Helfaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Helfaut
Mairie et écoles
Mairie et écoles
Blason de Helfaut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Saint-Omer
Canton Arques
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Omer
Maire
Mandat
Francis Marquant
2014-2020
Code postal 62570
Code commune 62423
Démographie
Gentilé Helfalois
Population
municipale
1 642 hab. (2011)
Densité 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 41′ 54″ N 2° 14′ 38″ E / 50.698333, 2.2438888 ()50° 41′ 54″ Nord 2° 14′ 38″ Est / 50.698333, 2.2438888 ()  
Altitude Min. 23 m – Max. 95 m
Superficie 8,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Helfaut

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Helfaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Helfaut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Helfaut

Helfaut est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Helfalois.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'ancien village et le centre ville actuel sont situés sur une formation géologique particulière dite "Plateau d'Helfaut", qui isole le bassin versant de la vallée de l'Aa au Nord de vallée de la Lys (au Sud). La commune abrite un patrimoine géologique exceptionnel, qui explique un paysage inhabituel pour la région. Les flancs des anciennes carrières périphériques au Plateau d'Helfaut laissent encore apercevoir de nombreuses strates géologiques, notamment à Helfaut et Wizernes (ceux des carrières d'Heuringhem et Blendecques se sont effondrés sous l'effet des poches de solifluxion.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Helfaut
Wizernes Blendecques
Hallines Helfaut Heuringhem
Pihem Inghem Ecques

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un patrimoine environnemental et géologique exceptionnel (Elle a donné son nom au « Dilluvium d'Helfaut », formation particulière d'argile à silex qu'on ne trouve que très rarement en France et en Europe). la commune abritait et abrite encore de nombreuses espèces rares et protégées, ainsi qu'un paysage de Lande acide à bruyère, très rare dans le nord de la France, qui a justifié la création de la Réserve naturelle des Landes d'Helfaut.

Pour ces raisons elle est concernée par plusieurs périmètres d'inventaires ou de protection ;

  • ZNIEFF de type II (N° : 024) dite La Moyenne Vallee de l'Aa et ses versants entre Remilly- Wirquin et Wizernes
  • ZNIEFF de type I (N° : 024-01) dite : « Plateau siliceux d'Helfaut a Racquinghem »
  • ZNIEFF de type I (N° : 024-08) dite « Coteau de Wizernes »
  • Arrêté préfectoral de protection de biotope (N° : 62APB6, du 05/04/1995) dit du « Plateau d'Helfaut (Blendecques, Heuringhem) »
  • Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale (N° : 62PNR3 - 24/03/2000)
  • Réserve Naturelle Volontaire de venue Réserve naturelle régionale (N° : 62RNV08 05/08/1996 et N° : 62RNV10 du 05/08/1997) dite réserve naturelle du Plateau d'Helfaut
  • Zone Natura 2000 14 (pSIC avril 2002 et n° : FR3100487) pour ses pelouses, bois acides à neutro-calcicoles, landes nord-atlantiques du plateau d'Helfaut et système alluvial de la moyenne vallée de l'Aa (SPN n°487).
  • Zone Sensible au regard de la pollution des eaux par les nitrates (classement du 12/01/2006) (N° : ZS AP)
  • Zone Vulnérable (pollution eau par nitrate), depuis le 20/12/2002

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon le recensement agricole 2000[1], la commune abritait encore cette année là 16 exploitations (agricoles dont 10 professionnelles), contre 30 en 1988. Seize chefs d'exploitation et co-exploitants y travaillaient, avec 31 "actifs familiaux", soit 21 actifs sur exploitations au total (en UTA,équivalent temps plein).
La superficie agricole utilisée était de 703 hectares, dont 623 en terres labourable et 79ha en superficie toujours en herbe. 156 vaches étaient déclarées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Helveld en flamand[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Centre de l'ancien Doyenné d'Helfaut, décrit par le chanoine Georges Goolen[3] et qui comprenait selon deux pouillés du XIVe publiés par Auguste Longnon, outre la paroisse d'Helfaut, celles de Thiembronne, Ecques, Bilques, Herbelles, Wavrans, Nielles-les-Bléquin, Wismes, Rumilly, Dohem, Lumbres Pihem Bléquin Merck Wandonne Radinghem Coyecques Quiestède[4].

Le village de Bilques, autrefois une seigneurie et commune indépendante à la Révolution, fusionna avec Helfaut en 1819.

La commune abrite un monument classé, dit « colonne d'Helfaut ». Cette sorte d'obélisque a été érigé en 1842 en mémoire du Duc d'Orléans qui a constitué sur cette commune le bataillon qui est à l'origine des chasseurs alpins. Il a été disloqué par les bombardements proches, et entouré de trous d'extraction de sable, puis restauré, se sol ayant été rehaussé à son ancien niveau dans les années 1990 par apport des déblais du nouveau centre hospitalier construit à proximité.

La commune a été fortement touchée par les bombes lancées lors de la seconde guerre mondiale sur la coupole d'Helfaut.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Helfaut dans son canton et dans l'arrondissement de Saint-Omer
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Éric Rolin    
mars 2008 en cours Brigitte Leblond   Infirmière

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 642 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 347 406 597 621 671 704 739 727
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 223 775 799 778 812 844 862 892 856
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
815 896 899 796 775 856 1 300 689 1 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 000 1 139 1 248 1 426 1 671 1 693 1 744 1 750 1 642
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6%).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 24,6 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 14,1 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 17,6 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 32,1 %).
Pyramide des âges à Helfaut en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,0 
90 ans ou +
2,2 
9,3 
75 à 89 ans
15,6 
14,3 
60 à 74 ans
14,3 
21,6 
45 à 59 ans
22,0 
19,7 
30 à 44 ans
17,6 
16,7 
15 à 29 ans
14,3 
17,4 
0 à 14 ans
14,1 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'Église Saints-Fuscien-et-Victoric d'Helfaut des XVIe et XVIIe siècles, avec un nef datant du XIIe[9].
  • L'Église Saint-Denis de Bilques des XVIIe et XVIIIe siècles[10].
  • Le calvaire d'Helfaut à la limite de la commune sur la D198 vers Inghem
  • La chapelle Notre-dame de Lourdes de Bilques

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le sanatorium départemental d’Helfaut comptait en 1931 500 lits de malades et 140 lits de service[11]. C'est aujourd'hui l'un des rares exemples de conversion réussie d'un sanatorium en un établissement hospitalier moderne et polyvalent : le vieil hôpital du centre-ville de Saint-Omer a depuis rejoint le nouvel hôpital d'Helfaut sur son site pour former le Centre hospitalier de la région de Saint-Omer.

Le dôme de la coupole.
  • La coupole d'Helfaut est un ancien bunker pour partie souterrain, abrité sous une énorme coupole de béton construite par l'armée de l'Allemagne nazie entre 1943 et 1944. À l'origine ce bunker devait servir de base de lancement aux fusées V2 ; mais, de nombreuses fois bombardé par les Alliés, il n'est jamais entré en service. Aujourd'hui la Coupole a été transformée en musée.

Patrimoine commémoratif[modifier | modifier le code]

  • La colonne d'Helfaut, monument dédié au prince et Duc d'Orléans. Cet obélisque et le tertre qui l'entoure (cad. AB 15) sont inscrits au registre des monuments historiques par arrêté du 29 novembre 1985[12]
  • Le monument de l'Abbé Palfart (1628-1691) curé de la paroisse
  • Le Monument aux Morts d'Helfaut-Bilques
  • Les tombes de guerre de la Commonwealth War Graves Commission au cimetière d'Helfaut

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le général Du Rangiers

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’azur parti : au 1) d’azur à la colonne d’argent au 2) de gueules aux trois pommes de pin renversées d’or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Agreste ; recensement agricole 2000
  2. roepstem.net - vlaanderen
  3. Georges Goolen (chanoine), Le Doyenné d'Helfaut au XVIIe siècle : notes sur le temporel et le spirituel de quelques paroisses du diocèse de Saint-Omer, imprimé chez L. Loïez à St Omer, 79 pages
  4. www.lumbres.net[PDF]
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Helfaut en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 août 2010)
  9. Église Saints-Fuscien-et-Victoric d'Helfaut sur www.patrimoine-religieux.fr
  10. Église Saint-Denis de Bilques www.patrimoine-religieux.fr
  11. Éphémérides du Journal l’Indépendant du 20 oct 2006 (p 18), se rapportant à la semaine du 16 au 22 octobre 1931
  12. Bases de données Ministère de la culture