Cessieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cessieu
Image illustrative de l'article Cessieu
Blason de Cessieu
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vallons de La Tour du Pin
Maire
Mandat
Christophe Brochard
2014-2020
Code postal 38110
Code commune 38064
Démographie
Population
municipale
2 660 hab. (2011)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 03″ N 5° 22′ 39″ E / 45.5675, 5.377545° 34′ 03″ Nord 5° 22′ 39″ Est / 45.5675, 5.3775  
Altitude 309 m (min. : 278 m) (max. : 508 m)
Superficie 14,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Cessieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Cessieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cessieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cessieu
Liens
Site web www.cessieu.fr

Cessieu est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Cessieutois et Cessieutoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Bourbre sur la commune de Cessieu à fin juillet.

Cessieu est situé à 9 km de Bourgoin-Jallieu et à 5 km de La Tour-du-Pin. La rivière Bourbre qui se jette dans le Rhône, traverse le village. Situé sur la N6 à la jonction de l'A43 et de l'A48. Accès par le train : ligne TER Lyon-Perrache - Saint-André-le-Gaz - Grenoble.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende le général romain Cassius fonda la ville sur un camp fortifié. La ville forte est plus tard mentionnée oppidum cassiacum.

Plusieurs batailles valurent aux Cessieutois une réputation de bravoure : en 1325 lors de la bataille de Varey qui vit la défaite complète du comte Edouard de Savoie et lors des attaques du baron des Adrets en 1562.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 M. Alain Blondel    
mars 2001   M. Roland Corsat    
mars 2007   M. Roland Corsat    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 660 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 606 1 676 1 698 1 828 2 012 2 022 2 033 1 982 1 858
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 777 1 728 1 712 1 687 1 674 1 566 1 532 1 438 1 364
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 300 1 227 1 206 1 020 1 154 1 127 1 116 1 167 1 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 343 1 609 1 610 1 682 2 025 2 112 2 474 2 526 2 652
2011 - - - - - - - -
2 660 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église néo-gothique érigée de 1863 à 1866 en place du cimeterre et de l'ancienne église. L'église abritait une cloche en bronze du XVe siècle, classée Monuments Historiques, d'un diamètre de 81 cm et portant des inscriptions latines, vendue en 1911.
  • Chapelle de La Salette, érigée en 1864 par le Chanoine Crochat sur les ruines de l'ancienne maison forte du Châtelard. Cette dernière, possession de la famille de Torchefelon fut incendié le 20 avril 1402 par les troupes de l’archevêque de Vienne.
  • Chapelle Saint Joseph, la légende la fait remonter aux croisades. Elle fut conservée des troubles révolutionnaire en servant de remise à foin. Actuellement en rénovation.
  • Tour de l'horloge (XIIe siècle), vestige des fortifications de la cité.
  • Trompe l'œil.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Cessieu bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Camil Bel : Ancien maire de Cessieu, créateur du stade qui porte son nom.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Cessieu Blason Coupé: au premier d'azur à une tête d'âne issante d'argent ; au second de pourpre à un chardon de sinople fleuri aussi d'argent[4].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Civitella Roveto (Italie) depuis 2004[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  4. Site de la ville de Cessieu
  5. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]