Hendecourt-lès-Ransart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Le monument aux morts devant l'église.
Le monument aux morts devant l'église.
Blason de Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Beaumetz-lès-Loges
Intercommunalité Communauté de communes La Porte des Vallées
Maire
Mandat
Pierre Barrois
2014-2020
Code postal 62175
Code commune 62425
Démographie
Gentilé Hennecourtois
Population
municipale
117 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 21″ N 2° 43′ 59″ E / 50.2058333333, 2.73305555556 ()50° 12′ 21″ Nord 2° 43′ 59″ Est / 50.2058333333, 2.73305555556 ()  
Altitude Min. 90 m – Max. 124 m
Superficie 2,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hendecourt-lès-Ransart (Hendecourt-lez-Ransart)

Hendecourt-lez-Ransart est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Hennecourtois et leur nom j'téest peum d'tierre (pommes de terre).

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes du village se blasonnent ainsi :

d’azur aux trois gerbes de blé d’or, liées de gueules.

Il s’agit des armoiries de la famille Le Sergeant d’Hendecourt, lesquelles ont été adoptées par la commune en 1978.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à 12 km au sud d'Arras dans la Province d'Artois. Perception de Beaumetz-lès-Loges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hendecourt-lès-Ransart
Blairville Ficheux
Hendecourt-lès-Ransart
Adinfer Boiry-Sainte-Rictrude

Histoire[modifier | modifier le code]

Étymologie :

Hetnanicurtis, nom de lieu formé de Hetna ou Henna, nom d’homme mérovingien, et de Curtis, domaine; Ce nom varia ainsi au fil des ans: Hendecourdelle (1300) ; Hendecourdel (1300, 1380, 1450, 1457, 1552, 1556, 1574, 1578) ; Hendecordel (1338, 1400) ; Hennecourt (1500) ; Hendecordel Le Garland (1565) ; Hennnecordel (1723) ; Hendecourt (1804) ; Hendecourt-Lez-Ransart (XIXe et XXe s.) ; Hendecourt-Les-Ransart (Fin XXe s.).

Seigneurie ayant appartenu aux Mailly d’Authuyle dès 1300, elle passa en 1408 par mariage aux Guines de Hames puis vers 1535, également par mariage aux d’Halluin. Antoine d’Halluin vendit cette seigneurie aux Le Sergeant en 1578. Cette dernière famille en prit le nom et la conserva jusqu’en 1878. Elle est aujourd'hui connue sous le nom de "Le Sergeant d'Hendecourt" et subsiste en France et en Belgique. La famille Le Sergeant d'Hendecourta pour devise "SANS ESTRE JE SUIS SERGEANT".

Le château et sa ferme furent vendus en 1878 aux Diesbach Belleroche, originaires de Fribourg en Suisse, qui les possèdent encore.

Une petite seigneurie sise aussi à Hendecourdel était la propriété des Saveuzes qui la vendirent en 1703 aux Le Sergeant qui la réunirent à la principale. Le village a été entièrement détruit en 1914-1918 puis reconstruit. La commune est citée à l’Ordre de l’armée.

Le premier château a probablement été construit vers 1703 par Louis-Joseph Le Sergeant d’Hendecourt sur l’emplacement d’une ancienne demeure. Acquis en 1878 par Frédéric de Diesbach Belleroche, il a été détruit en 1914-1918 puis rebâti de 1920 à 1929.

Le moulin d’Hendecourt a été démonté en 1912.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hendecourt-lès-Ransart dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 .... François Floride Rohart   premier maire d'Hendecourt
188.. 1901 Frédéric de Diesbach Belleroche (1849-1901)    
1901 1908 M. Voyez    
1908 1919 Jean de Diesbach de Belleroche (1878-1944)    
1919 1945 Louis de Diesbach de Belleroche AD Député
1946 1953 Hélène de Diesbach de Belleroche, née Farges de Rochefort-Sirieyx 1899-1974 Sans étiquette  
1953 1971 Louis de Diesbach de Belleroche AD  
1971 1995 Stanislas de Diesbach de Belleroche (1924-2008) Sans étiquette  
juin 1995 2008 Nicolas de Diesbach de Belleroche (1966) Sans étiquette  
2008 en cours Pierre Barrois Sans étiquette  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 117 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
128 131 156 194 209 227 243 262 284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
277 280 281 284 292 301 286 251 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
232 226 217 138 140 131 123 108 123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
126 132 120 118 123 125 128 127 118
2011 - - - - - - - -
117 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 13 %) ;
  • 47,5 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 21,4 %).
Pyramide des âges à Hendecourt-lès-Ransart en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,5 
75 à 89 ans
10,7 
6,5 
60 à 74 ans
10,7 
21,0 
45 à 59 ans
23,2 
25,8 
30 à 44 ans
23,2 
19,4 
15 à 29 ans
14,3 
21,0 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

-Adrien Joseph Le Sergeant d’Hendecourt, baron de Ransart, (1699-1759), chevalier d’honneur au Conseil Provincial et Supérieur d’Artois, membre de l’Académie d’Arras en 1738, et membre du Corps de la Noblesse d’Artois en 1750.

-Charles Le Sergeant d’Hendecourt (1810-1872), chef d’escadron au 13ème régiment d’artillerie à cheval de la Garde Impériale à Douai, officier de la Légion d’Honneur, maire d’Hendecourt-Lez-Ransart.

-Valentin Dupuis, mort pour la France pendant la 2nde Guerre Mondiale.

-Pierre-Martin Souillart, originaire d’Hendecourt, soldat au Régiment de Rohan vers 1740.

-Pierre-Michel Tarlier, né à Hendecourt en 1740, cuisinier-traiteur de la ville de Douai.

-Pierre-Guislain Théry (1732-1765), d’Hendecourt, dit « Pierre François La Grandeur », tambour dans la Compagnie Dillon du Corps Royal d’artillerie.

-Comte Frédéric de Diesbach de Belleroche (1849-1901), engagé aux Zouaves pontificaux (1869), brigadier aux volontaires de l’Ouest (1870), campagne de France contre l'Allemagne (1870-1871), capitaine en second au 1er régiment territorial d’artillerie (1885), médaille Bene Merenti, maire d’Hendecourt-Lez-Ransart, chevalier du St-Sépulcre.

-Louis Le Sergeant d'Hendecourt, directeur de recherche à l'Institut d'astrophysique spatiale du CNRS.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]