Amplier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wiktionnaire Cet article a pour sujet la commune Amplier. Pour une définition du mot « amplier », voir l’article amplier du Wiktionnaire.
Amplier
Amplier vu depuis l'église.
Amplier vu depuis l'église.
Blason de Amplier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Pas-en-Artois
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Sources
Maire
Mandat
Thierry François
2014-2020
Code postal 62760
Code commune 62030
Démographie
Gentilé Amplioises et Ampliois
Population
municipale
323 hab. (2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 18″ N 2° 24′ 02″ E / 50.1383333333, 2.4005555555650° 08′ 18″ Nord 2° 24′ 02″ Est / 50.1383333333, 2.40055555556  
Altitude Min. 61 m – Max. 148 m
Superficie 8,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Amplier

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Amplier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amplier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amplier
Liens
Site web http://mairie.amplier.free.fr

Amplier est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie de la Communauté de Communes des 2 Sources. Elle possède une partie urbaine principale, à dominante linéaire, et une autre partie « Le petit Amplier », constituée de deux petits hameaux à quelque trois kilomètres du bourg, contigus à la commune de Terramesnil, dans la Somme.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune via Orville.
Communes limitrophes d’Amplier
Doullens Grouches-Luchuel Halloy
Authieule Amplier Orville
Doullens Terramesnil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ampleias villa (877), Amplers (1138)[1], Ampliet (1793 & 1801), Amplier-lez-Orville.

Le nom de la commune vient du latin "Ampliare" qui signifie agrandir. En effet, Amplier doit son nom aux développements successifs de la commune d'Orville qui, ne pouvant plus contenir dans son enceinte le nombre toujours croissant de ses habitants, donna naissance à cette seconde bourgade. Elle est mentionnée sous le nom « d'Ampleias Villa » dans le diplôme de Charles le Chauve de 877, qui assigne deux manoirs sur ce village à l'abbaye de Marchiennes.
Ou du germanique ampla (oseille) + lari «espace inculte»[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'année 1138, l'abbaye de Saint-Michel possédait des terres importantes.

Au XIe siècle, Amplier figure parmi les fiefs qui avaient été donnés à la collégiale de Saint-Pol par le Comte Roger, et il est désigné comme étant situé in terra Maisnil, d'où les historiens ont conclu qu'il dépendait alors de cette seigneurie.

Son église construite au XVIIe siècle a remplacé une ancienne maison-forte.

Des fouilles pratiquées dans la motte d'Amplier ont amené la découverte de vieilles armes et de tombeaux.

Une maladrerie y fut également fondée, à la suite des croisades, mais il est impossible d'en retrouver l'emplacement.

Amplier était gouverné par les mêmes seigneurs qu'Orville, dont il était un fief, et dépendait, comme son chef-lieu, du diocèse d'Amiens.

En raison de sa position sur la frontière de Picardie, ce village était gardé par six hommes de la gabelle, pour empêcher le transport du sel et du tabac. Un poste surveillait aussi le pont qui était fermé par une barrière pendant la nuit[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Amplier dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 mars 2001 Serge Lefebvre    
mars 2001 en cours
(au 11 novembre 2014)
Thierry François   Agriculteur retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[3],[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 323 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450 485 463 453 555 543 551 506 517
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
515 544 553 489 429 369 340 724 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417 410 335 311 278 264 250 238 255
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
266 273 261 230 271 248 275 284 306
2011 - - - - - - - -
323 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004.)
Histogramme de l'évolution démographique

La découverte de sables phosphatés sur le territoire de la commune voisine : Orville (voir ci-après) en 1887 fit doubler la population d'Amplier, qui passa en quatre ans de 340 à 724 habitants. La commune d'Orville a une histoire bien particulière, liée à la découverte de sables phosphatés en 1887. À cette époque, la population d'Orville est passée en quatre ans de 461 habitants à 1 503 ! On comptait jusqu'à 30 carrières d'extraction de sable phosphaté à Orville, dans lesquelles travaillaient plus de 500 ouvriers belges. Les importations de phosphate du Maroc et de Tunisie, moins coûteux et plus riche, ont mis fin à l’exploitation. Le site, « les buttes d'Orville », est maintenant occupé par un parcours de ball-trap.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :


  • 52,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 13,8 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 18,7 %) ;
  • 47,7 % de femmes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 25,3 %, plus de 60 ans = 21,2 %).
Pyramide des âges à Amplier en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,6 
75 à 89 ans
8,9 
13,1 
60 à 74 ans
12,3 
23,1 
45 à 59 ans
25,3 
21,2 
30 à 44 ans
22,6 
13,8 
15 à 29 ans
12,3 
23,1 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Amplier

Les armes d'Amplier se blasonnent ainsi : De sable à la crosse d’argent, au franc-canton d’or[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Monument aux morts des guerres de 1914-1918 et 1939-1945, en granit de Belgique. Monument de 4,30 m. de haut avec croix de guerre, couronne d'immortelle et palme. L'église Saint-Hilaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  2. site de la mairie d'Amplier : http://mairie.amplier.free.fr.
  3. « Amplier: Thierry François enfile à nouveau l’écharpe majorale : C’est dans la continuité que s’est déroulée l’élection du premier magistrat puisque Thierry François, maire sortant, a été réélu sans surprise. », La Voix du Nord,‎ 1er avril 2014 (lire en ligne).
  4. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 11 novembre 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Évolution et structure de la population à Amplier en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  8. Banque du Blason