Mory (Pas-de-Calais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mory.
Mory
La mairie.
La mairie.
Blason de Mory
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Croisilles
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Artois
Maire
Mandat
Joël Vasseur
2014-2020
Code postal 62159
Code commune 62594
Démographie
Population
municipale
335 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 25″ N 2° 51′ 12″ E / 50.1569444444, 2.85333333333 ()50° 09′ 25″ Nord 2° 51′ 12″ Est / 50.1569444444, 2.85333333333 ()  
Altitude Min. 87 m – Max. 121 m
Superficie 7,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Mory

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Mory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mory

Mory est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Mory
Saint-Léger Écoust-Saint-Mein
Ervillers Mory Vaulx-Vraucourt
Béhagnies Sapignies Favreuil Beugnâtre

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans un vallon dépendant du bassin de la Sensée vers l'altitude moyenne de 100 mètres. Le sous-sol est formé par la craie blanche sénonienne recouverte de façon irrégulière par un manteau de limon. Un accident anticlinal se manifeste dans les couches crayeuses aux environs de Bapaume-Sapignies de façon que sur le territoire de Mory, ces couches sont inclinées vers le Nord, Nord-Est.

L'hydrologie souterraine est réglée par l'allure des couches crayeuses et par l'orientation des petits vallons qui confluent vers Mory. C'est dire que les eaux souterraines tendent à se déplacer vers le Nord, Nord-Est.

  • En direction de Vaulx-Vraucourt, le sous-sol crayeux est à faible profondeur et le limon de surface est très argileux.
  • Vers Écoust-Saint-Mein, le limon y est assez épais.
  • Contre la route de Saint-Léger, il existe deux à trois mêtres de limons filtrants qui sont uniquement constitués par des couches d'ergeron assez sableuses.
  • En direction d'Ervillers, presque partout affleure la craie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Première hypothèse : le mot celtique Mor signifie une position élevée. Ce village est d'une haute antiquité, comme tous ceux dont le nom atteste une origine celtique[1]. Deuxième hypothèse : le nom du village provient du nom d'une famille De Moiri qui était encore propriétaire des terres au XIIe siècle. Cette hypothèse parait être la solution la plus probable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les troubles révolutionnaires[modifier | modifier le code]

En 1789, il y avait 487 habitants. Mory dépendait du bailliage de Bapaume et suivait la coutume d'Artois. En 1789, il y avait 487 habitants et 106 feux. L'église paroissiale faisait partie du diocèse d'Arras, du doyenné de Bapaume, du district de Bucquoy. Son vocable était dédié à Saint Vaast. Le chapitre de Cambrai présentait à la cure et valait 1000 livres. Le 15 Nivôse de l'an 8, l'église fut vendue nationalement à François-Joseph Carlier de Béthune pour 321 francs de l'époque et sera démolie. Le clocher fut préservé. Ce clocher auquel on lui donnait 200 pieds de hauteur passait pour être le plus élevé de toute la contrée. Les personnes arrêtées durant cette période de tourmente sont : Bonnard, Demory Nicolas, Leroy, Levasseur, Peugnet, Vasseur et un autre Vasseur.

Théâtre d'opération de la Bataille de Bapaume (1871) durant la guerre franco-prussienne de 1870-71[modifier | modifier le code]

Les Prussiens sont entrés sur le territoire de Mory, pour la première fois, le 27 décembre 1870, avec environ 300 hommes appartenant au 28e de ligne, ils étaient accompagnés de quelques hussards. Jusqu'au 2 janvier, les réquisitions furent journalières.

Au 2 janvier, l'Armée du Nord part de la région d'Arras pour se diriger sur Bapaume en quatre colonnes :

  • à droite, deux divisions accompagnées par les généraux Derroja et Du Bessol partent par Bucquoy, Ablainzevelle, Achiet-le-Grand... ;
  • à gauche, une division dirigée par le général Robin prend la direction de Mory et Favreuil ;
  • au centre, par la route d'Arras, la division du capitaine Payen file pour Bapaume.

Ce jour-là, vers dix heures et demie, les chasseurs des deuxième et vingtième bataillons et les marins déployés en tirailleurs commencèrent le feu. Partant d'Ervillers, et ne rencontrant pas d'opposition sur leur gauche, ils vinrent prendre position au-dessus de Mory, sur le territoire de Behagnies. Après avoir résisté à l'ennemi jusqu'à deux heures et demie, et voyant le vide se faire sensiblement dans leurs rangs, nos braves soldats durent se replier sur Mory, et, se battre à la baïonnette dans le village avec un courage digne d'admiration. Vers le soir, l'aile gauche, composée en grande partie des mobiles du Nord, vint à leurs secours ; ils reprirent alors leurs positions. C'est alors que le Général Robin faillit se faire tuer à la tête de son état-major.

Après la bataille de Saint-Quentin, les Prussiens revinrent occuper Mory pendant cinq jours, du 22 au 26 janvier.

Les différentes écritures au cours des siècles[modifier | modifier le code]

1156 : MOIRI
XIIe siècle : MOYRI
1232 : MOTI
1318 : MORY
1449 : MORRY
1640 : MOIRY

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mory dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours Joël Vasseur    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 335 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
435 398 598 621 659 676 678 656 629
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
599 629 607 556 569 566 617 617 600
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
616 605 593 509 483 400 412 379 364
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
339 353 315 314 319 339 342 342 335
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Mory en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,3 
75 à 89 ans
6,4 
11,2 
60 à 74 ans
14,0 
20,6 
45 à 59 ans
17,4 
21,8 
30 à 44 ans
23,8 
21,8 
15 à 29 ans
18,0 
19,4 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’or à la fasce d’azur chargée de trois molettes d’argent

Il existait dans le village trois seigneuries :

  • La première était détenue par l'abbaye d'Eaucourt, (Warlencourt-Eaucourt situé au sud de Bapaume) ;
  • La seconde appartenait au chapître de l'église métropolitaine de Cambrai ;
  • La troisième, qui était la plus importante, était séculière. La famille De Mory en était propriétaire. Elle portait les armes d'or à la fasce d'azur, chargée de 3 molettes d'argent.

En 1106 on y retrouve Stephanus De Mori. Le 7 février 1313, Jacquemart De Mory vend un fief de deux razières de terre. Ide De Mory, héritière de cette famille, épousa Robert De Sains, seigneur De Longastre. Leur fille, aussi nommé Ide de Mory se maria avec Jean De Houchin, seigneur d'Annezin, panetier d'Antoine De Bourgogne, et porta la terre dans cette maison de Houchin, au XVe siècle, qui la conservera jusqu'à la Révolution. C'est ainsi que tous les Houchin portèrent, de père en fils, le titre de seigneur de Mory.

En 1557, la seigneurie était confisquée au Sieur De Longastre. Il est fort probable qu'il devait exister une autre seigneurie appartenant à Mr De Villers-Marquais. En 1757, la terre était revenue dans la famille des Houchin-Longastre. En 1306, le chevalier Jacquemon De Mory possédait un sceau rond de vingt millimètres représentant un écu chargée de trois mollettes (inventaire des sceaux de l'Artois n°472 et 473)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts.
  • Mory Abbey Military cemetery : GPS 2.86004,50.15946.

Il contient 619 sépultures du Commonwealth de la Première Guerre mondiale, 101 sépultures sont inconnues. 515 sont britanniques, une est australienne, une est néozélandaise, une est SA (abréviation à définir). Le cimetière contient aussi 202 sépultures allemandes.

  • L'église Saint-Vaast.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]