Le Parcq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Parcq
L'église
L'église
Blason de Le Parcq
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Canton Le Parcq
Intercommunalité Communauté de communes des Sept Vallées
Maire
Mandat
Robert Petit
2014-2020
Code postal 62770
Code commune 62647
Démographie
Gentilé Parquois
Population
municipale
802 hab. (2011)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 22′ 48″ N 2° 06′ 04″ E / 50.38, 2.1011111111150° 22′ 48″ Nord 2° 06′ 04″ Est / 50.38, 2.10111111111  
Altitude Min. 27 m – Max. 115 m
Superficie 9,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Le Parcq

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Le Parcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Parcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Parcq

Le Parcq est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais (62) en région Nord-Pas-de-Calais.

Ses habitants sont appelés les Parquois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Parcq se situe dans la partie ouest de l'Artois. Elle est traversée par la RD 939 et la RD 94 et se trouve à 5 km d'Hesdin, à 41 km de Berck et à 57 km d'Arras.

Les communes limitrophes sont Auchy-lès-Hesdin, Grigny, Vieil-Hesdin, Marconne, Wamin, La Loge et Saint-Georges.

Parallèlement à la RD 94 coule la Ternoise qui se jette dans la Canche à Huby-Saint-Leu.

Depuis le 1er janvier 2007, Le Parcq et son canton dépendent de l'arrondissement de Montreuil (arrêté du 18 octobre 2006 de la préfecture de la région Nord-Pas-de-Calais). Auparavant, Le Parcq dépendait de l'arrondissement d'Arras.

Communications[modifier | modifier le code]

Les routes étant principalement communales, Le Parcq est néanmoins traversé par la route départementale 939 (rue François-Mitterrand) et la route départementale 94 (rue du Bas-Parcq). Les gares ferroviaires les plus proches se trouvent à Auchy-lès-Hesdin (3 km) et à Hesdin (4,5 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Le Parcq
Huby-Saint-Leu Wamin Auchy-lès-Hesdin
Grigny Le Parcq
Marconne Saint-Georges Vieil-Hesdin

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du Parc[modifier | modifier le code]

L'établissement du Parc date de la fondation du château (sur le site actuel de Vieil-Hesdin) par Baudouin VI de Hainaut ou Baudouin IX de Flandre dit Baudouin de Constantinople comte de Flandre, comte de Hainaut en 1208.

C'était un enclos boisé entouré de murailles à l'intérieur duquel des bêtes sauvages furent mises en grand nombre.

En 1219, Louis VIII de France dit le Lion agrandit l'enclos. Le comte Robert II d'Artois agrandit le parc en commerçant avec les religieux d'Auchy-lès-Hesdin en 1293.

En 1329,des herses sont installées à toutes les portes du parc.

Destruction du Parc[modifier | modifier le code]

Malheureusement, en 1335, Edouard III d'Angleterre détruit le parc quelques années avant la guerre de Cent Ans.

En 1337, Charles III de Navarre dit Charles III le Noble poursuivit son œuvre en détruisant la porte du Val Tahon et en commettant toutes sortes de désordres dans le parc dont il détruit les murailles.

Restauration du Parc[modifier | modifier le code]

En 1395, Philippe II de Bourgogne dit le Hardi restaure le parc en réédifiant les murs et repeuplant la faune.

Ces travaux titanesques sont poursuivis par Jean Ier de Bourgogne dit sans Peur. Un haras important y est établi.

Plusieurs personnes étaient quotidiennement occupées à nourrir les bêtes du parc qui possédait en outre une vaste volière, une fauconnerie et deux pièces d'eau pour la pêche. Le parc forme ainsi un ensemble de 940 hectares avec un périmètre d'environ 13 kilomètres s'ouvrant sur l'extérieur par de nombreuses "portes" (porte des Vaques, des Marès, Hendebourg, Grande Porte du Wiquet, du Baile d'Enfer, de Lestocquoy, de Val Tahon).

Le Parc devient la commune de Le Parcq[modifier | modifier le code]

Après la destruction de Hesdin (Vieil-Hesdin actuellement) en 1553 par Charles de Habsbourg dit Charles Quint, ce parc fut, à l'initiative de Philippe V de France dit le Long (Philippe II de Navarre) laissé à la disposition de tous ceux qui souhaitèrent s'y établir, à charge pour eux de défricher.

Pour y attirer plus de monde, il accorda une franchise d'impôt le 25 février 1586 à tous ceux s'y installant.

C'est ainsi qu'en 1586, le parc devint un village (le Parc du Roi ou le Parc-lès-Hesdin). Les privilèges (franchise d'impôt) sont confirmés par les successeurs de Philippe V de France. Louis XIV de France, le roi Soleil, les confirme également en 1647 mais en 1649, il fait payer le vingtième (prélèvement d'un vingtième sur tous les revenus, privilégiés ou non établi selon les déclarations de chacun, vérifiées par les contrôleurs royaux). Ces privilèges sont accordés à nouveau en 1734 par Louis XV de France dit le Bien-Aimé et en 1778 par Louis XVI de France.

La commune est reconnue en 1670 et depuis le 8 février 1816, Le Parcq est chef-lieu de canton par ordonnance royale (Canton du Parcq).

La Révolution française de 1789 n'apporte guère de troubles dans le village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le Parcq dans son canton et dans l'arrondissement de Montreuil
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Noélin    
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1977 Désiré Sénéchal    
mars 1977 avril 2013[1] Louis Magère DVG Décédé en fonction
juin 2013[2] en cours
(au 24 juillet 2014)
Robert Petit   Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 802 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
695 960 640 767 804 736 820 821 832
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
798 771 774 731 688 675 712 674 655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642 663 660 685 672 639 646 659 646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
649 650 586 570 633 702 726 739 785
2011 - - - - - - - -
802 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,8 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 18,8 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 15,4 %, plus de 60 ans = 23,9 %).
Pyramide des âges à Le Parcq en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
4,4 
75 à 89 ans
6,5 
14,4 
60 à 74 ans
16,7 
18,5 
45 à 59 ans
15,4 
21,4 
30 à 44 ans
22,1 
15,4 
15 à 29 ans
17,2 
25,8 
0 à 14 ans
21,4 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Parcq.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules à la fasce d’argent, à la bordure cousue de sinople chargé de trois roses d’argent, deux cantonnées en chef et une en pointe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

Le château d'Estruval

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Château des ducs de Bourgogne, dit château de Vieil-Hesdin datant du XIe siècle, dont les vestiges sont inscrits comme monument historique par arrêté du 29 juillet 2005 (cad. ZC 36 à 38)[9].
  • Mur de clôture du jardin du parc

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Parcq ; Louis Magère, maire, est décédé », Le Journal de Montreuil,‎ 1er mai 2014 (lire en ligne).
  2. La Voix du Nord, « Robert Petit, seul candidat, a été élu maire du Parcq vendredi soir », sur http://www.lavoixdunord.fr (consulté le 14 juin 2013)
  3. « Une journée agréable : Lundi 14 juillet, Robert Petit maire de la commune a remis un dictionnaire aux 14 jeunes qui vont prochainement faire leur entrée au collège », L'Abeille de la Ternoise, no 8476,‎ 24 juillet 2014, p. 41
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Le Parcq en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 août 2010)
  8. « Notice no IA62001060 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no PA62000060 », base Mérimée, ministère français de la Culture