Hermelinghen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermelinghen
La place.
La place.
Blason de Hermelinghen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Calais
Canton Guînes
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Pays
Maire
Mandat
Christophe Dupont
2014-2020
Code postal 62132
Code commune 62439
Démographie
Population
municipale
364 hab. (2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 48′ 10″ N 1° 51′ 40″ E / 50.8027777778, 1.86111111111 ()50° 48′ 10″ Nord 1° 51′ 40″ Est / 50.8027777778, 1.86111111111 ()  
Altitude Min. 95 m – Max. 185 m
Superficie 6,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hermelinghen

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Hermelinghen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hermelinghen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hermelinghen

Hermelinghen est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le territoire, intégré au périmètre du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale, est situé entre les agglomérations de Boulogne-sur-Mer à l'ouest, Saint-Omer à l'est (l'ex RN-42 permet de les rejoindre) et Calais au nord. L'autoroute à plus proche est l'A 16 ; elle permet par exemple de rejoindre Dunkerque au nord ou Rouen au sud.

La commune se situe entre les pôles secondaires de Guînes (au nord, accès par la D 127 ou la D 215), Licques à l'est (D 191 qui rejoint la D 224) et Marquise plus loin à l'ouest.

Un chemin de grande randonnée, le GR 128, ainsi que des chemins d'exploitations, jalonnent le territoire[1].

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire fait partie du paysage de la marge nord-est de la boutonnière du Boulonnais[2] et est marqué par ses coteaux calcaires.

Il est composé en deux parties quasi-égales en superficie : un plateau au nord, à une altitude supérieure à 150 m, et une plaine au sud et à l'ouest, d'altitude inférieure à 120 m. Un coteau reliant les Monts de Condy à l'ouest et d'André à l'est marque la limite entre ces deux entités[1]. Le coteau se plie et se prolonge au sud : il encercle la plaine d'Hermelinghen. Le mont d'André, à l'est, culmine à 180,7 m, le mont Auban (au nord-ouest, à côté du Mont de Condy) à 168 m. Deux vallons marquent également le relief communal, celui du Puits du Sars au nord et celui de la source de la Slack au sud.

Les sous-sols sont plutôt composés de craie blanche à silex[3].

Hydrographie et climat[modifier | modifier le code]

La source de la Slack se situe au sud-ouest de la commune, au lieu dit de la Fontaine. Ce fleuve se jette dans la Manche à Ambleteuse à l'ouest. Autrement, la présence permanente de l'eau sur la commune est anecdotique (quelques rus à l'ouest)[1].

La pluviométrie est en revanche importante, avec un climat océanique caractérisé par plus de 900 mm de pluie par an localement (selon des moyennes établies sur la période 1961 - 1990), notamment à l'automne (indice des pluies d'automne de 1,5 à 1,9). Les vents dominants sont du sud-ouest[1].

Occupation du sol et paysage[modifier | modifier le code]

L'occupation du sol est à dominante agricole sur le territoire, avec une SAU (surface agricole utile) composée de 20 à 30 % de surface toujours en herbe et 40 à 50 % de production céréalière.

Le Haut plateau au nord est légèrement vallonné et relativement ouvert. Il accueille le hameau du Mât (bâti, haies, arbres, bosquets). En limite nord, le paysage est marqué par un arrière-plan boisé (forêt de Guînes). On retrouve la ceinture boisée au sud. La plaine au sud est plus basse et plus plane. Le village au bocage dense s'insère dans cet unité paysagère semi-ouverte. Le grand coteau, qui sépare ces deux unités, est composé de parcelles agricoles et de micro-reliefs arbustifs. En limite sud, un coteau calcaire est également présent et encadre une plaine plus basse, au bocage plus dense, avec le hameau de La Fontaine, le long de la Slack[1].

Parmi les éléments paysagers, on note la présence de lignes électriques haute tension, l'une traversant le territoire communal du nord-est au sud-ouest, l'autre longeant la commune à l'ouest. Des alignements d'arbre le long de la D 248 et de la D191, le clocher de l'église et surtout de nombreux arbres de plus de 10 mètres (en majorité des frênes) constituent d'autres repères verticaux dans le paysage[1].

Si, en 1947, les pâtures proches des habitations étaient plantées de vergers, ceux-ci ont aujourd'hui disparu[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hermelinghen
Fiennes Guînes

Bouquehault

Hermelinghen
Hardinghen Alembon

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique Ermil + ing (ou -ingen) + heim[5].
Hermelingehem (1138), Ermelengim (1190), Ermelinghem (1206).

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent à la fasce ondée d’azur chargé de deux merlettes du champ, accompagnée de trois merlettes de sable rangées en chef d’une merlette du même en pointe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hermelinghen dans son canton et son arrondissement

La commune fait partie de la communauté de communes des Trois Pays.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Marcel Delattre    
mars 2008   Christophe Dupont    

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Un plan local d'urbanisme est en cours d'élaboration, tout comme le SCOT (schéma de cohérence territoriale) du Calaisis.

Une étude paysagère et environnementale a été réalisée en amont du PLU, en 2009 - 2010.

Le nombre de permis de construire varie de 0 à 5 par an de 1997 à 2006, soit 24 en 10 ans[1].

Environnement[modifier | modifier le code]

Les 3/4 de la commune sont classés en ZNIEFF(zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique) de type 2 (no 33), et la limite nord correspondant à la forêt de Guînes et ses lisières en ZNIEFF de type 1 (no 033-12). Le versant nord du vallon du Puits du Sars est également classé SIC (site d'importance communautaire, Natura 2000, SPN no 485) pour ses pelouses et bois neutrocalcicoles[1].

Incluse dans le bassin Artois - Picardie, la commune est concernée par son SDAGE (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux) et par le SAGE (schéma d'aménagement et de gestion des eaux) du Boulonnais.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 364 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 256 279 262 290 268 270 268 256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
227 253 238 236 230 239 243 268 264
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
255 254 292 251 213 235 239 209 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
208 211 217 263 288 289 302 364 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 21,3 %, plus de 60 ans = 11 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 23,1 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 14,9 %).
Pyramide des âges à Hermelinghen en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
2,6 
75 à 89 ans
6,1 
8,4 
60 à 74 ans
8,8 
21,3 
45 à 59 ans
19,0 
22,6 
30 à 44 ans
23,8 
20,6 
15 à 29 ans
23,1 
24,5 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Sept exploitations agricoles sont présentes sur la commune (vaches, mais aussi poulets pour une exploitation).

Les activités économiques restent limitées, mais sont tout de même présentes dans cette commune d'environ 300 habitants : un café-brasserie, un plombier, un menuisier et une société de transport. S'y ajoutent des activités de loisirs : un camping, un club équestre, un gîte et une école de danse[1].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte Agathe date du XVIIIe siècle.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Étude paysagère et environnementale, Hermelinghen, bureaux d'études Ad'Auc et ACWA, février 2010
  2. Guide de l'habitat des 3 Pays
  3. Carte géologique du territoire du Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale
  4. Analyse comparative des photographies aériennes de 1947 et 2005
  5. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Hermelinghen en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)