Bouvigny-Boyeffles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouvigny-Boyeffles
L'église de Bouvigny-Boyeffles
L'église de Bouvigny-Boyeffles
Blason de Bouvigny-Boyeffles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Lens
Canton Sains-en-Gohelle
Intercommunalité Communaupole de Lens-Liévin
Maire
Mandat
Maurice Viseux
2008-2014
Code postal 62172
Code commune 62170
Démographie
Gentilé Bovéniens
Population
municipale
2 453 hab. (2011)
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 25′ 20″ N 2° 40′ 23″ E / 50.4222222222, 2.67305555556 ()50° 25′ 20″ Nord 2° 40′ 23″ Est / 50.4222222222, 2.67305555556 ()  
Altitude Min. 68 m – Max. 192 m
Superficie 9,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bouvigny-Boyeffles

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Bouvigny-Boyeffles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouvigny-Boyeffles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouvigny-Boyeffles
Liens
Site web bouvigny-boyeffles.fr

Bouvigny-Boyeffles est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais. Elle fait partie de la Communaupole de Lens-Liévin (communauté d'agglomération) qui regroupe 36 communes et comptait 244 561 habitants en 2010.

Cette commune est connue pour le mât de l'un des plus puissants émetteurs de radio-diffusion installés en France, d'une hauteur de 307 mètres, installé à 193 mètres.

Ses habitants sont appelés les Bovéniens[1] et leur nom j'té : « Les saqueux d'cordelettes » ou « Les pêqueux d'fromache »[2],[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bouvigny-Boyeffles se situe, à vol d'oiseau, à 7,4 km de Liévin, 10,9 km de Lens, à 11,6 km de Béthune, à 16,3 km d'Arras[3] et à proximité de l'autoroute A 26 qui passe au nord-est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bouvigny-Boyeffles
Hersin-Coupigny Sains-en-Gohelle
Bouvigny-Boyeffles Aix-Noulette
Servins

Gouy-Servins

Ablain-Saint-Nazaire

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief, correspondant aux dernières collines de l'Artois au nord, varie de 68 mètres au nord-est, vers le « plat pays » des Flandres, à 192 mètres au sud, au-delà d'un coteau boisé et abrupt haut d'environ 70 mètres. Au-delà de cette crête, le relief redescend plus doucement. Non loin au sud-est, en continuité de cette crête, se trouve la colline Notre-Dame-de-Lorette, sur le territoire de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire, tristement célèbre pour les batailles qui s'y sont déroulées durant la Première Guerre mondiale. Le village de Bouvigny se trouve à une altitude d'environ 120 mètres, celui de Boyeffles autour de 100 mètres[4].

Cette côte de Vimy correspond à une faille (la faille de Marqueffles) qui a abaissé les terrains crayeux du nord par rapport à des terrains de même nature au sud[5]. Les terrains, sensibles à l'érosion, ont donc connu cette perturbation récemment (à l'échelle des temps géologiques).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Surgeon est une rivière qui a trois sources. L'une est à Marqueffles, une autre près de la villa d'Uzon, la dernière se trouve dans les étangs d'Aix-Noulette. Il coule vers le nord où il rejoint le canal d'Aire à La Bassée[6].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La zone naturelle d'Ablain-St-Nazaire à Bouvigny est un espace remarquable préservé. De par sa position sur le bord des collines de l'Artois, le dénivelé brutal de la cuesta a permis de conserver des zones boisées et cet espace n'a pas subi l'industrialisation de l'ancien bassin minier. Une partie importante de la commune est classée zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF de type 1, no 100)[7]. Cet espace est en effet une zone d'intérêt remarquable caractérisée par la présence d'espèces animales et végétales rares : on peut y voir par exemple des orchidées sur les coteaux calcaires en mai[8]. La ZNIEFF s'étend sur 1 410 ha, sur plusieurs communes[9].

Risques liés à la géographie[modifier | modifier le code]

La commune est soumise à des risques d’inondation et de mouvements de terrain, avec de nombreux arrêtés de catastrophes naturelles (7 en 10 ans)[9]. Un PPR (Plan de prévention des risques) Inondation a été réalisé sur le territoire. Le risque sismique est faible sur l'ensemble du territoire communal (zone 2 sur 5 du zonage mis en place en mai 2011)[10], comme dans la majorité du Pas-de-Calais.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat est de type océanique tempéré dans ce département ayant une façade maritime, située à un peu moins de 85 km du territoire communal. Du fait de cette distance, le climat local est légèrement plus continental que celui de la côte. Les amplitudes thermiques sont modérées (un peu plus grandes que sur le littoral) et les hivers sont doux avec un temps instable. Il pleut en moyenne environ 700 mm de pluie par an[11]. Les précipitations sont de 723 mm à Lille, station météorologique la plus proche à environ 40 km[12].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Juste au nord-ouest de la commune se trouve l'accès au péage de l'autoroute A 26 Calais - Troyes et la jonction avec l'autoroute A21 ou « rocade minière ».

Différentes départementales irriguent la commune : la D 301 à Boyeffles, la D 165 à Bouvigny, la D 75 entre les deux.

La commune de Bouvigny-Boyeffles est desservie par une ligne de « bus à la demande » du réseau Tadao, qui couvre un territoire de 750 km2 peuplé de plus de 610 000 habitants, incluant les agglomérations de Lens et Béthune et s'étendant de Leforest à l'est jusque Cauchy-à-la-Tour à l'ouest. Le réseau, exploité par la société Keolis, transporte plus de 15 millions de voyageurs chaque année[13].

Le GR 127 traverse la commune d'est en ouest.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

photographie montrant la cité de la fosse n°1
Cités de la fosse n°1-1 bis

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Bouvigny-Boyeffles est composée de quatre parties : le bourg, Boyeffles, Marqueffles, la cité de la gare.

Le bourg est le centre historique et conserve les vieilles maisons de familles bovéniennes. Les constructions anciennes de Boyeffles ont été détruites et remplacées par des maisons modernes. Marqueffles était la partie rurale jusqu'à l'ouverture des mines de Gouy-Servins. Enfin, la cité de la gare est la partie de Bouvigny-Boyeffles qui s'est le plus développée avec l'ouverture de la fosse 10 de la compagnie des Mines de Béthune[2].

Logements[modifier | modifier le code]

En 2008, on dénombre à Bouvigny-Boyeffles 930 logements dont 892 résidences principales soit 95,9 % de l'ensemble des logements. Il n'y a qu'un seul logement occasionnel ou résidence secondaire. Le nombre de logements vacants s'élève à 34 soit 3,7 %. Sur l'ensemble de ces logements, on dénombre 927 logements individuels soit 99,7 % et 2 logements dans un immeuble collectif soit 0,3 %[14].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

De façon à éviter que ne se répète l'épisode douloureux de la démolition de la chapelle de Marqueffles pour cause de manque de financement pour la remettre en état[15], et compte tenu de l'état avancé de dégradation de l'église[16], les travaux de réfection de cette église ont été décidés mi-2010[17] après la mobilisation de l'association « Sauvons notre église »[18].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bouvigny absorbe Boyeffles en 1793[19]. La commune porte ensuite le nom de Bouvigny-Boyeffles.

Sur les anciens titres et cartes, on rencontre successivement les appellations Bovenias (1033), Bovennae (1104), Boveniae et Bovenies (1300), Bouvynie (1430), Bouvaigne en Gohelle (1649) d'une part et Boefe (1219), Boefle (1329), Boueffles (1425), Boieffle (1507) d'autre part[20].

Le nom de Bouvigny viendrait du flamand bowing (terre cultivée)[20].

Le nom de Boyeffles viendrait du nom d'une personne germanique Baldulfis ou Baudulfus[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'homme de Néandertal occupe la région, à proximité d'Arras[Note 2], il y a 200 000 ans[22]. À partir de - 10 000 ans, l'occupation humaine autour de Béthune est attestée par différentes découvertes. A l'âge du fer, il y aurait eu des structures gallo-romaines à Bouvigny - Boyeffles ; des traces d'un temple et de ses annexes, plus récent, datant des premiers siècles après J.C., ont également été trouvées[23].

Du Moyen Âge à l'époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1033, Bouvigny appartient en partie à l'abbaye Saint-Vaast d'Arras. Arras rayonne dans toute l'Europe aux XIe et XIIe siècles. En 1167, André de Paris, évêque d'Arras, y installe des bénédictins de l'abbaye de Nogent-sous-Coucy. On note au XIIe siècle l'arrivée des religieuses de l'abbaye de Notre Dame de la Brayelle à Annay. Les restes du cloître, vestige des temps anciens, ont disparu lors de la construction de la mine de Marqueffles au début du XXe siècle. En 1523, Charles Quint donne la part de dîme aux religieuses de l'abbaye des Dames d'Étrun. Bouvigny dépendait alors de la pairie d'Aix, tenue par l'illustre et royal lignage de la Maison de Bourbon-Carency. Le seigneur de Bouvigny a justice vicomtière avec bailli, lieutenant et sergent[24].

La région se développe grâce à la richesse de ses terres agricoles. De nombreuses familles illustres se succèdent sur les terres de Bouvigny jusqu'à la Révolution. En 1789, Bouvigny fait partie du bailliage de Lens et suit la coutume d'Artois.

Quant à la terre de Boyeffles, elle appartient initialement aux seigneurs de Lens. Après avoir pris possession du fief de Willerval, les seigneurs de Boyeffles prennent le titre de seigneurs de Bouvigny. En 1507, la coutume de Boyeffles est rédigée, la terre est alors possession du châtelain de Lens et le seigneur y a justice vicomtière.

En 1366, à la suite d'accord entre l'abbaye de Nogent-sous-Coucy et l'abbaye de Notre Dame de la Brayelle à Annay, les religieuses installent un prieuré et une ferme à Marqueffles. Sous la Révolution en 1789, le couvent fut fermé[25] après que la dernière abbesse fut guillotinée le 25 juin 1794.

Le 2 août 1723, naît Ange François Le Bas qui sera le père de seize enfants dont le conventionnel Philippe-François-Joseph Le Bas.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Carte postale ancienne montrant les deux puits en cours de fonçage en 1910
Les deux puits en cours de fonçage en 1910.
La zone rouge au niveau de l'Artois.

Début 1911, la fosse no 10 des mines de Nœux est créée pour permettre le prolongement du siège no 2 des mines de Nœux. Les travaux se poursuivent et le 4 mars 1914, on démarre le creusement du puits no 10bis. Les travaux s'arrêtent à cause de la guerre, le puits sera ensuite utilisé comme puits d'aération[24].

La ferme de l'ancienne abbaye de Marqueffles devient en 1908, le siège de la Compagnie des mines de Gouy-Servins et Fresnicourt Réunis. En 1910, deux puits sont créés qui, avec plus de 1 000 mètres chacun, sont parmi les plus profonds du bassin minier. La fosse est prête pour l'exploitation au moment où la guerre est déclarée[26]. En 1930, on arrête d'exploiter le charbon, la profondeur devenant trop importante et les boyaux étant constamment inondés par les eaux du Surgeon. La ferme est achetée en 1940 par les pères polonais de l'Ordre des Oblats de Marie-Immaculée qui la transforment en établissement scolaire. Puis, la ferme est revendue en 1955 aux sœurs de la charité de Roubaix qui en font une maison de colonies de vacances et de retraites. Enfin, en 1976, la ferme est transformée en maison de retraite, aujourd'hui l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, « Le Bon Accueil »[24].

La Première Guerre mondiale entraîne la destruction de près de la moitié de la ville voisine de Béthune et des trois quarts de celle d'Arras. Dans les arrondissements d'Arras et Béthune, 150 000 ha de terres sont stérilisés[27]. Bouvigny-Boyeffles en témoigne : sur le bois du Mont où l'on distingue encore les chemins des tranchées, plus aucun arbre ne s'élève dans la « zone rouge ». Il reste des blockhaus au chemin des loups entre Bouvigny et Gouy. Des inscriptions laissées par les soldats sont éparpillées dans le village sur les murs en pierre blanche qui n'ont pas été rénovés, ainsi qu'au presbytère côté jardin[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2002 Jean-Marie Le Pen, avec 19,48 % des suffrages, devançait Jacques Chirac (16,68 %) et Lionel Jospin (14,49 %). Au second tour, le résultat a été de 77,07 % pour Jacques Chirac (RPR), 22,93 % pour Jean-Marie Le Pen (FN), avec 80,49 % de participation[29].

À l'élection présidentielle de 2007 50,50 % des suffrages sont allés à Nicolas Sarkozy et 49,50 % à Ségolène Royal, contre respectivement 53,06 % et 46,94 % au niveau national, avec un taux de participation de 82,63 %. Au premier tour Nicolas Sarkozy obtenait 26,04 % des suffrages, Ségolène Royal 19,88 % et Jean-Marie Le Pen 17,77 %. François Bayrou (14,72 %), Olivier Besancenot (7,04 %) et Marie-George Buffet (5,04 %) étaient les seuls autres candidats à dépasser 5 %[30].

Aux élections régionales françaises de 2010 la liste conduite par Daniel Percheron (Union de la Gauche) arrivait en tête au second tour avec 49,54 % des suffrages, contre 27,24 % à Marine Le Pen (Front National), et 23,22 % à la liste de la majorité présidentielle conduite par Valérie Létard[31].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu du nombre d'habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 19.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1989 1997 Louis Lamote PCF  
1997 en cours Maurice Viseux PCF  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 27 septembre 2011, Bouvigny-Boyeffles n'est jumelée avec aucune ville[32].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Plan montrant Bouvigny-Boyeffles dans son canton et son arrondissement
Bouvigny-Boyeffles dans son canton et son arrondissement

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 453 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
612 585 673 609 656 697 685 661 655
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
660 706 745 719 724 712 703 716 769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
875 958 1 156 1 150 1 846 2 096 1 383 2 005 2 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 985 1 927 2 049 2 216 2 317 2 439 2 450 2 448 2 453
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2004[34])
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, on ne dénombrait que 26 immigrés, soit 1,1 %[35] ; ce pourcentage est faible en regard du pourcentage de 8,4 au niveau national[36].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (20,2 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 17,9 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 21,6 %).
Pyramide des âges à Bouvigny-Boyeffles en 2008 en pourcentage[37]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,7 
4,4 
75 à 89 ans
8,0 
12,1 
60 à 74 ans
12,9 
25,0 
45 à 59 ans
23,3 
20,9 
30 à 44 ans
21,2 
15,2 
15 à 29 ans
15,9 
22,3 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2008 en pourcentage[38].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
5,3 
75 à 89 ans
9,4 
11,4 
60 à 74 ans
13,1 
21,0 
45 à 59 ans
20,2 
20,6 
30 à 44 ans
19,4 
20,2 
15 à 29 ans
18,3 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bouvigny-Boyeffles est située dans l'académie de Lille.

La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[39].

Les Bovéniens disposent également d'établissements privés : l'école[40] et le collège Saint-François[41] qui regroupe 940 élèves en 2011[42].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses villes de la région Nord - Pas-de-Calais, Bouvigny-Boyeffles organise chaque année des ducasses : dans le quartier de la gare en avril, et dans le quartier du centre en juillet et en novembre[43]. Par ailleurs, le comité des fêtes de Bouvigny-Boyeffles organise chaque année en décembre un marché de Noël.

Santé[modifier | modifier le code]

Un institut médico-éducatif est installé à Bouvigny-Boyeffles[44] ainsi qu'une maison de retraite (de statut établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), « Le Bon Accueil », à Marqueffles[45].

Le centre hospitalier le plus proche est situé à Béthune[46].

Sports[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, le « haras de Bouvigny » propose un enseignement de disciplines sportives et d'activités de loisirs[47]. Les Bovéniens disposent également d'un club de football et d'un club de tennis[48].

Média[modifier | modifier le code]

L'association bovénienne « Bleu Blanc Vert », créée le 8 mai 2008, publie le journal Les saqueux d'cordelettes[49].

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour Lens-Liévin.

La ville est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais et les chaînes nationales de la TNT. Elle reçoit également la chaîne régionale Wéo émise depuis l'émetteur de la commune.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les habitants de Bouvigny-Boyeffles disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Saint-Martin de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Martin en Artois du doyenné de Béthune-Bray, au sein du diocèse d'Arras[50].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 633 €, ce qui plaçait Bouvigny-Boyeffles au 10 216e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[51].

Emploi[modifier | modifier le code]

Emploi à Bouvigny-Boyeffles[modifier | modifier le code]

En 2008, la population active totale de la commune s'élève à 364 personnes[52]. La répartition en fonction du secteur d'activité est assez différente de la répartition au niveau national, compte tenu d'une très forte proportion de la population travaillant dans les secteurs de l'administration publique et assimilés.

Répartition des emplois par secteur d'activité économique

  Agriculture Industrie Construction Commerces, transports et services Administration publique, enseignement, santé, action sociale
Bouvigny-Boyeffles 1,1 % 4,9 % 3,3 % 25,0 % 65,7 %
Moyenne nationale 3,0 % 14,2 % 6,9 % 45,2 % 30,7 %
Sources des données : Insee[53],[54]

.

Emploi des Bovéniens[modifier | modifier le code]

En 2008, la population active parmi les Bovéniens s'élève à 1 129 personnes[55] dont 87 chômeurs, soit un taux de chômage de 7,7 %, nettement inférieur au taux national de 11,6 %[56].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune disposait depuis 1974 d'une entreprise de confection textile, mise en liquidation judiciaire le 1er octobre 2011[57]. Au 13 octobre 2011, le registre de commerce comptabilise 157 établissements commerciaux domiciliés à Bouvigny-Boyeffles[58].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin domine le centre du bourg. Construite vers 1820, son clocher est du XVe siècle. L'une de ses cloches, offerte par le prince de Ghistelles, due au fondeur Regeaud en 1786, et baptisée Philippine-Louise[59], est classée depuis le 20 septembre 1943 à l'inventaire des monuments historiques. On raconte que pendant la fonte, la princesse de Ghistelles a jeté dans le métal des poignées d'écus et l'argent ainsi ajouté donnerait un son particulier à la cloche[60]. Dans cette église, on peut également admirer un panneau en bois peint au XVIe siècle, représentant la déposition du Christ, panneau classé depuis le 21 avril 1975 à l'inventaire des monuments historiques[61].

Le presbytère fut en partie construit en 1772 dans le style des maisons hollandaises à pignons, puis modifié au XIXe siècle par Alexandre Grigny, architecte diocésain arrageois. Bien que touché par une grosse pièce d'artillerie en 1916, il a bien résisté au temps. La façade est surmontée de la statue de Saint Nicolas[62].

L'inventaire général du patrimoine culturel de la France inventorie la brasserie-malterie de Boyeffles dite brasserie-malterie Souplet. Construits dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les bâtiments ont été modifiés en 1917. En 1927, la brasserie produisait 20 000 hectolitres de bière de fermentation haute[63].

Lieux[modifier | modifier le code]

photographie montrant le mat de l'émetteur de Bouvigny
Le mat de l'émetteur

Sur le territoire de la commune, à 193 mètres d'altitude, est installé l'émetteur de Bouvigny-Boyeffles[64]. C'est un équipement de radio-diffusion constitué de matériel électronique et d'un mât d'une hauteur de 307 mètres. Cet émetteur est l'un des plus puissants émetteurs de radio-diffusion installé en France. Il couvre une grande partie de la région Nord-Pas-de-Calais.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Lors de la ducasse de Boyeffles, le 24 avril 2005, la municipalité baptise « Tonton Bouvy », un géant que les enfants des écoles venaient de créer à la demande du comité des fêtes en 2005. Le nom a été choisi en mémoire d'Augustin Bonnel, grièvement blessé dans son moulin qu'il ne voulait pas quitter lors des bombardements de 1916 et qui devait mourir quelques jours plus tard à l'hôpital de Béthune[2].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Florent Joseph Duquesnoy (1761-1801) - Général des armées de la République, né à Bouvigny-Boyeffles.
  • Famille Le Bas - Originaire de Bouvigny-Boyeffles avant de s'installer à Frévent.
  • Arthur Mayeur (1871-1934) - Artiste graveur, né à Bouvigny-Boyeffles, plusieurs fois lauréat du Prix de Rome, section gravure : deuxième second grand prix en 1892, premier second prix de gravure en taille douce en 1894, premier grand prix en taille douce en 1896.
  • Bruno Poulain - Vice-président de Canal+ Events et commentateur du basket américain sur Canal+ (le célèbre duo avec Georges Eddy), né à Bouvigny-Boyeffles[65].
  • Mélodie Hurez - Membre de l'équipe de France de football féminin, vice-championne d'Europe en 2011[66].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or au chevron d'azur accompagné en chef de deux huchets de gueules et en pointe d'une hure de sable lampassée de gueules et défendue d'argent[67].
Commentaires : Ces armes, dessinées par Henri Mayeur au XXe siècle, sont celles d'une famille Bouvigny, bien qu'il n'y ait aucun lien avéré entre cette famille et le nom de la commune[68].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleNathalie Guillaume, Bouvigny Boyeffles : notre village, Foyer culturel de l'Houtland,‎ 1994 (ISBN 9782907568326)
  • Élisabeth Dubois, Bouvigny-Boyeffles : dans le froid et dans la boue, Comité historique de Bouvigny-Boyeffles,‎ 2008, 185 p. (ISBN 9782907568326)
  • Ouvrage collectif, Dictionnaire du Nord et du Pas-de-Calais, Jacques Marseille Larousse/VUEF, Pays & Terre de France,‎ 2001 (ISBN 2-03-575098-9), p. 154
  • Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,‎ 1991

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « saqueux d'cordelettes » : tireurs de cordelettes, la légende voulant que les habitants de Bouvigny aient cherché à voler l'église de Boyeffles en tirant sur une corde attachée au clocher.
    « péqueux d'fromache » : pêcheurs de fromage, les habitants, sans doute un peu émêchés, ayant un jour essayé de remonter un fromage tombé dans le puits, qui n'était que le reflet de la lune. Les récits en patois local
  2. En 1976, un fragment de crâne d'une femme de Néandertal est retrouvé sur un chantier à Biache-Saint-Vaast, entre Arras et Douai
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants des communes françaises, Bouvigny-Boyeffles », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 27 septembre 2011).
  2. a, b et c « Des chiffres », sur le site de la ville (consulté le 30 septembre 2011)
  3. « Bruay-la-Buissière », sur le site lion1906, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 30 septembre 2011)
  4. Carte IGN de Bouvigny-Boyeffles sur Géoportail. Consulté le 16 décembre 2011.
  5. Jean Ricour, Découverte géologique du Nord de la France, Éditions du BRGM,‎ 1987, 66 p. (ISBN 2-7159-0194-1)
  6. SYndicat Mixte pour le Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux de la Lys, Plan de gestion globale et équilibrée des écoulements et des crues des eaux de la Loisne et du Surgeon, 7 février 2006, [lire en ligne]
  7. « ZNIEFF1 : Coteau d'Ablain-St-Nazaire à Bouvigny-Boyeffles et bois de la Haie », sur le site de la direction régionale de l'environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Nord Pas-de-Calais (consulté le 12 novembre 2011)
  8. Les saqueux d'cordelettes, bulletin no 4, septembre 2009, p. 1, [lire en ligne]
  9. a et b « Diagnostic environnemental du SCOT des agglomérations de Lens-Liévin et Hénin-Carvin. », sur le site du SCOT des agglomérations de Lens-Liévin et Hénin-Carvin (consulté le 14 novembre 2011)
  10. « Zonage sismique en France au 1er mai 2011. », sur La voix du Nord (consulté le 14 novembre 2011)
  11. source : Météofrance, « Les collines de l'Artois, climatologie », sur le site de la direction régionale de l’alimentation,de l’agriculture et de la forêt du Nord Pas de Calais (consulté le 8 octobre 2011), p. 2
  12. Thibaud Varnier, « Climat du Nord », sur le site Météoclimat,‎ 2008 (consulté le 8 octobre 2011)
  13. « Plan du réseau », sur le site du réseau TADAO (consulté le 8 octobre 2011)
  14. « LOG2 - Logements par type, catégorie et nombre de pièces », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  15. Les saqueux d'cordelettes, bulletin no 3, juin 2009, p. 1, [lire en ligne]
  16. « État de l'église », sur le site « Sauvons notre Église - Bouvigny Boyeffles »,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 25 octobre 2011)
  17. « Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 19 mai 2010 », sur le site de la mairie (consulté le 25 octobre 2011)
  18. Les saqueux d'cordelettes, bulletin no 6, février 2011, p. 2, [lire en ligne]
  19. « Boyeffles - Notice communale », sur le site de l'école ds hautes études en sciences sociales (consulté le 27 septembre 2011)
  20. a et b « 62170 - Bouvigny-Boyeffles », sur le site geneawiki (consulté le 27 septembre 2011)
  21. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. Formations non-romanes …, Volume 2, référence 15291, p. 870, [lire en ligne]
  22. C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Librairie Arthème Fayard,‎ 2000, 349 p. (ISBN 2-213-60733-8)
  23. Alain Derville, Histoire de Béthune et de Beuvry, Westhoek Éditions, éditions des beffrois,‎ 1985, 334 p. (ISBN 2-903077-58-4), p. 19
  24. a, b et c « Histoire et patrimoine », sur le site de la ville (consulté le 13 novembre 2011)
  25. « La chapelle de Marqueffles va être détruite ! », sur le site de l'association bovénienne « Bleu Blanc Vert » (consulté le 13 novembre 2011)
  26. Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais. Tome I,‎ 1991, p. 148
  27. C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Librairie Arthème Fayard,‎ 2000, 349 p. (ISBN 2-213-60733-8), p. 37
  28. « Quelques souvenirs de la guerre », sur le site de l'association bovénienne « Bleu Blanc Vert » (consulté le 13 novembre 2011)
  29. « Résultats de l’élection présidentielle 2002 », sur le site du ministère de l’intérieur (consulté le 7 octobre 2011)
  30. « Résultats de l’élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l’intérieur (consulté le 7 octobre 2011)
  31. « Résultats des élections régionales 2010 », sur le site du ministère de l’intérieur (consulté le 7 octobre 2011)
  32. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des affaires étrangères (consulté le 27 septembre 2011)
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  35. « IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  36. « IMG1A - Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  37. « Évolution et structure de la population à Bouvigny-Boyeffles en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 septembre 2011).
  38. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 20 septembre 2011).
  39. « Liste des écoles maternelles et élémentaires », sur le site de l'académie de Lille (consulté le 26 septembre 2011)
  40. « École Saint-François », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 27 septembre 2011)
  41. « Collège Saint-François », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 27 septembre 2011)
  42. « Bouvigny-Boyeffles », sur le site « Sauvons notre Eglise - Bouvigny Boyeffles »,‎ 27 février 2011 (consulté le 25 octobre 2011)
  43. « Calendrier des fêtes », sur le site de la mairie (consulté le 26 octobre 2011)
  44. « IME Bois de Malannoy (BOUVIGNY-BOYEFFLES) », sur le site de l'association « Fédération hospitalière de France »,‎ 20 juillet 2011 (consulté le 25 octobre 2011)
  45. « Maison de retraite EHPAD foyers logement Bouvigny-Boyeffles », sur le site de l'annuaire sanitaire & social,‎ 2011 (consulté le 12 novembre 2011)
  46. « Centre hospitalier de Béthune (Béthune) », sur le site de l'association « Fédération hospitalière de France »,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 octobre 2011)
  47. « LE HARAS DE BOUVIGNY », sur le site societe.com (source : registre de commerce) (consulté le 13 octobre 2011)
  48. « Les Associations de Bouvigny-Boyeffles », sur le site de la mairie de Bouvigny-Boyeffles (consulté le 13 octobre 2011)
  49. Les saqueux d'cordelettes, bulletin no 1, février 2011, p. 1, [lire en ligne]
  50. « paroisse Saint-Pierre et Saint-Martin en Artois », sur le site du diocèse d'Arras (consulté le 27 septembre 2011)
  51. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)
  52. « Béthune - EMP1 - Emplois au lieu de travail par sexe, âge, statut et temps de travail », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  53. « Béthune - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  54. « France - EMP2 - Emplois au lieu de travail par sexe, statut et secteur d'activité économique », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  55. « Bouvigny-Boyeffles - ACT1 - Population active de 15 ans ou plus par sexe, âge et type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  56. « France - ACT1 - Population active de 15 ans ou plus par sexe, âge et type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2011)
  57. « Entreprise Maurice Nonet », sur le site societe.com (source : registre de commerce) (consulté le 13 octobre 2011)
  58. « 157 etablissements correspondent à votre requête », sur le site societe.com (source : registre de commerce) (consulté le 13 octobre 2011)
  59. « Histoire de l'église », sur le site « Sauvons notre Eglise - Bouvigny Boyeffles »,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 25 octobre 2011)
  60. « Notice no PM62000402 », base Palissy, ministère français de la Culture
  61. « Notice no PM62000403 », base Palissy, ministère français de la Culture
  62. Nathalie Guillaume, Bouvigny Boyeffles : notre village, Foyer culturel de l'Houtland, 1994
  63. « Notice no IA62000282 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. « L'antenne », sur le site de l'association bovénienne « Bleu Blanc Vert » (consulté le 13 novembre 2011)
  65. Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « Bruno Poulain passe de Sport+ à Canal+ Events », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 25 septembre 2011
  66. Le journal des Bovéniens, no 85, octobre 2011, [lire en ligne]
  67. « Blason », sur le site de la ville (consulté le 30 septembre 2011)
  68. Les saqueux d'cordelettes, bulletin no 9, février 2011, p. 2, [lire en ligne]