Saint-Quentin-Fallavier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Quentin Fallavier
Hôtel de ville de Saint-Quentin-Fallavier.
Hôtel de ville de Saint-Quentin-Fallavier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de La Verpillière
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Michel Bacconnier (DVG)
2014-2020
Code postal 38070
Code commune 38449
Démographie
Population
municipale
5 869 hab. (2011)
Densité 257 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 59″ N 5° 06′ 40″ E / 45.6330555556, 5.1111111111145° 37′ 59″ Nord 5° 06′ 40″ Est / 45.6330555556, 5.11111111111  
Altitude 234 m (min. : 206 m) (max. : 364 m)
Superficie 22,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Quentin Fallavier

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Quentin Fallavier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Quentin Fallavier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Quentin Fallavier
Liens
Site web www.st-quentin-fallavier.eu

Saint-Quentin Fallavier est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Quentin-Fallavier est située en Isère, à la limite du département du Rhône, sur l'axe A43, Lyon/Grenoble/Chambéry, respectivement à 24km de Lyon et, 80km de Grenoble. La ville est adossée à une série de collines, signes des préalpes. L'aéroport Lyon-Saint-Exupéry se situe à 15km. Saint-Quentin-Fallavier faisait partie de la ville nouvelle de l'Isle d'Abeau transformée en 2007 en Communauté d'agglomération Porte de l'Isère (CAPI).

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison forte des Allinges et, derrière, la flèche de l'église de St-Quentin Fallavier

Le site de Fallavier était occupé dès la préhistoire. Une nécropole gallo-romaine et un ouvrage hydraulique du IIe siècle ont été découverts sur place. Un premier château existait déjà au XIIIe siècle et, après l'avoir acquis en 1250, les comtes de Savoie le font agrandir et renforcer. À la fin du conflit frontalier entre la Savoie et le Dauphiné, le château est peu à peu délaissé au profit de la maison forte des Allinges.

Des mines de fer sont exploitées au XIXe siècle.

Par un décret présidentiel du 2 juillet 1885, Fallavier est rattaché à Saint-Quentin pour ne former qu'une seule commune : Saint-Quentin-Fallavier.

La création du nouvel aéroport de Lyon-Satolas (maintenant Lyon-St-Exupery) et la naissance de la ville nouvelle ont permis de créer une zone d'activité de taille européenne en partie sur la commune. Existence favorisée aussi par la proximité de l'agglomération lyonnaise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Quentin-Fallavier Blason Cinq points d’or équipolés à quatre d’azur, le point du chef chargé de 12 étoiles ordonnées en anneau, celui du flanc dextre d’une fleur de lys et celui du flanc senestre d’un dauphin, à la tour de Fallavier sur un mont mouvant de la pointe, brochant sur le pointe et en partie sur les cantons de la pointe et le cœur, le tout aussi d’or, aux ceux clous de mineur d’argent passées en sautoir brochant sur le tout.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Saint-Quentin-Fallavier a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[1].

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1944 François Girard    
1945 1945 Antonin Sage    
1946 mars 1971 Sylvain Bacconnier    
mars 1971 mars 1977 Marcel Ribail    
mars 1977 en cours Michel Bacconnier PCF puis DVG[réf. nécessaire]  

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

  • le train : TER Lyon - Bourgoin Jallieu - St André-le-gaz ;
  • la route : A43 (Lyon-Chambery-Grenoble), D518 ;
  • les autocars : ligne Transisère 1920 (Lyon-Bourgoin-Jallieu), 1390 ;
  • les autobus : réseau Ruban de la CAPI ligne A (St Quentin-Fallavier Gare - L'isle d'Abeau) ;

Le passage par Saint-Quentin-Fallavier dans le cadre du contournement ferré de l'agglomération lyonnaise (CFAL) est encore à l'étude.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 006 1 158 1 213 1 391 1 506 1 530 1 560 1 615 1 640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 592 1 645 1 665 1 575 1 544 1 505 1 465 1 462 1 467
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 543 1 615 1 566 1 294 1 345 1 312 1 210 1 223 1 373
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 483 1 860 4 069 4 321 4 977 5 841 6 111 5 869 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Fallavier

L'Espace Naturel de Fallavier, zone protégée et classée, englobe :

  • le château de Fallavier (XIIIe siècle) comprend deux enceintes et un donjon circulaire. Il offre une vue panoramique exceptionnelle. C'est aussi le lieu où furent tournés certains épisodes de la série télévisée Kaamelott lors des scènes du château des livres I à III.
Article détaillé : Château de Fallavier.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Saint-Quentin-Fallavier bénéficie du label « ville fleurie » avec « 1 fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[6].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de six écoles et d'un collège :

  • L'école maternelle des marronniers, rue des marronniers
  • L'école primaire des marronniers, rue des marronniers
  • L'école primaire des Tilleuls, rue du lac
  • L'école maternelle Bellevue, rue du loup
  • L'école primaire des moines, dans le quartier des moines
  • L'école primaire Françoise Dolto (privée), rue Centrale
  • Le collège des Allinges, rue du lac, proposant l'option bilingue : anglais/allemand.

Économie[modifier | modifier le code]

La ZI compte 283 entreprises pour un total de 11 200 salariés. Le principal employeur est le secteur de la logistique ; les autres secteurs sont principalement le BTP et les autres activités de services.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

La société de robinetterie Thermador, créée après 1968, emploie 257 salariés et a un chiffre d'affaires de 194 millions d'euros. La grille des salaires se situe dans une fourchette de 1 à 10 et tous les salaires y sont exposés et discutés de manière publique[7].

La société Martinet SA y a implanté son siège social.

Activités de services[modifier | modifier le code]

Saint-Quentin-Fallavier possède une plateforme industrielle et logistique qui est considérée comme d'importance internationale et qui ne cesse de croître, avec un trafic estimé à 5 000 poids lourds par jour et 1,5 million de m² d’entrepôts début 2007. L'activité logistique bénéficie de la présence de l'échangeur de l'A43, la proximité de l'aéroport Saint-Exupéry, et la ligne SNCF Lyon-Grenoble. Les embranchements frets y sont nombreux, et une future extension vers l'Italie et notamment Turin est toujours d'actualité (ligne Lyon-Turin).

La société RueDuCommerce y a implanté son retour SAV.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le joueur de football français Jérémie Bréchet a été formé à l'OSQ football de Saint-Quentin Fallavier.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Élisabeth Sirot 2007, p. 11.
  5. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  6. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  7. Céline Deval, « [www.capital.fr/enquetes/strategie/chez-thermador-tous-les-salaires-sont-publics-790811 Chez Thermador, tous les salaires sont publics] », Capital, publié le 26 novembre 2012, consulté le 28 novembre 2012
  8. a et b Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]