Trève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homophones, voir Trêve, Trèves et Trévé.

Une trève (trev, treo ou tre, en breton) est, en Bretagne, une succursale de paroisse, subdivision rendue nécessaire par l'éloignement du lieu de culte paroissial. Ce terme religieux a, en toponymie, le sens de quartier[1]. L'habitant d'une trève est un trévien[2] (trevad ou trevian, en breton).

L'édifice religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle ou l'église d'une trève est appelée chapelle tréviale ou église tréviale.

  • La chapelle tréviale bénéficie de la part de la paroisse d'un minimum de service religieux, sans avoir un desservant (en) à demeure.
  • L'église tréviale a un desservant sur place, à qui les tréviens doivent construire une résidence, et dont ils doivent assurer la subsistance. Il appartient au pape d'ériger un édifice en église tréviale et d'établir le modus vivendi entre les tréviens et le recteur de la paroisse. L'église paroissiale reste l'église mère des tréviens, et le recteur de la paroisse leur recteur[2].

Beaucoup d'anciennes églises tréviales sont devenues paroissiales et de nombreuses trèves bretonnes sont devenues des communes lors de la Révolution française ou plus tard, dans le courant du XIXe siècle, parfois même dans les premières décennies du XXe siècle.

Toponymes[modifier | modifier le code]

Dans le domaine brittophone, le mot tre ou treo entre en composition de nombreux toponymes — prenant en compte les mutations consonantiques (un t devient d après un article, ou adoucissement d'une autre initiale)…

Variantes[modifier | modifier le code]

Le Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne (pp. 4 et 271) de Victor Henry indique : « Tréô, s. f. variante de tréf. V. ce mot et adré » et « Tréf, s. f. territoire dépendant d’une succursale. V. sous adré »[3]

Outre-Manche[modifier | modifier le code]

Sur l’île de Man, une treen était une subdivision des paroisses. Le mot tre est aussi un élément de composition des toponymes très fréquent dans les Cornouailles britanniques, où il semble désigner des hameaux.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Deshayes, Dictionnaire des noms de lieux bretons, Douarnenez, Le Chasse-Marée / Ar Men, 1999, ISBN 2-903708-85-1.
  2. a et b D'après l'historique de la trève de Saint-Guénolé que donne l'abbé François Quiniou, recteur de Penmarc'h. François Quiniou, Penmarc'h : son histoire, ses monuments, Ar Verenn, 1984, p. 181 et 182.
  3. Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne

Articles connexes[modifier | modifier le code]