Évêché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Évêché (homonymie).
Le siège épiscopal du pape (Saint-Siège) dans la basilique Saint-Jean de Latran, la cathédrale de Rome

L'évêché est, dans la tradition chrétienne[1], la plus petite communauté qui puisse être appelée « Église ».

D'autres termes ont une signification proche sans être pleinement synonymes : le siège épiscopal, l'Église locale.

La tradition de l'Église[modifier | modifier le code]

L'évêché comprend :

  • le siège épiscopal d'un évêque (episcopalis sedes) : une cathédrale (c'est-à-dire le lieu de la cathèdre, ou lieu du siège) avec un baptistère ;
  • un évêque successeur des apôtres qui dispense les sacrements au nom de la Trinité ;
  • les reliques des saints fondateurs ;
  • une tradition liturgique ;
  • un peuple de fidèles ;
  • un territoire canonique, ou diocèse.

Un archevêché comprend, en plus, une primatie sur un ensemble d'autres évêchés.

Les sens dérivés[modifier | modifier le code]

Le sens du mot évêché peut toutefois s'étendre à :

  1. la ville épiscopale où habite un évêque et où se trouve la cathédrale, c'est-à-dire l'église où il siège : par exemple les neuf évêchés bretons.
  2. la résidence habituelle d'un évêque, c'est-à-dire l'édifice où il demeure situé dans cette même ville : par exemple l'évêché roman d'Angers. Cette résidence peut s'appeler aussi « palais épiscopal ».
  3. le pays défini par l'espace géographique et humain de l'évêché : par exemple les Trois-Évêchés de Lorraine formaient une province de France aux XVIe et XVIIe siècles.

L'usage actuel de certaines églises[modifier | modifier le code]

Les mots évêché et diocèse ne sont donc pas synonymes. Pourtant, dans certaines communautés anglo-saxones ou latines, le mot diocèse tend aujourd'hui à remplacer le mot évêché et à prendre le sens d'église locale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé G. Jacquemet (dir.), Tu es Petrus, encyclopédie populaire sur la Papauté, Paris, Bloud & Gay, 1934, p. 210-211.

Articles connexes[modifier | modifier le code]