Pihem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pihem
Mairie
Mairie
Blason de Pihem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Lumbres
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lumbres
Maire
Mandat
Jean-Claude Coyot
2014-2020
Code postal 62570
Code commune 62656
Démographie
Gentilé Pihémois
Population
municipale
985 hab. (2011)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 02″ N 2° 12′ 50″ E / 50.6838888889, 2.21388888889 ()50° 41′ 02″ Nord 2° 12′ 50″ Est / 50.6838888889, 2.21388888889 ()  
Altitude Min. 70 m – Max. 134 m
Superficie 7,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pihem

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Pihem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pihem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pihem

Pihem est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais (62) en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Pihémois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est formée de trois localités: Pihem, Bientques et Petit-Bois. Le ravin de Pihem est un ancien lit d'un cours d'eau tari formant une excavation de 15 à 20 métres de profondeur sur 3 Km de long. Ce ravin se situe aux deux tiers sur la commune d'Hallines et se prolongue jusqu'à l'Aa.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pihem est un nom composé de deux syllabes celto teutoniques : "Pi" et "Hem". Pi vient de Pit/Put/Putja, signifiant puits et Hem de Hem/Heim/Haim signifiant maison. Ce qui veut dire la maison du puits. À signaler l'installation de ce village sur une hauteur, d'où la nécessité d'un puits pour accéder à l'eau. Pithem (vers 1114)
Le nom flamand de la commune est Pittem[1].

Bientques : est un nom gallo-germanique avec un suffixe latin (-inal-inas(, et de Bekko/Bikko, nom d'homme germanique.

Lespinoy : espinoy (époque médiévale). À partir de spinetum qui signifie "lieu planté d'épines". Indique sans doute un défrichement.

Petit Bois : appelé en 1412 Bus d'aval, le bois d'amont signifiant hameau installé près (ou à la place) du petit bois de Pihem.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pihem
Hallines Helfaut
Remilly-Wirquin Pihem Inghem
Cléty Herbelles

Histoire[modifier | modifier le code]

Des silex néolithiques furent découverts dans le lœss, laissant penser que le territoire était déjà occupé à la fin de la préhistoire (de 6000 à 2 500 av. J.-C.).

À l'époque gallo-romaine, le territoire fait partie de la cité des Morins, dont le siège se trouvait à Tarvanna (Thérouanne).

En 1072, on retrouve la trace du fief de Bienquennes, qui faisait partie de la banlieue de Saint-Omer, sous le Comte d'Artois.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville Pihem.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules au pal d'argent chargé d'un lion de sable, armé et lampassé du champ.

Le blason porte un lion noir, marque de la famille de Fiennes, longtemps maîtresse du territoire.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Un quartier du village s'appelle "Le Tonkin", parce que, dit-on, il y eut des querelles de femmes pendant la guerre d'Indochine.
À l'extrémité du village, près de la route départementale 928 allant à Wizernes, au fond d'un vallonnement, se trouve un endroit connu sous le nom de "Haies de Cambennes", plus communément appelé "Le coupe-gorge", probablement dû au fait qu'en 1769, un inconnu hollandais, Nicolas Lacroix, étranger au pays, fut retrouvé tué dans un champ de blé à cet endroit.(extrait du registre d'état civil de Pihem de 1769).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pihem dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 André Delobel    
mars 2008 en cours Jean-Claude Coyot    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 985 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 510 561 625 636 605 607 617 623
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605 600 595 625 658 643 642 616 626
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
629 636 615 558 554 578 569 495 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
519 532 515 616 802 893 931 942 990
2011 - - - - - - - -
985 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

nter>

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 11,5 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 14,9 %).
Pyramide des âges à Pihem en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,9 
75 à 89 ans
4,7 
7,6 
60 à 74 ans
10,2 
23,7 
45 à 59 ans
23,1 
24,6 
30 à 44 ans
22,2 
18,5 
15 à 29 ans
17,8 
21,6 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-aux-Liens de Pihem, dont les origines remontent à 1112; le chœur et la tour sont du XVIe siècle. Dans l'église une statue de la Vierge à l'enfant du XIVe siècle
  • Le monument aux morts
  • le calvaire entre Pihem et Bientques
  • Le château d'eau à Bientques, datant de 1936
  • La motte féodale à Bientques
  • Les ravins de Pihem

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille de Fiennes, longtemps maîtresse du territoire.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]