Saint-Étienne-au-Mont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-au-Mont
Les Dunes d'Écault, site naturel de Saint-Étienne au Mont.
Les Dunes d'Écault, site naturel de Saint-Étienne au Mont.
Blason de Saint-Étienne-au-Mont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Samer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Brigitte Passebosc
2014-2020
Code postal 62360
Code commune 62746
Démographie
Gentilé Stéphanois
Population
municipale
5 083 hab. (2011)
Densité 362 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 56″ N 1° 37′ 37″ E / 50.6822222222, 1.62694444444 ()50° 40′ 56″ Nord 1° 37′ 37″ Est / 50.6822222222, 1.62694444444 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 113 m
Superficie 14,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Mont

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Mont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Mont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-au-Mont
Liens
Site web http://www.saintetienneaumont.com

Saint-Étienne-au-Mont est une commune française située près de Boulogne-sur-Mer, dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

La commune abrite une population totale de 5 000 habitants répartie dans deux espaces très différents, distants de plusieurs kilomètres et souvent considérés comme indépendants par la population locale : Pont-de-Briques (milieu urbain, à l'est) et Écault (milieu rural, à l'ouest).

Ses habitants sont appelés les Stéphanois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 62746.png
Écault
Pont-de-Briques
Voir l’image vierge
Le plan communal avec les délimitations.
Panneau d'entrée à Pont-de-Briques sur la RD 940.
Vue d'Outreau depuis le mont de Saint-Étienne à Écault.

La commune de Saint-Étienne-au-Mont est située au nord de la France, à 5 km au sud de Boulogne-sur-Mer[1] et à environ 50 km de Douvres, 100 km de Lille[2], 150 km de Londres, 190 km de Bruxelles et 210 km de Paris[3].

Le territoire de la commune est divisé en deux parties, distantes de plusieurs kilomètres :

  • Pont-de-Briques, à l'est, est un milieu urbain, assez densément peuplé (qui abrite environ 90 % de la population de la commune), où se trouve le centre-ville de la commune ;
  • Écault, à l'ouest, est un milieu rural, majoritairement composé de de pâturages, de champs et d'espaces naturels. Il est situé au bord de la Manche, sur la Côte d'Opale.

Les deux territoires dépendent administrativement de la même commune et de la même mairie (située à Pont-de-Briques) mais sont souvent considérés comme indépendants par la population locale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Équihen-Plage Outreau Saint-Léonard Rose des vents
Manche N Isques
O    Saint-Étienne-au-Mont    E
S
Neufchâtel-Hardelot Condette Condette

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal se situe à l'intérieur de la boutonnière du boulonnais.

Le hameau d'Écault est situé sur un mont qui s'élève à 100 mètres d'altitude, tandis que Pont-de-Briques s'étend sur les rives de la Liane et sur une île dans le lit du fleuve.

Le massif d'Écault, à l'ouest, est formé par la forêt d'Écault et les dunes d'Écault. La plage d'Écault d'une longueur de 2 555 mètres[4], est située derrière le massif, entre les plages d'Équihen et d'Hardelot.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée au nord par la Liane, fleuve côtier d'une longueur totale de 36,7 km, qui se jette dans la Manche à Boulogne.

La Warenne et la Cachaine, deux cours d'eau, prennent leur source à Écault. Le premier se jette dans la Manche, le deuxième dans la Liane.

La commune est reconnue en état de catastrophe naturelle à la suite des inondations et coulées de boues aux abords de la Liane à Pont-de-Briques du 1er au 3 novembre 2012[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Située sur la Côte d'Opale, la commune est sous un climat océanique marqué. Les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers sont doux et les étés frais. Les jours de gelée et de neige sont peu nombreux.

Les vents, toujours actifs, influencent beaucoup le climat en fonction de leur direction. Les vents dominants venant de l'ouest (façade maritime) apportent un air relativement pur et poussent les nuages vers l'arrière-littoral. Il existe également des vents froids en provenance du nord ou de l'est.

Sites protégés[modifier | modifier le code]

L'enclos à moutons des dunes d'Ecault.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les départementales D901 et D940, qui se rejoignent à Pont-de-Briques et qui se dirigent vers Boulogne-sur-Mer au nord[7]. La D901 est en provenance de Samer à l'est et la D940 vient de Neufchâtel-Hardelot, au sud.

L'autoroute A16 passe à proximité de la commune, la desservant par le biais des sorties sortie 27 à sortie 29[8]. Elle permet de rejoindre d'autres régions, françaises ou européennes, proches (Picardie, Haute-Normandie, Kent, Flandre Occidentale, etc.).

Saint-Étienne-au-Mont est également desservie par les lignes E et I du réseau de bus boulonnais Marinéo (ex-TCRB) ainsi que par la ligne 42 (Boulogne-Berck) du réseau départemental Colvert.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Pont-de-Briques vue au fond, avec la ligne d'Amiens à Boulogne-sur-Mer.

La gare de Pont-de-Briques est située sur la ligne de Longueau à Boulogne-Ville et est desservie par la ligne 11 des TER Nord-Pas-de-Calais[9].

Les gares plus importantes à proximité sont celles de Boulogne-Ville (à 10 minutes en voiture) et de Calais-Fréthun (à 30 minutes).

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport du Touquet-Côte-d'Opale, situé à 18 km de Saint-Étienne-au-Mont, est principalement utilisé par des avions privés, pour les vols internationaux entre la France et le Royaume-Uni, et par des voyagistes vers des destinations de vacances.

Le département du Pas-de-Calais bénéficie également d'un autre aéroport à Calais[10].

Langues[modifier | modifier le code]

Le centre du Pré Catelan, zone anglophone à Écault.

La langue principalement parlée à Saint-Etienne-au-Mont est le français. Le dialecte local fait partie des dialectes du boulonnais, et, plus largement, est une variété du picard. Situé au sud d'Écault, à la frontière intercommunale avec Hardelot, le centre de vacances du Pré Catelan britannique (PGL) accueille les écoles du Royaume-Uni pour découvrir la France. On parle beaucoup plus l'anglais dans cette partie de la commune que français.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Documents d'urbanisme[modifier | modifier le code]

Un schéma de cohérence territoriale et un plan local d'urbanisme intercommunal sont en cours de réalisation en 2011.

Logement[modifier | modifier le code]

La partie urbanisée du territoire se trouve principalement à Pont-de-Briques, au nord-est de la commune, sur les rives de la Liane.

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'origine, la commune s'appelait Audisque avant de devenir Saint-Étienne en 1793, puis Saint-Étienne-au-Mont en 1937[11].

Ce nom fait référence au mont de Saint-Étienne, sur lequel est bâti l'église d'Écault.

Dans le terme « Pont de Briques », le mot « briques » n’a rien à voir avec les matériaux du même nom. Il s’agit d’un vieux terme germanique, « Bricke », qui désigne un pont, ce qui reviendrait à traduire « Pont de Briques » par « le Pont du Pont »[12].

Saint-Étienne-au-Mont se nomme en néerlandais Sint-Stevens Bergen, en anglais Saint-Etienne-au-Mont et en allemand Sankt Steven Berg.


Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Pendant l'Antiquité, le site était occupé par les Morins. La Liane était un fleuve aux eaux abondantes et son estuaire devenait à chaque marée un véritable lac qui s’étendait jusqu’à Isques, village qui tire d’ailleurs son nom d’un mot celte signifiant « eau ». À marée basse, le lac faisait place à une lagune impraticable.

Pour relier les deux rives et mettre en relation la péninsule d’Outreau et tout le pays au sud de la Liane avec Boulogne qui s’appelait alors Gesoriacum, et également pour briser la violence du flux, on construisit un pont en aval d’Isques, à l’endroit où la vallée se rétrécit. C’est cet ouvrage d’art qui est à l’origine de l’agglomération pont-de-briquoise et qui lui a donné son nom. Une phrase de l’historien latin Florus laisse supposer que ce pont fut construit entre l’an 12 et l’an 9 d’avant notre ère, par Claudius Drusus, le frère de l’empereur Tibère.

Par ailleurs, un petit établissement gallo-romain, datant des Ier siècle et IIe siècle, a été mis au jour à Écault en 2004. En plus d'objets quotidiens, il a été retrouvé, autour des fondations de six maisons, des dépôts de scories laissant penser à un artisanat sidérurgique[13].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le toponyme Pont de Briques apparaît pour la première fois sous la forme de Pont de Brike dans une charte de 1278 qui précise les limites de la banlieue de Boulogne. Le pont supportait une route qui reliait Amiens à Boulogne. Cette voie entrait en Boulonnais en franchissant la Canche au bac d’Attin, puis gagnait Pont-de-Briques par Frencq, le hameau du Chemin à Neufchâtel, la forêt d’Hardelot, le Choquel, le hameau disparu de Sandune, Audisque et la rue au Sable[12].

L'église Actuelle d'Écault.

Un document du XIIIe siècle fait état de la présence d'une église sur le « moustier Saint-Etienne » vers 1121. Cette église fut une base de l'église actuelle d'Écault. Le monument fut en grande partie détruit au XIVe par les Anglais. En 1630, le curé Louis Macquet tenta de reconstruire l'église mais ne parvint pas à un résultat convenable[14].

Période napoléonienne[modifier | modifier le code]

Entre 1803 et 1805, Napoléon Bonaparte installa le campement d'une armée aux alentours de Boulogne-sur-Mer, dans le but de préparer une attaque contre le Royaume-Uni. Le camp de Boulogne accueillait ainsi l'Armée des côtes de l'Océan, qui allait devenir la Grande Armée. L'Empereur élut domicile dans le petit château de Pont-de-Briques, qui est actuellement sur le territoire de la commune de Saint-Léonard. Le choix de cette résidence était motivé par la facilité à accéder à Boulogne et son camp par le long de la Liane.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Étienne-au-Mont naquit par la fusion de Pont-de-Briques et d'Écault.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la commune, comme les autres communes du Boulonnais, subit de nombreux dégâts. En particulier, seules quelques maisons ont subsisté à Écault après le conflit[15]. Actuellement, la commune bénéficie des principaux services : commerces, médiathèque, collège, etc. Le tourisme, motivé par la proximité de la côte d'Opale, est une activité économique d'une certaine importance : Saint-Étienne-au-Mont dispose de plusieurs gîtes et d'un camping-caravaning de 258 emplacements situé entre les dunes et la forêt d'Écault[16].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignement[modifier | modifier le code]

L'église de Pont-de-Briques, avec l'ancienne école Victor-Hugo (bâtiment rose).

La commune de Saint-Étienne-au-Mont jouit d'établissements assurant des enseignements pré-primaire, primaire et secondaire jusqu'au collège. Ces établissement appartiennent à l'académie de Lille.

Il y a quatre écoles maternelles dans la commune : trois à Pont-de-Briques, dont une privée, et une à Écault.

Les établissements primaires sont au nombre de trois : l'école Jules-Ferry - Victor-Hugo et l'école privée Sainte-Thérèse à Pont-de-Briques et l'école primaire d'Écault.

Le collège Paul-Éluard de Pont-de-Briques accueille les élèves originaires de Saint-Étienne-au-Mont et d'autres communes des environs comme Condette, Saint-Léonard, Isques, etc. Cet établissement dispose également d'une SEGPA et d'une UPI qui accueillent les enfants du boulonnais. Le collège propose également à ses élèves, par le biais d'une association, des voyages à l'étranger, à Cantorbéry au Royaume-Uni, à Zell am See en Autriche ou au marché de Noël d'Aix-la-Chapelle. Un club organise également un échange avec le village sénégalais de Kobongoye, sur des fonds récoltés en organisant un marché de Noël.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

On trouve à Pont-de-Briques deux terrains de football, dont un synthétique, plusieurs salles omnisports, une piste d'athlétisme, un court de tennis couvert, un boulodrome, etc.

Par ailleurs, Écault profite également d'une salle de sport, d'un terrain de basket extérieur, etc[17].

Loisirs et vie culturelle[modifier | modifier le code]

Maisons de Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune a des Maisons de Quartier ;

  • Centre Salvador Allende (Résidence Salvador Allende), qui sert de Maison de Quartier, et d'aide aux devoirs, ainsi que de centre de loisir à l'année.
  • Centre des Quenelest (Résidence les Quenelest), qui sert aussi de Maison de Quartier, ainsi que d'aide aux devoirs et de Centre de loisirs à l'année.
  • Centre d'Olympe (Résidence Olympe), qui sert aussi de Maison de Quartier, ainsi que d'aide aux devoirs et de centre de loisir à l'année.

Centre de Loisirs[modifier | modifier le code]

Le Centre de Loisirs, appelé Annexes, est à côté de la Médiathèque de la commune, qui accueille les enfants l'été et à l'année.

Centres qui sont ouverts uniquement à l'année[modifier | modifier le code]

  • Le Centre des Annexes qui accueille les 10-13 ans l'été, les 10-13/7-9 et 3-6 ans à l'année Comme le C.A.J et les Maisons de Quartiers
  • Le Centre Jules Ferry (école Ferry-Hugo) qui accueille les 7-9 ans à l'été.
  • Le Centre Elsa Triolet (école Elsa Triolet) 3-6 ans l'été
  • Le Centre d'Écault, accueille les 3-6,7-9 et 10-13 ans l'été (Uniquement Écault).

Le Centre d'Animation Jeunesse[modifier | modifier le code]

Le Centre d'Animation Jeunesse, accueille les ados (12-18 ans) l'été et l'année, les Adolescents choisissent les activités en fonction de leurs envies, et ils sont autonomes. Le C.A.J, accueille aussi les 3-6, les 7-9, et les 10-13 ans uniquement l'année, et l'Aide aux Devoirs pour les Habitants d'Écault.

Aides aux devoirs[modifier | modifier le code]

Les aides aux devoirs sont situées majoritairement dans les Maisons de Quartier mais aussi au C.A.J. ou à la médiathèque. Gratuit, ils acceptent uniquement les élèves de la primaire (C.P) au lycée (terminale).

Atelier d'éveil d'art[modifier | modifier le code]

L'Atelier d'éveil à l'art, situé à côté des Annexes, servait à faire découvrir à toute personne voulant découvrir et pratiquer l'art gratuitement. Il était dirigé par un artiste, qui travaillait pour la Commune (Le Centre de Loisirs). Il accueillait dans son atelier des enfants des centres de loisirs, des adultes avec un Club Adultes… Et à chaque fin d'année, de nombreuses personnes étaient récompensées avec Le Prix de l'Artiste, qui était remis en main propre par l'artiste. Les travaux étaient présentés en exposition vers le mois de juin jusqu'en 2011.

La médiathèque[modifier | modifier le code]

La médiathèque du Château-Calonne abrite différentes structures :

  • la bibliothèque, avec plus de 900 ouvrages ;
  • un cyber-centre permettant l'accès au multimedia ;
  • une musicothèque proposant à l'emprunt des CD et des cassettes.

Par ailleurs, certains spectacles ou expositions ont lieu dans ce château.

Traditions et actions communales[modifier | modifier le code]

Les Dunes d'Ecault.
  • Nature en Peinture, les peintres dans les dunes environs vers les 26-28 septembre.
  • Commémoration des combattants, morts pour la France, le 11 novembre au monument aux morts ;
  • les Caddies de la Solidarité, mis en place par le Secours populaire et les centres de loisirs à Intermarché et dans la commune, afin de collecter des denrées alimentaires ;
  • concours des Balcons Fleuris ;
  • colis de Noël remis dans la commune ;
  • Max-de-Zik, festival anti-violence, au début du mois de septembre ;
  • repas Halloween fait par les Comités de Quartier en octobre ;
  • Saint-Nicolas, qui passe dans les rues d'Écault et de Pont-de-Briques le 6 décembre ;
  • la Fête Populaire qui a lieu en mai, avec braderies et animations musicales ;
  • la Fête de la Dune en août ;
  • exposition d'Art des centres de loisirs à la Médiathèque du Château-Calonne, vers juin ;
  • braderie nocturne le 17-18 juin ;
  • les 6 miles de Pont-de-Briques, en même temps que l'Enduro du Touquet.

Le Tour de France de 2012[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-au-Mont est l'une des dernières villes de la 3e étape du Tour de France 2012 (Orchies-Boulogne-sur-Mer venant de Condette à Isques par la rue Edmond-Madaré, Départementale 940).

Éluise el Moulière la géante de l'estran[modifier | modifier le code]

Suite à un partenariat avec la ville d'Équihen-Plage, un géant a été installé à Écault par les jeunes membres du C.A.J, le parc naturel régional et les habitants des deux communes. éluise symbolise l'estran entre Saint-Étienne-au-Mont et Équihen-Plage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-au-Mont dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer

La commune est une ville de gauche (PS), privilégiant les candidats de gauche aux élections présidentielles et les plébiscitant aux élections régionales, législatives et cantonales. De plus, les derniers maires appartiennent au parti communiste. Son conseil municipal dispose de 27 membres et d'une section socialiste.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871 1936 François Longuet inconnu Officier d'académie, suppléant de la justice de paix de Samer, Président de la section cantonnale des pupilliès de la nation, délégué cantional, Officier d'académie.
mars 1971 1990 Jean Bardol PCF Conseiller général du Canton de Samer (1951-1958) et (1982-2001) - Sénateur (1958-1973) - Député (1973-1981)
1990 2012 Jean-Claude Juda[18] PCF Conseiller général du Canton de Samer depuis 2001
2012 en cours Brigitte Passebosc[19] PCF Conseillère régionale depuis 2004, Enseignante en EPS

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-au-Mont relève du tribunal d'instance de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de grande instance de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai[20].

Partenariat[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-au-Mont est en partenariat avec:

  • Flag of Senegal.svg Kobongoye au Sénégal, par le biais du Club Nord-Sud.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 083 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
357 338 373 401 514 524 575 547 352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
567 709 1 101 1 188 1 333 1 430 1 463 1 479 1 596
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 636 1 866 2 052 2 153 2 323 2 510 2 548 2 715 3 058
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 423 4 389 4 301 4 632 5 037 4 995 5 059 5 068 5 083
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,8 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 19,7 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Saint-Étienne-au-Mont en 2007 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
4,0 
75 à 89 ans
6,6 
10,8 
60 à 74 ans
11,9 
21,9 
45 à 59 ans
20,4 
21,2 
30 à 44 ans
20,2 
19,2 
15 à 29 ans
19,7 
22,8 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[24]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 517 €, ce qui plaçait Saint-Étienne-au-Mont au 27 970e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[25].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une petite zone commerciale, d'un centre ville et d'une épicerie sur Écault.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La gare de Pont-de-Briques.
  • Le château d'Audisque
  • Le château de Pont-de-Briques
  • Le Pont-de-Briques, un pont traversant la Liane
  • Aréna, la maison des Dunes, centre d'interprétation de l'environnement, à Écault
    Aréna, le Centre des Dunes.
  • Le Domaine de la Converserie
  • L'église Sainte-Thérèse
  • Le Réfectoire des A.P.O.
  • Le carré militaire du cimetière communal (St. Étienne-au-Mont Communal Cemetery) où reposent des travailleurs chinois et sud-africains employés par l'armée britannique durant la Première Guerre mondiale
  • Le cimetière chinois de Pont-de-Briques (Chinese Cemetery of Pont-de-Briques)(中国坟场蓬,砖)
  • Le Buste mémorial du Chemin des Juifs dans la forêt d'Ecault.
  • La Croix de Saint-Augustin au près-Catelan (Qui fut remise sur le territoire de Neufchâtel-Hardelot)
  • La Chapelle de Pont-de-Briques
  • Le Château Calonne.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Château d'Audisque : façades et toitures du château et des trois bâtiments qui ferment la cour d'entrée, portail d'entrée sur la cour, sol de la cour, escalier avec sa rampe en fer forgé, salle à manger au rez-de-chaussée avec son décor. (cad. AD 150, 151) : inscription par arrêté du 29 décembre 1978[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Etienne-au-Mont.svg

Les armes de Saint-Étienne-au-Mont se blasonnent ainsi :

d’azur au pont isolé de deux arches d’argent, maçonné de sable, au chef cousu de sinople semé d’abeilles d’or.

Ces armes sont relativement récentes : elles ont été créées en 1965, lorsque l'agglomération de Pont-de-Briques souhaita se doter d'armes qui ne reprennent pas celles des sénéchaux du Boulonnais[27].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Étienne-au-Mont et Boulogne-sur-Mer », sur www.lion1906.com (consulté le 30 mars 2011)
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Étienne-au-Mont et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le 30 mars 2011)
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Saint-Étienne-au-Mont et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le 30 mars 2011)
  4. La plage sur www.saintetienneaumont.com
  5. (fr) « Intempéries de fin octobre : 30 premières communes en état de catastrophe naturelle », sur La Voix du Nord,‎ 7 décembre 2012 (consulté le 24 février 2013)
  6. « Commune de Saint-Etienne-au-Mont », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 3 juin 2010)
  7. « Saint-Étienne-au-Mont (faire apparaître les couches « Cartes IGN » et « Routes ») », sur www.geoportail.fr (consulté le 1er mai 2011)
  8. « Itinéraire de l'autoroute A16 », sur routes.wikia.com (consulté le 1er mai 2011)
  9. « La halte de Pont-de-Briques », sur www.ter-sncf.com (consulté le 6 mai 2011)
  10. « Accès au département du Pas-de-Calais », sur www.pas-de-calais.com (consulté le 1er mai 2011)
  11. Ville de Saint-Étienne-au-Mont sur annuaire-mairie.fr
  12. a et b « Commune de Saint-Étienne-au-Mont », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 3 juin 2010)
  13. « Les fouilles archéologiques à Écault », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 30 mars 2011)
  14. « Commune de Saint-Etienne-au-Mont », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 3 juin 2010)
  15. « Le bâti historique à Écault », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 30 mars 2011)
  16. « Commune de Saint-Etienne-au-Mont », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 3 juin 2010)
  17. « Équipements sportifs de Saint-Étienne-au-Mont », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 30 mars 2011)
  18. « Le Maire, Jean-Claude Juda passe la main. »
  19. « Brigitte Passebosc, nouveau Maire. »
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 20 juillet 2013).
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  23. « Évolution et structure de la population à Saint-Étienne-au-Mont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010)
  25. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010).
  26. « Bases de données du ministère de la culture » (consulté le 3 juin 2010)
  27. « Le blason pont de briquois », sur www.saintetienneaumont.com (consulté le 30 mars 2011)