Marenla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marenla
L'église Saint-Aubin.
L'église Saint-Aubin.
Blason de Marenla
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Campagne-lès-Hesdin
Intercommunalité Communauté de communes des Sept Vallées
Maire
Mandat
Pascal Pocholle
2014-2020
Code postal 62990
Code commune 62551
Démographie
Population
municipale
226 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 51″ N 1° 52′ 06″ E / 50.4475, 1.868350° 26′ 51″ Nord 1° 52′ 06″ Est / 50.4475, 1.8683  
Altitude Min. 6 m – Max. 96 m
Superficie 10,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Marenla

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Marenla

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marenla

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marenla
Liens
Site web marenla.com

Marenla est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • La superficie de la commune est de 1 004 hectares.
  • Marenla se situe dans la vallée de la Canche.
  • Ses habitants s'appellent les Marenlois et Marenloises.
  • Marenla fait partie de l'arrondissement de Montreuil et du canton de Campagne-les-Hesdin.
  • Le " But de Marles" est un hameau de MARENLA.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marenla
Marant Aix-en-Issart Saint-Denœux
Marles-sur-Canche Marenla Loison-sur-Créquoise
Brimeux Lespinoy Beaurainville


Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1232 : MALENCHI
  • en 1311 : MALENLA
  • depuis 1507 : MARENLA

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après les notes et documents recueillis dans les archives de la ville, des hospices de Montreuil-sur-Mer et dans les divers ouvrages historiques du Pas-de-Calais.

Auteur : A. PONTIER , ancien secrétaire, en avril 1894.

Cet historique fut classé par M. Beaussart, secrétaire-greffier et sûrement déposé aux Archives départementales d'Arras.


Historique du village :

MARENLA mentionné dans le diplôme d'ERKEMBODE, évêque de THEROUANNE en 637, appartint ensuite (à partir du XIIe siècle, en 1170) à l'abbaye de Sainte-Austreberthe qui y établit un bailli chargé d'exercer la justice. ces fonctions étaient remplies en 1750 par Messire Claude Septier, sieur de Verdure.

Le bailliage comprenait les seigneuries de :

  • MARENTH
  • MARENLA
  • HUMBERTG
  • SAINT-DENEU
  • BOUBERCK
  • AIX-EN-SIHART
  • SAINTE AUSTREBERTHE LES-HESDIN


Les appels relevaient du bailli d'Amiens, tenant ses assises à MONTREUIL.

En 1311, Robert COINTERIAUX tenait de WILLIAUME de MAINTENAY, le fief de la Canche à MALENLA.

Pendant le séjour du roi Henri II, à la chartreuse de NEUVILLE, le 15 août 1554, les Écossais de la Garde, s'étant imprudemment écartés, furent maltraités par les Impériaux aux environs de MARENLA.

La ferme de MARENLA (ferme des Dames qui date de 1651) a été reconstruite en 1761, sous l'Administration de l’abbesse de Sainte-Austreberthe, Anne-Marie de Jouanne d'Esgeigny.


M. Adrien Fresnaye, ancien élève de l’École centrale (1847) a créé en 1852 la papeterie de Marenla dans un ancien moulin à huile. L'entreprise ferma en 1895, la liquidation amiable n'était pas terminée en 1901). M. Adrien Fresnaye fut aussi maire de 1870 à 1896

Les lieux-dits[modifier | modifier le code]

- La Justice

- Les Côtes et les Bois du "Bus"

- Le fief du Gros Fay et le fief de Machy, tenus de l'abbaye de Sainte-Austreberthe et situés à Marenla, appartenaient au XVIIIe siècle au comte de LASCARIS.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église fut rebâti en 1675.

La Fabrique et l'abbaye de Sainte-Austreberthe supportèrent la dépense par moitié.

Une statue de Sainte-Austreberthe décore le fronton du retable de l'autel.

En 1849, M. Leroy trouva à Marenla, plus de 10 000 pièces d'argent des règnes de Louis XIII et de Louis XIV.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Marenla dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil-sur-Mer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jacqueline Rouze    
mars 2008 en cours Pascal Pocholle    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 226 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403 211 403 356 359 325 342 320 327
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366 380 468 434 446 438 452 427 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340 295 262 272 248 248 252 261 252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
272 263 236 222 244 222 217 216 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,8 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 52,8 % de femmes (0 à 14 ans = 13,2 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 15,8 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 27,2 %).
Pyramide des âges à Marenla en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,8 
10,8 
75 à 89 ans
14,0 
9,8 
60 à 74 ans
11,4 
23,5 
45 à 59 ans
24,6 
16,7 
30 à 44 ans
15,8 
21,6 
15 à 29 ans
19,3 
17,6 
0 à 14 ans
13,2 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent à la molette de gueules cantonnée de quatre flanchis du même

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]