Douvrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Douvrain.
Douvrin
Hotel de Ville
Hotel de Ville
Blason de Douvrin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Douvrin
Intercommunalité communauté d'agglomération de l'Artois
Maire
Mandat
Jean-Michel Dupont
2010
Code postal 62138
Code commune 62276
Démographie
Population
municipale
5 000 hab. (2011)
Densité 522 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ 38″ N 2° 49′ 56″ E / 50.5105555556, 2.8322222222250° 30′ 38″ Nord 2° 49′ 56″ Est / 50.5105555556, 2.83222222222  
Altitude Min. 19 m – Max. 32 m
Superficie 9,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Douvrin

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Douvrin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Douvrin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Douvrin
Liens
Site web douvrin.fr

Douvrin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais et fait partie de la communauté d'agglomération de l'Artois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Douvrin est situé dans le bassin minier du Pas-de-Calais dans le triangle Lens - Bethune - Lille à 10 km de Lens, 13 de Béthune et 25 de Lille.

Le terroir est divisé en 4 parties :

  • Le Marais où se trouvaient les blanchisseries. C’est la partie la plus récente de la ville, la première maison date de 1761 ;
  • Le Village ;
  • Le Quévalon où était construite la maladrerie (la maison des lépreux) ;
  • Mongobert se situe dans la partie occidentale de Douvrin, appartenant au comte de Carency en 1741.

Le territoire de Douvrin a peu évolué depuis 1708. Il s’est agrandi avec la construction de nouvelles cités. La Française de Mécanique et la zone industrielle Artois Flandres occupent des terres autrefois agricoles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Douvrin
La Bassée Salomé
Haisnes Douvrin Billy-Berclau
Hulluch Wingles

Toponymie[modifier | modifier le code]

Entrée de Douvrin du coté de Billy Berclau

Le lieu est mentionné sous diverses formes dans la documentation ancienne : Doverin en 1094[1], Dovrin en 1149[2], Dourim vers 1150, Duurim 1164, Dourin 1178[3]. La graphie avec uu représente vraisemblablement un w. Les formes transitoires en -ing sont liées à l'influence de ce suffixe germanique, tout comme dans Douvrend (Seine-Maritime, Dowrenc 1034, Douvrenc vers 1060) qui est peut-être le même mot. La graphie Douvrin semble se stabiliser à partir du XVe siècle, un document de 1652 notant néanmoins Douvrain. (Doverin en flamand[4]).

L’étymologie de Douvrin se rattacherait au gaulois dubro qui signifie « eau »[5],[6]. Xavier Delamarre[7] considère que les formes exactes sont *dubron « eau », pluriel dubra « eaux », sans pourtant mentionner le toponyme Douvrin. L'identification du suffixe -in / -im fait difficulté.

Ernest Nègre[8] pense qu'il s'agit d'un nom de personne germanique pris absolument : Theogrimus, en supposant que le groupe consonantique /gr/ ait pu donné /ir/ et l'initiale /t/ > /d/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu est habité depuis le XIe siècle. Les premiers documents en faisant mention datent de 1098. Les chemins menant à la ville sont anciens, celui entre Douvrin et Haisnes remonte à l’Empire romain (Agrippa, gendre d’Auguste).

L’existence de la mairie de Douvrin remonte de 1229. Il s’agissait d’une juridiction seigneuriale.

Au XVIIIe siècle, Douvrin est une partie de terroir imprégnée ou couverte d’eau parce qu’elle n’avait pas d’écoulement. La population — essentiellement agricole — s’élève à 12 ménages. Le premier maire est Joseph Lirdeman, dont le nom est porté par la salle des fêtes de la ville. Les contours de certains bâtiments de cette période peuvent être retrouvés : le manoir seigneurial (le siège du fief seigneurial) et la première église.

Théâtre d'affrontements entre Français et Espagnols, Douvrin rejoint définitivement le royaume de France en 1689, par le Traité des Pyrénées, qui rattache l'ensemble de l'Artois à la France.

Durant la Révolution française, Joseph Lirdeman devient le premier maire. Cultivateur de 70 ans, il est élu maire le 5 février 1790, par une assemblée qu'il préside, réunie dans l'église. La commune ne comptait alors que 779 habitants. Une salle des fêtes, construite en 1990, porte aujourd'hui son nom.

Douvrin a beaucoup souffert de la Grande Guerre, et la ville, décorée de la Croix de guerre 1914-1918, a été reconstruit presque en sa totalité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Douvrin dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1947 François Lelong SFIO  
1947 1958 Léopold Gleizes SFIO  
1958 1981 Georges Gleizes PS  
1981 1982 Joseph Jacques PS  
1982 1983 Jean-Mary Valambois PS  
1983 1989 Abel Brulé DVG  
1989 1995 Jean-Mary Valambois PS  
1995 2001 Joseph Pasquier DVG  
2001 2008 Vincent Pasquier MRC[9]  
2008 2009 Serge Gorillot DVD  
2009 2010 Claudia Guilbert SE  
2010 en cours Jean-Michel Dupont SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 000 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
779 909 1 106 1 066 1 176 1 238 1 255 1 282 1 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 296 1 464 1 451 1 437 1 661 2 082 2 204 2 401 2 730
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 801 3 098 3 110 1 875 3 055 3 231 3 376 3 707 4 061
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4 350 4 659 4 736 4 415 5 442 5 431 5 229 5 160 5 013
2011 - - - - - - - -
5 000 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 20 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 18,9 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 21 %).
Pyramide des âges à Douvrin en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,6 
3,2 
75 à 89 ans
7,7 
11,6 
60 à 74 ans
12,7 
22,8 
45 à 59 ans
21,9 
19,9 
30 à 44 ans
20,7 
20,0 
15 à 29 ans
17,5 
22,4 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Douvrin compte plusieurs écoles maternelles et primaires, privées et publiques, ainsi qu'un collège d'enseignement secondaire, le collège Antoine de Saint-Exupéry. La ville tombe pour l'administration de l'enseignement sous le Rectorat de l'Académie de Lille et l'Inspection académique du Pas-de-Calais.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite l'usine de usine de moteurs automobiles de la société Française de Mécanique (filiale 50:50 de Renault et PSA Peugeot Citroën), et le Parc des industries Artois-Flandres. Les locaux de Radio plus, radio du bassin minier de musique populaire à dominante française, se trouvent à Douvrin. La radio s'écoute sur la fréquence 104.3 MHz et sur Internet[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Denis a ses origines dans le XVe siècle siècle. Elle fut détruite à deux reprises, en 1878 et durant la Première Guerre mondiale. Reconstruite en 1920, les vitraux et la chaire de vérité sont classés Monument historique.
  • Le monument aux morts, érigé en 1927, commémore les victimes des guerres de 1870-71, 1914-18 et 1940-45. Un premier monument de 1907 fut détruit durant la Première Guerre Mondiale[14].
  • Le Jardin de la Paix
  • L'ancienne gare de Douvrin sur la ligne Lens Sainte-Élisabeth - Violaines, desservi jusqu'en 1959 par le petit train Lens - Violaines [15].

Média[modifier | modifier le code]

La ville est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais et les chaînes nationales de la TNT. Elle reçoit également la chaîne régionale Wéo.

Depuis 1999 la radio associative du bassin minier et de l'Artois RADIO PLUS émet depuis son site qui se trouve à Douvrin sur la fréquence 104,3 FM Radio Plus (radio française)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or au chef de gueules chargé d’un lion léopardé d’argent.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968. p. 253.
  2. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 68 Article Douvrend.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes…, Volume 2. p. 938.
  4. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  5. François de Beaurepaire, op. cit.
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  7. Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance. p. 151 - 152.
  8. Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes…, Volume 2. p. 938
  9. « Le bilan des maires – Douvrin : l’éloge du « bien vivre » par Vincent Pasquier », La Voix du Nord, 21 août 2007.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « Évolution et structure de la population à Douvrin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  13. radioplus.fr
  14. Douvrin au site Mémoires de pierre
  15. [1]