Avion (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avion (homonymie).
Avion
La mairie d'Avion
La mairie d'Avion
Blason de Avion
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Avion (chef-lieu)
Intercommunalité Communaupole de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Jean-Marc Tellier
2014-2020
Code postal 62210
Code commune 62065
Démographie
Population
municipale
17 947 hab. (2011)
Densité 1 376 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 36″ N 2° 50′ 01″ E / 50.41, 2.8336111111150° 24′ 36″ Nord 2° 50′ 01″ Est / 50.41, 2.83361111111  
Altitude Min. 27 m – Max. 77 m
Superficie 13,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Avion

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Avion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avion

Avion est un chef-lieu de canton du département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. La commune a été un grand centre d'exploitation du charbon. La Compagnie des mines de Lens y a ouvert sa fosse no 5 - 5 bis, et la Compagnie des mines de Liévin les fosses nos 4 - 4 bis et 7 - 7 bis. Enfin, le Groupe de Liévin a ouvert le puits d'aérage no 8. L'exploitation du charbon cesse en 1988, mais Gazonor y exploite toujours le grisou sur les puits nos 5, 5 bis et 7 bis.

Elle fait partie de la Communaupole de Lens-Liévin (communauté d'agglomération) qui regroupe 36 communes et comptait 244 561 habitants en 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avion se situe près de l'autoroute A 21. Elle a comme villes voisines Liévin, Lens, Éleu-dit-Leauwette, Sallaumines, Méricourt, Vimy et Givenchy-en-Gohelle.

Communes limitrophes de Avion
Éleu-dit-Leauwette

Liévin

Lens Sallaumines
Avion Méricourt
Givenchy-en-Gohelle Vimy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Peut-être de la préposition latine ad + Wigo(n) (nom de personne germanique)[1].
Aviuns (1104), Avion (1793).

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle le territoire d'Avion s'étend sur 1 075 ha, au centre sur 25 ha se trouve le village dominé par le clocher de l'église Saint-Denis construite en 1150 et le moulin à vent. Les cultures étaient principalement le blé, le seigle, l'orge, l'avoine et l'œillette (céréale dont on extrayait de l'huile).

Cette partie du Pas-de-Calais s'est trouvé sous domination espagnole (jusqu'en 1659). C'est lors d'une des batailles où s'affrontaient Espagnols et Français que l'église fut détruite. Elle fut reconstruite en 1680 par Matthias Leroy lieutenant d'Avion, le cimetière se trouve autour de l'église.

Le marais d'Avion (l'actuel parc de la Glissoire) s'étendait sur au moins 20 hectares. Sa partie centrale est une vaste et ancienne tourbière où l'on extrayait la tourbe qui une fois sèche servait au chauffage domestique, avant que du charbon, plus calorique ne soit extrait des couches plus profondes du sous-sol.

Au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1714, le seigneur d'Avion est Antoine Guillaume Roergas.

En 1759, pour faciliter l'impôt surnommé le vingtième, Avion est divisé en 12 cantons, ce sont les principaux lieux-dits.

En 1771, la seigneurie est confiée par lettres patentes du roi Louis XV en marquisat d'Armolis, le marquis épousera l'année suivante Marie Euphrosine d'Imbert avec qui il eut 4 enfants. Le marquis possède le Château Blanc à Avion et un hôtel particulier à Arras. Le Château Blanc est dénommé ainsi en raison des pierres calcaires utilisées pour sa construction. Le moulin à vent utilisé pour moudre les céréales appartient à Pierre François Sénéchal censier d'Avion. Un second moulin servait à presser de l'huile.

À la veille de la Révolution, 80 % de la population vivait encore du produit de la terre. Avion comptait alors 850 habitants et 347 ont moins de 18 ans, seuls 20 savaient lire.

En 1790 le marquis meurt et sa veuve est contrainte à quitter le pays avec ses enfants. Suite à la Révolution le château est vendu et confisqué. Le curé à cette époque est le personnage le plus important du village, c'est l'abbé Fossiez qui tient cette place depuis 1781, il est aidé dans sa tâche par un bedeau. Cette année-là Joseph Leroy est élu maire de la première municipalité, et c'est faute de place que la première réunion du conseil se fit dans l'église.

Aux XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Cimetière d'Avion, photographié par l'armée allemande en 1914 au début de la Première Guerre mondiale Les terrils, carreaux de fosses et cheminées sont visibles dans une campagne encore verdoyante

À la fin du XIXe siècle, Avion entre dans la vie minière ; en 1872 avec le premier coup de pioche du premier puits qui n'atteindra son charbon que quatre ans plus tard. En 1890 deux autres puits suivirent. Tout autour du bourg des groupes de maisons sont construits pour abriter les mineurs ; les fameux corons du Nord, à l'époque ils n'avaient pas encore cette appellation on les appelait des « pits ». Mais au sein de ces corons on y retrouve une chaleur, une camaraderie et une solidarité caractéristique de la région et des corporations où le travail est plus dur, plus difficile qu'ailleurs.

Au XXe siècle, Avion subit les violences de deux guerres mondiales qui ensanglantent la région et tout le bassin minier.

C'est en 1860 que fut fondée l'Harmonie d'Avion. L'inscription aux registres de la Fédération musicale du Nord et du Pas-de-Calais eut lieu deux ans plus tard, en 1862. Au tout début, les vingt musiciens qui la composaient se réunissaient dans la petite salle de l'école des garçons. Elle compte désormais une soixantaine de musiciens. En 1902 eut lieu la scission qui fit naître « L’Harmonie municipale socialiste », et « L’Harmonie d'Avion » devint « L’Harmonie libre d'Avion » : les deux entités seront fusionnées en 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Avion dans son canton et son arrondissement
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1936 1949 André Parent PCF  
1949 1956 Amédée Capron PCF  
1956 octobre 1985 Léandre Létoquart PCF Conseiller général du Canton d'Avion (1959-1998) - Député (1956 → 1958) - Sénateur (1973 → 1978)
octobre 1985 1990 Jacqueline Poly PCF  
1990 octobre 2009[2],[3] Jacques Robitail PCF Conseiller général du Canton d'Avion (1998 → 2011)
Démissionnaire
octobre 2009 en cours
(au 16 novembre 2014)
Jean-Marc Tellier PCF Conseiller général du Canton d'Avion (2011 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5],[6]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 17 947 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808 812 972 1 043 1 139 1 167 1 271 1 334 1 313
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 324 1 432 1 526 1 680 1 955 2 031 2 751 3 625 5 900
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 706 9 409 9 968 4 241 14 097 16 465 15 262 16 080 19 471
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
20 781 22 422 22 894 21 023 18 534 18 298 17 932 17 947 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 16,1 %) ;
  • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 22 %).
Pyramide des âges à Avion en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
5,0 
75 à 89 ans
9,5 
11,0 
60 à 74 ans
12,1 
18,9 
45 à 59 ans
19,9 
20,2 
30 à 44 ans
18,4 
21,3 
15 à 29 ans
19,0 
23,5 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Avion et située dans l'académie de Lille.

Le lycée Pablo-Picasso d'Avion se situe dans le quartier de la République. Il fut ouvert à des élèves pour la première fois en septembre 1967. C'est le 25 avril 1977 que le lycée portera officiellement le nom de Pablo Picasso.

Aujourd'hui ce lycée compte environ 600 élèves qui viennent principalement des environs.

Deux établissements forment le lycée Pablo-Picasso d'Avion : un lycée d'enseignement général et technologique et un lycée professionnel.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Terril de Pinchonvalles ; le plus long terril plat d'Europe et le second terril du département en volume, espace naturel sensible et protégé abritant une riche mosaïque d'habitats et de nombreuses espèces patrimoniales, et élément de la Trame verte locale

La commune abrite un riche patrimoine minier, incluant

  • Le sentier des Glissocrêtes.
  • Le terril de Pinchonvalles (ou « terril des Pichonvalles »), un grand terril plat à trois plateaux échelonnés (le plus long d'Europe et le second terril du département en volume) culminant à 119 mètres sis sur les communes de Avion, mais aussi de Givenchy-en-Gohelle et de Liévin. Il est classé en APB[11] depuis 1986.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Avion

Les armes d'Avion se blasonnent ainsi :

écartelé, au 1 du gueules à trois immeubles d'or ajourés et terrassés de sable, au 2 d'azur à deux pics de mineur d'or en sautoir et à a lampe sommée d'un casque du même brochant sur le tout, au 3 d'azur au pal ondé d'or à la colombe essorante d'argent brochant sur le tout, au chef aussi d'azur chargé d'une locomotive d'or, au 4 de gueules à la tierce alaisée ondée d'or, au chef cousu d'azur chargé d'une lyre d'or accostée de deux gerbes de blé du même liées de sable

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. « ON EN PARLE : L'élection municipale du 11 octobre à Avion », La Voix du Nord,‎ 19 septembre 2009 (lire en ligne).
  3. Maxime Pruvost, « Jean-Marc Tellier veut poursuivre l’œuvre de Jacques Robitail », L'Avenir de l'Artois,‎ 8 octobre 2009 (lire en ligne).
  4. Emmanuel Crépelle, « Le bilan du maire d’Avion, Jean-Marc Tellier: « Nous allons continuer à développer la démocratie participative » : Il est arrivé il y a quatre ans à la tête de la mairie « dans des conditions un peu bizarres ». Jacques Robitail avait décidé de lui passer le flambeau, mais la démission d’une partie de l’opposition avait obligé Jean-Marc Tellier à repasser par les urnes avant de devenir réellement maire. », La Voix du Nord,‎ 16 octobre 2013 (lire en ligne).
  5. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 16 novembre 2014)
  6. Emmanuel Crépelle, « Avion: action sociale, rénovation des quartiers... Les priorités de Jean-Marc Tellier : La continuité dans la méthode et de nouveaux projets lancés en fonction des ressources financières de la ville. Pour Jean-Marc Tellier, le mandat s’inscrit dans la droite ligne du précédent : réunions publiques et toujours priorité à la jeunesse et à la citoyenneté. », La Voix du Nord,‎ 27 octobre 2014 (lire en ligne).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Avion en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  11. Liste des Arrêtés préfectoraux de biotope, Base de données des espaces protégés