Bourlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourlon (homonymie).
Bourlon
La place des anciens combattants, avec l'église.
La place des anciens combattants, avec l'église.
Blason de Bourlon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Marquion
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Jean-Luc Boyer
2014-2020
Code postal 62860
Code commune 62164
Démographie
Gentilé Bourlonais
Population
municipale
1 219 hab. (2011)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 43″ N 3° 07′ 03″ E / 50.1786111111, 3.117550° 10′ 43″ Nord 3° 07′ 03″ Est / 50.1786111111, 3.1175  
Altitude Min. 53 m – Max. 127 m
Superficie 12,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bourlon

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bourlon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourlon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourlon
Liens
Site web mairiebourlon.free.fr
Bourlon, février 1918

Bourlon est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Bourlonais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Bourlon
Marquion Haynecourt

Raillencourt-Sainte-Olle

Sains-lès-Marquion Bourlon
Mœuvres

Graincourt-lès-Havrincourt

Anneux Fontaine-Notre-Dame

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon les documents anciens disponibles, la commune a anciennement été nommée :

  • antiquité : Burgus Longus
  • 878 : Burislono[1]
  • 1096 : Burlong
  • 1101 : Burlun[2]
  • 1129  : Bourlons[2]
  • 1143 : Borlun[1]
  • 1144  : Burlon[2]
  • XIIIe siècle : Borlon[2]
  • 1303 : Bourelon[2]
  • 1360 : Bourloun[2]
  • 1361 : Bourlon[2]
  • avant 1664[3] : Burloin, Burleng
  • XVIIIe siècle : Borlon
  • XVIIIe siècle : Bourlon-Eslimont[2]
  • 1764 : Eslimont Bourlon
  • 1790 : Boulon[2]
  • 1790 : Bourlon
  • 1831 : Bourlon-Élimont[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Cette partie de la région connait une occupation humaine au moins depuis la fin de la dernière glaciation.

Les archéologues, par exemple lors de fouille faisant suite au diagnostic réalisé du 9 mars au 17 avril 2009 dans le cadre du projet de Canal Seine-Nord) ont découvert à Bourlon des preuves d'habitat et d'agriculture pour la période allant du IVe siècle avant notre ère, et plus encore pour la fin de la période gauloise (fin du Ier avant notre ère). Les restes archéologiques ont cependant été fortement dégradé par les labours successifs[5]. Sur les 150 hectares de la future zone portuaire de Marquion, les archéologues de l'INRAP ont trouvé plusieurs habitats conservés dans le limon depuis la fin de la période néolithique (IIIe millénaire avant notre ère). Des tombes de l'âge du bronze ont aussi été trouvées, de même que des restes d'enclos circulaires à tumulus (plus de 40 m de diamètre pour le plus grand), avec de nombreux restes d'habitations de la même époque sur le site.

Plusieurs vestiges plus récents (âge du Fer) tels que bâtiments agricoles, monument funéraire aristocratique, nécropoles et chemins ont aussi été trouvés, antérieurs à une villa gallo-romaine (plus de 200 m de long sur 100 m de large) équipée de thermes.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de communes du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie, Bourlon a été fortement touchée par les combats du front ouest, à l'automne 1917[6] ;

Le Bois de Bourlon, situé sur la ligne de crête à l'ouest de Cambrai, était une position stratégique importante pour la ligne Hindenburg, non loin du canal du Nord, de l'Escaut canalisé et contrôlant la route Cambrai-Bapaume.

Le 27 septembre 1917, le Corps canadien repousse les allemands du bois de Bourlon. Ils traversent aussi le canal du Nord ; deux objectifs cruciaux pour le contrôle des importants axes routiers et ferroviaires de Cambrai. Exceptionnellement, l’assaut ne fut précédé d’aucun barrage d’artillerie; la canonnade ne commença qu’une fois l’attaque lancée. Entourés de chars d’assaut et aidés du tir nourri des mitrailleuses, les Canadiens ont déjoué la défense allemande et fait de nombreux prisonniers[7].

C'est à la Bataille du Bois de Bourlon, lors de la Bataille de Cambrai (Du 20 novembre au 3 décembre 1917) que les alliés ont pour la première fois utilisé de nombreux chars (environ 300).

Le bois abrite à l'ouest un monument canadien honorant la mémoire des soldats qui y sont morts, et il est jouxté par un cimetière militaire britannique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Séquelles de guerre[modifier | modifier le code]

Malgré des opérations de désobusage lors de la période de la reconstruction (après la première guerre mondiale) puis de déminage après la seconde guerre mondiale, des armes et munitions datant de cette époque, dangereuses et sources de pollution sont encore fréquemment trouvées par les agriculteurs, les habitants ou lors de travaux de génie civil (par exemple, fin août 2012, avant le début des travaux du canal Seine-Nord, les services de déminage de la Sécurité Civile ont trouvé (sur 850 hectares) plus de 6 tonnes de munitions non explosées (385 obus, 1 mine, 3 fusées, 47 grenades et 1 caisse de balles) non explosées ayant nécessité 45 interventions de démineurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Bourlon dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1806 Denis Limelette    
1806 1819 Pierre Foulon    
1819 1830 Martin de Francqueville    
1830 1832 Benoît Carrez    
1832 1836 Philippe Coupez    
1836 1870 Nicolas Hannois    
1870 1871 Olivier Carrez    
1871 1910 Ludovic de Francqueville    
1910 1915 Roger de Francqueville    
1915 1919 Charles Goguillon    
1919 1935 Bernard de Francqueville    
1935 1939 Léandre Cattiaux    
1939 1945 Henri Dartois    
1945 1947 Auguste Mercier    
1947 1983 Pierre de Francqueville    
1983 mars 2001 Jean Pion    
mars 2001 en cours Jean-Luc Boyer    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 219 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 008 1 018 1 018 1 315 1 503 1 567 1 620 1 617 1 538
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 585 1 620 1 712 1 728 1 775 1 792 1 839 1 926 1 950
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 922 1 921 1 810 1 294 1 367 1 273 1 229 1 122 1 110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 120 1 123 1 065 1 135 1 212 1 246 1 215 1 211 1 219
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 21,1 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 17,4 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Bourlon en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
4,8 
75 à 89 ans
8,7 
9,2 
60 à 74 ans
11,0 
21,3 
45 à 59 ans
23,4 
24,0 
30 à 44 ans
20,8 
21,1 
15 à 29 ans
17,4 
19,6 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bourlon

Les armes de Bourlon blasonnent ainsi :

d’azur à l’étoile d’argent, au chef du même chargé d’une aigle de sable .

Lieux et monuments[12][modifier | modifier le code]

Vestiges antérieurs à la première guerre[modifier | modifier le code]

  1. Porte du château rouge (Rue des Mouches)
  2. Mur d'enceinte du château de Francqueville (Chemin Vert - face à la salle polyvalente)

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  1. Mémorial Canadien (Commémore la Bataille du Canal du Nord et la prise de Bourlon - 1918)
  2. Stèle du Lieutenant Windeler (Bois de Bourlon - soldat britannique tombé en novembre 1917 lors de la bataille de Cambrai)
  3. Stèle du Private Oliver Bowen (Bois de Bourlon - soldat britannique tombé en novembre 1917 lors de la bataille de Cambrai)
  4. Cimetière du Commonwealth
  5. Stèle Lieutenant Graham Lyall (À côté du Monument aux Morts, soldat canadien ayant participé à la libération du village en septembre 1918)

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  1. Stèle du Maquis (combat du 11 juin 1944)

Divers[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts.
  1. Monument aux morts par Charles-Albert Walhain
  2. Stèle AFN, Indochine, Opex (inaugurée en mars 2009)
  3. Chapelles (rue de Sains et rue de Moeuvres)
  4. Église Saint-Martin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://books.google.fr/books?id=jbpVLN1tRNoC&pg=PA833&dq=%22Burlong%22&hl=fr&ei=2i7pTouoG46whAeek73KCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=7&ved=0CFUQ6AEwBg#v=onepage&q=%22Burlong%22&f=false
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1101013/f153.image.r=burlong.langFR
  3. http://books.google.fr/books?id=o11AAAAAcAAJ&pg=RA1-PA295&dq=%22Burlong%22&hl=fr&ei=2i7pTouoG46whAeek73KCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=4&ved=0CEMQ6AEwAw#v=onepage&q=%22Burlong%22&f=false
  4. http://books.google.fr/books?id=AWQPAAAAYAAJ&pg=PA367&lpg=PA367&dq=%22bourlon-%C3%A9limont%22&source=bl&ots=SMX5RNLXy8&sig=4w3neXqQ07o8OUn3y_IOMp93kkg&hl=fr&ei=iMnoTqGVBcHUsgbh1_icBw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CB4Q6AEwAA#v=onepage&q=%22bourlon-%C3%A9limont%22&f=false
  5. Archéologie préventive, ferme gauloise de Sains-lès-Marquion ; Une exploitation agricole nervienne très arasée, 2011-07-15, mis à jour 2011-08-10
  6. Histoire de Bourlon sur le site de la Mairie
  7. Film d'archives (de 8 min 48 s) du Canadian War Records Office, Ministry of Information montrant des colonnes de prisonniers allemands et soldats canadiens et écossais montant au front
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  10. « Évolution et structure de la population à Bourlon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 août 2010)
  12. Association Mémoire et Patrimoine de Bourlon