Fouquières-lès-Béthune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fouquières.
Fouquières-lès-Béthune
La mairie.
La mairie.
Blason de Fouquières-lès-Béthune
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arrondissement de Béthune
Canton Canton de Béthune-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Artois
Maire
Mandat
Jean-Paul Seulin
2014-2020
Code postal 62232
Code commune 62350
Démographie
Population
municipale
1 086 hab. (2011)
Densité 449 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 30′ 56″ N 2° 36′ 42″ E / 50.5155555556, 2.6116666666750° 30′ 56″ Nord 2° 36′ 42″ Est / 50.5155555556, 2.61166666667  
Altitude Min. 23 m – Max. 49 m
Superficie 2,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fouquières-lès-Béthune

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Fouquières-lès-Béthune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fouquières-lès-Béthune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fouquières-lès-Béthune
Liens
Site web fouquieres-lez-bethune.fr

Fouquières-lès-Béthune est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe à 1,6 km au sud ouest de Béthune, et à 48,3 km de Lille, à la jonction de la D181 et des N41 et N43.

La commune est traversée par l'autoroute A26.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fouquières-lès-Béthune
Fouquereuil Béthune
Gosnay Fouquières-lès-Béthune Verquin
Hesdigneul-lès-Béthune Vaudricourt

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fouquières-lès-Béthune dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1792   Louis Morel    
1793 1800 Louis Edmond    
juin 1800 Août 1800 Nicolas Delelis   Agent municipal, Maire provisoire et Officier civil
août 1800 Décembre 1807 Paul Cousin   Officier public
1808 avril 1823 Nicolas Delelis    
1823 octobre 1875 Florentin Delelis    
1875   René d'Oresmieulx    
1925   Ernest Mannessier    
  1977 Paul Vinot    
1977 juin 1998 Guy Emerton    
juillet 1998 Mars 2001 Michel Beel    
mars 2001 Mars 2008 Jean Lesot    
mars 2008 en cours Jean-Paul Seulin    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 086 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243 267 263 308 366 353 351 358 385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
410 428 457 439 467 437 468 435 438
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
471 525 547 676 548 519 504 596 594
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
537 540 1 029 952 1 168 1 133 1 104 1 097 1 086
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,5 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,3 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 23,2 %) ;
  • 53,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 28,3 %).
Pyramide des âges à Fouquières-lès-Béthune en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,2 
4,5 
75 à 89 ans
8,1 
18,7 
60 à 74 ans
20,0 
23,1 
45 à 59 ans
23,6 
20,2 
30 à 44 ans
17,5 
17,2 
15 à 29 ans
14,6 
16,3 
0 à 14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or, à la tête de maure lié d'un bandeau d’argent, accompagnée de trois roses de gueules, placées deux en chef, une en pointe

La commune a repris en 1998 le blason de la famille Doresmieux, anciens seigneurs de Fouquières.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue du cimetière militaire de la Première Guerre mondiale et de l'église Saint-Vaast.

L'église Saint-Vaast. Tilleul pluriséculaire dans le cimetière. Château des anciens seigneurs de Fouquières (1811)(Doresmieulx). Chapelle funéraire Doresmieulx dans le cimetière. Château-ferme (XVIe et XIXe siècles). (de La Gorce) Château Le Roux de Bretagne (XIXe siècle). Château Saint-Pry (de Cormont) (XIXe siècle).

Le principal château de Fouquières est celui de la famille Doresmieulx. Il a été élevé en 1811 par Augustin-Louis Doresmieulx (?-1822) et Alexandrine de Beaulaincourt de La Beuvrière. Le corps de ferme a été bâti par Céligne Enlart de Guémy (1821-1866), épouse de Charles-Alexandre Doresmieulx (1807-1888). Le château est resté dans la famille Doresmieulx jusqu'à la mort du dernier du nom (René-Alexandre (1845-1944)). Il échut alors à l'une de ses filles (Valentine (1888-1981), épouse de Henry Baudenet d'Annoux.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Ancienne ferme et château Façades et toitures de l'ensemble des bâtiments (cad. AE 153, 154) : inscription par arrêté du 30 décembre 1985[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre de La Gorce (1847-1934), historien, élu membre de l'Académie Française en 1914. Il est l'auteur d'une "Histoire de la Seconde République Française" (1887), "Histoire du Second Empire" (1894-1905) et d'une "Histoire Religieuse de la Révolution Française" (1909-1927)[8].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]