Drocourt (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drocourt.
Drocourt
L'église Sainte-Barbe.
L'église Sainte-Barbe.
Blason de Drocourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Rouvroy
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Bernard Czerwinski
2014-2020
Code postal 62320
Code commune 62277
Démographie
Population
municipale
2 988 hab. (2011)
Densité 879 hab./km2
Population
aire urbaine
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 23′ 31″ N 2° 55′ 39″ E / 50.3919444444, 2.927550° 23′ 31″ Nord 2° 55′ 39″ Est / 50.3919444444, 2.9275  
Altitude Min. 39 m – Max. 68 m
Superficie 3,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Drocourt

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Drocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drocourt
Liens
Site web http://www.mairie-drocourt.fr mairie-drocourt.fr]

Drocourt est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais faisant partie de la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Drocourt est situé en bordure de l'ancien bassin minier.

La commune de Drocourt comprend deux parties, le secteur sud est le chef-lieu de la commune appelé Drocourt village, le secteur nord est constitué principalement par une ancienne cité minière appelée La Parisienne.

Ces deux entités étaient séparées par une voie ferrée (ancienne ligne Avion-Corbehem) remplacée par une route départementale qui se branche sur l'autoroute A1.

Communes limitrophes de Drocourt
Hénin-Beaumont
Rouvroy Drocourt
Bois-Bernard Izel-lès-Équerchin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La cité minière de La Parisienne a été créée au XIXe siècle à proximité de la fosse du même nom située sur le territoire de Hénin-Liétard (Hénin-Beaumont) . Elle comportait des corons dont la plupart ont été conservés et rénovés, des écoles, une église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Exploitation minière[modifier | modifier le code]

La société civile a commencé dès 1879 l'ouverture d'un puits, no 1 ou La Parisienne, au sud de la commune d'Hénin-Beaumont, près du sondage de Drocourt qui a fait de belles découvertes. À peine entré dans le niveau, la venue d'eau s'élève à 80 000 hectolitres par 24 heures. Les terrains sont désagrégés, et exigent pour être maintenus en place, un boisage provisoire très soigné. Le cuvelage est constitué de dix-huit pans de bois. Il a fallu mettre en marche une machine d'épuisement à traction directe de 150 chevaux, et deux pompes de 55 centimètres de diamètre.

Fosse 1 de Drocourt en 1900

Mais les terrains se raffermissent dans la profondeur, et des picotages successifs retiennent bientôt les eaux. Le cuvelage commencé le 25 octobre 1880 a été terminé le 20 mars 1881 à 79,48 mètres de profondeur. Le puits de Drocourt est creusé au diamètre de 4,50 mètres dans le cuvelage. L'extraction des déblais s'effectue au moyen d'une machine à deux cylindres conjugués et horizontaux de la force de cent chevaux. Le 1er mai 1881 le puits a atteint la profondeur de 112 mètres.

Une fois ces niveaux franchis, le creusement progresse beaucoup plus vite. En 1883, le terrain houiller est rencontré à 291,80 mètres. L'extraction commence avec une production de 1 524 tonnes de charbon gras. Des étages de recette sont ouverts à 250, 592, 550 et 609 mètres. Le puits est remblayé en 1952.

La fosse est devenue le siège du service géologie des houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais, et possède notamment un simulateur d'aérage. Toutes activités industrielles s'éteindra avec la fermeture de la cokerie de Drocourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Drocourt dans son canton et son arrondissement

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 juin 1995 André Pouly PCF  
juin 1995 en cours Bernard Czerwinski PCF  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 988 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
179 151 153 206 223 179 159 157 171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
167 167 172 185 177 182 447 1 943 2 206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 435 2 478 2 909 1 517 2 583 2 646 2 275 2 517 2 567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 475 2 361 3 035 3 458 3 341 3 104 2 945 2 988 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 13,2 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 19,2 %).
Pyramide des âges à Drocourt en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
2,5 
75 à 89 ans
7,5 
10,6 
60 à 74 ans
11,2 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
23,9 
30 à 44 ans
19,5 
18,0 
15 à 29 ans
18,2 
23,7 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

La ville possédait sur une partie de son territoire la plus grande[réf. nécessaire] cokerie d'Europe, la cokerie de Drocourt. Construite par les mines de Drocourt, puis les HBNPC, ce sera une des dernières unité de traitement du charbon (avec la centrale d'Hornaing) exploitée par les Charbonnages de France. Elle ferma le 25 mars 2002 et a été totalement détruite entre 2002 et 2003. Depuis 2012, il n'en reste aucune trace.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La cité minière constituée de corons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Drocourt

Les armes de Drocourt se blasonnent ainsi : De gueules à l’épi de blé d’or posé en barre, accompagné en chef d’une colombe d’argent volant et tenant dans son bec un rameau du même et en pointe de quatre chevalement de mine cousus d’azur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]