Angres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angres
Église Saint-Cyr et Sainte-Julitte
Église Saint-Cyr et Sainte-Julitte
Blason de Angres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Liévin-Sud
Intercommunalité Communaupole de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Maryse Coupin-Roger
2014-2020
Code postal 62143
Code commune 62032
Démographie
Population
municipale
4 033 hab. (2011)
Densité 837 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 35″ N 2° 45′ 33″ E / 50.4097222222, 2.7591666666750° 24′ 35″ Nord 2° 45′ 33″ Est / 50.4097222222, 2.75916666667  
Altitude Min. 49 m – Max. 106 m
Superficie 4,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Angres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Angres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Angres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Angres
Liens
Site web angres.fr

Angres est une commune du département français du Pas-de-Calais (62), canton de Liévin-sud, arrondissement de Lens en région Nord-Pas-de-Calais.

Elle fait partie de la Communaupole de Lens-Liévin (communauté d'agglomération) qui regroupe 36 communes et comptait 244 561 habitants en 2010. La Compagnie des mines de Liévin y ouvre sa fosse no 6 - 6 bis en 1904, celle-ci fait partie des dernières exploitations à fermer dans la région, en 1984.

Géographie[modifier | modifier le code]

Angres est une commune de la banlieue de Liévin, elle est traversée par la A26 et par la D58E.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Angres
Liévin
Aix-Noulette Angres
Souchez Givenchy-en-Gohelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Ansger + -a[1]. La francisation des toponymes en -er vers -re est une chose courante.
Ancra (XIe siècle), Angre (1801).

Histoire[modifier | modifier le code]

Angres a été occupée dès l'époque gallo romaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Angres dans son canton et son arrondissement
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1845 1880 Jean Joseph Letombe    
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1973 Eustache Lobo PCF  
1973 1992 André Zamora PCF  
février 1992 en cours
(au 11 novembre 2014)
Maryse Roger-Coupin[2] PCF Réélue pour le mandat 2014-2020[3],[4]

La ville est jumelée avec Danderhall en Écosse (Midlothian).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 033 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
433 454 511 511 501 489 497 486 451
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464 489 490 498 638 705 773 740 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
948 1 329 2 810 978 1 823 2 406 2 339 2 470 3 324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
4 775 4 384 4 538 4 239 4 394 4 469 4 106 4 001 4 033
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 20,4 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 18,7 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 29,4 %).
Pyramide des âges à Angres en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,6 
7,3 
75 à 89 ans
12,1 
12,9 
60 à 74 ans
16,7 
22,6 
45 à 59 ans
21,6 
20,0 
30 à 44 ans
18,7 
17,3 
15 à 29 ans
14,2 
19,8 
0 à 14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Angres

Les armes d'Angres se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois gerbes de blé d’or, à la bordure du même chargée de huit tourteaux du champ.[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
  • L'église avant 1914

L'église Saint Cyr et Sainte Julitte dont le chœur et la base de la tour dataient du XIIe siècle fut détruite pendant la guerre de 14-18. L'église avait été en partie reconstruite en 1565. En 1749 la tour été recouverte d'une flèche en pierre blanche du pays. La voûte d'ogives de la tour datait du XVe siècle et sa clef s'ornait d'un agneau pascal. Sur la seule cloche qui restait des trois d'avant la Révolution on pouvait lire en capitales romaines « Je suis nommée Anne par Pierre Cayet bailly d'Angres et Anne Joseph Gaillard son épouse, Mgr Francois Warnetz pasteur d'Angres, Charles Lequint lieutenant, l'an 1749 ». Au cours de la Première Guerre mondiale l'église fut détruite, la cloche fracassée. Elle fut reconstruite, à l'identique dans le style renaissance au même endroit. La consécration a eu lieu le 25 janvier 1931.

  • Le monument aux morts

Inauguré le 7 octobre 1923 par M. Bertin Ledoux secrétaire de préfecture du Pas-de-Calais, M. Duriez maire et l'abbé Sautière curé d'Angres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Zamora (juin 1973 - février 1992), maire.
  • Jacques Louart, député du Pas-de-Calais de 1928 à 1936. Né à Angres le 14 décembre 1874, décédé à Menton le 9 mars 1952.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. Hervé Naudot, « Maryse Roger-Coupin, maire d’Angres: « La commune a changé tout en conservant son identité de ville à la campagne » », La Voix du Nord,‎ 3 octobre 2013 (lire en ligne).
  3. « Angres: Maryse Roger-Coupin, élue maire pour la quatrième fois : En 2008, la liste menée par Maryse Roger-Coupin avait emporté 58 % des suffrages face à trois autres listes. », La Voix du Nord,‎ 1er avril 2014 (lire en ligne).
  4. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 11 novembre 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Angres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  9. Banque du Blason