La Buisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Buisse
Vue de la mairie de La Buisse
Vue de la mairie de La Buisse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Canton de Voiron
Intercommunalité Communauté d’agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Patrick Cholat
2008-2014
Code postal 38500
Code commune 38061
Démographie
Gentilé Buissards
Population
municipale
2 886 hab. (2011)
Densité 251 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 09″ N 5° 37′ 16″ E / 45.3358, 5.6211 ()45° 20′ 09″ Nord 5° 37′ 16″ Est / 45.3358, 5.6211 ()  
Altitude Min. 187 m – Max. 942 m
Superficie 11,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
La Buisse

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
La Buisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Buisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Buisse
Commune de La Buisse.JPG

La Buisse est une commune française, faisant partie de la Communauté d'agglomération du Pays Voironnais, située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Ses habitants s’appellent les Buissards.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Buisse est située à 20 km de Grenoble et à 4 km de Voiron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque routière

Le nom de Buxia apparaît dans les textes dès le XIIe siècle et son origine provient probablement du buis, arbuste très abondant sur les pentes du Grand-Ratz. La Buisse est un des lieux les plus anciennement habités du Dauphiné. Dès la Préhistoire, des hommes s’installèrent dans la région, occupant les cavités dans la paroi surplombant la plaine de l’Isère. Une villa romaine fut même détruite, sur le territoire de la commune, lors des invasions barbares du IIIe siècle. On sait même, avec certitudes, qu’une voie romaine traversait, autrefois, La Buisse.

La commune renferme quelques monuments remarquables tels le château de La Buisse, au Pansu, et la Magnanerie datant du XVIe siècle. Zone frontalière entre Savoie et Dauphiné, La Buisse eut à faire face à de nombreux affrontements sanglants. L’église, construite au XIXe siècle, se distingue par son magnifique clocher roman du XIIe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 886 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 138 1 215 1 305 1 274 1 347 1 421 1 407 1 439 1 295
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 237 1 175 1 150 1 078 1 108 1 044 1 061 996 978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
973 898 850 797 904 995 873 884 1 055
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 087 1 006 1 050 1 206 2 238 2 405 2 627 2 886 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Administration[modifier | modifier le code]

André de Combarieu a été élu maire durant une année, début 2007 à début 2008. Patrick Cholat lui a succédé suite aux élections de 2008 et est en cours de mandat.

Économie[modifier | modifier le code]

Le budget communal de La Buisse dispose, en recettes de fonctionnement, de 711 Euros par an et par habitant (2012, http://alize2.finances.gouv.fr) ce qui la place dans la catégorie des communes modestes, sa physionomie essentiellement rurale en atteste.

Activités économiques les plus visibles:

Carrière et Chaux Balthazard et Cotte (extraction de calcaire)

Act'Isère (Etablissement et service d'aide par le travail)

Rossignol (Siège social)

et bien sûr l'agriculture qui occupe un tiers du territoire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges romains
  • Château Beaumorier
  • Château La Buisse
  • Château La Magnanerie
  • Château Monteynard
  • Église du XIXe siècle (clocher roman)
  • Fresque de Saint Martin à cheval, coupant son manteau et l'offrant à un mendiant, sur la façade d'une maison située au départ de la route de Moirans.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Buxia Festival

L’objectif de ce festival est de permettre la diffusion de groupes musicaux locaux ainsi que de promouvoir leur rencontre avec des musiciens et techniciens professionnels.

Cette action culturelle permettrait à deux groupes locaux de se produire dans un cadre professionnel.

Cette année le style mis en avant était le reggae qui est un style haut en couleur et adapté à toute génération inspirant la fraternité et la convivialité. L’intérêt de ce festival est d’ailleurs la mise en valeur d’un style de musique particulier différent chaque année.

Organisé par l’association Buxia Family, la première édition a eu lieu le samedi 24 mars avec comme tête d’affiche le groupe Daipivo de Marseille (et Cassis) mais aussi Buxia family et les gnous représenteront les groupes locaux.

Pour la seconde édition, qui s'est déroulée le 5 avril 2008, les Dukes (rock) et Lizarb (salade machine) se sont produit en première partie de Natty (bassiste de Sinsemilia) et le "Special Hommage Band à Bob Marley".

En 2009, le festival se développe puisque la 3e édition s'est déroulée les 27 et 28 mars 2009 avec en tête d'affiche Emzel Café (+ Claksound + Remanka) et Bass Maker avec les chanteurs de Raspigaous et K2R Riddim (+ Peaks Iration + Hobo).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :