Fontaine (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Fontaine
Fontaine depuis les Vouillants
Fontaine depuis les Vouillants
Blason de Fontaine
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton chef-lieu du canton de Fontaine-Sassenage canton de Fontaine-Seyssinet
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Paul Trovero (PCF)
2014-2020
Code postal 38600
Code commune 38169
Démographie
Population
municipale
22 175 hab. (2011)
Densité 3 290 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 38″ N 5° 41′ 08″ E / 45.1938888889, 5.6855555555645° 11′ 38″ Nord 5° 41′ 08″ Est / 45.1938888889, 5.68555555556  
Altitude Min. 202 m – Max. 1 007 m
Superficie 6,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Fontaine

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Fontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine
Liens
Site web ville-fontaine.fr

Fontaine, (Fontana en dialecte francoprovençal ou arpitan), est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes. La commune, qui se situe à l'ouest de Grenoble, fait partie de la Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole.

En 2010, la commune de Fontaine a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@ »[1].

Ses habitants sont dénommés, fontainois et fontainoise(s).

Le territoire de la commune est divisé en deux cantons, respectivement dénommés, au nord, le canton de Fontaine-Sassenage, et au sud, le canton de Fontaine-Seyssinet. La séparation entre les deux cantons est délimitée par l'avenue du Vercors qui part du Drac pour continuer en direction de l'Hôtel de Ville de Fontaine.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Fontaine (Hôtel de Ville) est située à environ 4 km du centre de Grenoble, 95 km de Valence, 92 km de Lyon, 225 km de Marseille et 565 km de Paris. Le territoire de la commune est positionné au pied du massif du Vercors dans le sillon alpin, à l'ouest du Drac, affluent de l'Isère. Ce territoire est situé dans l'ouest de l'agglomération grenobloise entre le Drac, principal affluent de l'Isère et les premiers contreforts du Vercors septentrional.

Grenoble et Fontaine.
Grenoble et Fontaine (le territoire de Fontaine, entourée par la ligne noire, est située entre le torrent du Drac et la montagne du Vercors)

Description[modifier | modifier le code]

Plan géographique de la commune de Fontaine
Plan géographique de la commune de Fontaine et d'une partie de ses communes limitrophes
À noter qu'une moitié de la surface de la commune est occupée par une zone forestière montagneuse (indiquée en vert clair), totalement inconstructible et quasiment inhabitée.

Le territoire de la commune de Fontaine est entièrement situé à l'ouest du Drac. Celui-ci est partagé en deux parties nettement distinctes l'une de l'autre, mais à peu près équivalentes en superficie, et dont la limite de partage se situe au niveau des falaises du massif du Vercors qui bordent l'avenue Paul Langevin dite aussi route de Grenoble à Valence et qui traverse la commune dans une direction sud-est / nord-ouest (voir la carte).

La première partie du territoire communal, fortement urbanisée, occupe la moitié orientale de la commune, entre les falaises du Vercors et les rives du Drac. Celle-ci accueille la quasi-totalité de la population urbaine dans un ensemble architectural assez hétéroclite, composé essentiellement de villas de taille modeste, de maisons rurales qui sont généralement d'anciens corps de fermes ainsi que de nombreuses barres d'immeubles à la hauteur plus ou moins variées (généralement entre 6 et 12 étages). Ces dernières constructions ont été, pour la plupart, construites durant les années 1960 et les années 1970, années qui marquèrent une forte extension démographique de la commune. Un quartier (Les Floralies) de cette partie du territoire a été nommée en zone urbaine sensible par le gouvernement en 2012[2]. On peut également constater de nombreuses constructions à vocations industrielles, particulièrement au nord et à l'ouest du centre urbain. Le nombre et la superficie des espaces verts, bien qu'en constante augmentation (avec la création de nouveaux parcs), reste encore assez réduit.

La seconde partie du territoire communal, d'aspect nettement plus rural, occupe la moitié occidentale de la commune. Celle-ci correspond aux premiers contreforts du massif du Vercors, important massif des Préalpes françaises. Cette partie est donc essentiellement occupée par une zone forestière abritant quelques clairières où sont installées quelques anciennes fermes (Bois des Vouillants). C'est dans ce secteur rural et forestier que se situe le point culminant de la commune.

  • Les deux circonscriptions de Fontaine

Le territoire de la commune est divisé en deux circonscriptions électorales : chaque circonscription étant représentée par un conseiller Général : Madame Catherine Brette pour le (Canton de Fontaine-Seyssinet, et monsieur Yannick Belle pour le canton de Canton de Fontaine-Sassenage). Chaque circonscription est également représentée par un député, monsieur Michel Destot maire de Grenoble pour la (Troisième circonscription de l'Isère) et madame Marie-Noëlle Battistel, maire de La Salle-en-Beaumont. tous les deux membres sont membres du Parti Socialiste.

Ces circonscriptions ne partagent pas le territoire de la commune en deux parties égales et se présentent, grosso-modo, à la proportion d'un tiers (pour la partie sud) et de deux tiers (pour la partie nord). L'avenue du Vercors, la rue Charles Michels et la rue Henri Roudet marquant la limite entre les deux circonscriptions[3].

À la suite de la prévision de redécoupage des circonscriptions électorales, et aux regroupement des cantons voulue par le Gouvernement en 2014 pour les élections cantonale de 2015[4], il est prévu que le canton de Villard-de-Lans, soit rattaché au canton de Fontaine-Sassenage ce qui semble inquiéter les élus du Vercors isérois, territoire très proche de Fontaine[5].

Article détaillé : Acte III de la décentralisation.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Engins Sassenage Grenoble Rose des vents
Engins
Saint-Nizier-du-Moucherotte
N Grenoble
O    Fontaine    E
S
Saint-Nizier-du-Moucherotte Seyssinet-Pariset Grenoble

Climat[modifier | modifier le code]

À l'instar de toutes les communes du bassin Grenoblois, le climat de Fontaine se situe entre le climat océanique et le climat continental, avec une légère influence méditerranéenne (les étés sont chauds mais plutôt humides). Le bassin comporte un bon ensoleillement (2100 heures par an) mais des précipitations généralement abondantes (entre 900 et 1 000 mm par an). L'amplitude thermique annuelle est une des plus élevées de France, avec 19 °C d'écart entre janvier et juillet. Les montagnes environnantes particularisent beaucoup le climat car elles entrainent un effet de cuvette avec des chaleurs torrides, l'été et un froid assez conséquent, l'hiver. D'autres phénomènes liés aux vents tels que l'effet de foehn sont également bien connus dans la région.

Article connexe : Climat de l'Isère.

Le tableau, ci-dessous, indique les températures et les précipitations du bassin grenoblois pour la période 1981 - 2000 :

Relevé météorologique de Grenoble - St Martin d'Hères
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,2 −0,4 2 4,4 8,9 12 14,2 14 10,9 7,8 2,7 −0,1 6,2
Température moyenne (°C) 2,3 3,7 5 9,8 14,4 17,9 20,5 20,2 16,3 12,3 6,4 3,1 11,9
Température maximale moyenne (°C) 5,9 7,8 12 15,3 19,9 23,8 26,9 26,4 21,8 16,9 10,2 6,4 16,1
Record de froid (°C)
date du record
−20,3
1971
−20
1956
−11,9
1971
−3,6
1956
−0,6
1979
2,6
1953
5,9
1970
5,6
1946
1,6
1957
−4,2
1950
−9,1
1973
−15,4
1962
−20,3
2003
Record de chaleur (°C)
date du record
20,1
2007
23,4
1998
27,2
1994
30,2
1968
33,2
1958
35,3
1950
39,4
1950
39,5
2003
34
1970
31,3
1966
26,7
1968
22,9
1989
39,5
2003
Précipitations (mm) 84 79 78 80 83 86 72 79 99 94 92 82 1 008
Source : Météo France


Bien que les records de températures ne présentent strictement rien d'exceptionnel, (ceux-ci pouvant être nettement plus accusés dans d'autres agglomérations françaises), il s'agit du climat français qui présente la plus grande amplitude entre la température moyenne de l'hiver et de l'été. Par contre, les précipitations, relativement abondantes, sont peu contrastées selon les saisons. Elles semblent assez bien réparties entre les différents mois.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Fontaine vue du Moucherotte
Fontaine, Seyssinet-Pariset et Grenoble vue du Moucherotte

Du petit village à la grande ville

À l'origine, le bourg de Fontaine ne fut qu'un petit village, dont le très modeste centre urbain se limitait alors à quelques fermes, plus ou moins isolées. Le bourg ancestral qui correspondait plus ou moins au secteur de La Poya - Vivier) se situait alors au pied de la falaise montagneuse du Vercors, légèrement en hauteur, pour ne pas avoir à subir les crues violentes du Drac, le grand torrent alpin voisin qui a longtemps ravagé avec l'Isère, la plaine de Grenoble et dont le bourg formait la partie la plus occidentale.

Article détaillé : Le serpent et le dragon.
Article détaillé : Inondation de Grenoble en 1219.

Petit à petit, suite à la construction de digues, puis durant la révolution industrielle, la commune s'est transformée en une ville ouvrière de banlieue partagée entre les secteurs d'activité industrielle (notamment la tannerie) et les secteurs d'habitat des ouvriers qui y travaillaient. Durant le XXe siècle, Fontaine a connu un certain dynamisme industriel qui reste encore concret aujourd'hui, par l'existence de trois zones industrielles accueillant chacune un parc d'entreprises de toute tailles (voir le Chapitre Économie).

Le territoire commune présente aujourd'hui une vocation urbaine très nette où se côtoient des grands ensembles urbains (tels que les "Floralies" ou les "Écrins") et des petites villas souvent modestes construites sur des surfaces de terrains généralement assez réduites. Au fur et à mesure de l'augmentation de sa population, des quartiers plus ou moins disparates se sont créés pour finir par créer un ensemble urbain caractéristique de la rive gauche du Drac.

Les projets en cours

  • Le projet du secteur « Jean Macé - Cœur de Ville »

Déjà bien avancé, ce projet concerne un espace libéré par la démolitions d'anciennes habitations de fonction et d'une ancienne usine désaffectée situés entre le quartier Saveuil-Pont du Vercors et le quartier Louis Maisonnat-cœur de ville.

Les travaux de cette importante rénovation ont commencé en 2013 : celui-ci comprendra un pôle d'attractivité qui rassemblera services, bureaux et logements. Suite à un premier chantier, le premier bâtiment baptisé "Liberté", du nom de la rue adjacente, est sorti de terre en 2014 et accueille les nouveaux bureaux de Pôle emploi de Fontaine ainsi que des services sociaux gérés par le conseil général de l'Isère[6]. Dans un second temps, le nouveau chantier de ce quartier permettra également, à l'occasion de la construction d'un second bâtiment, d'édifier la nouvelle MJC Nelson Mandela de la commune, remplaçant ainsi l'ancienne structure devenue trop vétuste. La construction de cette structure associative sera achevée avant la fin de l'année 2015[7].

  • Le projet de l'éco-quartier Robespierre

Le projet de réaménagement urbain de ce secteur, situé entre les quartiers des Buissonées et des Alpes, en Éco-quartier, fait l'objet actuel d'une réflexion et de discussions entre la mairie et les citoyens concernés et porte sur les diverses possibilités d'un nouvel emplacement éventuel pour l'école du quartier, de l'installation de nouveaux terrains sportifs et de la création de nouveaux logements[8].

  • Le projet dit des « Portes du Vercors »

Les Portes du Vercors est le nom attribué à un grand projet d’aménagement prévu par le plan local d'urbanisme et situé aux pieds des falaises du Vercors, au nord du territoire communal et qui concerne donc les secteurs de La Poya - Les Plans, pour la ville de Fontaine et le secteur de La Plaine de l’Argentière pour la ville voisine de Sassenage.

La création de nouveaux logements, de nouveaux espaces commerciaux et industriels ainsi que de nouveaux espaces de bureaux est l'ambition principale de cette vaste opération, qui, selon les différents partenaires concernés devrait normalement s’étaler entre 2015 et 2035. Le but à long terme de cette opération principalement immobilière serait de réorganiser au niveau urbanistique ce territoire quelque peu délaissé et situé entre les deux communes et de revaloriser l'entrée de la ville de Fontaine[9].

Secteurs de la commune[modifier | modifier le code]

Fontaine : vue du sud-est en direction du nord-ouest (Quartier du Pont du Drac - Les Fontainades
Mail Marcel Cachin
Mail Marcel Cachin (Quartier Hôtel de Ville - Alpes - Mail Cachin)
Carrefour Quai du Drac
Carrefour Quai du Drac/rue Charles Michels (Quartier Saveuil)
Rue des Alpes (Quartier Hôtel de Ville - Alpes - Mail Cachin)
Avenue Aristide Briand
Avenue Aristide Briand, la nuit (Quartier Pont du Drac - Les Fontainades)
Avenue Joliot Curie Fontaine (Quartier Louis Maisonnat)
rue de la Poya
Rue de la Poya (Quartier de La Poya)
Place du Marché Marcel Cachin
Place du Marché Marcel Cachin (Quartier Louis Maisonnat)

Le découpage INSEE de Fontaine (Ilots Regroupés pour l'Information Statistique, dit "IRIS") a divisé la commune en douze secteurs distincts [10] :

  • Quartier 0101 : Aristide Briand
  • Quartier 0102 : Drac - Vercors
  • Quartier 0103 : Bastille
  • Quartier 0104 : Mairie
  • Quartier 0105 : Curie - Rolland
  • Quartier 0106 : Les Buissonnées
  • Quartier 0107 : Les Alpes
  • Quartier 0108 : Les Floralies
  • Quartier 0109 : Ambroise Croizat
  • Quartier 0110 : Poya - PLans
  • Quartier 0111 : Zone industrielle
  • Quartier 0112 : les Vouillands

Les différents secteurs ou quartiers de Fontaine sont présentés, ici, depuis l'est (rive orientale du Drac) vers l'ouest (bordure occidentale des falaises du Vercors), de façon non exhaustive et officieuse, mais cette présentation correspond, néanmoins à des secteurs urbains bien identifiés comme tels, d'une part par les habitants de la commune et les usagers des lieux, mais aussi par les différents services de la commune, de l'agglomération (Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole) et du département . La référence IRIS, découpage officiel de l'INSEE étant indiquée entre parenthèse à titre informatif.

  • Pont du Drac - Les Fontainades ( IRIS 0101 ) :

- Le quartier du Pont du Drac est situé au sud de Saveuil dont il est séparé par la rue de la Liberté et jouxte la rive du grand torrent dauphinois. Ce quartier s'est formé au débouché du plus ancien pont routier de Fontaine, fermé à la circulation routière et emprunté aujourd'hui par le tramway de l'agglomération grenobloise, les piétons et les cyclistes.

Le secteur des Fontainades correspond, quant à lui, à un groupe d'immeubles situés le long de la voie du tramway qui emprunte la principale artère de ce quartier, l'avenue Aristide Briand. Cette avenue, aujourd'hui aménagée en grande partie en zone piétonne ou semi-piétonne, reliait autrefois Le quartier Berriat et le centre de Grenoble au quartier de l'Hôtel de ville de Fontaine. Ce quartier hébergeait, il y a encore quelques années, un marché secondaire qui a été déplacé vers la place Louis Maisonnat.

  • Saveuil - Pont du Vercors ( IRIS 0102 ) :

- Le quartier de Saveuil, essentiellement construit autour du XIXe siècle et du début du XXe siècle , doit essentiellement son existence à l'endiguement du Drac. Cette partie du territoire communal se présentait autrefois sous la forme d'une partie du grand bassin alluvionnaire servant de déversoir à ce torrent, au point de confluence avec l’Isère (voir sous chapitre sur le Drac). Ce quartier est contigu à la ville de Grenoble et de ses deux quartiers occidentaux : Europole (qui comprend le centre de recherche nucléaire (CEA de Grenoble), Minatec (centre de nanotechnologies) et la cité internationale de Grenoble) et Chorier-Berriat. Le quartier de Saveuil est également limitrophe avec l'échangeur de l'autoroute A480 (voir le chapitre "Transport et Voies de communications").

Ce quartier qui fut le premier à accueillir le tramway, dans son premier tracé, héberge aujourd'hui la bibliothèque de la Ville. L'avenue du Vercors, artère centrale de ce quartier est un des principaux axes de la commune : elle permet de relier notamment la commune de Fontaine grâce à un pont du Vercors homonyme avec Grenoble, la rocade autoroutière de Grenoble et l'autoroute A480 en direction de Valence et de Lyon. L'intégralité des arbres bordant la digue contigüe au pont ont été coupés et un projet d'aménagement est en cours sous l'égide de la communauté de communes dénommée Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole (voir le sous chapitre sur "le Drac").

Un éco quartier (Jean Macé) est actuellement en cours de réalisation et de construction à la limite du quartier Saveuil et du quartier Louis Maisonnat-Cœur de ville (voir chapitre "Urbanisme").

  • Bastille - Néron - Romain Rolland ( IRIS 0103 & IRIS 0105 ) :

- La Bastille, située à l'est du Boulevard Joliot-Curie est un quartier de Fontaine en cours d'aménagement et de rénovation. Cet aménagement a été planifié selon le principe de la recherche d'une meilleure qualité de vie et la recherche d'une plus grande économie d'énergie et donc d'une vision plus écologique d'une vie de quartier.

Le secteur Romain Roland, situé de l'autre côté du boulevard Joliot-Curie, bénéficie également d'un des deux centres sociaux de la commune et d'une halte-garderie en pleine réhabilitation, profitant de la dynamique de rénovation de ce secteur.

  • Louis Maisonnat - Cœur de ville ( IRIS 0104 ) :

- Ce quartier formé autour d'une des principales places de la commune et qui porte le nom d'un ancien député-maire de la commune, est traversé par la ligne A de tramway. L'environnement urbain de cette place a entièrement été repensé en 2013 et présente un ensemble de commerces dont deux moyennes surfaces (l'une étant en construction) consacrées à la grande distribution. Le secteur abrite également un bureau de poste annexe et le bureau de police municipale.

L'ancien marché du secteur des Fontainades a été déplacé sur la place Louis Maisonnat qui accueille 3 à 10 commerçants les mercredis et vendredis matin[11].

  • Hôtel de Ville - Alpes - Mail Cachin ( IRIS 0104 & IRIS 0107 ) :

- Ce quartier, le plus central du territoire urbain de Fontaine, s'est formé autour de la mairie. On y trouve le marché principal de la ville[12], de nombreuses écoles, le bureau de Pôle emploi, la maison pour tous, un bureau de poste et un commissariat de police dans un environnement d'immeubles essentiellement composés de logements sociaux avec quelques villas isolées, notamment rue Charles Michels. C'est ce quartier qui accueille traditionnellement la foire d'automne (voir le chapitre "Manifestations et festivités").

Juste en face de l'Hôtel de Ville, le long de l'avenue Aristide Briand on peut découvrir le bâtiment de la nouvelle salle de spectacle construite par la municipalité et dénommée "La Source" qui accueillent de nombreux artistes (voir le sous chapitre Equipement culturel).

  • Les Buissonnées - l'Argentière et La ZI des Plans ( IRIS 0106 & IRIS 0110 ) :

- Ces deux quartiers sont situés au nord et au nord-ouest du territoire communal, au-delà des rues des Buissonnées et Joseph Bertoin. Ce sont les deux derniers secteurs urbains de la commune où l'on peut encore découvrir des champs et des près (avec le quartier de la Poya - Vivier). Une nouvelle zone industrielle dite des Plans a été créée récemment à la limite du territoire communal de Sassenage et héberge de nouvelles activités commerciales et industrielles.

La zone économique de l'Argentière, plus ancienne, est située dans le même secteur de la ville, mais plus près de la berge du Drac et de l'échangeur autoroutier avec la rocade de Grenoble (voir le chapitre "Économie").

  • Floralies - Marguerite Tavel( IRIS 0108 ) :

- Ce quartier, essentiellement composé de barres d'immeubles de plus de dix étages, situé entre le quartier des Balmes et celui de l'Hôtel de Ville, a été classé en ZUS (Zone urbaine sensible).

La commune de Fontaine en participation avec l'État, l'Agence nationale de l'habitat et l'agglomération (Grenoble-Alpes Métropole) a procédé à une réhabilitation du secteur, notamment en rénovant la voirie et l'espace public et en participant à la réhabilitation architecturale des immeubles relevant d'une copropriété de gestion privée [13]

  • Les Balmes - George Sand ( IRIS 0109 ) :

- Ce quartier, facilement localisable grâce à l'école qui porte son nom, se situe dans un triangle formé par l'allée des Balmes, l'avenue Aristide Briand et le boulevard Paul Langevin. Son environnement est surtout constitué de nombreux immeubles datant des années 1960 et des années 1970, et de quelques modestes villas.

On peut y découvrir également un des deux centres sociaux de la commune et de nombreux équipements sportifs dont le centre nautique, un gymnase et deux stades.

  • La Poya - Vivier ( IRIS 0110 ) :

- Ayant plutôt l'aspect d'un hameau à l'écart du tissu urbain, le quartier de La Poya est le secteur le plus ancien de la commune. Proche des grandes falaises du Vercors, il est le seul à être situé sur une hauteur à l'abri des crues dévastatrices du Drac, gros torrent alpin qui, au Moyen Âge, débordait régulièrement dans la cuvette grenobloise.

Ce quartier, donc très escarpé (alors que le reste du territoire communal est très plat), reste donc le secteur le plus rural de Fontaine, car il présente la particularité d'accueillir le plus grand parc de la ville (parc de la Poya), des ruisseaux et ses arbres centenaires, des parcelles cultivées et maraichères, des jardins ouvriers gérés par les habitants (voir le sous-chapitre "services publics") et le principal point de départ des sentiers en direction du massif du Vercors (voir le sous chapitre "Patrimoine rural et montagnard").

Le principal centre commercial de Fontaine comprenant un Hypermarché Geant Casino, deux autres structures de grande distribution : But et Gifi, une cafétéria et quelques petites commerces et services de proximité est situé aux limites de ce quartier et celles de la commune de Sassenage.

  • Paul Langevin et la Z.A des Vouillands ( IRIS 0111 ) :

- Ce secteur de Fontaine, situé, lui aussi, au pied des falaises du Vercors, comprend de nombreux parcs (Parc Karl Marx et Parc Dotto/La Poya et permet de nombreuses activités : VTT, jogging, escalade (site consacré à ce sport sur la falaise), pique-nique (voir le chapitre jardins publics). Il est longé par l'ancienne Route nationale 532 qui a été déclassée dans le département de l’Isère en RD 1532 en 2006. Cette route, qui a été baptisée sous le nom de Boulevard Paul Langevin, est un axe de circulation important qui rejoint Grenoble par le pont de Catane.

Une importante zone industrielle comprenant de nombreux concessionnaires automobiles (Seat, Fiat, Peugeot, Volkswagen, Ford et Renault) et motocyclistes (Harley-Davidson, Moto Guzzi), ainsi qu'une petit zone commerciale (comprenant un restaurant, une boulangerie, un fleuriste et un supermarché) s'est développée le long du Boulevard Paul Langevin.

  • Le Bois des Vouillants (Vercors) ( IRIS 0112 ) :

- La partie la plus occidentale du territoire communal situé dans le secteur montagneux du Vercors se dénomme Bois des Vouillands. Ce secteur, lui aussi très escarpé, est balisé par quelques sentiers qui mènent à la Tour sans venin, au hameau de Pariset (situé dans la commune de Seyssinet-Pariset) et vers le village de Saint-Nizier-du-Moucherotte, situé dans le Parc naturel régional du Vercors.

Ce secteur, essentiellement boisé, et dépourvu de quelques habitations , excepté quelques fermes, est parcouru par des lignes à très haute tension et des sentiers. Ce lieu permet surtout de découvrir des spécimens de faune et de flore typique du Massif du Vercors (voir le chapitre sur le "patrimoine rural et montagnard").

Le bois des Vouillants n'est accessible que par une seule route carrossable et ayant une forte déclivité, dont le point de départ est situé sur lu territoire de la commune de Seyssinet-Pariset, entre le par Karl Marx et la gendarmerie de cette même commune.


Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

La commune de Fontaine a adhéré à un syndicat intercommunal d'adduction d'eau qui dessert qui dessert 32 communes et alimente en eau potable plus de 200 000 usagers en Isère (région Rhône-Alpes), le SIERG[14]. la qualité de l'eau traitée est excellente et les fontainois à l'instar des grenoblois ont une excellente qualité d’eau directement au robinet.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Drac[modifier | modifier le code]

Confluence entre le Drac et l'Isère en 1745
Confluence entre Drac et Isère au XVIIIe siècle

Le Drac, principal affluent de l'Isère, longe la partie orientale de la commune sur toute la longueur du territoire. Cette rivière, parfois qualifiée de torrent, naît dans le Champsaur, dans le département des Hautes-Alpes à un peu plus de 2 000 mètres d'altitude et finit par se jeter dans l'Isère, à la limite nord du territoire de la commune[15].

Ce torrent (dénommé quelquefois « Dragon » dans la mythologie dauphinoise), connu pour ses crues dévastatrices, a fait l'objet de longs travaux d'endiguement au cours des XVIIe et XVIIIe pour ensuite être franchi par trois ponts au niveau de la commune au cours du XIXe siècle et du XXe siècle.

Article connexe : Drac.

Le cours du Drac à Fontaine Durant des siècles, le Drac se divisait en plusieurs petits ruisseaux qui serpentaient librement dans la plaine alluvionnaire grenobloise. Ces ruisseaux finissaient par se regrouper dans cette plaine avant de se jeter dans l'Isère entre la Porte de France (pont de la Bastille) et le jardin de ville à Grenoble. La première mention d'une crue extraordinaire, remonte au milieu du Moyen Âge. Par la suite, les inondations comme les tentatives d'endiguement sont nombreuses, et pèseront lourd sur les finances de la petite commune.

Ce n'est qu'au cours des trois derniers siècles que de vrais aménagements sont enfin réalisés par les autorités : une digue construite tout le long du territoire communal permettra, par la suite, la construction de trois ponts.


La digue du Drac à Fontaine Les crues du Drac répertoriées à la fin du Moyen Âge sont à l’origine de vastes chantiers au cours des siècles suivants et qui ont définitivement fixé le lit du torrent aujourd'hui : celui-ci a été nettement déplacé de son lit principal vers l’ouest. En effet, autrefois, le Drac se séparaient en plusieurs bras, et le plus oriental atteignait même la hauteur du parc du "Jardin de Ville" à Grenoble avant de se jeter dans l’Isère.

La solution principale fut de creuser un chenal, nouveau lit du cours d'eau, orienté du sud vers le nord dans un tracé rectiligne et bordé de digues. Avec le Canal Jourdan construit entre 1684 et 1686, se fut chose faite et malgré certaines alertes (rupture de digue), le Drac fut dompté au niveau de Fontaine dans le courant du XVIIIe siècle]. Il faudra cependant attendre l'année 1821 pour que la digue gauche du Drac soit définitivement terminée jusqu’à Sassenage et que la confluence soit définitivement calée face à Saint-Egrève[16].

Aujourd'hui, les quais fontainois du Drac, gérés par un syndicat autonome (l'AD Isère-Drac-Romanche), restent sous une étroite surveillance comme le prouvent les récents travaux qui ont été effectués dans le cadre du projet "Pic Urban" qui vise à protéger les constructions urbaines contre le phénomène d'érosion interne de la digue [17].

Les ponts sur le Drac à Fontaine Durant des siècles, isolée de Grenoble par la fureur d'un torrent enfin endigué, la commune de Fontaine a fini par bénéficier de la construction de trois ponts, ceux-ci se dénomment (d'amont en aval) :

  • Le pont du Drac

Ce premier pont, qui remplace un vieux bac à traille, est ouvert au public le 7 février 1828. Son but initial était de desservir les communes du canton de Sassenage d'où son nom de pont de Sassenage ou pont à chaines en raison de sa suspension aérienne constituée de chaine. Le pont a été réalisé d'une seule travée de 133 mètres. Il sera ensuite remplacé par un pont à arches en 1938 qui subira un sabotage de la part des troupes allemandes d'occupation, lors de leur fuite en août 1944. Ce pont subira également un écroulement partiel lors d'une crue en 1954 et nécessitera une reconstruction partielle[18]

  • Le pont Esclangon

L'existence du pont Esclangon est liée à la construction de la ligne A du tramway de Grenoble. Le maître d’ouvrage, le Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération grenobloise (SMTC) décide alors de construire un nouveau pont routier en parallèle de façon à ce que la Ligne A du tramway de Grenoble puisse circuler sur le pont du Drac sur un trajet plus rectiligne. C’est un pont à caisson, à deux voies, construit et inauguré en 1986. Sa longueur totale est de 140,7 m (138 m entre appuis de rive) et de largeur 11,60 m.

  • Le pont du Vercors

Le pont du Vercors, historiquement le deuxième pont pour rallier Grenoble à Fontaine, fut autrefois dénommé pont de fer en raison du matériau choisi pour sa construction. Il est raccordé au cours Berriat par la rue Diderot et permet de rejoindre la presqu'île de Grenoble, MINATEC et le CEA. Il est livré à la circulation en 1889 et dès janvier 1895, il permet le passage d'une ligne de tramway en direction de Veurey-Voroize, puis en 1920 d'une seconde ligne en direction de Seyssins. Il sera remplacé par un nouveau pont en 1950. La mauvaise qualité du béton utilisé entraine la décision pour les autorités départementales d'y interdire la circulation des camions de plus de 5 tonnes dès le début des années 1980. Ce pont est définitivement démoli au début de l'année 1994 et remplacé par le pont actuel à 3 voies.

Les cours d'eau secondaires[modifier | modifier le code]

La petite Saulne
La petite Saulne, à la sortie du parc de la Poya

Le territoire de la commune de Fontaine, situé entre la montagne et la vallée, fut longtemps sillonné par un grand nombre de petits ruisseaux, dont certains ont disparu de la surface, à cause du développement urbain. On peut cependant retenir certains noms[19] :

  • Le Bouteillat : source au Bois des Vouillants, cours canalisé en souterrain
  • La Biollière : source au quartier des Balmes, affluent de la Grande Saulne
  • Le Ferrier ou Ferrière : source au quartier de La Poya, affluent du Vivier
  • Le Portelait : source au quartier la Poya, transformé en lavoir. Sa température très fraiche permettait de conserver frais les bidons de lait déposés dans son lit (d'où son nom)
  • La petite et la grande Saulne : source (ou résurgence) au Bois des Vouillants, affluent du Gua et du Furon, eux-mêmes affluents de l'Isère.
  • Le ruisseau de la Balme : source au quartier des Balmes, cours canalisé en souterrain
  • Le ruisseau de la Fontaine du curé : source au quartier de la Poya
  • le ruisseau de la fontaine de cents francs : source au bois des Vouillants, affluent du Vivier
  • Le Vivier : source (ou résurgence au quartier de la Poya, affluent de la petite Saulne.

Ces petits ruisseaux ont permis, autrefois, la construction de plusieurs tanneries qui furent parmi les premières industries fontainoises. Ces cours d'eau modestes, même s'ils ont été canalisés aujourd'hui, présentent des fluctuations saisonnières de type pluvial, fortement accentuées à la fin du printemps en raison de la fonte nivale. Ils ont entrainés de nombreuses inondations dans l'Histoire du village et même à notre époque [20].

La paroisse, puis la commune de Fontaine doivent leur nom à une source située à la sortie du Bois des Vouillants et dénommée la « Fontaine à cents francs ».

La plupart de ces informations publiées dans ce chapitre ont été puisées dans un journal trimestriel publiant des informations historiques sur la commune et dénommé « Mémoires »[21] .

Transports et Voies de communication[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Lignes de tramway grenoble
Plan du réseau de tramway de l'agglomération grenobloise
  • Bus et Tramway

Fontaine qui fut, autrefois, traversée par les lignes du premier réseau de Tramway de Grenoble, est toujours reliée au réseau de transports en commun de l'agglomération de Grenoble (réseau TAG), notamment par une ligne de tramway et cinq lignes de bus.

Article connexe : Tramway de Grenoble.

Des correspondances existent avec la ligne B et la ligne C, et la future ligne E, au niveau du territoire de la Ville de Grenoble :

  • La ligne de bus C9 (dite ligne "chrono") qui relie Fontaine avec le Polygone scientifique de Grenoble et la commune de Saint-Martin-d'Hères (Henri Wallon).
  • La ligne de bus 19 qui relie Fontaine avec la commune de Sassenage (l'Ovalie) et la commune de Seyssinet-Pariset (Village).
  • La ligne de bus 20 qui relie Fontaine avec la commune deVeurey-Voroize (Mairie) et la commune de Seyssinet-Pariset (Hôtel de Ville)
  • La ligne de bus 50 qui relie Fontaine La Poya avec la commune de Sassenage (Les Côtes)
  • La ligne de bus 53 qui relie Fontaine La Poya avec la commune de Noyarey (Mairie et Chatelard)

La ligne de bus 26 est une ancienne ligne qui a été supprimée le 1er septembre 2014 et dont le tracé n'a pas été remplacé sur l'ensemble du territoire communal, mais la municipalité conteste cette décision auprès du SMTC, instance intercommunale chargée de la politique de transport de l'agglomération grenobloise[22].

  • Autocars

La ligne d'autocar Transisère 5100 qui relie Grenoble à Engins, Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans traverse la commune de Fontaine (arrêt au quartier "Saveuil" et au quartier "La Poya", terminus du tramway, ligne A)

Transports individuels[modifier | modifier le code]

vélo de métrovélo
Vélos de la métro en stationnement dans un parking de Fontaine

Depuis 2013, la commune présente un système de stationnement par disque horodateur[23]

De nombreuses pistes cyclables sillonnent le territoire communal, notamment le long de la ligue du Drac et sur l'avenue Paul Langevin récemment réaménagée. La commune ne possède pas de secteur piétonnier notable, excepté (pour des raisons de commodité), l'avenue Aristide Briand dans le secteur des Fontainades ou seul le tramway peut circuler.

La Ville de Fontaine propose en partenariat avec la communauté urbaine Grenoble-Alpes Métropole deux nouveaux services pour se simplifier les transports des habitants de la commune :

  • La mise à disposition de vélos en libre service
  • La création de consignes individuelles sécurisées (box fermé pour stocker son vélo) dont un bloc est visible près de l'Hôtel de Ville de Fontaine.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare de Grenoble
Gare de Grenoble à moins d'un kilomètre de Fontaine (Pont du Vercors)

La gare ferroviaire la plus proche est la Gare ferroviaire SNCF de Grenoble, située à environ 2,5 km du centre de la commune. La gare routière est située à proximité de la gare ferroviaire. Les deux services sont reliés à la ville de Fontaine par le Tramway de Grenoble, ligne A.

Pour répondre à la demande actuelle et à la croissance prévue du trafic dans les années à venir, la gare doit faire l'objet d'un programme de restructuration important, en liaison avec le réaménagement du polygone scientifique situé entre les territoires de Fontaine et de Grenoble. L'itinéraire ferroviaire du sillon alpin (Gières-Montmelian et Valence TGV-Moirans), est en cours d'électrification[24].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Grenoble-Isère situé à environ 35 km. On peut rejoindre cet aéroport par la gare routière de Grenoble. L'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et son hub régional, quatrième aéroport français est, lui aussi, relié par une ligne de car (mise en place avec le concours du conseil régional de Rhône-Alpes), avec la gare routière de Grenoble, est situé à 85 km.

Projets de transport alternatif[modifier | modifier le code]

La Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole avait proposé en 2012 le lancement d'une éventuelle étude pour la réalisation d'un nouveau moyen transport pour le plateau du Vercors depuis Fontaine. Un téléphérique qui aurait pu relier Lans-en-Vercors avec l'agglomération grenobloise au niveau du territoire de la ville de Fontaine[25].

Ce projet a été présenté à la presse par le Président de la Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole en 2011, mais ce projet ayant fait l'objet d'une controverse au niveau politique[26], il a fini par être officiellement abandonné par la Métro, selon la une du quotidien "Le Dauphiné libéré" en date du 16 septembre 2014 (édition de Grenoble).

Voies routières[modifier | modifier le code]

Autoroute A480, échangeur de Fontaine-centre.
Route départementale 532 Grenoble - Valence, alias Boulevard Paul Langevin.

Située au cœur de l’agglomération grenobloise, le territoire de Fontaine se situe à un point de convergence de plusieurs lignes routières et autoroutières.

  • L'autoroute A480 (rocade ouest de Grenoble)

L'autoroute A480 est une autoroute urbaine totalement gratuite desservant l'Ouest de l'agglomération de Grenoble sur une distance de 12,5 km. Cette autoroute a tout d'abord porté le numéro B48 jusqu'en 1982. Un premier échangeur autoroutier relie cette autoroute avec la zone industrielle des Plans, entièrement située à Fontaine et la zone industrielle de l'Argentière située sur les territoires de Sassenage et de Fontaine :

sortie 1 : Sassenage, ZI Fontaine, Polygone Scientifique, Un échangeur autoroutier relie cette autoroute à la commune de Fontaine au niveau du Pont du Vercors :

sortie 2 : Fontaine-centre, Grenoble Gares, Europole

La vitesse sur cette rocade sous forme autoroutière, à 2×2 voies, est limitée à 90 km/h.

  • L'autoroute A48 (autoroute Lyon - Grenoble)

L’autoroute A48 est une autoroute permettant la liaison de Lyon à Grenoble. Elle est connectée avec l'A480 juste avant l'échangeur de Sassenage - ZI Fontaine. Elle est surnommée l'Autoroute du Dauphiné. Elle est gérée par les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (SAPRR) et AREA.

  • L’autoroute A49 (autoroute Valence - Grenoble)

L'autoroute A49 est une autoroute qui relie Romans (Valence) à Grenoble. Elle se raccorde à l'A48 à l'entrée de l'agglomération grenobloise juste avant le péage de Voreppe

L'ancienne route nationale 532 ou RN 532 est une route nationale française reliant Saint-Péray (Ardèche) à Grenoble (Isère). En 2006, la RN 532 a été déclassée dans le département de l’Isère en RD 1532.

Cette route traverse le territoire de Fontaine depuis le Nord-Ouest (commune de Sassenage) vers le Sud-Est (commune de Seyssinet-Pariset) sous la dénomination d'avenue Paul Langevin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Fontaine.svg

Blason de Fontaine: Tranché: au premier d'or au faucon d'azur allumé d'or et longé de gueules, au deuxième de sinople à une fontaine héraldique d'argent remplie de gueules et traversée de trois sources aussi d'argent.
À noter que Fontaine a été une paroisse dépendante du Prieuré de Notre-Dame des Vignes (Les Côtes-de-Sassenage) et appartenant à Eymar de Fontaine, gentilhomme de la terre de Sassenage. cette famille avait un blason à trois faucons d'argent au fond d'azur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Fontaine vient de "Fontanis", terme apparu au XIIe siècle. La paroisse, puis la commune tire son nom du latin « Fontana » (la fontaine ou la source) qui n'était autre que la fontaine de cent francs, petit ruisseau qui alimentait autrefois l'ancien village[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Extension de la culture magdalénienne en France.
Extension de la culture magdalénienne en France

De par ses nombreux sites archéologiques, Fontaine a une relative importance dans la Préhistoire des Alpes. En effet, à l'époque du Magdalénien (15 000 à 13 000 ans av. J.-C.), la grotte de Glos a abrité des chasseurs de bouquetins, de rennes et de castors : au-dessus des couches de silex a été découverte une sépulture datant du Néolithique, ornée d'une défense de sanglier. L'abri de Barne-Bigou, situé au pied des falaises, a également été habité au Néolithique, à l'âge du bronze et à l'âge du fer. Sur le plateau des Vouillants, dans un scialet situé à 22 mètres de profondeur, des corps inhumés datant de la fin de l'âge du bronze (XIIIe ou XIIe siècle av. J.-C.) ont été découverts. Ils étaient accompagnés de splendides vases, conservés au Musée dauphinois depuis 1967. Enfin, à l'Échelette, une sépulture de femme datant du VIe ou Ve siècle av. J.-C. a été exhumée.

Du Moyen Âge au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Pont du Vercors en 1895.
Pont du Vercors en 1895

Fontaine est longtemps demeuré un petit village adossé aux derniers contreforts du Vercors à l'abri des crues dévastatrices du Drac, affluent de l'Isère. Le village n'a connu son essor qu'après l'endiguement de cet important torrent alpin et la construction.

En 1753, le village et la région de Grenoble connaisse le premier tremblement de terre dont l'Histoire ait gardé trace[28].

En 1827, un premier pont (projet établi en 1808) situé au bout de l'actuelle avenue Aristide Briand relie la commune de Fontaine à Grenoble. De nouvelles constructions font alors leur apparition dans la plaine alluvionnaire.

Le 16 février 1863, la commune de Fontaine est amputée d'une partie de son territoire situé sur la rive droite du Drac, au bénéfice de la ville de Grenoble, qui s'attribue toute cette rive du torrent, appliquant ainsi une loi impériale promulguée 6 mois auparavant [29].

En 1889, un nouveau pont entièrement ferré, situé au niveau de l'actuelle avenue du Vercors est ouvert à la circulation. Celui-ci permettra quelques années plus tard le passage du tramway qui relie Grenoble à Veurey-Voroize puis à Villard-de-Lans. Un bureau de poste, situé à proximité de la ligne de tramway est ouvert en 1895 [30].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Place Louis Maisonnat en 1973.
Place Louis Maisonnat en 1973

Dès la fin du XIXe siècle, Fontaine devient une banlieue industrielle (tannerie, ganterie) et voit sa population croitre rapidement. Coincée entre le Drac et le Vercors, la ville ne s'étend aujourd'hui quasiment plus et sa population reste constante depuis la fin des années 1960.

L'année 1933 connait les premiers travaux d'adduction et de distribution d'eau potable. La première colonie de vacances est créée au Percy en Trièves. L'année 1951 connait les premiers feux tricolores de circulation, l'année suivante, les lignes de tramway sont supprimées. En 1954 Fontaine ouvre sa première école maternelle, Danièle Casanova et sa bibliothèque en 1957. La première piscine municipale est inaugurée la première année. La MJC est créée au Château Borel en 1960.

En 1986, les maires de Grenoble et de Fontaine inaugurent le Pont Esclangon, troisième pont de la commune la reliant avec le chef-lieu de l'Isère.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La résidence Les Floralies, située dans le quartier Hôtel de Ville - Alpes - Mail Cachin est le plus grand ensemble de Fontaine et elle compte environ 2600 habitants. La cité est classée en Zone urbaine sensible par le ministère du logement[31].

En 2008, la commune de Fontaine devient une "ville porte" du "Parc naturel régional du Vercors. En février 2012, le conseil municipal de Fontaine inaugure la salle de spectacle de "La Source"[30].

À noter le lancement d'une éventuelle étude sur un nouveau moyen transport pour relier Fontaine avec le massif du Vercors le téléphérique qui pourrait relier Lans-en-Vercors avec l'agglomération grenobloise[32] Une étude a été proposée par la Métro (Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole), mais le projet actuel fait l'objet d'une certaine controverse[26]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 22 175 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 395 546 641 673 733 857 895 885
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
839 1 016 889 1 068 1 082 1 226 1 252 1 349 1 530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 785 1 952 2 211 2 930 4 808 6 722 7 073 7 594 8 817
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
15 102 22 236 25 036 22 827 22 853 23 323 22 936 22 175 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2004[34].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le maire actuel de la commune est Monsieur Jean-Paul Trovero (PCF), élu jusqu'en mars 2020. Il est assisté dans sa fonction par 10 maires adjoints : Alain Grasset (1er adjoint, chargé du développement urbain, environnemental et durable), Sylvie Baladacchino (2e adjointe, chargée de la jeunesse et des sports et à la vie associative), Laurent Jadeau (3e asdjoint, chargé de l'éducation et de l'enfance), Muriel Chaffard (4e adjoint, chargée de la cohésion sociale et du logement), Richard Varonakis (5e adjoint, chargé du personnel, des finances et des affaires générales), Claudine Didier (6e adjoint, chargé de la politique de l'égalité de la citoyenneté et de l'insertion), Michel Antoniakos (7e adjoint, chargé de l'aménagement, de l'urbanisme, du foncier et de l'habitat), Marie Menut (8e adjointe, chargée du développement économique, de l'économie sociale et solidaire et des locaux d'activités), Brice Di Gennaro (9e adjoint, chargé de la culture, aux nouvelles technologies de l'information et de la communication) et Marie Amore (10e adjointe, chargé de la politique de prévention et de la santé publique).

La première action de Jean-Paul Trovero fut d'augmenter sa rémunération de maire à 4356 euros. Ce qui est plus que l’indemnisation du maire de Grenoble (4 219 euros)

Le conseil municipal est actuellement composé de 4 groupes politiques, composés, eux-mêmes, de 35 membres (24 membres de la majorité PCF et DVG, et 11 membres dans l'opposition, dont 5 élus PS, 3 élus UMP et 3 élus FN).

Le Conseil Municipal compte en son sein 4 conseillers communautaires siégeant à l'assemblée de la Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole, il s'agit de Madame Baldacchino, et de Messieurs Trovero (maire), Dutroncy et Thoviste, ce dernier étant conseiller municipal d'opposition.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La liste entière des maires de la commune depuis 1789 est visible sur un panneau installée dans le hall de la mairie de Fontaine.

Liste des maires successifs depuis 1900
Période Identité Étiquette Qualité
1892 1904 Joseph Bertoin    
1908 1908 Eugène Charbonnier    
1908 1910 Henri Roudet    
1910 1912 Eugène Charbonnier    
1912 1920 François Janolin    
1920 1924 Jules Arthaud    
1924 1944 Auguste Ponson    
1944 1945 Jules Vallier    
1945 1947 Julien Touche    
octobre 1947 mars 1959 Léon Pinel PCF Conseiller général du Canton de Sassenage (1949-1967)
mars 1959 novembre 1984 Louis Maisonnat PCF Conseiller général du Canton de Sassenage (1967-1985)
novembre 1984 mars 2014 Yannick Boulard PCF Conseiller général du Canton de Fontaine-Sassenage (1985-1992)
mars 2014 en cours Jean-Paul Trovero PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Lors de la dernière élection municipale de 2014, Yannick Boulard, le maire de la commune, ne se représentant pas, c'est son premier adjoint Jean-Paul Trovero qui est tête de liste et représente donc la majorité municipale sortante. Celui-ci est mis en ballottage au premier tour, et le second tour se présente sous la forme d'une élection quadrangulaire. À l'issue de cette première, pour un scrutin fontainois, Monsieur Trovero est élu[35].

Nombre de voix Pourcentage
Jean-Paul Trovero (Fontaine au cœur nous rassemble) 2 700 33,41 %
Laurent Thoviste (Ambitions pour Fontaine) 2 445 30,25 %
Franck Longo (Vivons Fontaine autement) 1 548 19,15 %
Antonin Sabatier (Fontaine bleu marine) 1 387 17,16 %


Lors de la précédente élection municipale de 2008, Yannick Boulard, le maire sortant de la commune, élu sans discontinuer depuis 1984, est mis en ballottage et le second tour se présente sous la forme d'une élection triangulaire, à la suite d'une opposition au sein même de la majorité municipale de gauche. Le maire sortant est réélu avec seulement 85 voix d'avance.

Nombre de voix Pourcentage
Yannick Boulard (Fontaine Unie) 3 010 42,16 %
Laurent Thoviste (Fontaine innovante) 2 925 40,97 %
Evelyne De Caro (Les nouvelles énergies pour Fontaine) 1 204 16,87 %

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Lors de la dernière élection présidentielle de 2012, François Hollande, candidat socialiste a obtenu près de 3000 voix d'avance sur son adversaire de droite, Nicolas Sarkozy confirmant encore une fois le fort ancrage de l'électorat de Fontaine à gauche. L'abstention reste assez limitée autour de 20%.

Nombre de voix Pourcentage
François Hollande (Parti socialiste) 6 449 64,85%
Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire) 3 495 35,15 %

Services publics[modifier | modifier le code]

Hôtel de Ville de Fontaine
Hôtel de Ville de Fontaine.
Bibliothèque de Fontaine.
Bibliothèque de Fontaine.

De nombreux services administratifs, sociaux et culturels sont proposés par la mairie, d'autres administrations et des associations au niveau du territoire de la commune de Fontaine :

  • SERVICES ADMINISTRATIFS
    • Une mairie et ses différents bureaux (dont l'état-civil), située au centre du territoire urbain. (l'hôtel de ville? situé au centre du territoire communal, présente 12 services différents à la disposition des usagers) :
      • Service de l'Éducation et Service des Sports/Vie éducative
      • Service de la Culture et Service de la Documentation et des Archives
      • Service du Développement économique et Service Financier
      • Service Environnement et service des Risques Majeurs
      • Service Aménagements, Urbanisme et Déplacements
      • Service Développement Social Urbain, Vie des Quartiers (DSU)
      • Service Démocratie Participative et Service de l'eau
    • Une direction des services techniques (située allée de Gève)
    • Un service de prévention et de médiation :
      • Le service de médiation de la commune est ouvert dans le sens d'une démarche d’accompagnement pour un règlement amiable des conflits entre citoyens (même de nuit). Ce service travaille en étroite collaboration avec les acteurs de la vie locale tels que les bailleurs sociaux, les syndics de copropriétaires, les services municipaux et les autres acteurs de prévention (Police municpale, Police Nationale)[36] Ce service propose également une permanence du conciliateur de Justice et une permanence d'avocat.
    • Une agence du Trésor public (situé près du centre nautique, boulevard Paul Langevin)
    • Deux bureaux de poste
      • Un bureau principal, situé près de la mairie (mail Marcel Cachin).
      • Un bureau secondaire, situé dans le quartier Louis Maisonnat
    • Un centre communal d'action sociale (situé rue de la liberté)
    • Un bureau de police municipale (situé rue Jean Bocq dans le quartier Louis Maisonnat)
    • Un bureau de police nationale (situé Mail Marcel Cachin, face à la poste)
    • Le Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de l'Isère est implantée sur le territoire de la commune à la ZI des Vouillants
    • Un bureau de pôle emploi (située mail Marcel Cachin, près de la mairie)
    • Un Pôle d'information Jeunesse (PIJ)
      • Espace destiné aux jeunes fontainois situé avenue Aristide Briand, comprenant un lieu d'écoute et un lieu d'accompagnements de projets.
    • Un centre de sécurité sociale de la caisse primaire d'assurance maladie et son service social situé, rue du centre (près de l'avenue du Vercors)
  • SERVICES SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX
    • Deux centres sociaux
      • Centre social Romain Rolland, situé dans la partie nord de la commune.
      • Centre social George Sand, situé dans la partie sud de la commune.
    • Un Service communal d'hygiène et de santé (SCHS)
      • Ce service situé place des Écrins comprend un centre de vaccination et un centre de planification et d'éducation familiale
    • Trois maisons de retraite
      • La Résidence la Roseraie
        • Foyer logement (70 appartements) non médicalisé
      • La Résidence la Cerisaie
        • Foyer logement (74 appartements) non médicalisé
      • La Résidence l'Eglantine
        • E.H.P.A.D Public 40 lits (accueil P.A Alzheimer). Habilité à l’aide sociale
  • SERVICES CULTURELS
    • Une bibliothèque municipale (située au coin de l'avenue du Vercors et de la rue Jean Jaurès)
      • Le bâtiment de la bibliothèque municipale Paul Éluard propose des salles sur deux niveaux, dont un consacré aux livres pour enfants. Le bâtiment abrite également un espace multimédia qui gère et organise des initiations sur l'utilisation du réseau internet et la bureautique[37]
      • Un médiabus ou bibliobus, véhicule spécifiquement aménagé pour servir de bibliothèque itinérante et sillonnant tous les quartiers de la ville pour le prêt de livres commandés par des adhérents de la bibliothèque municipale.
    • Un espace municipal d'art contemporain dénommé le "VOG" (situé près du Pont du Drac)
      • Le VOG, établi en lieu et place d'un ancien cinéma, a pour vocation de faire connaitre divers artistes et de faire connaitre les différentes formes de l'art contemporain au public. Des vernissages, des rencontres avec les artistes et des conférences sur histoire de l'art y sont organisés périodiquement.
    • Une maison du temps libre (située mail Marcel Cachin)
      • La MTL dépend du "Pôle jeunesse", la structure permet des animations pour les jeunes de 11 à 17 ans.
    • Une maison de la jeunesse et de la culture (située 39, avenue Joliot-Curie)
      • La MJC est une association d'éducation populaire ouvert à tous et à toutes. Son conseil d'administration est composée de 17 membres bénévoles Son fonctionnement se base sur trois activités principales[38] :
        • l'action enfance, pour les jeunes de 6 à 11 ans qui propose des ateliers d'apprentissage ludique avec un choix diversifié.
        • l'action jeunesse et initiatives pour les jeunes de 12 à 25 ans qui propose des ateliers artistiques diversifiés, tels que la danse, le théâtre et les arts créatifs.
        • l'action adulte pour les associations accueillies au sein de la MJC et qui propose également divers ateliers (chorale, arts plastiques, etc.)
  • SERVICES ENFANT ET PETITE ENFANCE
    • Trois crèches et trois Halte-Garderies
      • Crèche municipale "Léa Blain"
      • Crèche municipale collective "Bleu cerise"
      • Crèche parentale associative "mosaïque"
      • Halte-Garderie "Les cabris"
      • Halte-Garderie "Romain Rolland"
      • Halte-Garderie "George Sand"
    • Dix huit écoles maternelles et primaires (voir chapitre enseignement)
    • Un espace petite enfance
      • Il s'agit d'un lieu réservé aux enfants de 0 à 6 ans comprenant une ludothèque, un « lieu d'accueil enfants-parents », un « lieu relais pour les assistantes maternelles » et un « accueil loisir » pour les enfants de 3 à 5 ans dénommé « espace 3 pom »
  • AUTRES SERVICES
    • Des jardins ouvriers, dénommés « écojardins fontainois », ont été créés sur une ancienne parcelle maraîchère rachetée par la mairie. L'objectif principal de leur création est de permettre à des citoyens de la commune de pratiquer le jardinage dans un cadre collectif et de favoriser le contact entre eux[39].
      • Ces jardins, propriété exclusive de la mairie, sont tous situés dans le même secteur (La Poya) et présentent 89 parcelles cultivées de dimension modeste (entre 25 et 50 m2), pour une surface globale de 4 500 m2. Leur usage productif (légumes et fruits) doit rester écologique (ni engrais, ni pesticide) Il est assuré par des habitants de la commune sous la forme d'une gestion associative. Un rucher, géré sur le même principe, a également été installé près de ces jardins. Après le succès de cette initiative locale, des installations d'écojardins de même nature sont prévues dans d'autres quartiers de Fontaine.
    • Un comité d'habitants
      • Au titre de la démocratie participative, La municipalité de Fontaine a mis en plan dés l'an 2000, un comité d'habitants pour, à priori, favoriser l'échange entre les habitants, les élus et les services municipaux sur des sujets d’intérêt communal ou des sujets de société. Des rencontres à thèmes sont organisées régulièrement[40].
    • Un syndicat intercommunal : le STIPI qui gère un réseau informatique et un réseau de bibliothèque de plusieurs villes du département[41].
    • Une déchèterie, gérée par la Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole, est située dans la Zone Industrielle des Vouillants : celle-ci accepte tout type de déchets, y compris les encombrants et les déchets d'activité de soins à risques infectieux (DASRI)[42]
    • Une aire d'accueil des gens du voyage est située rue du Sornin (secteur de l'Argentière).

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Fontaine présente sur son territoire 9 écoles maternelles, 9 écoles primaires, 2 collèges et 1 lycée.

Enseignement primaire[modifier | modifier le code]

École paul langevin
École Paul Langevin

En 2013, plus de 2 100 enfants sont scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires de Fontaine[43].

Le service municipal chargé de l'éducation (situé à l'Hôtel de ville) gère et assure les inscriptions dans les écoles publiques et en garderie périscolaire. Ce service gère l'ensemble des ATSEM, agents d'entretien et de restauration intervenant dans les écoles.

La mairie propose sur son site un projet éducatif local mis en place en 2001 pour donner les mêmes chances de réussite scolaire à tous les élèves de la commune, quel que soit leur milieu social ou leur origine.

La mairie assure un service de restauration scolaire pour l'ensemble des écoles dont elle a la charge.

Voici la liste exhaustive des écoles publiques implantées sur le territoire de la commune :

  • Les écoles maternelles

La commune compte 9 écoles maternelles

École Anatole France, rue des Alpes / École Danielle Casanova, Quai du Drac

École Jeanne Labourbe, rue de la République / École Marguerite Tavel, rue Marguerite Tavel

École Marcel Cachin, rue Jules Guesde / École Maurice Audin, rue Garibaldi

École Paul Langevin, rue George Sand / École Pont du Drac, rue Gabriel Péri

École Robespierre, rue des Buissonnées

  • Écoles primaires

La commune compte également 9 écoles primaires

École Anatole France, rue des Alpes / École de l'ancienne mairie, place Henry Chapays

École des Balmes, avenue Lénine / École Jeanne Labourbre, rue de La République

École Jules Ferry, quai du Drac / École Marcel Cachin, rue Jules Guesde

École Paul Langevin, rue Paul Eluard / École Pont du Drac, 6 bis, rue de la Liberté

École Robespierre, rue des Buissonnées

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Collège Jules Vallés
Collège Jules Vallés

La commune abrite sur son territoire deux collèges et un lycée professionnel.

Les Collèges

Allée des Plans

rue Léon Pinel

Le Lycée

rue de la République

Le Lycée Jacques Prévert propose des cycles de formations professionnelles sur les thèmes suivants :

  • Service polyvalent de restauration (C.A.P)
  • Maintenance et d'hygiène des locaux (C.A.P)
  • Hygiène et environnement (Bac Pro)
  • Métiers du pressing et de la blanchisserie (C.A.P)
  • Métiers des Soins à la personne
    • Coiffure (C.A.P)
    • Esthétique (C.A.P)
    • Esthétique, cosmétique et parfumerie (Bac Pro)
  • Gestion et administration (B.E.P et Bac Pro)

Le Lycée d'Enseignement Général Aristide Bergès est, quant à lui, situé sur le territoire de Seyssinet-Pariset

Santé[modifier | modifier le code]

La ville de Fontaine accueille sur son territoire les structures sanitaires suivantes :

  • un service communal d'hygiène et de santé comprenant :
    • un centre de vaccination;
    • un Centre de planification et d'éducation familiale;
    • un service d'accompagnement santé;
  • un centre médico-psychologique enfants et adolescents;
  • un centre de consultation psychothérapique pour adultes;
  • un centre de jour pour adultes;
  • un centre médico-sportif;
  • un centre médico-scolaire;
  • un Hôpital de jour pour enfants;
  • un service de santé au travail (la METRAZIF)[44].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Fontaine accueillait en 2010, 1363 établissements sur son territoire. La répartition des établissements par secteur d'activité en 2010 se présentait ainsi :

  • secteur primaire : (activités agricoles) : 0,7 %
  • secteur secondaire : (activités industrielles et du BTP) : 23 %
  • secteur tertiaire : (Bureau et services) : 76,3 %

L'ensemble de ces secteur proposent 7 189 emplois (chiffres INSEE 2007)

Secteur artisanal et commercial[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de la ZI des Vouillands.
Panneau d'entrée de la ZI des Vouillands

Le territoire de la commune de Fontaine comprend :

  • un centre commercial (Hypermarché Géant Casino) avec quelques commerces et une cafétéria, une grande surface d'ameublement (But)dans le secteur de la Poya.
  • un supermarché dans le secteur des Vouillands et un autre près de la place Louis Maisonnat.
  • deux quartiers commerçants (Saveuil et Louis Maisonnat) comprenant des agences bancaires, des cafés-bars, des restaurants, des boulangeries et divers autres commerces de proximité.
  • le boulevard Paul Langevin qui traverse la commune depuis Sassenage en direction de Seyssinet-Pariset présente de nombreux concessionnaires automobiles et motocyclistes, des accessoiristes et commerces de véhicules d'occasion.

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Le territoire communal présente trois zones géographique d'activité, en dehors des zones commeciales déjà citée.

  • La Zone d'activités des Vouillands, dont les principales entreprises sont :
    • le SEM Vercors Restauration (restauration d'entreprise)
    • le SDIS de l'Isère (Service départemental)
    • Portalp France (installation portails)
    • Serpollet Dauphiné (installation électrique)
    • Electroclim (installation de climatisation)
    • Cémex Béton (BTP)
  • la Zone économique les Plans, dont les principales entreprises sont :
    • Groupe Pierre Le Goff (papeterie et articles de bureau)
    • Dubourgel Grange (concepteur plasturgiste)
    • Eiffel Industrie (outillage industriel)
    • Baret SA (fournitures industrielles)
  • La Zone économique de l'Argentière, dont les principales entreprises sont :
    • MG Connex (Equipement automobile)
    • Socabel (matériel industriel)
    • Monsieur Pneu (équipement automobile)

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église de la Nativité.
Église de la Nativité

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

La ville de Fontaine dispose de deux églises de culte catholique (nom de la paroisse : "Saint-Michel du Drac"):

Ce bâtiment religieux faisait partie du mandement de la baronnie de Sassenage. L'église s'apparente au style roman. À l'extérieur, au-dessus de la porte d'entrée, se trouve une sculpture représentant la confrérie des pénitents célébrant l'office. Fermée en 1910 à la suite d'un litige avec la municipalité, L'église fut rouverte au culte en 1934, avec l'arrivée du Père Vincent, connu, plus tard, à Fontaine et dans la région comme un résistant. Surnommé le "curé terroriste" par l'occupant nazi durant la guerre, sa tête fut mise à prix pour un million de francs par les autorités d'occupation allemandes. Cette église ancienne fait partie du patrimoine municipal, son entretien est donc à la charge de la mairie.

  • L'église de Saint François d'Assise:

Cette église a été créée au début du XXe siècle dans le quartier de Saveuil, rue de la liberté. Le fort accroissement de la population de ce quartier durant cette période a entrainé une décision diocésaine de construire une nouvelle église. La fermeture d'une tannerie permettra de libérer un terrain. En 1959, l'évêché fit bâtir cette l'église qui fait donc partie de son domaine et non du patrimoine communal[45].

  • La ville dispose également d'autres lieux de culte :
    • La Mosquée de Fontaine est située dans l'avenue du Vercors. Ce lieu de culte est gérée par une association.
    • Un lieu de culte évangélique est situé dans le quartier Louis Maisonnat. Ce lieu de culte est également géré par une association.

La commune ne dispose pas de synagogue mais un lieu de culte juif existe dans la ville voisine de Grenoble

Bâtiments historiques[modifier | modifier le code]

Le château des Balmes
Le château des Balmes (aujourd'hui office municipal des sports)
  • Le château des Balmes (ou Borel)

La date de construction reste inconnue, mais on sait cependant grâce aux archives départementales que durant le XVe siècle, ce château a eu pour propriétaire Jean Achtuyer, notaire delphinal à Grenoble. Sa famille en resta propriétaire jusqu'au milieu du XVIe siècle. Le château a appartenu ensuite à la famille de Chaulnes dont le membre le plus connu fut Antoine de Chaulnes, président des Finances du Dauphiné et coseigneur de Pariset.

Le château eut ensuite de nombreux propriétaires dont, en 1834, l'écrivain grenoblois Edmond Badon, coauteur d'un vaudeville avec le dramaturge Lockroy dénommé Un duel sous le Cardinal de Richelieu qui intéressa un temps l'auteur d'opéra Gaetano Donizetti mais qui préféra en fait composer l'opéra Adelia.

La demeure changea ensuite encore de propriétaires, et fut durant quelques années, la propriété d'un certain Borel (d'où le nom quelquefois attribué au château) et qui préféra enfin la céder à la municipalité de Fontaine. Celle-ci y installa la maison des jeunes, puis à la fin des années 1970, l'office municipal des sports [46].

  • Le Château de la Rochette (ou de Planta)
Château de la Rochette
Château de la Rochette, (aujourd'hui Résidence étudiante)

Ce château, ou maison forte fut édifié par Jacques de Sassenage, seigneur du lieu pour le compte de son fils Claude[47].

Au XVIIIe siècle, le château passa dans le giron de la famille Falquet de Planta, famille originaire de Seyssel mais installée dans le Dauphiné dès le XVIIe siècle.

Après de nombreux changements de propriétaires et surtout l'acquisition par la commune d'une grande partie de son domaine (notamment pour y construire l'ancienne mairie), le château passa finalement dans les mains de la famille Dotto, dont l'entreprise de travaux publics exploitait les carrières de Fontaine.

En 1945, le château devint propriété de l'union paroissiale de Fontaine qui le céda à la commune. En assez mauvais état, l'ancienne demeure seigneuriale a pu être restauré et réaménagée grâce à une association de sauvegarde du site. Depuis 2012, le château de la Rochette est une belle résidence étudiante, composée de 47 logements et gérée par un office public d'habitation à loyer modéré local[48].

Equipement Culturel[modifier | modifier le code]

Salles de spectacle

  • Salle Jean Jaurès

salle de cinéma municipale située derrière la bibliothèque municipale

  • Salle Edmond Vigne

salle de spectacle consacrée à l'animation culturelle et musicale, située derrière le collège Jules Vallès

  • La Source / École de Musique[49]
    • Equipement municipal à dominante musicale, La Source développe un projet culturel, pédagogique et artistique ouvert à tous les habitants de Fontaine et de l'agglomération grenobloise. L'établissement présente notamment :
      • Une École de musique, classée Conservatoire à Rayonnement Communal.
      • Deux studios de répétitions ouverts aux groupes de musiciens, amateurs ou professionnels
      • Trois salles de spectacles dont un auditorium de 119 places assises) pour les musiques acoustiques (musique classique, jazz…), un ampli de 220 places debout pour les musiques amplifiées (Rock, Rap…), et une grande salle pour les spectacles de plus grande envergure (de 400 à 600 personnes).

Equipement sportif[modifier | modifier le code]

Stade M. Thorez
Stade Maurice Thorez
Stade Pierre de Courbertin
Stade Pierre de Coubertin
  • Gymnase et stade Maurice Thorez

76 Allée des Balmes
- Le stade Maurice Thorez, situé près du centre nautique de Fontaine, non loin du Parc Karl Marx, est le stade attitré de l'ASF Football créée en 1945 et affiliée à la Fédération française de football, ce club joue en Ligue Rhône-Alpes[50]. Le stade, étant équipe d'une piste d'athlétisme, il accueille également les membres de l'équipe de l'ASF d'athlétisme[51]
- Le gymnase, contigu au stade, accueille, quant à lui, les membres de l'équipe de l'ASF Twirling bâton pour certains de leurs entrainements.

  • Gymnase et stade Marcel Cachin

38, mail Marcel Cachin
- Cette salle accueille pour leur entrainement, les membres de l'ASF tennis de table.

  • Gymnase Jules Vallès

23, rue des Alpes
- Equipement sportif situé rue des Alpes, à proximité du collège du même nom et contigu à la salle Edmond Vigne, sa construction date de 1978. Le gymnase est principalement réservé au élèves du collège. Il accueille également des activités l'école municipale de sport

  • Tennis couverts Hector Berlioz

5, rue Hector Berlioz
- Cet ensemble sportif consacré au tennis héberge deux complexes : 4 courts extérieurs éclairés et 2 courts intérieurs. les deux courts intérieurs d'entraînement simple, ou un seul court homologué en double, en résine et un terrain de mini-tennis depuis septembre 2012. Cet équipement héberge l'ASF Tennis affilié à la fédération française de tennis[52].

  • Gymnase Gérard Philipe

2, allée des Plans

- Equipement sportif situé à proximité du collège Gérard Philipe, le gymnase date de 2008. Il est constitué d’une grande salle de sport de 1 196 m2 de surface d'évolution avec 300 places en gradins. Le gymnase est principalement réservé aux élèves du Collège. Il accueille également des activités de l'école municipale de sport et les compétitions de l'ASF Handball

  • Gymnase et stade Robert Vial

2, allée de Gève
- Cet ensemble sportif située dans le quartier des Buissonnées, au nord du territoire, accueille l'association de gymnastique de Fontaine.

- Installation sportive située allée des Balmes et son équipement est partagé en commun avec les associations sportives de la commune de Seyssinet-Pariset.

  • Stade Pierre de Coubertin

12, rue de Sassenage

- Le stade Pierre de Coubertin est le stade attitré de l'ASF Rugby, club de rugby à XV évoluant en honneur régional et qui comptent plus de 150 licenciés et 14 éducateurs diplômés de la Fédération française de rugby à XV. L'infrastructure est située dans le nord du territoire communal près de la nouvelle ZI des plans [53].

  • Halle aux sports

80, rue Charles Michels

- Cet équipement, (Boulodrome de Fontaine), situé près du mail Marcel Cachin, accueille principalement l'amicale Boule Curie Fontaine en leur offrant 8 espaces de jeux couverts. Ce bâtiment accueille également La 1re Compagnie de tir à l'arc, dénommée ASF-Les Archers du Drac[54].

  • Salle d'évolution sportive

36bis, av. Jean-Jaurès

- Equipement très récent (bâtiment construit en 2012) consacré aux arts martiaux. Le dojo (240 m2 de surface de pratique), qui accueille l'ASF d'aïkido, est situé entre le quartier de Saveuil et la place Louis Maisonnat[55]. L'association est affiliée à la Fédération française d'aïkido, aïkibudo et affinitaires.

Site d'escalade
Site d'escalade des Vouillands
  • Site d'escalade des Vouillands

ZI des Vouillands - Ce site est situé aux pieds des falaises, non loin du SDIS38, Les voies d'escalade sont principalement constituées en dalles avec, comme particularité, la présence de silex enchâssés [56].

  • Centre Nautique Lino Refuggi

76, Allée des Balmes
La piscine de Fontaine est équipée d'un espace couvert et d'un espace de plein air ouvert en été. L'infrastructure est située au sud-ouest de la commune près du parc Karl Marx et de la ZI des Vouillants. Elle abrite également les entrainements du club local de l'ASF Natation.
Cette infrastructure communale présente :
- 1 bassin de compétition 6 lignes d'eau de 25 m sur 16 m, pour la pratique sportive, d'une profondeur de 1,80 m
- 1 bassin d'apprentissage de 10 m sur 8 m, ludique et pour l'aquagym d'une profondeur de 0,40 à 1 m
- 2 Bassins extérieurs (1 bassin sportif de 25 m sur 20 m) d'une profondeur de 0,8 à 1,5 m et 1 pataugeoire (6 m de circonférence) d'une profondeur de 0,1 m.
- Un élévateur mobile électro-hydraulique est mis à disposition des personnes handicapées [57]

Parcs et Jardins Publics[modifier | modifier le code]

L'arbre penché du parc de la Poya.
L'arbre penché du parc de la Poya
Parc Karl Marx.
Parc Karl Marx, un soir d'été

La commune de Fontaine présente 7 squares et 6 parcs ou jardins publics sur son territoire. En tenant compte de la partie montagneuse la commune compte donc environ 40% d'espaces verts. La liste ci-dessous présente ces parcs par ordre croissant de superficie.

  • Le Parc de La Poya

Ce parc paysager naturel est proche du bois des Vouillands[58]. Accessible par le tramway ligne A (arrêt La Poya). On peut y découvrir dans un cadre champêtre de nombreux arbres centenaires d'essences variées dont des cèdres, des chênes et des platanes. Une grande allée centrale conduit à un ancienne grande demeure familiale dénommé "Château de la Rochette" (datant de la fin du XVe siècle). La présence de chiens et de vélos est interdit, toutefois une partie du parc situé à l'entrée a été aménagé en Bike-Park pour les jeunes adeptes de cette activité.

Anciennement parc du château des Balmes(datant du début du XVe siècle), encore visible aujourd'hui, sous l'appellation de "château Borel", nom de son dernier propriétaire qui le vendit à la commune. Ce Parc, ses jardins et ses terrains de tennis, situé aux confins du territoire communal, au pied des falaises du Vercors, est d'ailleurs partagé avec la commune de Seyssinet-Pariset

Ce parc, qui est le troisième parc par sa grandeur (15 907 m2), est situé entre le mail Marcel Cachin et la place des Écrins.

Ce nouveau parc d'une superficie de 5 743 m2 présente un coin aménagé et sécurisé de jeux pour les enfants, un terrain réservé aux jeux de balle et un espace de détente pour les adultes. Il est situé a l'angle de la rue des Buissonnées et du boulevard Joliot-Curie.

Ce parc, de dimensions assez modestes, est situé en face de l'Hôtel de ville à l'angle des deux principales avenues de Fontaine : l'avenue du Vercors et l'avenue Aristide Briand. Il est souvent utilisé pour les photos de mariage.

  • Le Parc Dragon

Ce petit parc est situé derrière l'arrêt de tramway (ligne A) des Fontainades», avec des jeux pour enfants. Il porte le nom d'une ancienne usine démolie après sa fermeture et à laquelle il s'est substitué.

Le Bois des Vouillands n'est pas un parc public, mais une zone boisée naturelle dominant Fontaine et appartenant au massif du Vercors. Il est conventionnellement rattaché Parc naturel régional du Vercors (voir le chapitre suivant : "patrimoine rural et montagnard").

Les sept squares de Fontaine sont :

  • le square de Schmalkalden (plus petit square de Fontaine, au coin de la rue de la Liberté et de l'avenue Aristide Briand)
  • le square Komarov (avenue du Vercors, face à la MJC)
  • le square Louis Maisonnat (bientôt remplacé par un supermarché et son parking)
  • le square André Hermitte (rue Joseph Bertoin, non loin du collège Gérard Philipe)
  • le square Jean Jaurès (entre la salle Jean Jaurès et la bibliothèque municipale)
  • le square Monmousseau (entre l'arrêt de tramway "Hôtel de Ville" et la salle de spectacle "La Source")
  • le square Paul Eluard (proche du centre social George Sand)

Patrimoine rural et montagnard[modifier | modifier le code]

Le Bois des Vouillants

La partie de la commune, dénommée le "Bois de Vouillants", correspond aux premiers contreforts du Massif du Vercors sur lesquels s'étend la partie la plus élevée du territoire communal. Ce secteur, couverts de forêts et de prairies, présente une flore et une faune relativement importantes malgré sa forte proximité avec la zone urbaine de Fontaine[59]. Au niveau de la couverture forestière de cette zone, on peut découvrir notamment certaines espèces d'arbres :

Au travers d’une convention forestière, la communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole et les communes ont confié à l’Office national des forêts (ONF) la gestion du site : entretien, nettoyage, surveillance des espèces sauvages.

Il y est interdit de pratiquer des feux de bois, que ce soit pour un pique-nique ou toute autre activités festives. La pratique de la moto tout terrain ou quads est également proscrite.


Les sentiers de randonnée et leurs sites : Tous les lieux, indiqués ci-dessous, sont des buts de randonnées, dont les points de départ sont tous indiqués depuis la station de tramway "Fontaine la Poya" par des panneaux jaunes et verts installés à la sortie de la plateforme de la station et tout le long du parcours forestier, notamment dans le parc de la Poya et dans le Parc Karl Marx.

Panneaux indicateurs de sentiers.
Panneaux indicateurs de sentiers aux Vouillants
Le « scialet du bois des Vouillants 
Un scialet est une cavité se présentant comme un gouffre, d'origine karstique dans la zone dialectale francoprovençale du Dauphiné et de la Savoie. En pays gavot on appelle cela également un chourum et un aven, dans le Languedoc. Le scialet du bois des Vouillants, découvert en 1956 par deux spéléologues amateurs est situé à proximité des réservoirs de la commune près de la falaise. La zone est donc dangereuse et on ne s'aventure pas dans ce genre de cavité sans équipement. Ce scialet présente un gisement archéologique de type céramique et datant de la fin de l'âge du bronze moyen[60] (voir également le sous chapitre "Préhistoire et Antiquité").
Le « Coup de sabre » 
Le « coup de sabre », situé dans la partie basse du bois des Vouillands, juste après le hameau de la Poya, est une curiosité géologique qui présente comme un goulet étroit et encaissé entre deux blocs de calcaire de la roche sédimentaire typique qui compose l'essentiel du massif du Vercors[61].
La « ferme Froussard » 
Sur le même sentier qui s'élève au-dessus du coup de sabre, après une heure de marche, on peut découvrir les ruines d'une ancienne ferme appartenant autrefois à la famille Froussard et dont il ne subsiste que quelques ruines assez pittoresques.
La « ferme Durand » 
Aux limites des territoires de Fontaine et de Sassenage et accessible depuis ce même sentier en direction du mollard Gargot, l'ancienne « ferme Durand », aujourd'hui totalement désaffectée, est située sur un petit plateau qui culmine à 855 mètres d'altitude. Ce site offre un des plus beaux panoramas sur l'ensemble de l'agglomération grenobloise jusqu'à la vallée du Grésivaudan. Dans les environs immédiats de cette ancienne ferme, on peut découvrir les seuls troupeaux de moutons venant paître sur le territoire de Fontaine et de Sassenage à la belle saison. L'environnement forestier est essentiellement composée de hêtraies[62].
Le « mollard Gargot» 
Le « mollard Gargot », sommet modeste du Vercors, est le point culminant du plateau qui domine le territoire de Fontaine à l'altitude de 1 069 mètres et bien qu'il ne soit pas situé sur le territoire communal, il est particulièrement visible dans le prolongement de l'avenue du Vercors, depuis le pont jusqu'à l'Hôtel de ville. Un sentier de randonnée (identique à celui qui mène à la ferme Durand et du coup de sabre) permet de s'y rendre depuis le hameau de La Poya[63].

Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

La Vogue[modifier | modifier le code]

Autrefois, comme de nombreux villages du Dauphiné, la paroisse puis la municipalité de Fontaine organisait une vogue, fête traditionnelle régionale (souvent d'origine religieuse car liée au saint patron de la cité) consistant en une série de réjouissances avec des bals champêtres et des animations diverses (escalade du fameux mât de cocagne) comme a pu le décrire le journal régional L'impérial Dauphinois[64]. ce genre d'animation qui existe encore sur certaines communes, notamment à Saint-Pierre-d'Entremont (Isère) a disparu de Fontaine lors de la Première Guerre mondiale

La Fête du Travailleur Alpin[modifier | modifier le code]

En référence à un journal communiste à parution mensuelle, la fête du travailleur alpin est généralement organisée au début du mois de juillet dans le Parc de la Poya.

Elle est notamment considérée comme l'équivalent de la Fête de l'Huma pour la région Rhône-Alpes. Autour de cette manifestation champêtre organisée par le PCF local, on peut découvrir des restaurants et des buvettes, une cité du livre avec des auteurs engagés, un village solidaire composés de nombreuses associations et de collectifs divers qui présent leurs divers engagements politiques généralement basés sur la solidarité et les valeurs politique de ce parti[65],[66].

La Fête des Associations[modifier | modifier le code]

En septembre, la municipalité organise, dans le parc de la Poya, une animation festive ayant pour objet de présenter l'ensemble des associations aux citoyens de la commune et des environs. Cette manifestation s'organise autour de stands de présentation des diverses associations culturelles et sportives, une buvette et plusieurs restaurants [67].

Le Festival de « Fontaine en Montagne »[modifier | modifier le code]

Organisé à la fin du mois de septembre, ce festival permet aux fontainois et aux amoureux de l'altitude de découvrir les montagnes du monde entier au travers de nombreuses expositions, des projections de films, des débats et des discussions ayant pour thème l'univers montagnard. Tous les sujets sont abordés et notamment la randonnée, le Grand reportage, le sport (ski, escalade) mais aussi la musique, la peinture, la littérature[68].

La Foire d'Automne[modifier | modifier le code]

Le premier week-end d'octobre, de nombreux commerçants et artisans proposent leurs produits divers dans leurs stands. En parallèle une fête foraine est organisée. L'ensemble de cette manifestation se déroule sur le mail Marcel Cachin entre l'hôtel de ville et le marché[69].

Médias[modifier | modifier le code]

Pour informer les habitants, la municipalité de Fontaine a installé sur plusieurs panneaux d'affichage électronique municipaux situés dans des différents lieux de la commune :

Journaux[modifier | modifier le code]

Historiquement, il y a, bien sur, le quotidien Le Dauphiné libéré qui consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Grenoble, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales.

Article connexe : Le Dauphiné libéré.

Deux journaux, publiés de façon périodique, existent au niveau local :

  • Fontaine Rive-Gauche est un journal d'information municipal publié mensuellement et distribué gratuitement aux habitants de la commune. Les anciens numéros peuvent être consultés sur le site de la commune [70].
  • - Mémoires - est un journal local publié 4 fois par an (au nom de chaque saison) et distribué par l'association "mémoires" de Fontaine. Ce média évoque l'histoire de la commune, la vie passée de ses quartiers, ses vieux métiers et ses traditions avec de nombreux documents photographiques à l'appui. Le siège du Journal est situé rue Jean Jaurès.

Radio FM[modifier | modifier le code]

En matière de radio, les habitants de Fontaine et ses environs bénéficie d'une radio locale, dénommée Radio Fontaine, située dans le quartier des Fontainades, avenue Aristide Briand et qui émet principalement sur la fréquence de 88.6 MHZ sur la bande FM.

C'est une radio pluraliste de type associative qui diffuse plus particulièrement des chansons des années 1950, des années 1960 et des années 1970[71].

Télévision[modifier | modifier le code]

logo de France 3 Alpes
Logo de France 3 Alpes

En ce qui concerne la réception de la télévision, les habitants de la commune, équipés avec des appareils adéquats, peuvent recevoir les 22 chaines de la TNT, comprenant les deux éditions de France 3 : France 3 Alpes - Grenoble. La commune propose un programme visible sur le câble et dénommé Canal Fontaine[72]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

blason de Sommatino.
blason de Sommatino.
armoiries de la province de Turin.
armoiries de la province de Turin.
blason de Schmalkalden.
blason de Schmalkalden.

La commune de Fontaine est jumelée avec trois villes de l'Union européenne, deux villes italiennes (Somatino et Alpignano) et une ville allemande (Schmalkalen).

- Contexte historique du jumelage historique avec les villes italiennes :

Il faut savoir que dans le début des années 1920, déjà 15% de la population était composée d'immigrés italiens et 38% en 1931. La Grande Dépression des années 1930, puis l'arrivée de Benito Mussolini au pouvoir en Italie ne pouvaient qu'entrainer la continuation de ce mouvement de population. En 1999, sur 23 000 Fontainois, 30% d'entre eux étaient encore d'origine italienne[73].

Sommatino est une commune de la province de Caltanissetta dans la région Sicile en Italie.

Sous l’impulsion de l’Union Sommatinese de Fontaine, association de personnes d'origine sicilienne immigrée à Fontaine, une première délégation est accueillie en 1986 à Sommatino. À cette occasion, un pacte de l’Amitié est signé.En 1991, lors de l’accueil d'une délégation de Sommatino à Fontaine que l’acte officiel de jumelage a lieu signé par M. Boulard, maire de Fontaine.

Alpignano est une commune italienne de la province de Turin dans la région Piémont en Italie.

L'accord de jumelage entre Alpignano et Fontaine a été signé à Fontaine en 1972 par les maires de l'époque : M. Culino (maire d'Alpignano) et M. Maisonnat (maire de Fontaine),

- Contexte historique du jumelage avec la ville allemande:

Il faut savoir que jumelage avec une ville de la République démocratique allemande se fit dans le contexte politique lié au contexte de la guerre froide propre aux années 1960, la ville de Fontaine ayant à l'époque un conseil municipal exclusivement issu du PCF[75].

Schmalkalden, quelquefois en français Smalkalde, est une ville allemande du sud ouest de la Thuringe, se situant sur la rivière Schmalkalde.

L'accord de jumelage entre Fontaine et la ville est-allemande (à l'époque) a été signé en 1963 par les maires de l'époque : M. Louis Maisonnat, (maire de Fontaine), et M. Karl-Heinz Hesse, (maire de Schmalkalden)

Fontaine dans les arts[modifier | modifier le code]

Fontaine dans la littérature[modifier | modifier le code]

Fontaine au cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1972 : César et Rosalie de Claude Sautet
    • Une des scènes finales du film permet de découvrir l'avenue Ambroise Croizat à Fontaine. La scène montre, en premier plan, le trolleybus de la ligne no 4, ancienne ligne de la SGTE qui circulait alors à l'époque de Fontaine à La Tronche, puis Romy Schneider, actrice principale du film, sur le balcon d'un immeuble de douze étages qui fait face à l'ancienne mairie, non loin de l'entrée du Centre commercial Record (aujourd'hui Géant Casino) avec les contreforts du Vercors en arrière plan. Cet immeuble est encore visible en 2013[76].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de l'association Consulté le 27/01/2013.
  2. site de l'INSEE sur la ZUS de Fontaine
  3. site de la ville sur les différents bureaux de vote de Fontaine
  4. Site de stratégies publiques sur le découpage des cantonales de 2015
  5. Article du D.L sur le redécoupage électoral
  6. Site de la ville de Fontaine sur le projet Jean Macé
  7. Site de la MJC de Fontaine, pose de la première pierre de la future MJC
  8. Site de la ville de Fontaine sur la réunion sur l'écoquartier Robespierre
  9. Site de la ville de Fontaine sur le projet des Portes du Vecors
  10. site INSEE, découpage IRIS de Fontaine
  11. Site de la ville de Fontaine sur le marché Louis Maisonnat
  12. Site de la ville de Fontaine sur le marché cachin
  13. site de pact-rhone-alpes sur la ZUS des floralies
  14. Site du SIERG
  15. Site de la ville de Fontaine / page sur le Drac.
  16. Site de l'AD-Isère-Drac-Romanche - le roman du Drac
  17. Site de l'AD-Isère-Drac-Romanche
  18. Site d'art et histoire / page sur le Pont du Drac.
  19. Site de la ville de Fontaine / page sur les ruisseaux.
  20. Site de l'IRMA, page sur une inondation à Fontaine.
  21. musée de l'immigration, page sur "Mémoires".
  22. Site de la ville de Fontaine pour le maintien de la ligne 26
  23. Site de la ville page sur le stationnement.
  24. Site sur le futur aménagement de la gare de Grenoble.
  25. Page sur le téléphérique dans le Dauphiné Libéré
  26. a et b Conseil municipal : passe d’armes sur le transport par câble, sur le site ledauphine.com
  27. L'origine des noms de commune du département de l'Isère, - André Plank, Éditeur Artes
  28. Fontaine au temps jadis de Serge Echalon et Jean Escalon, page 171
  29. Fontaine au Temps jadis de Serge Chaléon et Jean Escalon, Édition Imprimeurs Réunis, page 57
  30. a et b Page d'Histoire sur le site de Fontaine.
  31. Site du système d'information géographique de la délégation interministérielle à la Ville
  32. Page sur le téléphérique dans le Dauphiné Libéré.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  35. Site du Figaro/élections municipales de Fontaine en 2014.
  36. Site de la ville de Fontaine sur la médiation.
  37. Site de la ville de Fontaine sur la bibliothèque municipale.
  38. Site de la MJC de Fontaine.
  39. Site des écojardiniers de Fontaine l'INSEE.
  40. Site de la ville de Fontaine sur le comité d'habitants.
  41. Site du STIPI
  42. Site de la déchetterie de Fontaine.
  43. Site de la mairie sur l'éducation.
  44. Site de la METRAZIF
  45. Page sur la paroisse de Fontaine.
  46. Fontaine au Temps jadis de Serge Chaléon et Jean Escalon, Édition Imprimeurs Réunis, page 115 à 118
  47. Site de isère-annuaire, page sur le château de la Rochette
  48. Site de la SDH sur la résidence de la Rochette
  49. Site de La ville sur "La Source".
  50. Site de l'ASF-Football.
  51. Site de l'ASF-Athlétisme.
  52. Site de l'ASF-Tennis.
  53. Site de l'ASF-Rugby.
  54. Site des archers du Drac.
  55. Site de l'ASF-Aïkido.
  56. Site de Promo-Grimpe sur Fontaine.
  57. Site du centre nautique de Fontaine.
  58. site isère parcs et jardins
  59. [PDF] A la découverte des espaces naturelles de agglomération grenobloise : les Vouillants, sur le site reseaux-frapna-isere.org.
  60. article sur le sciallet des vouillants
  61. Site du Sipavag.
  62. Site Photos Dauphiné
  63. Site de "sentier-nature".
  64. Journal l'impérial Dauphinois du 11 septembre 1864
  65. Site de la ville sur la fête du travailleur alpin
  66. Site du travailleur alpin
  67. Site de la ville sur la fête des associations
  68. Site de Fontaine en Montagne
  69. Site de la ville sur la foire d'automne
  70. Site de Fontaine-Rive Gauche
  71. Site de radio Fontaine
  72. Site de Canal Fontaine
  73. Site de Fontaine, page sur le jumelage avec Alpignano.
  74. a, b et c Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  75. Site de Fontaine, page sur le jumelage avec Schmalkalden.
  76. Site "Grenoblecmieux" sur le film "César et Rosalie"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]