Lestrem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lestrem
La commune.
La commune.
Blason de Lestrem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Laventie
Intercommunalité Communauté de communes Flandre Lys
Maire
Mandat
Jacques Hurlus
2014-2020
Code postal 62136
Code commune 62502
Démographie
Population
municipale
4 285 hab. (2011)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 37′ 23″ N 2° 41′ 09″ E / 50.6230555556, 2.68583333333 ()50° 37′ 23″ Nord 2° 41′ 09″ Est / 50.6230555556, 2.68583333333 ()  
Altitude Min. 13 m – Max. 20 m
Superficie 21,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lestrem

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lestrem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lestrem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lestrem
Liens
Site web ville-lestrem.fr

Lestrem (en néerlandais : « De Stroom »[1], en picard : « Létrin ») est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Historiquement située en Flandre française, elle appartient à la Communauté de communes Flandre Lys. Origine du nom « Lestrem » : du flamand « strem » qui signifie « rivière ». La rivière est la Lawe, affluent de la Lys.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lestrem est située à la limite des anciennes Provinces d'Artois et de Flandre.
Elle est à la limite du département du Nord.
La commune fait partie du canton de Laventie et de l'arrondissement de Béthune.
Lestrem est située à 11 km de Béthune, 35 de Lille et 45 d'Arras.

Son territoire d'une superficie de 2 215 hectares est plat, sans aucun relief mais entrecoupé de nombreux fossés et de « courants » (dont les courants à plaques qui sont des fossés de drainage, typiques de la Flandre maritime et d'une partie de la région, parfois étayés par des plaques de béton pour notamment lutter contre le dégâts des rats-musqués) introduits et devenus invasifs dans ces milieux.
La commune est traversée par la Lawe qui l'irrigue ou le draine (selon la saison et les aléas climatiques).

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune a fait figure de pionnière dans le domaine de la Trame verte et bleue, en agréant, via son conseil municipal, une étude de faisabilité de réseau local de corridors biologiques, dans le cadre de l'un des premiers « Contrats de corridor biologique » signé en 1995 par l'association Lestrem-Nature [2] avec le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, avec le soutien de la DIREN. La commune voisine de Mont-Bernanchon s'est associée à l'étude et a également développé un réseau de corridors biologiques, en lien direct avec ceux de Lestrem (Elle a aussi construit des aménagements pour valoriser et faire découvrir la biodiversité locale). Lestrem a ainsi été la première commune de France à bénéficier d'une cartographie des corridors biologiques et à la mettre en œuvre sur le terrain, avec l'association Lestrem-Nature (pour les aspects naturalistes) et avec l'association d'insertion Réagir (pour sa restauration et gestion). En 2007, le Grenelle de l'Environnement a validé le principe d'une trame verte et bleue nationale, décliné dans le droit de l'Environnement par les lois dites Grenelle 1 et Grenelle 2. L'étude avait mis en évidence l'importance des zones humides et du réseau de fossés pour la gestion de l'eau et prévention des inondations. Le syndicat intercommunal qui gère les cours d’eau est partenaire de la gestion des corridors qui continuent à faire l'objet d'études et de suivis sous l'égide de Lestrem-Nature avec de nombreux partenaires naturalistes. Un plan de restauration écologique a été commandé par le S.I.A.A.A.H. (Syndicat Intercommunal d’Assainissement Agricole et d’Aménagement Hydraulique du Bas Pays de Béthune) à l'association Lestrem-Nature. La Fondation de France a retenu[3] et soutenu ce projet lors de la célébration de ses 40 ans d’existence en 2009 (« 1969 – 2009 - 40 projets, 40 ans d’humanité »), parmi 40 qu'elle avait choisi dans le monde, pour leur exemplarité. Un programme scientifique associant notamment le CNRS et l'association Lestrem Nature, intitulé Corecol, soutenu par la Région et la FRB porte sur l'étude affinée du rôle des corridors biologique que jouent les fossés dans le paysage[4].
Le 11 septembre 2004 une charte de développement de corridors biologiques sur le territoire de Lestrem[5] a été signée pour pérenniser ce travail avec les acteurs locaux, et pour encourager la signature d'une telle charte sur d'autres communes et territoires. Elle vise notamment à restaurer le potentiel de biodiversité et entretenir le patrimoine écologique par un maillage des milieux naturels et une gestion différenciée de l’espace, .

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lestrem
Merville La Gorgue
Calonne-sur-la-Lys Lestrem Richebourg
Hinges

Locon

La Couture Vieille-Chapelle

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Lestrem dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Marc Delannoy Sans étiquette  

Nom jeté[modifier | modifier le code]

Les noms jetés sont des surnoms donnés aux habitants des différents villages picards par les villages voisins dans le nord de la France (Nord-Pas-de-Calais et Picardie) et en Belgique dans l'ouest de la province de Hainaut.

chés fitus d'Létrin (c'est un jeu de mot sur le picard fitu d'étrain = fétu de paille) [7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 285 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 039 3 144 3 274 3 218 3 171 3 504 3 512 3 390 3 344
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 337 3 446 3 400 3 314 3 295 3 174 3 074 2 985 2 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 860 2 736 2 764 2 306 2 363 2 315 2 273 2 157 2 466
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 643 2 662 2 727 3 044 3 753 3 789 3 924 3 943 4 285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 14,5 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 19,3 %).
Pyramide des âges à Lestrem en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
8,4 
10,0 
60 à 74 ans
10,0 
22,8 
45 à 59 ans
21,5 
22,7 
30 à 44 ans
22,6 
18,5 
15 à 29 ans
15,7 
21,6 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or aux trois huchets contournés de gueules, embouchés et virolés d’argent

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale a longtemps été servie par l'agriculture, puis par l'industrie agroalimentaire, avec la croissance régulière de l'amidonnerie du groupe « Roquette Frères » (la plus grosse d'Europe et l'une des plus importantes dans le monde).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Amé.

Église, à l'exception du clocher et du porche latéral sud : classement par arrêté du 15 novembre 1913

Renseignements issus de : Bases de données Ministère de la culture

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Site de l'association Lestrem-nature, avec illustrations et compte-rendus relatifs au suivi des corridors biologiques
  3. Fondation de France, Fiche de description du projet et reportage photo
  4. Article intitulé Une étude sur le rôle des fossés alimente la reconnaissance scientifique de Lestrem Nature, Voix du Nord, 2011-10-04
  5. charte de développement de corridors biologiques sur le territoire de Lestrem' (signée le 11 septembre 2004, avec notamment la Région et la DIREN, la Mairie, le Département du Pas-de-Calais, et le ministère chargé du Travail
  6. La France occupée de Bruno Kartheuser page 18
  7. André Accart, Les sobriquets des habitants du Pas-de-Calais , les éditions Nord-Avril , 456 paches , ISBN 2-915800-05-7 , ( 2006 )
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Lestrem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)