Fresnicourt-le-Dolmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresnicourt-le-Dolmen
Le village, vu depuis la colline au sud.
Le village, vu depuis la colline au sud.
Blason de Fresnicourt-le-Dolmen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Houdain
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Artois
Maire
Mandat
Dany Clairet
2008-2014
Code postal 62150
Code commune 62356
Démographie
Population
municipale
837 hab. (2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 08″ N 2° 36′ 02″ E / 50.4188888889, 2.60055555556 ()50° 25′ 08″ Nord 2° 36′ 02″ Est / 50.4188888889, 2.60055555556 ()  
Altitude Min. 77 m – Max. 186 m
Superficie 7,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresnicourt-le-Dolmen

Fresnicourt-le-Dolmen est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Du village dépendent deux hameaux : Olhain et Verdrel

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue sur le village en automne
  • Cours d'eau : La Biette, qui traverse Olhain, au pied du château, également appelée la Lawe.
Vue sur le village et le château au printemps

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fresnicourt-le-Dolmen
Maisnil-lès-Ruitz Barlin Hersin-Coupigny
Rebreuve-Ranchicourt Fresnicourt-le-Dolmen Servins
Gauchin-Légal Estrée-Cauchy

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fresnicourt-le-Dolmen dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2009 en cours Dany Clairet - -

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 837 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 370 415 428 446 472 484 518 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
529 558 591 580 543 554 558 532 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
592 622 630 686 633 581 610 901 1 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 159 1 078 1 014 974 907 880 872 855 832
2011 - - - - - - - -
837 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 19,6 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 23 %).
Pyramide des âges à Fresnicourt-le-Dolmen en 2007 en pourcentage[2]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
5,6 
75 à 89 ans
9,4 
14,0 
60 à 74 ans
12,9 
21,2 
45 à 59 ans
22,1 
24,0 
30 à 44 ans
23,8 
15,9 
15 à 29 ans
13,9 
19,3 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

écartelé au 1) et 4) d’or au lion de gueules, armé et lampassé d’azur, au 2) et 3) de gueules au dolmen d’or

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château d'Olhain[modifier | modifier le code]

Le château médiéval d'Olhain

Le château d'Olhain est certainement le plus connu des châteaux artésiens. Cette célébrité est largement due à une situation privilégiée au milieu d’un grand étang dans lequel se reflète son pittoresque groupe de tours et de courtines. C’est aussi une des grandes forteresses de l’Artois médiéval, témoignage de la puissance de l’entourage des « grands ducs d’Occident » Car si la famille d’Olhain est citée dès le Xlle siècle, si l’existence du château est attestée dès le début du Xllle, la construction actuelle est pour l’essentiel l’œuvre de Jean de Nielles, qui épouse Marie d’Olhain à la fin du XIVe siècle.

Le mariage d’Alix de Nielles avec Jean de Berghes, grand veneur de France, fait passer le château dans cette famille, qui le gardera plus de 450 ans. Un moment confisqué par Charles Quint, il a à souffrir des guerres qui ravagent l’Artois : assiégé en 1641 par les Français, il est en partie démoli par les Espagnols en 1654, et enfin bombardé et pris par les Hollandais en 1710. Restauré vers 1830, il est abandonné après 1870, et vendu par le dernier prince de Berghes en 1900. Pendant les deux dernières guerres, l'ensemble du château fut réquisitionné par les troupes françaises, puis canadiennes et britanniques.

Le propriétaire actuel a restauré ce château.

Eglise[modifier | modifier le code]

L'église de Fresnicourt

Église Notre-Dame construite fin XIXe sur bases anciennes : dalle funéraire 1420

Dolmen[modifier | modifier le code]

La table des fées

Le dolmen est un vestige d'un ensemble mégalithique, on l’appelle aussi "Table des Fées".

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Le château d'Olhain, sa tour nord, les bâtiments de la basse-cour ainsi que le sol de la cour du château et de la basse-cour,les douves en eau ou comblées, le pont reliant la basse-cour au château et les deux ponts et voie d'accès au château ont été inscrits monument historique le 12 avril 1989[4]

Le dolmen La Table des Fées a été classé monument historique par liste en 1889[5]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Mellick, ancien maire (PS) de Béthune, ancien député du Pas-de-Calais et ancien ministre, né dans la commune en 1941.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]