Rely

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rely
Mairie
Mairie
Blason de Rely
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Norrent-Fontes
Intercommunalité Communauté de communes Artois Flandres
Maire
Mandat
Jean-Marie Macke
2014-2020
Code postal 62120
Code commune 62701
Démographie
Population
municipale
477 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 34′ 22″ N 2° 21′ 48″ E / 50.5727777778, 2.36333333333 ()50° 34′ 22″ Nord 2° 21′ 48″ Est / 50.5727777778, 2.36333333333 ()  
Altitude Min. 55 m – Max. 103 m
Superficie 4,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Rely

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Rely

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rely

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rely

Rely est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ferme monumentale à l'entrée de Rely

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rely
Liettres

Estrée-Blanche

Linghem
Rely Norrent-Fontes
Ligny-lès-Aire Auchy-au-Bois Saint-Hilaire-Cottes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Relich (1146).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine de Rely[modifier | modifier le code]

Le village de Rely remonte à l'époque Gallo-Romaine ; c'est-à-dire, à l'époque où les Romains ont conquis la Gaulle. Il est situé entre deux voies romaines ;l'une, au Sud-Ouest, appelée chaussée Brunehaut reliait Arras à Thérouanne et Boulogne sur mer. Elle a été aménagée en grande route et est devenue en face de Rely un tronçon de ce que l'on a appelé la route de Calais Bales (actuellement RD 341 ). L'autre au Nord -Est qui est parallèle à la première est restée à l'état primitif ; c'est un chemin de terre qui séparait le territoire de Rely de ceux de Norrent Fontes et Linghem ; il continue ensuite vers Thérouanne. Dans le langage du pays on l'appelle le chemin du Pile.

Ces deux voies parallèles avaient été sans doute établies pour faciliter la circulation; l'une servant à l'aller l'autre au retour. La chaussée Brunehaut a été détournée en deux endroits. L'un à la descente d'Estrée Blanche l'autre endroit à celle de Cauchiette.

De nombreux villages situés sur ou à proximité de la chaussée Brunehaut ont la même origine et la même ancienneté, tels Blessy, Serny, Estrée-Blanche, Rely, Ligny les Aire, Auchy, Ferfay, etc... À l'époque Gallo-Romaine ces villages étaient de simples stations où les troupes ou les convois venaient se ravitailler dans leurs déplacements entre Rome, Arras, Thérouanne et Boulogne. Ces stations se sont développées ensuite et sont devenues les villages actuels.

Rely à travers les âges[modifier | modifier le code]

Si le petit village de Rely n'a pas été le théâtre d'opération militaires d'envergures, il n'en est pas moins vrai qu'il a dû être l'enjeu d'opérations militaires répétées dont la relation ne nous est pas parvenue; sa situation entre deux voies romaines d'environ deux kilomètres ; sa proximité de Thérouanne capitale de la Morinie lui ont valu d'être aux premières loges au temps de la conquêtes des Gaules et de l'occupation romaine.

Plus tard son château fort construit sur un tertre entouré d'un fossé large et profond à certainement servi de refuge contre les invasions et le pillage des Normands et subi le siège de Seigneur voisins qui ne vivaient pas toujours en bonne harmonie entre eux.

En outre, le village de Rely bâti aux premières marches des collines d'Artois aux confins de cette province et de la Flandre disputée continuellement entre les différents comtes de Flandre, la Maison d'Autriche et la France a été occupé de nombreuses fois avec des fortunes diverses par les armées ennemies. Rely a suivi le sort extrêmement changeant de cet Artois dont il faisait partie :

  • En 863 il est réuni à la Flandre.
  • En 1180 il est rattaché à la France.
  • En 1226, il est donné à Robert Ier d'Artois, fils de Louis VIII.
  • En 1384, il appartient à Charles le Téméraire.
  • En 1493, il appartient à la Maison d'Autriche.
  • En 1640, l'Artois est reconquis par la France.

Cependant une partie seulement revint alors à la France ; l'autre partie qui comprenait Aire et Rely reste à la Flandre sous le nom d'Artois réservé. En 1679, l'Artois tout entier fut réuni à la France.

Ce village fut l'un des plus grands aérodromes du nord de la France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rely dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Marie Macke    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 477 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375 291 301 334 384 371 347 347 348
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
327 342 332 329 327 344 341 434 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
436 437 420 404 502 472 408 368 425
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
443 378 360 351 348 371 403 411 442
2011 - - - - - - - -
477 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,8 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 16,4 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 24,7 %, 45 à 59 ans = 14,3 %, plus de 60 ans = 22,4 %).
Pyramide des âges à Rely en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,3 
6,4 
75 à 89 ans
8,5 
10,0 
60 à 74 ans
12,6 
21,0 
45 à 59 ans
14,3 
21,9 
30 à 44 ans
24,7 
17,8 
15 à 29 ans
17,5 
22,8 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Motte féodale avec basse-cour et fossés au hameau de la Couture (cad. B 592), classée Monument historique par arrêté du 22 août 1980[5].
  • L'église Saint-Martin. Dans l'église deux plaques commémorent les victimes des guerres de 1914-18 et de 1939-45.
  • Le monument aux morts communal commémore les guerres de 1914-18 et de 1939-45.
  • le petit patrimoine religieux : chapelles-oratoires et niches

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’argent aux trois chevrons de gueules, au chef d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]