Liettres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liettres
La mairie
La mairie
Blason de Liettres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Norrent-Fontes
Intercommunalité Communauté de communes Artois Flandres
Maire
Mandat
Marcel Pruvost
2014-2020
Code postal 62145
Code commune 62509
Démographie
Population
municipale
295 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 35′ 47″ N 2° 20′ 35″ E / 50.5963888889, 2.34305555556 ()50° 35′ 47″ Nord 2° 20′ 35″ Est / 50.5963888889, 2.34305555556 ()  
Altitude Min. 32 m – Max. 91 m
Superficie 3,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Liettres

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Liettres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liettres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liettres

Liettres est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais, elle fait partie de la communauté de communes Artois-Flandres.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Liettres est située dans l'Audomarois à 25,3 km de Saint-Omer, 29,7 km de Béthune et 69 km de Calais dans un pays campagnard vallonné, traversé par la Laquette. C'est depuis 2005 une des communes du Pays de la Lys Romane.


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Liettres
Blessy Witternesse
Estrée-Blanche Liettres Quernes
Linghem

Rely

Toponymie[modifier | modifier le code]

Liste en flamand[1].
Listes (1157), Liestes (1187), Liètre (1606).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liettres dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2005 Jean-Claude Cattez    
2005 en cours Marcel Pruvost DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 295 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
202 277 283 333 387 382 382 401 385
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
399 437 492 500 540 556 530 369 347
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354 310 314 375 333 297 271 275 250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
247 226 229 241 224 239 280 295 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 28 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 26,6 %, 45 à 59 ans = 16,1 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Liettres en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
5,6 
75 à 89 ans
9,5 
8,4 
60 à 74 ans
8,8 
16,1 
45 à 59 ans
16,8 
26,6 
30 à 44 ans
22,6 
15,4 
15 à 29 ans
18,2 
28,0 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Liettres a obtenu le label Village Patrimoine du Pays de la Lys Romane.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

D'après la chronique de Molinet il semblerait qu'il a été construit peu avant 1479 par messire Simon de Luxembourg, prévost de l'église de Saint-Omer, cette année-là il a été incendié devant la progression de l'armée de Maximilien d'Autriche. Le château fut de nouveau brulé en 1542 par les troupes du duc de Vendôme. Il a été acheté par Jean de Zomberghe et il est resté dans sa descendance. Il a reçu au cours des siècles des transformations, en 1720 le corps du logis a été reconstruit.

Élevé sur un terre-plein artificiel dans la vallée marécageuse de la Laquette qui alimentait les fossés, le château était alors constitué de quatre corps de bâtiment, formant approximativement un carré cantonné de fortes tours cylindriques très saillantes. L'épaisseurs des murs, parmentés en craie taillée au-dessus d'un soubassement de grès, allait de 2,50 m dans les courtines, à 5 m dans certaines tours[6].

Le pigeonnier du Petit château[modifier | modifier le code]

Situé près de l'église, le pigeonnier est ce qui reste du Petit Château, construit pour une vieille chatelaine du château de Liettres, `pour faciliter ses visites à l'église.

L'église[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre (15e, 16e, 1763 et XVIIIe siècle), est construite en pierres blanches tirées du sous-sol de la commune. Une immense salle de taille est d’ailleurs connue au bord de la route de Linghem (chemin du Pirée). Le puits d’excavation a été rebouché par sécurité il a quelques décennies seulement (on en voit toujours l’emplacement).

Reconstruite au XVIIIe siècle, (le chœur date de 1768), L’église de Liettres a conservé quelques éléments des édifices antérieurs, sur les colonnes des grandes arcades de la nef. La cloche fut refondue en 1874. L’église conserve un mobilier en grande partie du XVIIe et XVIIIe siècle. À l’extérieur, une pierre blanche scellée dans le mur méridional comporte un chronographe de 1668. À l’intérieur, une autre indique 1697.

L’église a connu plusieurs reconstructions successives et comprend donc un transept nord gothique, un côté sud du XVIIe siècle et un gros clocher bas sans ouverture avec un chaînage à refend. De son côté l’horloge a été restaurée dans les années 1985-1990 avec l’électrification de sa cloche par le maire de l’époque (Mr Paul Fiévet). Dans l église, quelques anciennes sculptures en bois: Calvaire, Christ aux liens et une statue de Sainte Philomène.

La chapelle de Sainte Philomène[modifier | modifier le code]

Près du moulin, juste au bord de la route, la chapelle Chapelle de Notre-Dame de Lourdes, dite Chapelle de Sainte Philomène a été construite par la famille Fiévet. Achetée par la commune dans les années 1990 à la suite de son abandon par les précédents propriétaires, démolie par un camion, elle a été restaurée en 2000. À l’origine, la chapelle possédait des grilles de protection à l’avant, celles-ci ont été supprimées pour agrandir le virage.

La chapelle du Sacré-Cœur[modifier | modifier le code]

La chapelle du Sacré-Cœur se trouve dans la rue du Château. Dans la même rue se trouve aussi le calvaire.

L'ancien terrain du Criquet et l'ancien chemin de fer[modifier | modifier le code]

Selon un document dans les archives de la commune, le cricket a été inventé à Liettres, et joué pour la première fois sur un terrain pas loin du château. Au XIXe siècle un chemin de fer passait sur ce terrain. On peut toujours voir le petit pont du chemin de fer sur la Laquette.

L'ancien moulin sur la Laquette[modifier | modifier le code]

L'ancien moulin sur la Laquette, situé rue du Moulin (chemin du Pirée), est construit en pierres et en briques et possédait une roue à aube, aujourd’hui démontée. Le moulin est actuellement reconverti en gîte[7].

L'ancien relais de poste[modifier | modifier le code]

L'ancien relais de poste se trouve dans la rue du Moulin. Le bâtiment héberge maintenant des chambres d'hôtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sainte Philomène, la patronne de Liettres dont la fête est célébrée début juillet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti d’argent et de gueules aux deux tours de l’un en l’autre au chef d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]