Évin-Malmaison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Évin-Malmaison
Image illustrative de l'article Évin-Malmaison
Blason de Évin-Malmaison
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Hénin-Beaumont-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin
Maire
Mandat
Daniel Goczkowski
2014-2020
Code postal 62141
Code commune 62321
Démographie
Population
municipale
4 578 hab. (2012)
Densité 1 002 hab./km2
Population
aire urbaine
552 694 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 20″ N 3° 02′ 03″ E / 50.4388888889, 3.0341666666750° 26′ 20″ Nord 3° 02′ 03″ Est / 50.4388888889, 3.03416666667  
Altitude Min. 21 m – Max. 31 m
Superficie 4,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Évin-Malmaison

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Évin-Malmaison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Évin-Malmaison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Évin-Malmaison
Liens
Site web mairie-evin-malmaison.fr

Évin-Malmaison est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais faisant partie de la Communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin. La Compagnie des mines de Dourges y a exploité sa fosse no 8 - 8 bis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Évin-Malmaison
Ostricourt
Dourges Évin-Malmaison Leforest
Noyelles-Godault Courcelles-lès-Lens

Histoire[modifier | modifier le code]

Évin-Malmaison fut longtemps un village vivant de sa situation sur les bords de la Deûle. La découverte de charbon dans la région allait bouleverser son histoire et le faire devenir une ville minière.

Exploitation minière[modifier | modifier le code]

Chevalement no 8 en 2011.

Le fonçage débute en 1919 à proximité du Canal de la Deûle, pour exploiter des charbons maigres. Le 8 bis sera foncé en 1923. À la nationalisation, elle sera rattachée au Groupe d'Oignies, contrairement aux autres fosses de la Compagnie de Dourges, afin de réunir les fosses exploitants des charbons maigres.

Elle est reliée à la fosse 7 d'Ostricourt en 1955 mais l'extraction cesse en 1961 après la mise en route du 10 d'Oignies. De nouvelles cages sont mises en service pour la circulation du personnel et du matériel.

En 1968, la fosse est reliée au 9 et au 10. Un nouveau chevalement sera installé sur le puits no 8. D'une hauteur de 40m environ le chevalement no 8 d'Evin est de type avant carré porteur à deux poussards équipé de 2 molettes superposées de 6,50m de diamètre sur 2 planchers différents. En 1947 il équipait le puits no 3 ter d'Auchel, il a été démonté en 1963 pour être installé sur le puits no 8, aux côtés du chevalement no 8 bis, ainsi que la machine d'extraction d'une puissance de 1800 chevaux (poulie Koepe). Le bâtiment du 8 bis est démonté. Un important sas en béton pour le retour d'air sera construit à la place.

La fosse 8 cesse son service de descente du personnel et du matériel en 1973, mais sera maintenu pour l'aérage du siège 10 d'Oignies jusqu'en 1991. Les deux puits sont remblayés en mai 1991. Le chevalet no 8 bis est abattu le 27 novembre 1991. Les 18 hectares du carreau de fosse seront vendus par la commune à un particulier qui entreprend de nombreuses démolitions en 1997, la salle des machines du puits no 8, le bâtiment d'extraction, la machine d'extraction du 8 bis qui était restée en place jusque-là, et les fondations des machines. Le site souffrira du manque d'entretien, laissé à l'abandon. En 2001, la décision est prise par le propriétaire de démolir complètement les bâtiments, ainsi que le chevalement no 8. L'Association du 8 d'Evin mènera un long combat en vue de sa conservation, qui aboutira en 2003 par l'annonce officielle de sa remise en état avec le concours de la Communauté d'Agglomération d'Hénin-Carvin et de l'établissement public foncier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Évin-Malmaison

D’azur semé de fleurs de lys d’or, au cerf d’argent brochant sur le tout, à la champagne ondée du même chargé d’une lampe de mineur de gueules

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014[1] Bernard Staszewski PCF  
mars 2014[2],[3],[4] en cours
(au 12 janvier 2015)
Daniel Goczkowski PS Directeur d'école

Démographie[modifier | modifier le code]

Évin-Malmaison dans son canton et son arrondissement

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 4 578 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 713 780 797 857 884 875 913 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
859 934 943 967 968 996 1 055 1 119 1 145
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 237 1 287 1 347 1 234 2 355 3 809 3 446 3 419 3 683
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
4 022 4 437 4 388 4 121 4 934 4 731 4 531 4 510 4 544
2012 - - - - - - - -
4 578 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,7 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 15,5 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 20,5 %).
Pyramide des âges à Évin-Malmaison en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
4,5 
75 à 89 ans
7,8 
11,0 
60 à 74 ans
12,1 
20,9 
45 à 59 ans
19,9 
19,1 
30 à 44 ans
18,3 
21,8 
15 à 29 ans
21,6 
22,7 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Kmiecik, né en 1928 à Évin-Malmaison, compositeur, chanteur, musicien polonais. Mohamed Zaoui médaillé aux Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Wallart, « Évin-Malmaison: Daniel Goczkowski rend la mairie au PS après 25 ans de disette : Des supporters qui exultent et un Foyer Dugardin prenant des allures de hammam. Au cœur de cette liesse improvisée, Daniel Goczkowski, l’homme de la soirée, esquisse à peine un sourire même si on le sent relâcher complètement la pression. Pas le genre à exulter, fondre en larmes ou lever le poing en signe de victoire le discret candidat socialiste. Qui, hier, est devenu le nouveau maire d’Évin-Malmaison avec juste le sentiment du devoir accompli », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. Daniel Goczkowski est un homme paisible et plus « taiseux » qu’expansif. Cette séance d’installation a donc été à son image, sans grands éclats de voix ni manifestation de joie ostentatoire, « Évin-Malmaison: l’ère Goczkowski et ses premières leçons d’arithmétique : Daniel Goczkowski est un homme paisible et plus « taiseux » qu’expansif. Cette séance d’installation a donc été à son image, sans grands éclats de voix ni manifestation de joie ostentatoire », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  3. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 12 janvier 2015).
  4. Pascal Wallart, « Daniel Goczkowski: « À Évin-Malmaison, on n’a pas beaucoup de marges de manœuvre! » : L’homme discret commence à effectuer sa mue. Un peu par la force des choses. Depuis que, ce lundi, son équipe et lui ont officiellement pris possession de la mairie, Daniel Goczkowski a à gérer un agenda de ministre. Car tout le monde veut voir le nouveau maire d’Évin-Malmaison. Commence le temps de la découverte et, déjà, des premières décisions. », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Évolution et structure de la population à Évin-Malmaison en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 août 2010)
  8. Tableau général numérique par fonds des archives départementales antérieures à 1790,Impr. Nationale, 1848,[1]