Conchil-le-Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conchil-le-Temple
L'église Notre-Dame-de-la-Nativité.
L'église Notre-Dame-de-la-Nativité.
Blason de Conchil-le-Temple
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Berck
Intercommunalité Communauté de communes Opale Sud
Maire
Mandat
Alain Delorme
2014-2020
Code postal 62180
Code commune 62233
Démographie
Population
municipale
1 087 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 06″ N 1° 39′ 55″ E / 50.3683333333, 1.66527777778 ()50° 22′ 06″ Nord 1° 39′ 55″ Est / 50.3683333333, 1.66527777778 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 57 m
Superficie 16,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Conchil-le-Temple

Conchil-le-Temple est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Conchil-le-Temple se situe au sud de Berck, le long du fleuve Authie. L'altitude la plus élevée est de 57 mètres. Conchil-le-Temple se trouve dans un cadre rural, boisé, et composé de nombreux étangs dont la Foraine d'Authie, véritable lieu de balade.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Conchil-le-Temple
Waben Verton Lépine
Conchil-le-Temple
Quend Colline-Beaumont Tigny-Noyelle

Histoire[modifier | modifier le code]

845 - Concilium (Hariulfe) 1406 - Conchy-les-Waben (Titre de famille) 1608 - Conchie (Tassin, loc. cit.) 1650 - Conchie (Jansson)

Traces vues par photo aérienne d'anciens fossés circulaires de l’Âge du bronze et de grands enclos rectilignes de l’Âge du fer à Conchil-le-Temple. Photo : R. Agache / Ministère de la Culture

Hariulfe mentionne Conchil parmi les possessions de l'abbaye de Saint-Riquier. La maison que l'on appelait le Temple-lez-Waben se trouvait au lieu nommé la Commanderie. Elle était située entre deux chemins dont l'un conduisait à Waben et l'autre à Montreuil ; c'est là que résidaient en 1307 les Templiers Raoul de Monteswis et Eudes d'Écuires qui furent arrêtés à Montreuil et brûlés vifs. Lorsque les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem succédèrent aux Templiers, la commanderie du Temple réunie à celle de Loison, était riche de 60 journaux de terres labourables et de 124 journaux de bois divisés en deux parties : le bois de la Servelle (99 jx) et le bois du Temple (25 jx).

Il y avait un moulin et un four banal avec des rentes qui rapportaient environ 54 livres. Les Hospitaliers eurent à soutenir en 1352 plusieurs procès contre le Comte de Ponthieu, à l'occasion de certains droits seigneuriaux qu'il exerçait au Temple. À la suite de ces procès, ils continuèrent à rendre la haute, la moyenne et la basse justice ; le Comte de Ponthieu ne put sous aucun prétexte s'arroger le droit de faire des exploits dans leur domaine.

Les guerres du XVe siècle causèrent partout de grands ravages, le rapport de la visite prieurale de 1495 nous trace un bien triste tableau du membre de la communauté de Loison nommé le Temple-les-Waben : la chapelle avait été incendiée ; les bâtiments étaient démolis ; le moulin tombait en ruine. Le commandeur Emery d'Amboise les fit réparer. Un prêtre séculier desservait la chapelle qui était dédiée à la Sainte Vierge moyennant une pension de 20 livres.

Le revenu de la maison du Temple-les-Waben était en 1578, de 166 écus soleil avec les droits seigneuriaux. Il s'élevait, en 1757 à 1 272 livres ; et en 1783 à 1 500 livres (Arch. Nationales, Ordre de Malte J. 5058).

La seigneurie vicomtière du Temple, qui relevait en partie du Roi à cause de son château de Waben, de la baronnie de Merlimont et de la seigneurie de Maintenay, appartenait en 1311 à Jean de Bours (Aveu de Maintenay).

Le 4 septembre 1510, Nicolas de Bours, écuyer et l'un des successeurs de jean de Bours, en servit aveu à Nicolas de Werchin, Baron de Merlimont. Ce fief que possédèrent après lui Henri aux Epaules, Jean de Longueval et Claude de la Wespierre, fut acheté le 27 décembre 1608 par messire Louis de Bresdoult, chevalier. Louis de Bresdoult était déjà seigneur de Neuvilette, et du Pas-d'Authie, du chef de sa mère Antoinette de Gouy. Antoine Hourdel lui vendit le 24 mars 1596, le fief de Beaurepaire les Bresdoult habitèrent le Pas-d'Authie : l'un d'eux messire Henri, fut mayeur de Montreuil et mourut en 1761 ; faisant une fille unique, demoiselle Marie-Madeleine, qui épousa Simon-Joseph Moullart Baron de Torcy. La cure de Conchil était à la présentation de l'abbé de Saint-Eloi-les-Noyon. Le desservant, les moines de Saint-Josse et le seigneur partageaient la dîme.

La confrérie de Saint-Blaise établie dans l'église de Conchil remonte à une haute antiquité. L'évêque d'Amiens lui accorda en 1686 une relique insigne du Saint et il ratifia en même temps les règlements de cette pieuse association qui compte actuellement plus de trois cents membres.

La relique de saint Blaise est l'objet d'une grande vénération. Les nombreux pèlerins, qui viennent à Conchil le 3 février et les jours suivants, invoquent saint Blaise afin d'être préservés des maux de gorge. (Notes de M. L'abbé Oudin).

Hameaux et Écarts : La Commanderie - La Frénésie - Le Pas-d'Authie - Le Pavillon

On prétend que le Pavillon est l'ancienne prison du bailliage de Waben. C'est une construction carrée dont les murailles ont une grande épaisseur. Les caves sont très profondes et on y voit d'énormes anneaux qui servaient à enchaîner les prisonniers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Conchil-le-Temple dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Jean-Baptiste Norbert Le Blond    
1792 1793 François Rivet    
1793 1795 François Fréville    
1795 1797 Pierre Le Boeuf, agent national    
1798 1798 Jacques Lecomte, agent national    
1798 1800 Charles Dehesdin, agent national    
1800 1800 Charles Dehesdin, maire provisoire    
1800 1804 Jean-Baptiste Brasseur    
1804 1843 Louis-Augustin Moullart, baron de Vilmarest    
1843 1846 Jean-Baptiste Charles    
1846 1854 Jean Baptiste Fréville    
1854 1855 Augustin Leblond    
1855 1857 Jean-Baptiste Fréville    
1857 1865 Louis Manier    
1865 1870 François Landrieu    
1870 1871 Ernest Maillet    
1871 1873 François Landrieu    
1873 1876 Camille Moullart, baron de Torcy    
1876 1880 François Landrieu    
1880 1882 Adolphe Tétu    
1882 1914 Auguste Leblond    
1914 1934 Maurice Moullart, baron de Torcy    
1934 1941 Gaston Bridoux    
1941 1944 Georges Tétu, président de la légation spéciale    
1944 1977 Charles Monvoisin    
1977 2005 Bernard Eeckhout († août 2005)    
2005 2008 Pierre Beaurain    
2008 en cours Alain Delorme    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 087 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323 352 351 402 468 484 507 523 574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650 680 732 732 740 715 743 720 694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
633 685 655 629 596 581 651 641 671
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
734 657 698 728 792 789 911 1 087 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 16,4 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 19,1 %).
Pyramide des âges à Conchil-le-Temple en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,9 
4,4 
75 à 89 ans
6,1 
11,8 
60 à 74 ans
12,1 
23,1 
45 à 59 ans
21,7 
20,0 
30 à 44 ans
22,4 
19,3 
15 à 29 ans
16,1 
21,1 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Conchil-le-Temple

Les armes de Conchil-le-Temple se blasonnent ainsi :

D’azur au chevalier du temple de carnation, à la tunique d’argent chargé d’une croix pattée de gueules, au manteau du même.[5]
Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes (TemplierTemple).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-la-Nativité de Conchil-le-Temple est remarquable. Le chœur orné de vitraux offerts par M. le Baron Moullart de Torcy, est du XVe siècle. Le tableau qui représente la Présentation de la Sainte Vierge au Temple est attribué à Annibal Carrache. M. le Baron Moullart de Vilmarest (L à Z) l'acheta peu de temps après la Révolution à un chanoine de Paris qui l'avait sauvé du pillage de Notre-Dame.

Le monument aux morts.

La Foraine d’Authie est un site géré par EDEN 62 abritant de nombreuses espèces d'oiseaux : Oie cendrée, Bernache nonnette, Bernache du Canada, Cygne tuberculé, Cygne sauvage, Ouette d'Egypte, Tadorne de Belon, Spatule blanche, Grand Cormoran...

Festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans, la Fête au Village organisée par l'ASCOTE réunit plusieurs centaines de personnes qui viennent faire la fête dans une ambiance traditionnelle. Après une messe en plein air sur le terrain de football, un cortège composé de chars fleuris, de groupes folkloriques, d'harmonies, de majorettes et autres animations traverse la commune. Les trottoirs sont noirs de monde. Une fois arrivé au terrain de football, le cortège se réunit et cède la place à une grande fête populaire avec de nombreux jeux aussi bien pour les grands et les petits (courses de sacs, jeux traditionnels, structures gonflables...). En soirée, un grand bal populaire est organisé. Un feu d'artifice est également tiré en soirée, un feu qui émerveille chaque année les yeux des plus petits comme des plus grands. Ce feu d'artifice bénéficie du concours de la municipalité et de partenaires privés. Le rendez-vous est déjà pris pour le 21 juillet 2013 avec un nouveau feu d'artifice et bien d'autres activités encore.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Line Renaud, réfugiée à Conchil le Temple durant l'exode de 1940[6]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sueur F. & Gosselin G. (2009) Commensalisme lié à la pêche collective du Grand Cormoran Phalacrocorax carbo, à Conchil-le-Temple (62,PP - W05,09), dans une ancienne gravière. Le Héron, 42 : 15-18.
  • Sueur F., Merchier M. & Gosselin G. (2011) Avifaune de la Foraine d’Authie à Conchil-le-Temple (62,PP - W05,09) : phénologie de l’avifaune aquatique et effectifs nicheurs de 2005 à 2010. Le Héron, 44 : 105-118.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]