commune 62371
Démographie
Population
municipale
2 041 hab. (2011)
Densité 343 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 37″ N 2° 46′ 23″ E / 50.3936111111, 2.7730555555650° 23′ 37″ Nord 2° 46′ 23″ Est / 50.3936111111, 2.77305555556  
Altitude Min. 48 m – Max. 148 m
Superficie 5,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Givenchy-en-Gohelle

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Givenchy-en-Gohelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Givenchy-en-Gohelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Givenchy-en-Gohelle
Liens
Site web mairie-de-givenchy.com

Givenchy-en-Gohelle est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie de la Communaupole de Lens-Liévin (communauté d'agglomération) qui regroupe 36 communes et comptait 244 561 habitants en 2010.

Nom jeté[modifier | modifier le code]

Le nom jeté des habitants est miieux d’maguettes (mangeurs de chèvres, du verbe picard miier qui vient du latin manducare). Le verbe "miier" étant désormais méconnu des Givenchissois, les édiles ont préféré traduire par mangeux d'maguettes.

Également « les Méteux d'Fu » (« metteurs de feux ») car à la Révolution, les habitants mettaient le feu au foin et aux moissons afin de pouvoir sonner le tocsin (sonnerie d'alarme) pour garder la cloche de l'église alors réquisitionnée pour la fondre. Ils ont donc récupéré une autre cloche, le 12 janvier 1792, celle de l'église Saint-Aubert d'Arras.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve dans l'arrondissement d'Arras mais se situe dans la banlieue de Liévin (arrondissement de Lens).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Givenchy-en-Gohelle
Angres Liévin Avion
Souchez Givenchy-en-Gohelle
Neuville-Saint-Vaast Vimy

Histoire[modifier | modifier le code]

Photographie allemande des ruines du village, en 1914

Le village de Givenchy a été complètement détruit lors de la Première Guerre mondiale, dès 1914.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Givenchy-en-Gohelle dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 041 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 125 1 190 1 453 1 402 1 492 1 476 1 415 1 464 1 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 359 1 364 1 351 1 373 1 441 1 491 1 584 1 609 1 712
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 731 1 877 1 827 779 1 210 1 229 1 201 1 244 1 333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 508 1 555 1 627 1 755 1 973 2 051 2 088 2 093 2 041
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 23,9 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 51,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Givenchy-en-Gohelle en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
5,2 
75 à 89 ans
6,8 
12,7 
60 à 74 ans
13,4 
23,9 
45 à 59 ans
22,8 
21,3 
30 à 44 ans
20,7 
16,7 
15 à 29 ans
15,3 
20,0 
0 à 14 ans
20,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 2020 Pierre Sénéchal   - style="vertical-align: top" mars 2008 2014 Robert Mieloch PS - style="vertical-align: top" mars 2001 2008 Robert Mieloch PS - style="vertical-align: top" juin 1995 2001 Robert Mieloch PS - style="vertical-align: top" février 1989 1995 Robert Mieloch PS - Les données manquantes sont à compléter.|}
blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d'argent à trois merlettes de sable à plomb rangées en barre, au franc-canton de gueules

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Givenchy-en-Gohelle présente la particularité d'avoir planté de nouveau de la vigne (chardonnay et pinot gris). Les premières vendanges ont eu lieu en 2000.

Les églises[modifier | modifier le code]

L'église.

Ainsi que bien d'autres églises de la région, l'église de Givenchy-en-Gohelle fut fondée à l'époque mérovingienne comme en témoigne son vocable de saint Martin. Contrairement à l'édifice actuel, la première église était située sur les monts, à flanc de coteau et plus précisément en bordure de l'actuelle rue Renan.

Pillée et ruinée à plusieurs reprises lors des campagnes militaires des XIVe et XVe siècles, elle fut restaurée à la fin du XVe siècle. Flanquée d'une tour-clocher aux puissants contreforts, elle assurait la surveillance aux abords de la paroisse et la tradition rapporte que cette tour protégeait l'entrée d'un souterrain (carrière de craie).

À la Révolution, l'église ne cessait de se délabrer, petite, ne comportant qu'une seule nef, mal éclairée, elle ne convenait plus à la population devenue nombreuse. Le 4 novembre 1870 à 16h la nef s'écroula, il n'y eut aucune victime. Le maire décida alors de la raser mais le curé et les paroissiens s'y opposèrent et se regroupèrent dans le petit chœur.

En 1871, la vieille tour-clocher s'effondra, il fallait donc procéder à la reconstruction d'une nouvelle église. Afin de réunir Givenchy et le hameau Givenchisel, l'église fut reconstruite au lieu dit « la Chapelle » au milieu des terrains agricoles. De style néogothique, elle fut construite entre 1871 et 1873. En 1874, on construisit le cimetière derrière l'église. Elle fut détruite lors de la Première Guerre mondiale.

L'église Saint-Martin fut à nouveau reconstruite au même emplacement et sur des plans identiques à la précédente. La reconstruction débuta en 1924, cependant les travaux furent arrêtés en décembre 1927 à la suite de la faillite de l'entrepreneur Société régionale d'entreprise de la Seine. Ils reprirent seulement en 1931.

L'église fut inaugurée le 11 septembre 1932 par monseigneur Dutoit, évêque d'Arras.

Cloches de l'église[modifier | modifier le code]

Elle possède deux cloches :

  • la grosse cloche Marie Henriette Alfreda Thérèse Ghislaine fut baptisée le 4 septembre 1932 par monseigneur Dutoit, elle pèse 850 kg et donne le Fa# (fondeur Wauthy à Douai) ;
  • la petite cloche Aloyii Arsenii Victoris Joannis Francisci, Petri, Pauli, Marcelii, Hippolyti (Eloi Arsène Victor Jean François, Pierre, Paul, Marcel, Hippolyte) daterait de 1870 (provient de l'église provisoire). Elle pèse 350 kg et donne le Mi bémol (fondeur P. Drouot à Douai). L'église fait partie de la nouvelle paroisse Notre-Dame des collines d'Artois dans le diocèse d'Arras.

Le Mémorial de Vimy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mémorial de Vimy.

C'est sur le territoire de Givenchy-en-Gohelle que se trouve le plus important monument canadien aux victimes de la Première Guerre mondiale. Il rend hommage au rôle des Canadiens lors de ce conflit, au moyen de figures de pierre symbolisant les valeurs défendues et les sacrifices faits. Érigée entre 1925 et 1936 sur le site de la bataille de la crête de Vimy, cette œuvre d'art est le fruit du travail d'artistes canadiens. Les deux pylônes, représentant le Canada et la France, culminent 27 mètres au-dessus de la base du monument. En raison de l'altitude du site, la figure la plus élevée - l'allégorie de la paix - domine la plaine de Lens d'environ 110 mètres.

Le terrain d'assise du mémorial ainsi que la centaine d'hectares qui l'entoure ont été donnés au Canada par la France en 1922. Cela en signe de gratitude pour les sacrifices faits par plus de 66 000 Canadiens au cours de la Grande Guerre et notamment pour la victoire remportée par les troupes canadiennes en conquérant la crête de Vimy au cours du mois d'avril 1917.

En s'avançant à l'avant du monument, on peut remarquer une statue de femme voilée, tournée vers l'est, vers l'aube d'un nouveau jour. Elle représente le Canada, une jeune nation, pleurant ses fils tombés au combat. La crête de Vimy est aujourd'hui boisée, chaque arbre a été planté par un Canadien et symbolise le sacrifice d'un soldat.

Les pierres calcaires choisies par Walter Allward viennent de Croatie. Elles sont montées sur une structure en béton. Les pierres d'origine s'étant abimées avec le temps, des travaux de restauration ont été entrepris en 2005 et se sont achevés en 2007. La reine Élisabeth II a participé à l'inauguration le 7 avril 2007.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]