Verton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Verton
L'église Saint-Michel.
L'église Saint-Michel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Berck
Intercommunalité Communauté de communes Opale Sud
Maire
Mandat
Joël Lemaire
2008-2014
Code postal 62180
Code commune 62849
Démographie
Gentilé Vertonnois
Population
municipale
2 280 hab. (2011)
Densité 206 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 10″ N 1° 39′ 00″ E / 50.4027777778, 1.65 ()50° 24′ 10″ Nord 1° 39′ 00″ Est / 50.4027777778, 1.65 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 53 m
Superficie 11,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Verton

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Verton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verton
Liens
Site web verton-village.fr

Verton est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Vertonnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petite ville du Pas-de-Calais dans la région Nord-Pas-de-Calais, Verton fait partie du canton de Berck sur mer. Voisine des communes de Berck et de Rang-du-Fliers, 2 145 habitants résident dans la commune de Verton. La ville de Lille est située à 103 km au Nord-Est de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Verton
Rang-du-Fliers
Berck Verton Wailly-Beaucamp

Lépine

Groffliers Waben Conchil-le-Temple

Histoire[modifier | modifier le code]

Vieux saule de Verton, probablement vers 1900-1905

La terre de Verton a été acquise par la fille de Philippe de Créqui de la châtellerie de Beaurain-sur-Canche. Son mariage avec Gilles de Soyecourt, grand-échanson de France, a transféré ces domaines vers la maison de Soyecourt. Cette famille a habité le château communal durant dix générations, de la fin du XIVe siècle à Charlotte de Soyecourt (fille de Charlotte de Mailly et de François III).
Selon une inscription autrefois visible sur le mur du chevet de l'église les troupes royales marchant au secours d'Étaples sont passées par la commune, sous la conduite du Duc d'Epernon, le 11 janvier 1591.

Un hameau de la commune, celui du Rang-du-Fliers, est curieusement érigé en commune distincte par décret impérial,le 17 juillet 1870, deux jours avant la déclaration de guerre à la Prusse. Ce décret n'est jamais paru au journal officiel.

Verton est longtemps resté une commune rurale et littorale du Ponthieu.

Avec le développement du tourisme et d'autres activités sur la Côte d'Opale, facilités par le tortillard des voies ferrées d'intérêt local qui reliait Berck à Montreuil-sur-Mer trois fois par jour, avec un arrêt en « gare de Verton-Rang-du-Fliers» [1], Verton a connu, au milieu des années 1960, grâce à ses différents maires (dont Bertrand Akar et Joël Lemaire), un essor économique et démographique.

Si Verton peut passer aujourd'hui pour une commune résidentielle, elle possède néanmoins des atouts importants en matière de développement économique. À commencer par sa situation à l'entrée de la Communauté de Communes Opale Sud dont elle fait partie. Verton se situe à une minute de la gare du chemin de fer Paris-Calais, deux minutes d'un accès à l'A16. Rien d'étonnant à ce que la Communauté de Communes pré-citée ait aujourd'hui acquis la plupart des terrains du Champ Gretz, une zone commune à Verton et Rang du Fliers pour y établir son nouveau poumon économique et d'habitat. Un futur ensemble d'infrastructures routières devrait voir très prochainement le jour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Verton dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 Bertrand Akar    
mars 1983 mars 1989 Jean Morel    
mars 1989 juin 1995 Bertrand Akar    
juin 1995 mars 2001 Joël Lemaire    
mars 2001 mars 2008 Denis Féron    
mars 2008 en cours Joël Lemaire    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 280 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 035 1 140 1 103 1 450 1 408 1 509 1 580 1 606 1 646
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 647 1 672 1 750 1 009 1 017 888 868 895 889
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
826 896 902 884 854 840 911 802 795
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
760 746 954 1 570 1 947 2 123 2 145 2 223 2 269
2011 - - - - - - - -
2 280 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 28,3 %, plus de 60 ans = 13,3 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 27,7 %, plus de 60 ans = 17,3 %).
Pyramide des âges à Verton en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
3,4 
75 à 89 ans
6,2 
9,9 
60 à 74 ans
10,4 
28,3 
45 à 59 ans
27,7 
19,8 
30 à 44 ans
21,6 
17,2 
15 à 29 ans
15,5 
21,4 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Verton a conservé :

  • plusieurs maisons picardes anciennes ;
  • une église du XIVe/XVe siècle dédiée à saint Michel (église à trois nefs dominées par une tour carrée surplombant le portail[6] ;
  • une chapelle dédiée à saint Maur, plus récente vers laquelle converge un pèlerinage rétabli en 1838
  • Plusieurs sépultures remarquables, dans l'ancien cimetière attenant à l'église: celles des seigneurs de Verton, les de La Fontaine Solare, dont la Commune a fait siennes les armoiries; Celle d'Emile Defosse, enfant du pays, Conseiller municipal, homme de lettres qui, en 1899, publiait avec Léon Plancouard, un autre érudit picard, un très intéressant ouvrage sur Verton, une référence bien connue des historiens de la région intitulée "étude pour servir à l'histoire du Ponthieu, "Verton-Bourg" (Montreuil sur Mer, imprimerie Paul Lefort, 1899).
  • La pierre tombale d'Emile DEFOSSE a ceci de particulier qu'elle révèle une épitaphe curieuse, à la mode du XIXème: "ci dort, au port, un mort, qu'à tort, le sort, a fort embarrassé, en lui donnant la vie".
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Verton

Les armes de Verton se blasonnent ainsi : bandé d’or et d'azur de six pièces, les bandes d'or échiquetées de gueules de trois tires.

La devise en est: Tel fiert qui ne tue pas.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo présentant le tracé du tortillard, qui a fonctionné, à environ 20 km/h jusqu'au 1er mars 1955 (7 passages par jour entre Berck et Rang-du-Fliers)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Évolution et structure de la population à Verton en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  5. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  6. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/62/accueil_62849.htm