Daniel Auteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Daniel Auteuil est un acteur français, né le 24 janvier 1950 à Alger (en Algérie). Il est également metteur en scène de théâtre et réalisateur de cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Auteuil naît à Alger, par hasard, alors que ses parents, tous deux chanteurs lyriques[réf. nécessaire] et comédiens, se produisent dans la ville, où ils résident jusqu'à ses six mois[1]. Il grandit à Avignon où ses parents, Henri (1926-2006) et Yvonne Auteuil (née Castellan), sont chanteurs lyriques d'opéras et d'opérettes. La fréquentation des théâtres où se produisent ses parents, les tournées notamment avec l'Opéra de Paris, le prédisposent à embrasser une carrière artistique. À quatre ans il est déjà sur scène dans le rôle du fils de Madame Butterfly[2]. Vers l'âge de 7 ans, il vit à Nancy, ville dont il garde beaucoup de souvenirs. Il fait trois classes de quatrième en collège professionnel, et en est renvoyé[3].

À seize ans André Benedetto qui anime une compagnie à Avignon le fait débuter dans un premier rôle sur scène, une pièce de Tchekhov (La Demande en mariage)[4]. Pour faire plaisir à ses parents il commence des études de géomètre et, le samedi soir, pour se faire un peu d'argent de poche, il tient le vestiaire d'une boîte de nuit[4]. En 1969, après avoir fréquenté entre autres le Lycée Philippe de Girard à Avignon, il monte à Paris avec son ami Roger Miremont[4]. Il s'inscrit aux cours d'art dramatique du Cours Florent. Malgré plusieurs tentatives, il ne sera jamais admis au concours d'entrée du Conservatoire national supérieur d'art dramatique.

En 1970, il fait ses débuts au théâtre national populaire (dans Early Morning) puis joue en 1972 et 1973 dans la comédie musicale américaine Godspell aux côtés, notamment, d'Armande Altaï, Dave et Michel Elias. Partenaire au théâtre d'Edwige Feuillère (La folle de Chaillot) et de Maria Pacôme (Apprends-moi, Céline), il connaît un triomphe sur les planches au côté de François Périer grâce au Coup de chapeau qui lui vaut le prix Gérard-Philipe 1979, décerné au meilleur jeune acteur de l’année. Il monte et interprète ensuite, pour la scène, Le Garçon d'appartement, que Gérard Lauzier adapte au cinéma en 1982 sous le titre T’empêches tout le monde de dormir.

En 1974 il fait ses débuts à la télévision sous la direction de Marcel Jullian dans la série Les Fargeots avant d'enchaîner aux côtés de Rellys, Jackie Sardou et Fernand Sardou, Adieu Amélie de Jean-Paul Carrère[5]. En 1977, il interprète le rôle de l'inspecteur Camaret dans une série de six épisodes, Rendez-vous en noir, d'après le roman de William Irish.

En 1975, Gérard Pirès, qui l’a fait tourner quelques années auparavant dans une publicité pour Mennen[5], se souvient de lui et lui offre son premier rôle au cinéma dans L'Agression aux côtés de Catherine Deneuve et Jean-Louis Trintignant.

Mais c’est avec son interprétation d'un lycéen flemmard, dragueur et peu studieux dans Les Sous-doués en 1980 qu’il accède à la notoriété et acquiert un statut de grand acteur comique. Le film connaît une suite : Les Sous-doués en vacances.

En 1981, il a une fille, Aurore, avec l'actrice Anne Jousset. Il est depuis grand-père[3]. En 1984, il rencontre Emmanuelle Béart sur le tournage de L'Amour en douce. Il chantera d'ailleurs la chanson du générique de ce film, Que la vie me pardonne !. Le disque sortira en 1985. Daniel Auteuil partagera la vie d'Emmanuelle Béart onze ans durant. Ils auront une fille, Nelly, née en 1992.

Daniel Auteuil recevant le César du meilleur acteur pour La Fille sur le pont, lors de la 25e cérémonie des César en 2000.

En 1986, il connaît la consécration, aux côtés d’Yves Montand, Gérard Depardieu et Emmanuelle Béart, grâce à son interprétation d’Ugolin dans le diptyque Jean de Florette et Manon des sources mis en scène par Claude Berri et adapté de l'œuvre de Marcel Pagnol. Sa prestation, qui révèle son talent d'interprète dramatique, lui permet d'être sacré Meilleur acteur à la 12e Cérémonie des Césars. Dans les années 1990, Daniel Auteuil enchaîne les rôles d'un registre plus grave grâce à des réalisateurs comme Claude Sautet (Un cœur en hiver), André Téchiné (Ma saison préférée), Régis Wargnier (Une femme française), Christian Vincent (La Séparation) ou encore Jaco Van Dormael (Le Huitième Jour). Pour ce dernier film, il remporte, ex æquo avec Pascal Duquenne, le Prix d'interprétation masculine au 49e Festival de Cannes.

En 2000, il remporte un nouveau César pour le rôle de Gabor, un lanceur de couteaux amoureux d'une fille mystérieuse et malheureuse jouée par Vanessa Paradis dans La Fille sur le pont de Patrice Leconte.

Jusqu’au début des années 2000, il partage la vie de la comédienne Marianne Denicourt avant de rencontrer en 2003 l’artiste-peintre et sculptrice corse Aude Ambroggi, originaire de Bonifacio, où il vit encore aujourd'hui une partie de l'année. Il l'épouse à l'âge de 56 ans le samedi 22 juillet 2006 à Porto-Vecchio en Corse-du-Sud avec pour témoins le chanteur Dave et leurs amis Maxime Le Forestier, Christian Clavier et Élie Semoun.

Dans les années 2000, sa carrière est autant marquée par des rôles sombres : L'Adversaire de Nicole Garcia, 36 quai des Orfèvres d'Olivier Marchal, Caché de Michael Haneke, que par un retour remarqué à la comédie : Le Placard de Francis Veber, Après vous de Pierre Salvadori ou encore La Personne aux deux personnes de Nicolas et Bruno.

Daniel Auteuil est reconnu comme l'un des meilleurs acteurs du cinéma français.

Le 26 septembre 2009 naît son fils Zachary, de son mariage avec Aude Ambroggi, 3e enfant de l'acteur, et 1er de son épouse. En 2009, Daniel Auteuil est le parrain du Téléthon, et à partir du début de l’année 2010, il se tourne vers la réalisation en passant derrière la caméra pour son premier long-métrage, La Fille du puisatier avec Sabine Azéma, Kad Merad, Jean-Pierre Darroussin et Nicolas Duvauchelle[6]. Une salle de théâtre est baptisée à son nom aux Cours Florent.

En mai 2013, il est membre du jury du 66e Festival de Cannes, présidé par Steven Spielberg[7].

Après avoir réalisé La Fille du puisatier, il adapte une autre œuvre de Marcel Pagnol, la Trilogie marseillaise. La dilogie Marius / Fanny est sortie en juillet 2013, avant César, annoncé pour 2014.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]
Années 1980[modifier | modifier le code]
Années 1990[modifier | modifier le code]
Années 2000[modifier | modifier le code]
Années 2010[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Vidéo-clips[modifier | modifier le code]

Daniel Auteuil avp avant l'hiver 2013 2.jpg

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

César du cinéma[modifier | modifier le code]

Autres récompenses[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Meilleures entrées[modifier | modifier le code]

Liste des films avec Daniel Auteuil (hors voxographie) ayant attiré au moins un million de spectateurs en France.

Source : Bilan France Daniel Auteuil sur jpbox-office.com

Films Réalisateur Années France (entrées)
1 Jean de Florette Claude Berri 1986 7 223 657
2 Manon des sources Claude Berri 1986 6 645 288
3 Le Placard Francis Veber 2001 5 317 828
4 Les Sous-doués Claude Zidi 1980 3 985 214
5 Le Huitième jour Jaco Van Dormael 1996 3 610 901
6 Les Sous-doués en vacances Claude Zidi 1982 3 570 887
7 La Doublure Francis Veber 2006 3 087 562
8 La Banquière Francis Girod 1980 2 394 073
9 Le Bossu Philippe de Broca 1997 2 328 601
10 36 quai des Orfèvres Olivier Marchal 2004 2 089 232
11 La Reine Margot Patrice Chéreau 1994 2 002 915
12 Les hommes préfèrent les grosses Jean-Marie Poiré 1981 1 931 038
13 L'amour violé Yannick Bellon 1978 1 859 481
14 Jappeloup Christian Duguay 2013 1 807 043 (en cours)
15 Lucie Aubrac Claude Berri 1997 1 708 050
16 La Fille du puisatier Daniel Auteuil 2011 1 401 319
17 Dialogue avec mon jardinier Jean Becker 2007 1 367 765
18 Un cœur en hiver Claude Sautet 1992 1 349 586
19 Pour cent briques, t'as plus rien... Édouard Molinaro 1982 1 303 784
20 L'Agression Gérard Pirès 1975 1 227 990
21 Ma vie est un enfer Josiane Balasko 1991 1 170 523
22 T'empêches tout le monde de dormir Gérard Lauzier 1982 1 135 181
23 Mon meilleur ami Patrice Leconte 2006 1 067 616
24 L'Adversaire Nicole Garcia 2002 1 061 952
25 Ma saison préférée André Téchiné 1993 1 010 748

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clara Géliot, « Les toutes premières fois de Daniel Auteuil », Le Figaro,‎ 8 avril 2011 (lire en ligne).
  2. Bernard Boyé, Les légendes du cinéma français : Daniel Auteuil, Éditions Autres Temps,‎ 2010, page 11.
  3. a et b Eric Libiot, « Daniel Auteuil: "La concurrence, je m'en fous" », L'Express,‎ 20 avril 2011 (lire en ligne).
  4. a, b et c Bernard Boyé, Les légendes du cinéma français : Daniel Auteuil, Éditions Autres Temps,‎ 2010, page 12.
  5. a et b Bernard Boyé, Les légendes du cinéma français : Daniel Auteuil, Éditions Autres Temps,‎ 2010, page 14.
  6. Bernard Boyé, Les légendes du cinéma français : Daniel Auteuil, Éditions Autres Temps,‎ 2010, page 39.
  7. Thomas Morel, « Festival de Cannes : le jury dévoilé », Europe 1,‎ 24 avril 2013 (lire en ligne)
  8. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18634151.html

Liens externes[modifier | modifier le code]