Annezin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annezin
La mairie.
La mairie.
Blason de Annezin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arrondissement de Béthune
Canton Canton de Béthune-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Artois
Maire
Mandat
Daniel Delomez
2008-2014
Code postal 62232
Code commune 62035
Démographie
Gentilé Annezinois
Population
municipale
5 756 hab. (2011)
Densité 944 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 32′ 03″ N 2° 37′ 08″ E / 50.5341666667, 2.61888888889 ()50° 32′ 03″ Nord 2° 37′ 08″ Est / 50.5341666667, 2.61888888889 ()  
Altitude Min. 18 m – Max. 53 m
Superficie 6,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Annezin

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Annezin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Annezin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Annezin

Annezin est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée, depuis Béthune.

Annezin est situé dans le Pas-de-Calais, juste à côté de Béthune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Annezin
Hinges Locon

Essars

Vendin-lès-Béthune Annezin Béthune
Chocques

Labeuvrière

Fouquereuil

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Hanezin[1].
Anesin (1104), Annezin (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le moulin d'Annezin, sur la Lawe, est cité dès l'an 1095. Un château existait dès le XXII[Quoi ?]e siècle, il fut reconstruit en 1555 par Charles II de Houchin (alors seigneur du lieu), puis fut très endommagé au début du XVIIIe siècle lors de la conquête française de la région. Le château est restauré dans les années 1770 mais reste inoccupé au moment de la Révolution. Les cartes de Cassini du XVIIIe indiquent le « château de Longatte », les Houchin étant seigneurs de Longatte (ou Longastre).

La découverte du charbon entre 1850 et 1851, après des sondages entrepris par la Compagnie des mines de Béthune, puis l'ouverture de la première fosse en 1857 et son exploitation par la Compagnie des mines de Vendin a marqué la commune. La population augmente considérablement dès la deuxième moitié du XIXe siècle. L'urbanisme a évolué en conséquence avec la construction de corons, de la mairie, d'écoles, et la reconstruction de l'église Saint-Martin en 1872. En 1873, la compagnie ouvre une nouvelle fosse à Annezin. Elle ne commença à produire qu’en 1877 à cause de nouvelles difficultés liées au terrain rencontré[2]. La commune a l'avantage d'avoir un accès direct au canal d'Aire à La Bassée et autrefois les chemins de fer miniers traversaient le territoire du nord au sud depuis Fouquereuil jusqu'à l'ancien port fluvial.

Vers 1904 le château qui se situait au niveau de l'actuel club hippique de Béthune (près de la rue du Général Leclerc) et qui abritait les bureaux de la compagnie des mines avant 1900, est démoli. L'exploitation de la fosse communale cesse en 1900 mais l'activité minière des villes voisines contribue à l'essor démographique jusqu'aux années 1950.

Lors de la Seconde Guerre mondiale la ville est occupée par les Allemands jusqu'à sa libération le 4 septembre 1944 par un détachement anglais de la Royal Artillery.

Voir aussi le site de la mairie d'Annezin

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Annezin dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1892 1928 Louis Hermant    
1947 1969 Arsène Crammer    
 ?  ? Armand Druon    
mars 2001   Marie-France Deleflie divers droite  
mars 2008 en cours Daniel Delomez divers gauche  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 756 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
475 390 508 517 576 599 583 610 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686 1 008 1 066 1 085 1 360 1 230 1 351 1 612 1 715
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 597 2 021 2 624 3 453 3 769 4 020 4 346 4 683 5 230
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
5 545 5 399 5 462 5 857 5 859 5 551 5 490 5 481 5 756
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 19,7 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 17,2 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 23,1 %).
Pyramide des âges à Annezin en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,6 
4,5 
75 à 89 ans
8,0 
12,6 
60 à 74 ans
14,5 
22,6 
45 à 59 ans
22,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,1 
19,7 
15 à 29 ans
18,0 
19,4 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

La mine et l'agriculture ont longtemps été les principales activités économiques de la commune (voir plus haut). Une briqueterie y fut aussi active.

Aujourd'hui Annezin abrite une zone industrielle le long de la RD943 reliant Béthune à Lillers. Bosal, fabricant de pots catalytiques pour l'industrie automobile, fut pendant les dernières décennies le plus gros site industriel d'Annezin (386 salariés en juillet 2009) jusqu'à sa liquidation judiciaire en juillet 2009. L'activité de distribution a été conservée. Les entreprises sur la commune sont nombreuses et actives dans des secteurs variés : mécanique, chaudronnerie, transformation plastique, agro-alimentaire, logistique et distribution (BTP et matériaux de construction, automobile, cuisines et salles de bains, parfumerie, matériel électrique, peintures, distribution postale, distribution de gaz...).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, construite en 1872, de style néo-gothique.
  • L'ancien "moulin d'Annezin", au bout de la rue du Général Leclerc, est en réalité sur le territoire de Béthune.
  • Le marais d'Annezin, espace vert le long de la Lawe, où se déroule chaque année un spectacle "Son et Lumière".
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le capitaine Alfred Coussette, héros de la résistance annezinoise lors de la seconde Guerre Mondiale. Il est fusillé par les Allemands dans les fossés de la citadelle d'Arras, le 18 juin 1944.
  • Paul et François Vasseur, résistants annezinois.
  • Robert Crammer, résistant annezinois[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Annezin

Les armes d'Annezin se blasonnent ainsi :

Ecartelé : ai 1) et au 4) de gueules à la fasce d’argent accompagnée en chef de trois besants d’or et en pointe d’un lion léopardé du mêm, au 2) et 3) de gueules à la bande ondée d’argent chargée de trois étoiles de six rais de sable et accompagnée de deux étoiles de six rais aussi d’argent[8].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. P. Honoré, Raconte-moi Annezin, consulté en 2001.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Annezin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  7. « Les plaques des fusillés annezinois en piteux état à la citadelle d'Arras », Nord Éclair,‎ 2012 (consulté le 12 novembre 2012)
  8. Banque du Blason