Puisieux (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puisieux.
Puisieux
La mairie.
La mairie.
Blason de Puisieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Avesnes-le-Comte
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Sources
Maire
Mandat
Denis Grossemy
2014-2020
Code postal 62116
Code commune 62672
Démographie
Population
municipale
696 hab. (2012)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 07′ 00″ N 2° 41′ 44″ E / 50.1166666667, 2.6955555555650° 07′ 00″ Nord 2° 41′ 44″ Est / 50.1166666667, 2.69555555556  
Altitude Min. 77 m – Max. 147 m
Superficie 11,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Puisieux

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Puisieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puisieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puisieux

Puisieux également appelée Puisieux-au-Mont est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ecarts
  • Hameau de Serres-Lès-Puisieux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Puisieux
Bucquoy
Hébuterne Puisieux Miraumont
(Somme)
Beaumont-Hamel
(Somme)
Beaucourt-sur-l'Ancre et
(Somme)
Grandcourt
(Somme)

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Puisieux.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

bandé de vair et de gueules de six pièces, les bandes de gueules charges de cinq besants d’or ordonnés 1.3.1.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Puisieux dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1965 Gaston Plez Radical Socialiste  
mars 1965 1995 Albert Rivaux   Conseiller génèral de 1970 à 2001
mars 1995 2008 Raymond Ducatel PS  
mars 2008 en cours
(au 15 février 2015)
Denis Grossemy PS Réélu pour le mandat 2014-2020[1],[2],[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 696 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 019 960 1 112 1 248 1 277 1 291 1 310 1 331 1 326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 344 1 346 1 347 1 332 1 395 1 468 1 457 1 311 1 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 155 1 144 1 117 334 544 601 595 571 568
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
566 629 599 658 613 609 626 628 696
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 21,5 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 17,3 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 25,8 %).
Pyramide des âges à Puisieux en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,9 
4,8 
75 à 89 ans
9,8 
12,2 
60 à 74 ans
15,1 
17,0 
45 à 59 ans
17,4 
21,5 
30 à 44 ans
22,4 
22,2 
15 à 29 ans
18,0 
21,9 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Denis.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Catelas né le 6 mai 1894 à Puisieux (Pas de Calais), dans une famille d'ouvriers bonnetiers de Catelas Louis Jean et de Demoulin Rosia Stéphanie. . Pendant la Première Guerre mondiale, il reçoit la croix de guerre et la médaille militaire. En 1919, il est employé par les Chemins de fer du Nord ou il créa le syndicat unitaire des cheminots d’Amiens Longueau. Il est élu député d'Amiens en 1936 au sein du Front populaire avec 11 280 suffrages. Il joue un rôle important auprès de Maurice Tréand dans l'organisation des Brigades internationales lors de la guerre civile d'Espagne. Le 5 octobre 1939, il échappa à l’arrestation des députés. En mars–avril 1940, il est condamnés à 5 ans de prison avec mention « en fuite ». Il est arrêté le 14 mai 1941 à son domicile parisien, Il est guillotiné avec Jacques Vool architecte et Adolphe Guyot ouvrier par le gouvernement de Pétain le 24 septembre 1941 à Paris à la prison de la santé, il était une personnalité politique française. Leur condamnation fût due à ce qui est considéré comme le premier attentat meurtrier contre les troupes d'occupation, pour avoir tué le 21 août 1941 un militaire de la Kriegsmarine, l'aspirant Moser, au métro Barbès - Rochechouart. Cet attentat est un acte de représailles à la suite de l'arrestation, lors d'une manifestation à la station de métro Strasbourg-Saint-Denis, et de l'exécution, par les Allemands, le 19 août dans le bois de Verrières, de deux jeunes militants, Samuel Tyszelman et Henri Gautherot. Le général de Gaulle lui décerne la médaille de la Résistance à titre posthume le 28 décembre 1944, en même temps qu'à Guy Môquet.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les violents combats qui ont eu lieu dans la zone de Puisieux, lors de la première guerre mondiale, ont été décrits par l'écrivain allemand Ernst Jünger, notamment dans "Le Boqueteau 125" et dans "Orages d'acier' (Christian Bourgois Éditeur).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Puisieux: Denis Grossemy réélu maire par le conseil », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  2. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ (consulté le 10 février 2015).
  3. Nicolas André, « Les projets des maires - Puisieux -Denis Grossemy: «La salle polyvalente, gros projet du mandat» : Le maire de Puisieux entame cette mandature en voyant arriver à terme la construction de la salle polyvalente projetée avec son conseil municipal. Adieu le vieux préfabriqué ! », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  6. « Évolution et structure de la population à Puisieux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)