Vaulnaveys-le-Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vaulnaveys-le-Haut
Photographie aérienne.
Photographie aérienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vizille
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Yves Porta
2014-2020
Code postal 38410
Code commune 38529
Démographie
Population
municipale
3 597 hab. (2011)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 10″ N 5° 48′ 40″ E / 45.1194444444, 5.81111111111 ()45° 07′ 10″ Nord 5° 48′ 40″ Est / 45.1194444444, 5.81111111111 ()  
Altitude 365 m (min. : 338 m) (max. : 1 714 m)
Superficie 19,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Vaulnaveys-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Vaulnaveys-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaulnaveys-le-Haut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaulnaveys-le-Haut
Liens
Site web www.mairie-vaulnaveys-le-haut.fr

Vaulnaveys-le-Haut est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes. Les habitants sont appelés les Vaulnaviards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaulnaveys-le-haut est une commune située dans une vallée glaciaire en forme de coque de bateau, à l'origine du nom de la commune (Val + Navis). Elle est située à environ quinze kilomètres au sud-est de Grenoble. Une partie de son territoire est occupée par la station thermale d'Uriage-les-Bains.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 2020 Jean-Yves Porta    
mars 2001 2014 Jérôme Richard    
Les données manquantes sont à compléter.Eugène RIBAND, maire de 1878 à 1914 et dont la place principale porte le nom

- Jules BRUANT, né à Vaulnaveys en 1898, instituteur dans la commune de 1930 à 1956 et maire également de 1959 à 1965. Décédé en 1977, il a donné son nom au groupe scolaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 597 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 113 1 148 1 269 1 602 1 664 1 654 1 658 1 667 1 638
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 585 1 565 1 624 1 653 1 643 1 642 1 610 1 525 1 551
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 533 1 432 1 401 1 191 1 141 1 159 1 126 1 298 1 472
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 263 1 813 1 564 2 058 2 666 3 096 3 297 3 597 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Média[modifier | modifier le code]

  • Gazette de Vaulnaveys [3]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le golf club d'Uriage

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Jean-Baptiste dont la présence est attestée dès le XIe siècle à son emplacement actuel. L'église primitive était organisée selon un plan classique en croix latine, les plafonds de la nef et du transept étant lambrissés, le plancher en bois et le toit couvert d’ardoises. L’aspect qu’on lui connait de nos jours est le résultat d’importantes transformations réalisées au cours des siècles. Le clocher daterait du XVe siècle mais il est alors coiffé d’une flèche en bois. En 1699, le chœur est maçonné selon le style roman en « cul de four ». Puis entre 1728 et 1731, c’est la flèche du clocher qui est rebâtie en pierre, sur le modèle du clocher de l’église St André de Grenoble. Ces deux éléments, chœur et clocher, sont les parties les plus anciennes encore visibles. En effet, d’importants travaux réalisés entre 1865 et 1868 modifient considérablement la structure originelle du bâtiment: l’ancienne église est rasée jusqu’au chœur, une nouvelle nef est bâtie, flanquée de deux bas côtés, donnant ainsi plus d'espace aux paroissiens. Le toit reçoit alors sa couverture de tuile tandis qu’à l’intérieur le sol est recouvert de carreaux de ciment. Autre curiosité, dans le chœur, le maître-autel (milieu XVIIIe siècle), classé aux monuments historiques, provient probablement de la Chartreuse de Prémol.
  • Oratoire dont la date de construction est incertaine. Il se trouve au croisement du Chemin des Bargeonniers et de la route de Brié. Cette dernière menait autrefois à l’ancienne chapelle Saint-Christophe, aujourd’hui disparue. Cette chapelle fut, sans doute, le premier lieu de culte de la paroisse.
  • Chapelle de Belmont (seconde moitié du XVIIe siècle).
  • Site de la Chartreuse de Prémol fondée en 1234 à 1095 mètres d'altitude en direction de Chamrousse. Du couvent démantelé sous la Révolution, il ne subsiste, en dehors de la maison forestière, que des ruines.
  • Cimetière : 1,2 hectares

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bruant J., Molmerret J. Au flanc de Belledonne, Vaulnaveys, Uriage. 2e éd.[s.l.] : mairie de Vaulnaveys le haut, 2007. 172 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :