Lapugnoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lapugnoy
Lapugnoy
Lapugnoy
Blason de Lapugnoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Béthune
Canton Béthune
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Artois
Maire
Mandat
Alain Delannoy
2014-2020
Code postal 62122
Code commune 62489
Démographie
Gentilé Punéens
Population
municipale
3 379 hab. (2012)
Densité 392 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 02″ N 2° 32′ 28″ E / 50.5172222222, 2.5411111111150° 31′ 02″ Nord 2° 32′ 28″ Est / 50.5172222222, 2.54111111111  
Altitude Min. 24 m – Max. 93 m
Superficie 8,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lapugnoy

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Lapugnoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lapugnoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lapugnoy
Liens
Site web ville-lapugnoy.fr

Lapugnoy est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont les Punéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lapugnoy est localisée au sud-ouest de Béthune, entre le Bois de Roquelaure (au nord) et le Bois des Dames (au sud). La commune est à la fois drainée et irriguée par la Clarence.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune, ainsi que celles de Labuissière, Labeuvrière, Gosnay, Bruay-en-Artois, abrite le Bois des Dames qui s'étend sur près de 401 hectares[1]. C'est l'une des deux seules forêts de protection de la région Nord-Pas-de-Calais, instituée en 1984 en application du code forestier[2],[3]. C'est un élément important de la trame verte régionale, qui doit aussi être connecté à la Trame bleue dans le cadre du SAGE de la Lys, via le corridor de la vallée de la Lawe à connecter à la ceinture verte de Béthune[4] dans le cadre d'un SAGE.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lapugnoy
Allouagne Chocques
Lozinghem Lapugnoy Labeuvrière
Marles-les-Mines Bruay-la-Buissière

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a bénéficié d'une immigration polonaise dans les années 1920. Des ouvriers sont arrivés de Pologne, sans famille ni mobilier, en bateau puis en train, par la gare de Chocques, pour être installés des baraquements par leurs employeurs, qui avaient besoin de main-d’œuvre pour la remise en fonctionnement des mines, partiellement détruites pendant la guerre[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Lapugnoy dans son canton et dans l'arrondissement de Béthune
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1989 Joseph Quidet    
1989 en cours
(au 28 janvier 2015)
Alain Delannoy PS
puis DVG
Infirmier
Conseiller général (1998 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[6],[7],[8],[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 379 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304 336 365 422 475 494 528 551 638
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
829 904 980 916 1 139 1 312 1 478 1 677 1 763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 885 2 074 2 168 2 867 2 673 2 333 2 250 2 284 2 220
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
2 678 2 556 3 259 3 375 3 426 3 310 3 292 3 286 3 379
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 18,9 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 19,3 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 26,5 %).
Pyramide des âges à Lapugnoy en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,1 
5,3 
75 à 89 ans
10,1 
13,3 
60 à 74 ans
15,3 
21,9 
45 à 59 ans
19,4 
21,7 
30 à 44 ans
19,3 
17,7 
15 à 29 ans
16,1 
19,9 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

coupé au 1) parti au I de sable aux trois épieux d’argent et au II de gueules à la croix d’argent chargé de cinq moucheture d’hermine de sable, au 2) d’or au chevron d’azur accompagné de trois hures de sanglier arrachées de sable, défendues du champ

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • À proximité du centre de la commune : le "Parc de la Clarence" de Lapugnoy, sur le site de l'ancienne gare de triage.
  • Au nord-ouest : le "Lapugnoy Military Cemetery" ; y sont enterrés des soldats de la Première Guerre mondiale (966 Britanniques et 349 Canadiens) et de la seconde (11 Britanniques).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Legros (Directeur de l'information de TF1), fils de Mme Aimée Legros, adjointe du maire Joseph Quidet.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel, page relative aux forêts de protection du Nord/Pas-de-Calais
  2. Classement par décret du 9 juillet 1984 portant création de la forêt de protection du Bois-d'Epinoy (Pas-de-Calais) JO 21-07-1984, p. 2379-2380.
  3. Les forêts de protection sur Légifrance
  4. Projet de reconquête environnementale du Fossé d'Avesnes (Résumé non technique) ; Rapport final, SYMSAGEL, 21 octobre 2003, consulté 2010 08 01
  5. « "De la discrimination à l’intégration" », Echo62,‎ juin 2003
  6. Reno Vatain, « Bilan du maire de Lapugnoy : « Nous avons voulu rendre la commune attractive » : Alain Delannoy, toujours PS de cœur, mais exclu du parti l’année dernière, pour s’être présenté aux législatives contre l’avis de la fédération, termine son quatrième mandat à Lapugnoy. Et en briguera un cinquième, et « dernier », en mars prochain. Celui qui est également conseiller général revient sur les projets de ces six dernières années », La Voix du Nord,‎ 23 novembre 2013 (lire en ligne).
  7. « Lapugnoy : cinquième et dernier mandat pour Alain Delannoy : Ce samedi matin, il y en avait du monde en mairie, pour l’installation du conseil municipal. Alain Delannoy, qui occupe le poste de maire depuis 1989, a été réélu sans grande surprise. Il recueille dix-huit voix pour et cinq votes blancs », La Voix du Nord,‎ 3 avril 2014 (lire en ligne).
  8. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais,‎ 3 juillet 2014 (consulté le 28 janvier 2015).
  9. Cécile Rubichon, « Lapugnoy : équipée, la ville d’Alain Delannoy attend de nouveaux habitants : Multi-accueils, médiathèque, salle culturelle, rénovation de l’habitat ancien, protection de l’environnement, lutte contre les incendies et les inondations, vidéosurveillance… « Il ne reste pas grand-chose à faire » à Lapugnoy aux yeux d’Alain Delannoy. Maire depuis 1989, il n’exclut finalement pas de se représenter. », La Voix du Nord,‎ 29 octobre 2014 (lire en ligne).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012
  12. « Évolution et structure de la population à Lapugnoy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 août 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 août 2010)