Saint-Martin-Boulogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-Boulogne
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Blason de Saint-Martin-Boulogne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Canton Boulogne-sur-Mer-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Christian Baly (PS)
2014-2020
Code postal 62280
Code commune 62758
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
11 117 hab. (2011)
Densité 845 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 43′ 36″ N 1° 37′ 58″ E / 50.7266666667, 1.6327777777850° 43′ 36″ Nord 1° 37′ 58″ Est / 50.7266666667, 1.63277777778  
Altitude Min. 3 m – Max. 188 m
Superficie 13,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Martin-Boulogne

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Martin-Boulogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-Boulogne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-Boulogne
Liens
Site web www.ville-stmartinboulogne.com

Saint-Martin-Boulogne, parfois appelée Saint-Martin-lès-Boulogne ou Saint-Martin, est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais, en région Nord-Pas-de-Calais.

Située à la limite est de Boulogne-sur-Mer, c'est la 3e commune la plus peuplée de l'agglomération boulonnaise après Boulogne-sur-Mer et Outreau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-Boulogne se situe immédiatement à l'est de la ville de Boulogne-sur-Mer et appartient au territoire du Boulonnais.

La commune se situe à proximité de la Manche ainsi qu'à 30 km de Calais[1], 100 km de Lille[2] et 215 km de Paris[3].

C'est la commune la plus haute du Boulonnais avec le Mont Lambert (189 m d'altitude).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le centre-ville de Saint-Martin-Boulogne se trouve dans l'ouest du territoire communal, accolé avec l'est de Boulogne-sur-Mer. Il est marqué par une urbanisation groupée (maisons accolées le long des rues, immeubles collectifs) et constitue un véritable prolongement de la ville de Boulogne en proposant à proximité de la limite entre les deux communes de nombreux établissements scolaires, culturels, médicaux, sportifs et de loisirs souvent considérés par la population locale comme étant à Boulogne plutôt qu'à Saint-Martin.

L'est de la commune laisse la place à des zones naturelles où les éléments du paysage du bocage de la boutonnière du Boulonnais sont encore visibles, bien que ces zones soient traversées par l'autoroute A16 et que les zones commerciales et d'activité s'y soient développées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Wimille Pernes-lès-Boulogne Rose des vents
Boulogne-sur-Mer N La Capelle-lès-Boulogne
O    Saint-Martin-Boulogne    E
S
Outreau
Saint-Léonard
Echinghen Baincthun

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-Boulogne est traversée du nord au sud par l'autoroute A16 qui dessert la commune grâce aux accès sortie 30 à sortie 32. Elle permet de rejoindre Calais (en 25 minutes) et Dunkerque (en 45 minutes) au nord ainsi que Amiens (en h 15) et Paris (en h 30) vers le sud.

La route nationale 42 relie la bretelle d'autoroute (au niveau de l'accès sortie 31) en direction de Saint-Omer et de l'autoroute A26 (qui relie Calais à Troyes).

La route de Saint-Omer relie la ville de Boulogne à l'échangeur A16/RN42 en passant par le centre de Saint-Martin. Celle-ci est très fréquentée (plus de 22 000 véhicules chaque jour) et la circulation y est souvent difficile[4]. Il en est de même pour la route de Desvres, reliant Boulogne et l'accès sortie 30 de l'A16, qui est traversée chaque jour par plus de 12 000 automobilistes.

La commune est également à proximité des gares ferroviaires de Boulogne-Ville et Boulogne-Tintelleries qui permettent de rejoindre Paris, Lille, Amiens ou encore Calais-Fréthun (qui assure les liaisons vers Londres) mais également des localités proches en TER. La gare TGV de Calais-Fréthun est également accessible rapidement par l'autoroute A16 (en moins de 20 minutes).

Plusieurs bus du réseau Marinéo circulent sur le territoire.

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Centre-ville
  • Marlborough-Moka
  • Wicardenne
  • Mont Lambert
  • Ostrohove
  • Mont Joie
  • Inquétrie
  • Bédouatre

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-Boulogne est traversé par plusieurs cours d'eau :

  • le Ruisseau de la Corette, qui se jette dans la Liane ;
  • le Ruisseau du Denacre, qui se jette dans le Wimereux ;
  • le Ruisseau des Prés Pourris.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Martin-Boulogne : Ecclesia sancti Martini (1208), Le moustier Saint Martin (1285).
  • Bédouâtre : de l'adjectif germanique breit « large » + water « eau, cours d'eau ». Briedewater (1286), Bedeware (1393), Bedouuatre (1480)[5].

Durant la Révolution, la commune porte les noms de La Montagne, Montagne-lès-Boulogne et Section de-la-Montagne[6].

Ses habitants sont appelés les Saint-Martinois[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la commune de Saint-Martin-Boulogne est étroitement liée à celle de Boulogne-sur-Mer. Elle doit son nom à la paroisse et à l'église qui la desservait, dédiée à Saint-Martin, qui semble avoir connu une dévotion particulière dans le milieu des marins-pêcheurs. Cette première église était située extra-muros, par rapport à la ville fortifiée de Boulogne, au pied des remparts, approximativement là où l'on a construit le fer à cheval du château. Elle semble avoir été détruite lors de la prise de Boulogne par les Anglais en 1544. Elle fut réédifiée dans le hameau de Dringhen vers 1550.

À l'époque médiévale et moderne, Saint-Martin-Boulogne voit la construction de grandes fermes fortifiées et autres manoirs, possessions des grands seigneurs et de l'abbaye Notre-Dame. Le manoir de Moulin l'Abbé, le plus ancien de tous ceux du Boulonnais, date du XIVe siècle. Il présente des détails de sculpture dignes d'intérêt. Le moulin à vent, tout proche date lui du XVe siècle, il fut longtemps le mieux conservé du Boulonnais. Des possessions seigneuriales du Bédouâtre mentionnées très tôt, il ne reste que peu de choses.

Le petit château du début du XVIIe siècle a été démoli en 1902. Il ne demeure que la ferme, qui formait une première enceinte. Au milieu du corps de logis s'élève une tour rectangulaire en grès, datant de 1656. Au XVIIe siècle, Abot de Bazinghen doit agrandir sa propriété de la Caucherie. De nouvelles dépendances sont construites et un jardin au dessin de Le Notre est installé, faisant du château de la Caucherie une des demeures les plus remarquables.

Au moment de la Révolution française, Saint-Martin qui dépendait entièrement du bailliage de Boulogne, ne comptait guère plus de 170 feux. Lorsque fut organisé le District de Boulogne, Saint-Martin devint chef-lieu de canton, comprenant les communes de Baincthun et Questinghen, Beuvrequen, Conteville, Echinghen, Maninghen, Offrethun, Pernes, Pittefaux, Wacquinghen et Wimille, avec une population estimée en 1800 de 4 521 habitants et 1 193 pour le chef-lieu. Il est à noter que sous la Terreur, Saint-Martin prit le nom de Montagne-lès-Boulogne.

Avec le développement extraordinaire de Boulogne au cours du XIXe siècle, les communes environnantes connaissent une forte poussée démographique. Il fallut alors penser à édifier une nouvelle église, qui permettrait de recevoir tous les fidèles. Une souscription fut lancée avec le concours de De Bazinghen, Édouard Latteux, De Préville et Barbaux. La commune et la fabrique fournirent leurs subventions et le monastère de la Visitation donna le terrain. La première pierre fut posée le 10 février 1848 et l'édifice put solennellement être béni par M. Parisis le 28 août 1852.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Saint-Martin devient un vaste espace de loisirs pour la bourgeoisie boulonnaise : champs de course de l'Inquétrie, course automobile (circuit de Boulogne), de vastes résidences secondaires sont édifiées. La Première Guerre mondiale vient profondément marquer la commune. Saint-Martin voit s'implanter les camps des troupes canadiennes, anglaises et indiennes. L'emplacement de l'hôpital militaire provisoire, où furent incinérés et enterrés les 339 soldats hindous et égyptiens donna lieu au cimetière militaire de Meerut, inauguré le 13 mai 1922 par le roi George V et sir Douglas Haig (pour le visiter, il est indispensable de passer à l’accueil de la mairie afin d'y retirer les clefs). De plus, Saint-Martin va subir les bombardements aériens allemands. Le hameau d'Ostrohove sera particulièrement touché puisque l'explosion d'un obus y fera cinq victimes (une plaque commémorative a été déposée). Au total, plus de 200 enfants de Saint-Martin-Boulogne vont périr sur les fronts de la Grande Guerre. Grâce à une souscription, le monument aux morts est édifié, il est inauguré le 11 septembre 1921, par le maire Léon Théry, le sous-préfet Laban, MM. Farjon, Abrami et Canu.

L'entre-deux-guerres est à nouveau une période propice pour la commune. De nombreuses artères voient le jour. Pour répondre aux besoins d'une population toujours croissante, la construction d'un nouvel hôtel de ville est décidée. La villa Duhotoy est rachetée et après modifications, elle est inaugurée en mairie en 1932.

La Seconde Guerre mondiale vient à nouveau frapper durement la commune, plus de 400 bombardements, plus de 80 % des habitations sont touchées. 38 militaires et 80 civils auront donné leur vie. Encore une fois, Saint-Martin s'est révélée être un lieu stratégique. De terribles combats s'y déroulent, car la commune est un passage obligé pour la prise par les Allemands, en 1944, de la citadelle de Boulogne-sur-Mer. De plus, l'état-major allemand ayant installé une redoutable Division contre avion, sur le site du Mont Lambert, l'enjeu de Saint-Martin est important. La commune recevra une citation militaire le 11 novembre 1948. C'est lors de la reconstruction que les édiles vont s'atteler à la Libération. Peu à peu, les plaies de cette dernière épreuve se referment. Saint-Martin redevient une ville prospère.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-Boulogne dans son canton et dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1858   Auguste Chauveau - Cultivateur
1884 1904 Amédée Lavoisier - --
1904 1919 Charles Duhotoy - Marchand de bois
novembre 1919 1928 Léon Théry Parti radical Conseiller général
décembre 1928 1938 Gaston Durieux Parti radical Conseiller général
novembre 1938 1944 Achille Papegeay Parti radical Conseiller général
décembre 1944 mars 1983 Jeannil Dumortier SFIO puis PS Conseiller général
mars 1983 mars 1989 Alain Oguer PS Conseiller général
mars 1989 mars 1989 Marie-Louise Depême PS Conseiller général
mars 1989 octobre 2009 Alain Oguer PS
octobre 2009 en cours Christian Baly PS Conseiller général

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Martin-Boulogne a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 11 117 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 297 1 193 385 524 1 047 1 171 1 617 1 838 2 069
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 222 2 175 2 519 2 721 3 486 4 017 4 295 4 669 4 995
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 122 5 286 5 669 6 377 7 044 7 530 7 925 6 876 9 722
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 888 12 032 12 341 11 271 11 054 11 499 11 449 11 117 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 17 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 25,7 %).
Pyramide des âges à Saint-Martin-Boulogne en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
1,1 
4,7 
75 à 89 ans
9,8 
12,2 
60 à 74 ans
14,8 
22,2 
45 à 59 ans
21,7 
20,2 
30 à 44 ans
20,0 
18,9 
15 à 29 ans
16,5 
21,6 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède plusieurs établissements scolaires jusqu'au lycée[12] :

  • Lycée privé général Nazareth-Haffreingue (deux établissements dont l'un se trouve à Boulogne)
  • Lycée privé Saint-Joseph : cet établissement, également appelé « lycée Saint-Jo », connu pour organiser chaque année la course des 24 Heures de Saint-Jo a fêté son centenaire en 2012.
  • Lycée Giraux-Sannier
  • Enseignement professionnel tertiaire : « Wicardenne »
  • Enseignement professionnel industriel : « Maquétra »
  • Collège Roger-Salengro
  • Collège Nazareth
  • École primaire Rodin-Rostand
  • École primaire Isabelle-Nacry
  • École primaire Jules-Ferry
  • École Saint-Charles
  • École maternelle Anne-Frank
  • École maternelle Jacques-Brel
  • École maternelle Jacques-Prévert

Saint-Martin-Boulogne accueille une antenne du Conservatoire à rayonnement départemental du Boulonnais, établissement d'enseignement de musique et de danse dont le siège est à Boulogne-sur-Mer.

La commune est également dotée d'un espace culturel Georges-Brassens et d'une bibliothèque, créée en 1987[13].

Sports[modifier | modifier le code]

Un complexe, Hélicéa, comprenant piscine et patinoire, est construit en 2005 (réalisation de la communauté d'agglomération[8]), à proximité de la zone d'activité. La commune est également équipée d'un stade, de quatre salles de sports, de trois terrains de tennis, d'un terrain de boules.

Santé[modifier | modifier le code]

Différents médecins généralistes et spécialistes ainsi que des infirmiers sont implantés sur la commune. Le centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer se situe à proximité du centre de Saint-Martin, sur la commune de Boulogne.

Le « Centre Médical Chirurgical Obstétrical Côte d'Opale » (CMCO Côte d'Opale) de Saint-Martin-Boulogne, situé à 800 mètres de la frontière avec la ville de Boulogne, est un établissement hospitalier privé qui dispose de 246 lits et places d'hospitalisation répartis en chirurgie, médecine, gynécologie-obstétrique et cardiologie. Sur le site se trouvent également un laboratoire d'analyses médicales, les services de radiologie et de kinésithérapie ainsi que les cabinets de consultations privées des médecins[14].

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Catholique (église).
  • Carmel de la rue du Denacre.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune présente plusieurs zones d'activités, notamment celle de l'Inquétrie à l'est. Elle abrite également deux zones commerciales : celle du Mont Joie (Darty, Decathlon, Picard, Buffalo Grill...) et le centre commercial de la Côte d'Opale à l'est, qui est le principal centre commercial de l'agglomération boulonnaise. On trouve aussi différents commerces et services en centre-ville : boulangerie, tabac, pharmacie

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Château du Denacre (ancien fief de Hil) Façades et toitures ; salle à manger ; salon et bureau au rez-de-chaussée avec leur décor ; oratoire au premier étage avec son décor (cad. AD 4) : inscription par arrêté du 26 juin 1978[15].
  • Ferme de Bedouâtre et emplacement de l'ancien château Façades et toitures de la ferme ; emplacement de l'ancien château, y compris les douves et le pont de pierre (cad. AZ 1) : inscription par arrêté du 26 février 1987[16].
  • Ferme du Moulin-l'Abbé, ancienne salle seigneuriale : inscription par arrêté du 28 octobre 1926[17].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs églises.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Boillot (1884-1916), coureur automobile, aviateur, tué dans un combat aérien pendant la première Guerre Mondiale. Une rue de la commune porte aujourd'hui son nom.
  • Henri Duteil (1922-1943), résistant fusillé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Martin-Boulogne.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De sinople au chevron d’argent accompagné de trois rustres du même.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distance orthodromique entre Saint-Martin-Boulogne et Calais », sur www.lion1906.com (consulté le 28 août 2012)
  2. « Distance orthodromique entre Saint-Martin-Boulogne et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le 28 août 2012)
  3. « Distance orthodromique entre Saint-Martin-Boulogne et Paris », sur www.lion1906.com (consulté le 28 août 2012)
  4. Sylvia Flahaut, Saint-Martin, devenu "goulot" de l'agglo dans La Semaine dans le Boulonnais, le 16 juillet 2014
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Tome 2, Formations non-romanes.
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  8. a et b Présentation de la commune sur le site de l'agglomération du Boulonnais
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Saint-Martin-Boulogne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010).
  11. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 août 2010).
  12. Éducation à Saint-Martin-Boulogne, site officiel de la ville
  13. La bibliothèque de Saint-Martin sur le site officiel de la ville
  14. Clinique CMCO Côte d'Opale - Site officiel
  15. « Inscription MH du château du Denacre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Inscription MH de la ferme de Bedouâtre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Inscription MH de la ferme du Moulin-l'Abbé », base Mérimée, ministère français de la Culture