Louches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louches
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Ardres
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Pays
Maire
Mandat
Franck Delabasserue
2014-2020
Code postal 62610
Code commune 62531
Démographie
Population
municipale
937 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 50″ N 2° 00′ 26″ E / 50.8305555556, 2.00722222222 ()50° 49′ 50″ Nord 2° 00′ 26″ Est / 50.8305555556, 2.00722222222 ()  
Altitude Min. 8 m – Max. 166 m
Superficie 12,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Louches

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Louches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louches

Louches est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Louches
Ardres

Brêmes

Autingues Nielles-les-Ardres Zutkerque
Landrethun-lès-Ardres Louches
Clerques Tournehem-sur-la-Hem

Environnement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lotesse en flamand[1].
Lotersa (1084), Lotese (1145), Lots (1200), Lotissa (1225).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le Manoir du Rouge-Camp, Nicolas le Gouge reçut Louis XIV et Mazarin en 1658.

De 1792 à 1992, le poste de Conseiller Général du canton d'Ardres était détenu par le maire de Louches.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Louches (Pas-de-calais).svg

Les armoiries de la Commune de Louches se blasonnent ainsi : « de gueules à une croix alésée d'argent à 2 traverses égales » [2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Louches dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Antoine Lesage    
  1865 Jean-Baptiste Brémart    
1865 1882 Raimond Brémart   Conseiller Général du canton d'Ardres (1865-1882)
1882 1885 Edmond Brémart   Conseiller Général du canton d'Ardres (1882-1885)
1885 10 décembre 1919 Paul Brémart   Conseiller Général du canton d'Ardres (1885-1919)
10 décembre 1919 25 octobre 1944 Gabriel Donjon de Saint-Martin   Conseiller Général du canton d'Ardres (1919-1944)
25 octobre 1944 13 mai 1955 Albert Banquart   Adjoint faisant fonction de Maire en 1944, puis Maire
13 mai 1955 28 mars 1965 Gaston Déclemy Ind Conseiller Général du canton d'Ardres (1946-1961)
28 mars 1965 23 mars 2001 Albert Stoclin UDF-PR Conseiller Général du canton d'Ardres (1961-1992)
23 mars 2001 22 mars 2008 Henri Boulanger    
22 mars 2008 en cours Franck Delabasserue PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 937 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
788 837 921 989 835 848 833 834 792
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
779 826 860 845 833 846 817 792 823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
769 810 821 766 736 691 703 666 668
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
682 696 701 677 722 733 802 832 930
2011 - - - - - - - -
937 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 27,2 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 14,3 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 17,9 %).
Pyramide des âges à Louches en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
2,2 
75 à 89 ans
6,8 
12,1 
60 à 74 ans
10,3 
18,3 
45 à 59 ans
19,1 
27,2 
30 à 44 ans
22,7 
18,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,7 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Omer.
  • Église Saint Omer :
On ne sait pas vraiment à quelle époque a été construite l’église. Mais la base de la tour du clocher qui est romane laisse supposer qu’elle fut bâtie vers les 12e ‑ 13e siècle. Néanmoins l’église, ruinée par les guerres, fut reconstruite en 1682-1683 par Thomas le Secq de Launay (Seigneur de Saint-Martin) et son épouse Marguerite-Marie. La plaque en cuivre fixée dans la nef atteste cela.

C’est également lui qui offrît le grand bénitier en marbre noir et pierre de Marquise. Sur le pied, on remarque les armoiries de la famille Le Secq de Launay. Il est classé monument historique depuis le 23 janvier 1958.

La tribune, la grotte de Notre Dame de Lourdes et le chemin de croix ont été installés en 1892, à la demande de Monsieur l’Abbé Emile Occre. Au-dessus de la tribune, l’archange Gabriel fût offert en 1946 par la famille Ringot, en l’honneur du mariage de Joseph Ringot avec Marie-Louise Delabasserue.

En 1855, furent posés les vitraux du Chœur. Monsieur Marcotte de Noyelles offrit le vitrail de dédié à Saint-Omer. Monsieur Charles Donjon de Saint-Martin donna celui dédié à Sainte-Marguerite, sainte patronne de son épouse décédée un an après leur mariage.

En 1872, fut renouvelé le carrelage de l’église. L’autel de fonte et de bois, réalisé par les Dueel (qui étaient des maitres de forge à Paris) a été offert par la famille Donjon de Saint-Martin. Il fut consacré le 27 juillet 1874 par Mgr Lequette, Evêque d’Arras. À cette occasion, furent notamment offerts :

  • La pierre de l’autel par Monsieur Emmery de Sept Fontaines,
  • La croix du tabernacle par Monsieur Marcotte de Noyelles,
  • Les six chandeliers par Monsieur Brémart, maire de Louches,
  • Les canons (c’est les livres bibliques) par Monsieur d’Offray,
  • La lampe du sanctuaire par Monsieur de Boislecomte (ce n’est plus celle en place naturellement)

Les vitraux furent offerts par les familles Brémart, Ringot et Donjon de Saint-Martin.

Les fonts baptismaux qui sont du XIIIe siècle ont été classés monument historique le 1er septembre 1911. Le 15 janvier 1974, ont été inscrits à la liste supplémentaire des monuments historiques : Les autels latéraux (17e siècle), les statues de la vierge et de Sainte-Anne (18e siècle), de Saint-Antoine (16e siècle), de Saint-Roch (17e siècle), la plaque de cuivre de Thomas le Secq de Launay (1683), la plaque de l’abbé Martre (décédé en 1815), la plaque à l’extérieur de l’abbé Guilbert (décédé en 1763), la cloche refondue en 1877, et l’encensoir (qui est une réplique de l’encensoir roman du musée de Lille).

En 1975, les statues ont été restaurées.

  • Chapelle du Rosaire (privée).
  • Chapelle du Rouge-Camp (privée).
  • Chapelle de Leauette (située à Lostebarne, privée)
  • Chapelle Saint-Benoit (Installée au Hameau du Haguemberg).
Le monument aux morts.
  • 'Le monument aux morts. Celui-ci a été restauré en 2010 par la municipalité. Les barrières l'entourant ont été retirées, laissant ainsi resplendir le monument.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Proposition de régularisation par JP Fernon, Décision municipale en cours
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Évolution et structure de la population à Louches en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 août 2010)