Laires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laires
Entrée de la commune.
Entrée de la commune.
Blason de Laires
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Fauquembergues
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Fauquembergues
Maire
Mandat
Bernadette Franche
2008-2014
Code postal 62960
Code commune 62485
Démographie
Population
municipale
360 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 28″ N 2° 15′ 23″ E / 50.5411111111, 2.25638888889 ()50° 32′ 28″ Nord 2° 15′ 23″ Est / 50.5411111111, 2.25638888889 ()  
Altitude Min. 140 m – Max. 190 m
Superficie 8,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Laires

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Laires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laires

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laires

Laires est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Laires
Bomy Fléchin
Beaumetz-lès-Aire Laires Febvin-Palfart
Lisbourg Prédefin

Toponymie[modifier | modifier le code]

Laren en flamand[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 734, Laires s'appelait "Wilbert", du nom de son possesseur. L'orthographe du nom a varié (Larae, Laris, Lares, Laire, Lare) pour devenir Laires très certainement au XVIIIe siècle. En 1115, Baudouin, comte de Flandre, fait donation à l'abbaye St Sauveur à Ham, de la seigneurie de Saint Martin à Laires. En mai 1271, Guy de Dampierre augmente la donation ci-dessus. En janvier 1478, une bande de la garnison de Renescure terrorise les alentours de Laires et au lieu d'aider les habitants à combattre les "ennemis français", pillent le village. En 1537, le territoire est complètement dévasté. En 1542 et 1543, le village est pillé plusieurs fois et les Français brûlèrent quatorze maisons.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Laires dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1792 Dubocquet Pierre    
1792 1800 Bouquet Ferdinand    
1800 1830 Delvalle Alexis    
1830 1831 Pruvost François    
1831 1852 Dussaussoy Liévin    
1852 1856 Flament François    
1856 1859 Pruvost Augustin    
1859 1862 Duquesnoy François    
1862 1868 Huchette Moïse    
1868 1871 Dussaussoy Henri    
1871 1878 Plee François    
1878 1881 Vasseur Thierry    
1881 1892 Pruvost François    
1892 1917 Plee Alexandre    
1917 1919 Cousin Hector    
1919 1923 Godefroy Lucien    
1923 1941 Copin Augustin    
1941 1942 Duquenoy Ernest    
1942 1944 Cousin Henri    
1944 1953 Copin Augustin    
2002 Gérard Wigneron    
2002 en cours Bernadette Franche    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 360 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 545 686 672 689 621 596 615 585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
498 496 488 500 523 523 512 551 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532 523 476 402 400 386 406 404 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
359 347 302 314 337 297 305 360 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 19,6 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 24,3 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 18,4 %).
Pyramide des âges à Laires en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
0,0 
5,2 
75 à 89 ans
9,2 
13,7 
60 à 74 ans
9,2 
17,6 
45 à 59 ans
19,1 
24,8 
30 à 44 ans
19,1 
17,6 
15 à 29 ans
19,1 
20,3 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Laires.svg

Les armes de Laires se blasonnent ainsi :

parti d’or et d’azur à la fleur de lys de l’un en l’autre .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
  • L'église aurait été rebâtie vers 1555, mais le clocher est plus ancien car on y trouve des inscriptions datant de 1442, 1517 et 1540. Je dis "rebâtie" puisqu'en 1544, les habitants retranchés dans l'église, repoussent une attaque de la garnison de Thérouanne. En 1641, l'église brûla (procuration de Liévin BOCQUET, bailly de Laires). L'église était couverte de tuiles rouges et pavée de grands carreaux bleus. En 1740, une forte tempête fait envoler le clocher dans le « Flot Delvil » et en 1741, le clocher est réparé par pierre anthome dumez et anthome delautre charpentier à Lisbourque... pour « onze cens livres monoy dartoy ». À la Révolution, l'église est vendue (le 4 ou 11 vendémiaire an VIII) à un certain CARON d'Arras qui ne pourra pas la démolir comme il en avait l'intention par suite d'une farouche opposition des Lairois.
  • Il existe dans l'église un bénitier (en mauvais état) en pierre noire de Tournai, portant cette inscription « Donné par Mgr MIRE VINCENT DU PREY, Grand Vicaire de Tournay le 4 juillet 1685. Priez Dieu pour lui. »
  • La cloche date de 1583 et vient de Saint Bertin ; elle porte ces inscriptions : « UT SONES ABBATIS DIGNISSIMA NOLA VEDASTI NO(M)I(NE) GRENETII IVRE VEDASTA VOCOR. Nicolas de Lecourt filiusque ejus jo(ann)es duace(n)ses me et meas sonores fecerut. 1583. »
Le monument aux morts.
  • Le monument aux morts a été inauguré en « grandes pompes » le 12 juin 1921 ; il porte la liste des Lairois morts pour la France pendant les guerres de 1870, 1914 et 1939.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]