Brebières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brebières
La place des héros.
La place des héros.
Blason de Brebières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Vitry-en-Artois
Intercommunalité Communauté de communes Osartis Marquion
Maire
Mandat
Jean-Pierre Hecquet
2014-2020
Code postal 62117
Code commune 62173
Démographie
Population
municipale
4 893 hab. (2011)
Densité 453 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 20′ 15″ N 3° 01′ 25″ E / 50.3375, 3.0236111111150° 20′ 15″ Nord 3° 01′ 25″ Est / 50.3375, 3.02361111111  
Altitude Min. 25 m – Max. 48 m
Superficie 10,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Brebières

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Brebières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brebières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brebières
Liens
Site web brebieres.fr

Brebières est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Brebières
Quiéry-la-Motte Cuincy Lambres-lez-Douai
Vitry-en-Artois Brebières Corbehem
Noyelles-sous-Bellonne Gouy-sous-Bellonne

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est surtout entourée de zones d'agriculture intensive, et de zones industrielles et urbaines (à l'Est). Elle a souffert de lourdes séquelles physiques et environnementales lors des deux guerres mondiales. Mais elle bénéficie de zones humides (inventoriées comme ZNIEFF[1] pour près de 300 ha situés à une altitude de 32 à 35 m). Ces zones humides sont souvent artificielles (bassins de décantation, fossés…) mais néanmoins garnis de vasières et roselières eutrophes abritant une richesse ornithologique. Selon le ministère chargé de l'Environnement, ces sites jouent un rôle important pour le « stationnement migratoire, nidification, hivernage d’Anatidés ».
La renaturation des friches industrielles et des terrils et des cavaliers miniers situés dans le proche bassin minier sont aussi devenu un atout environnemental, avec notamment l'inscription d'une partie des milieux renaturés dans la trame verte du bassin minier dont le prolongement est le Parc de la Deûle et la trame verte de Lille-LMCU qui déclineront ou complèteront localement le Réseau écologique paneuropéen dans le cadre de la trame verte et bleue nationale suite au Grenelle de l'environnement.
La commune qui en 2008 disposait d'environ 8 personnes pour la gestion de 40 ha d'espaces verts a depuis l'an 2000 initié une démarche de gestion différentiée, notamment pour entretenir l'ancienne voie ferrée transformée en coulée verte et améliorer ses fonctions de corridor biologique. On y pratique en particulier le désherbage thermique[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2008, la nouvelle ZAC des Bèliers de 60 hectares fait l'objet de fouilles et révèle un important site occupé par des Gaulois et des Celtes. 17 hectares ont été fouillés et trois sites confirment cette présence :

  • le premier site révèle 3 enclos agricoles d'époque gauloise datant du IIe siècle av. J.-C., composés chacun de cinq bâtiments ;
  • le deuxième, un enclos entouré de deux fossés concentriques datant du Ier siècle av. J.-C.. Une activité métallurgique est prouvée par des résidus de fonte de fer. On trouve également des perles en pâte de verre, de la céramique et des ossements d'animaux et humains ;
  • le troisième site appartient à l'époque celtique, vers le Ve siècle av. J.-C., avec 5 bâtiments et à proximité une concentration de fosse ayant servi à chauffer ou à cuire.

Source [3]:

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Brebières dans son canton et dans l'arrondissement d'Arras
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1891 1896 J. Daix    
1896 1904 V. Leger    
1904 1926 T. Pilat    
1926 1934 A. Laude    
1934 1945 G. Lefebvre    
1945 1947 H. Ducrocq    
1947 1965 Maurice Grossemy    
1965 1983 G. Lefebvre    
1983 en cours Jean-Pierre Hecquet PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 893 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 009 1 207 1 174 1 289 1 370 1 344 1 394 1 437 1 472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 530 1 681 1 710 1 762 1 799 1 880 1 742 1 810 1 831
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 850 1 820 1 842 1 245 1 616 1 885 2 026 2 107 2 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 424 4 238 4 285 4 307 4 324 4 424 4 878 4 893 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 14,2 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 20,3 %, plus de 60 ans = 19,7 %).
Pyramide des âges à Brebières en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
3,9 
75 à 89 ans
7,1 
10,3 
60 à 74 ans
12,3 
21,9 
45 à 59 ans
20,3 
24,1 
30 à 44 ans
22,8 
19,3 
15 à 29 ans
17,9 
20,5 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Brebières

Les armes de Brebières blasonnent ainsi : de gueules aux dix losanges accolées d’argent, ordonnées 3,3,3 et 1, surmontées d’un lambel cousu d’azur, au chef du même chargé d’une roue de moulin d’or, accostée de deux brebis passantes affrontées d’argent.

Les deux brebis sont le symbole de l'élevage qui fut la première richesse du village. La roue de moulin est le symbole de la première industrie qui fut ruinée par la première guerre mondiale, donnant naissance aux usines actuelles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Champ d'aviation de la Brayelle.

Avec la citation suivante : « Ici, le 23 octobre 1910 Le capitaine L.G. Madiot trouve la mort dans une chute d'aéroplane victime de la science mort pour la Patrie 1867-1910 »[8]

  • Église Saint Vaast, reconstruite après 1918.
  • Ancien château de la Bucquière, monument historique (cad. AL 132) (inscription par arrêté du 27 juillet 1979) : façades et toitures de la porterie.
  • Gare de Brebières-Sud.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Joseph Pilat (1735-1809), député suppléant du Tiers-État aux États Généraux en 1789

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]