Pernes (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pernes-lès-Boulogne, une autre commune du Pas-de-Calais. Pour les articles homonymes, voir Pernes.
Pernes
L'hôtel-de-ville et la salle des fêtes
L'hôtel-de-ville et la salle des fêtes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Heuchin
Intercommunalité Communauté de communes du Pernois
Maire
Mandat
Jean-Marie Olivier
2014-2020
Code postal 62550
Code commune 62652
Démographie
Gentilé Pernois
Population
municipale
1 627 hab. (2011)
Densité 355 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 06″ N 2° 24′ 41″ E / 50.485, 2.41138888889 ()50° 29′ 06″ Nord 2° 24′ 41″ Est / 50.485, 2.41138888889 ()  
Altitude Min. 70 m – Max. 182 m
Superficie 4,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pernes

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pernes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pernes

Pernes est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Pernois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Pernes est située à presque égale distance de Saint-Pol-sur-Ternoise et de Lillers.

Accès est possible par train TER. Les trains desservent la gare Pernes-Camblain avec des connexions à Lille, Calais et Boulogne-Sur-Mer.

Elle est traversée d'Ouest en Est par la Clarence qui prend sa source dans le village voisin Sains-les-Pernes, au lieu-dit "Le Buich".

Pernes se trouve à 83 m d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pernes
Aumerval Floringhem
Sachin Pernes Camblain-Châtelain
Pressy Marest

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence de Pernes remonterait aux environs de 823. Ce bourg gallo-romain dépendait de la riche abbaye de Saint-Riquier dont les moines l'échangèrent à cette époque contre un autre domaine.

En raison des invasions, les constructions défensives se multiplièrent et devinrent peu à peu de véritables forteresses. Le seigneur du lieu édifia son château-fort sur une butte au milieu d'un site marécageux alimenté par de nombreuses sources.

Au XVIe siècle, la ville accueille François Ier, qui y établit le Camp du Drap d'Or[réf. nécessaire].

A l'image de nombreux villages, Pernes est doté d'un passé riche en souverainetés multiples qui se sont succédé sur ses terres. Parmi ces autorités exerçant le contrôle de la châtellerie, les comtes de Saint-Pol en furent certainement les premiers. En 1569, ils étaient toujours maîtres du château, du moulin, des jardins, des marais dits marais du comte, de la prévôté et autres biens d'importance.

Ce n'est qu'en 1627 que le domaine et la baronnie furent vendus à François de Cuinchy; son fils, endetté, dut le céder à son créancier, Pierre de Predhomme d'Hailly, en 1648. Le village resta sous la gestion des Cunchy jusqu'à l'extinction de la lignée, en 1772. Par la suite la seigneurie échut au comte de Wassier. En dépit de l'émigration du comte à l'étranger, en 1792, la Révolution ne dépouilla pas la famille de son droit de propriété, car elle était de nationalité belge.

Jusqu'au mois d'avril 1918, Pernes se trouve sur la ligne de communication des armées françaises puis britanniques. Toutefois l'avance allemande de ce mois obligea les unités médicales à se replier sur la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Pernes.svg

Les armes de la commune de Pernes se blasonnent ainsi :
Parti : au premier de gueules aux trois pals de vair, au chef d'or chargé d'un lambel d'azur, au second d'argent au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pernes dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Marcel Dollet    
1947 1948 Abel Courtois    
1948 1953 Paul Molon    
1953 1959 Maurice Tel    
1959 1963 Marcel Dollet    
1963 1965 Jean Crépy    
1965 1965 Marcel Dollet    
1965 1989 Luce Leleu    
1989 2001 Michel Bécu    
mars 2001 en cours
(au 24 juillet 2014)
Jean-Marie Olivier PS Conseiller général
Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 627 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 746 661 708 810 902 952 962 953
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
846 869 1 005 996 1 063 1 017 1 066 1 127 1 141
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 162 1 275 1 306 1 467 1 371 1 363 1 369 1 472 1 601
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 735 1 696 1 653 1 516 1 536 1 628 1 660 1 661 1 629
2011 - - - - - - - -
1 627 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,9 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 19,5 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 53,9 % de femmes (0 à 14 ans = 18,2 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 29,7 %).
Pyramide des âges à Pernes en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
1,6 
8,4 
75 à 89 ans
14,5 
10,5 
60 à 74 ans
13,6 
18,8 
45 à 59 ans
16,8 
21,7 
30 à 44 ans
18,0 
19,5 
15 à 29 ans
17,3 
21,0 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un pan de mur du château détruit sous la révolution.

Hôtel de ville avec horloge de 1586

L'église Saint-Pierre est du XVIe et XIXe siècles. Les fonts baptismaux du début du XVe siècle sont classés. Sous son parvi (où se trouvait le clocher au Moyen Âge) est enterré un ancien seigneur des lieux

On peut encore voir à Pernes deux moulins à farine. L'un, situé à la "Ferté" est toujours en activité. L'autre, dans la rue du Guit a cessé de fonctionner il y a plusieurs décennies. Il y avait aussi autrefois un moulin à huile.

Le British Cemetery de Pernes, un kilomètre à l'ouest du village, sur la route D70 ("Avenue du Président Kennedy"), ce cimetière compte 1099 corps au total (dont 1081 morts de la guerre 1914-1918 et 18 morts de la guerre 1939-1945).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Retour en images sur le 14 juillet », L'Abeille de la Ternoise, no 8476,‎ 24 juillet 2014, p. 22 :

    « Jean-Marie Olivier, maire, et Gérard Da Silva ont déposé des gerbes au Monument aux Morts »

  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Évolution et structure de la population à Pernes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)