Somain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Somain
La mairie
La mairie
Blason de Somain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Douai
Canton Marchiennes
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Ostrevent
Maire
Mandat
Jean-Claude Quennesson
1977-2014
Code postal 59490
Code commune 59574
Démographie
Population
municipale
12 462 hab. (2011)
Densité 1 012 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 21′ 30″ N 3° 16′ 52″ E / 50.3583333333, 3.28111111111 ()50° 21′ 30″ Nord 3° 16′ 52″ Est / 50.3583333333, 3.28111111111 ()  
Altitude Min. 16 m – Max. 48 m
Superficie 12,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Somain

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Somain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Somain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Somain

Somain est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais. L'ancienne commune de Villers-Campeau a été absorbée par Somain en 1947. Somain est également connu pour avoir été une grande commune minière, avec les fosses La Renaissance, Saint Louis, Casimir Périer, et De Sessevalle, l'extraction y a cessé en 1970.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Summinium cortis, 867. testament du comte Everard (Fl.Vander Haer; qui dit par erreur 837). Fiscum nomin Sominium in pago Hostrewant situm, 868. Testament de Giséle. Sumen, 1079. Titre de fond. l'Abbaye d'Anchin (Escallier). Villade Summeing, ville de Soumaing, Sommaing, 1219. Titre de Cysoing (Le Glay).

Environnement[modifier | modifier le code]

Fleurissement de la commune.

Somain a lancé une AEU (Analyse environnementale urbaine) dans le cadre de la révision de son PLU (Plan local d'urbanisme), avec l'aide de la société PAYSAGES (bureau d'étude expert AEU), et GAHIA (bureau d'étude expert haute qualité environnementale).

Communications[modifier | modifier le code]

Nœud ferroviaire important avec gare de triage. Voir Gare de Somain.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un petit ruisseau traverse Somain, il s'agit du courant de l'Abbaye. Il est canalisé dans des drains suite à l'urbanisation ces cinquante dernières années de la zone entre Somain et le quartier De Sessevalle.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

L'altitude de la ville varie entre 16 à 48 mètres. L'altitude la plus basse est trouvée au Nord de la ville vers la Scarpe qui passe à Marchiennes, l'altitude la plus élevée peut être trouvée au Sud de la ville, sur la route allant vers Bouchain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Somain
Rieulay Marchiennes
Rieulay
Rieulay
Fenain
Bruille-lez-Marchiennes
Aniche
Somain Fenain
Aniche Aniche
Abscon
Bouchain
Fenain
Abscon

Climat[modifier | modifier le code]

Les données proviennent de la station météorologique implantée à Lille[1]. Somain est situé à une trentaine de kilomètres au sud.

On rencontre à Somain les principaux traits des climats tempérés océaniques : les amplitudes thermiques saisonnières sont faibles, les précipitations ne sont négligeables en aucune saison. Les hivers y sont doux et les étés frais.

Tableau comparatif des données climatiques de Somain (période 1971-2000, sauf ensoleillement: 1991-2000)
Ville Ensoleillement Pluie Orage Brouillard
Paris 1 630 h/an 650 mm/an 18 j/an 11 j/an
Marseille-Marignane 2 801 h/an 555 mm/an 21 j/an 11 j/an
Strasbourg 1 632 h/an 631 mm/an 29 j/an 57 j/an
Somain 1 617 h/an 723 mm/an 18 j/an 62 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 22 j/an 40 j/an

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2009 :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales (°C) 5.7 6.7 10.1 13.1 17.5 20.0 22.7 23.1 19.4 14.7 9.3 6.6
Températures minimales (°C) 1.0 1.0 3.1 4.7 8.4 11.0 13.1 12.9 10.7 7.4 3.8 2.1
Températures moyennes (°C) 3.4 3.8 6.6 8.9 12.9 15.5 17.9 18.0 15.0 11.1 6.6 4.4
Précipitations (hauteur moyenne en mm) 57.0 43.6 57.5 50.4 62.6 68.1 61.2 52.8 63.6 66.8 71.5 68.1
Source: Fiche climatologique de Lille-Lesquin par Météo France

Le tableau ci-dessous indique les records de températures minimales et maximales :

Mois J F M A M J J A S O N D
Températures maximales records (°C) 14,2 18,9 22,7 29,1 31,7 34,8 36,1 36,6 33,8 27,5 20,1 15,9
Années des températures maximales     1993 1960 1968 2009 2005 1947 1959 2003 1949 1985 1995 2000
Températures minimales records (°C) -19,5 -17,8 -8,8 -4,7 -2,3 0 3,4 3,9 1,2 -4,4 -7,8 -17,3
Années des températures minimales     1982 1956 1970 1968 1967 1962 1964 1956 1979 1950 1998 1964
Source: Fiche climatologique de Lille-Lesquin par Météo France

Quelques données climatologiques complémentaires sur la commune de Somain.

Valeurs moyennes (période 1971-2000)
Températures l'été 26 jours >= 25 °C, 4,5 jours >= 30 °C
Gelées 47 jours
Précipitations annuelles 723 mm<
Ensoleillement annuel (période 1991-2000) 1617 heures
Vent 64 jours à plus de 16 m/s (vent sensible)
Records climatologiques de Somain
Jour le plus chaud 10 août 2003 : 36,6°
Jour le plus froid 14 janvier 1982 : -19,5°
Mois le plus pluvieux avril 2001 : 112,6 mm de précipitations
  • Station de référence : Lille Lesquin Weppes Mélantois (47 m d'altitude)
  • Août à Somain est le meilleur mois, avec moins de 9 jours moyens de pluie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Somain était au IXe siècle un fisc impérial c'est-à-dire un domaine direct du Prince, donné à la princesse Gisèle, fille de Louis le Pieux lors de son mariage avec le comte Evrard de Frioul. La princesse Gisèle y fonda une chapelle qui fut transformée en prieuré[2].

En 867, ces saints époux fondent l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing et attribuent Somain à leur troisième fils Adalard. Suite au décès du comte Evrard de Frioul, le roi Charles le Chauve rend les fiscs de Cysoing et Somain à sa sœur Gisèle.

En 868, la princesse Gisèle confirme la propriété à son fils Adalard à condition qu'à sa mort le village reviendrait à l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing. C'est ainsi que jusqu'à la Révolution, Somain fut la propriété de l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing.

En 1079, les fils de Godefroid le Roux de Saint-Pol qui eut un Alleu à Somain en font don à l'abbaye d'Anchin.

Le 26 avril 1176, il est évoqué du bois de Somain dans un diplôme de Philippe d'Alsace, comte de Flandre, en faveur de l'abbaye de Marchiennes.

Le 10 janvier 1179, une bulle du pape Alexandre III confirme la possession de Somain aux religieux de Cysoing depuis l'église, la dime, les terrages, les hôtes et la manse ou manoir seigneurial[3].

En 1219, Bauduin comte de Flandre et de Hainaut octroie au chevalier Pierre de Douai l'avouerie de Somain. Pierre de Douai consigne par écrits ses droits et devoirs affectant l'avouerie et cette chartre devient la Loi de Somain.

En 1789, construction de l'église de Somain.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En octobre 1521, le duc de Vendôme arrive à Somain avec l'arrière-garde de l'armée française pour secourir Tournai. La Scarpe étant en crue à Marchiennes, il rebroussa chemin après six jours d'attente.

  • En 1712, lors de la bataille de Denain Des alliés, hollando-anglo-saxons sont retranchés à Somain pour les troupes que commandaient le brigadier de Berkoffer. Ils étaient établis au Prétolu et à Beaurepaire après la déroute de la bataille ces soldats se retirèrent à Marchiennes.

En 1839 est ouverte la fosse La Renaissance au Sud de la ville, en 1843, un second puits nommé Saint-Louis est ouvert quelques centaines de mètres plus au Sud. En 1847, sur le territoire d'Aniche, à quelques mètres des limites de Somain est ouvert le puits Fénelon. Le puits La Renaissance fermera en 1890, Saint-Louis et Fénelon en 1925.

En 1856, la Compagnie des mines d'Anzin ouvre la fosse Casimir Périer au Sud-Est de la ville, près des limites avec les communes de Fenain et Abscon. C'est la fosse la plus occidentale de la compagnie. Mise en communication avec la fosse Saint-Mark, la fosse cesse d'extraire en et sert alors de puits de service (aérage et circulation du personnel) pour Saint Mark à Escaudain. La production totale de cette fosse est de 7 836 000 tonnes de charbon gras et demi-gras. L'exploitation cesse en 1968, date à laquelle ferme la fosse Saint Mark. Le puits est remblayé en 1969 et le chevalement abattu.

En 1901, la Compagnie des mines d'Aniche inaugure au Nord de Somain le premier puits de la fosse De Sessevalle. Un second ouvrit en 1906. Une voie ferrée fut créée afin de relier le siège au triage de Somain, la gare de triage de Somain fut la première de France. La fosse ferma en 1970[4].

Somain possédait aussi des immenses usines où se trouve maintenant la zone industrielle La Renaissance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Somain

Les armes de Somain se blasonnent ainsi :

« Parti : au 1, de gueules à une escarboucle d'or, percée d'azur ; au 2, d'azur à trois fleurs de lis d'or. »

armes de Villers-Campeau

Les armes de Villers-Campeau se blasonnaient ainsi :
Burelé d'argent et d'azur de douze pièces.

Administration[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Quennesson photographié le 23 mars 2014 à l'annonce des résultats du 1er tour des élections municipales.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Antoine Charles Morelle    
1912 1945 Victor Bachelet    
1945 1947 Eugène Dutouquet    
1947 1952 Victor Bachelet    
1952 1964 Achille Fleury    
1964 mars 1977 Marc Demilly    
mars 1977 en cours Jean-Claude Quennesson PCF Conseiller général du Canton de Marchiennes depuis 2008
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Somain entretient des relations de jumelage avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 12 462 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 233 2 239 2 387 2 274 2 452 2 535 2 544 2 836 3 065
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 386 3 650 3 835 4 221 5 110 5 590 5 796 6 043 6 042
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 093 6 545 9 048 8 641 11 058 11 577 10 511 10 764 13 643
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
15 228 15 261 14 096 12 620 11 971 12 013 12 094 12 462 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Somain en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,8 
5,8 
75 à 89 ans
9,8 
10,8 
60 à 74 ans
13,8 
20,6 
45 à 59 ans
17,7 
18,7 
30 à 44 ans
18,8 
21,0 
15 à 29 ans
20,0 
23,0 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Somain
Zone d'emploi
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d'activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Somain
Zone d'emploi
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[9]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Victor-Hugo va être rénové pour atteindre une certification HQE bâtiment tertiaire, dans le cadre d'un projet du conseil général du Nord. La phase de concours s'effectue en 2009[10]. Le lycée Louis-Pasteur a été reconstruit au début des années 2000 selon les normes de la haute qualité environnementale

Écoles maternelles[modifier | modifier le code]

  • École maternelle Elsa-Triolet, à De Sessevalle.
  • École maternelle Paul-Éluard, au centre-ville.
  • École maternelle Anselme-Lesage, à Villers-Campeau.
  • École maternelle Paul-Bert, à la cité des Cheminots.
  • École maternelle privée Sainte-Anne.

Écoles primaires[modifier | modifier le code]

  • École primaire Louis-Aragon, à De Sessevalle.
  • École primaire Marie-Curie, au centre-ville.
  • École primaire Désiré-Chevalier, à Villers-Campeau.
  • École primaire Henri-Barbusse, à la cité des Cheminots.
  • École primaire privée Sainte-Anne.

Collèges[modifier | modifier le code]

  • Collège Victor-Hugo, au centre-ville.
  • Collège Louis-Pasteur, près de la cité des cheminots.
  • Collège privé Sainte-Anne, au centre-ville.

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Lycée général et technologique Louis-Pasteur, près de la cité des Cheminots.
  • Lycée privé Hélène-Boucher, à De Sessevalle.

Santé[modifier | modifier le code]

Centre Hospitalier de Somain. Créé à l'initiative de Victor Brachelet, maire de Somain, l'« Hospice, Hôpital, Maternité » a été inauguré en 1935. Après l'invasion allemande en mai 1940, de nombreuses interventions chirurgicales y ont été pratiquées dans des conditions très difficiles grâce au Dr François Bratek-Kozłowski, un chirurgien polonais, qui avait été assistant du prof. Carlos Lepoutre à la Clinique Saint-Camille à Lille (Faculté Libre de Médecine). Voir : Dr Georges Dubus, Histoire de l'Hôpital de Somain de 1930 à 1980. Association "Les Amis du Vieux Somain", 157 pages; Une page d'histoire sur l'hôpital de Somain : en 1940, un chirurgien-chef polonais assure les urgences (La Voix du Nord. Édit. de Douai 8 septembre 2012)

Sports[modifier | modifier le code]

  • Salle de musculation à la cité des cheminots.
  • Salle de musculation/ danse Oxygène
  • Salle de musculation etc.. rue piétonne.

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • R. Machut, « La Formation des terroirs et l'évolution de l'habitat dans la région de Somain du haut Moyen Âge à nos jours », in Bull. de la Com. hist. du Nord, t. 40, 1975-1976 (1978), p. 5-22.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D' après Infoclimat - Météo en temps réel - observations prévisions climatologie forum
  2. Page 644- Statistique archéologique du département du Nord -Publié en 1867 par A. Durand - Archive de l'université Harvard - numérisé par Google Books
  3. Page 81 volume 2 -Archives historiques et littéraires du Nord de la France, et du midi de la Belgique. - Publié en 1851 au bureau des archives - archive de l'université d'Oxford -numérisé par Google Books
  4. http://www.histoires-de-chtis.com/index-photo-14697-Photos_les-dernieres-briquettes-de-somain-..php
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Somain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  9. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  10. Nord, Dix nouveaux collèges HQE en projet, Maxime Bitter, Le Moniteur n°5520 du 11 septembre 2009, p. 35