Chavanoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chavanoz
Le château des Panettes, Mairie de Chavanoz.
Le château des Panettes, Mairie de Chavanoz.
Blason de Chavanoz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton Pont-de-Chéruy
Intercommunalité Communauté de communes Porte Dauphinoise de Lyon Saint-Exupéry
Maire
Mandat
Roger Davrieux
2008-2014
Code postal 38230
Code commune 38097
Démographie
Gentilé Chavanoziens
Population
municipale
4 306 hab. (2011)
Densité 407 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 41″ N 5° 10′ 20″ E / 45.7780555556, 5.17222222222 ()45° 46′ 41″ Nord 5° 10′ 20″ Est / 45.7780555556, 5.17222222222 ()  
Altitude 237 m (min. : 188 m) (max. : 245 m)
Superficie 10,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Chavanoz

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Chavanoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chavanoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chavanoz
Liens
Site web ville-chavanoz.fr

Chavanoz est une commune française, située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Chavanoziens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le département de l'Isère, au confluent de la Bourbre et du Rhône et est limitrophe des départements de l'Ain et du Rhône. Elle est distante de 30 km environ de Lyon, 100 km de Grenoble et 15 km de l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chavanoz
Anthon Anthon Loyettes
Anthon Chavanoz Saint-Romain-de-Jalionas
Janneyrias Pont-de-Chéruy Pont-de-Chéruy

Géologie[modifier | modifier le code]

D'après une coupe géologique effectuée lors d'un forage d'exploitation pour l'alimentation en eau potable à Chavanoz en 1980, il apparait que le sol est composé, en partant de l'extérieur, de terre végétale avec gravier sur 50 cm, puis d'une couche de galets, graviers et sable sur près de 20 m, puis d'argile et enfin de sable[2] ; le sol de la commune comporte aussi quelques blocs erratiques[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bourbre à Chavanoz.
Article détaillé : Bourbre.

Chavanoz est traversée par la Bourbre, rivière de 73 km prenant source à Burcin, confluant à Chavanoz avec le Rhône[4].

Relief[modifier | modifier le code]

Vue panoramique du bourg de Chavanoz avec au loin les cheminées de la centrale nucléaire du Bugey.

Le quartier du Bourg de Chavanoz est situé sur un plateau de 245 m d'altitude, dominant les plaines alentour[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique mensuel de Lyon-Satolas (15 km de Chavanoz)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) -0,2 0,7 3,4 5,8 10,2 13,4 15,5 15,2 12 8,7 3,5 0,9
Température maximale moyenne (°C) 6,2 8,3 12,9 16,1 20,8 24,4 27,4 26,9 22,6 17,4 10,6 6,9
Précipitations (mm) 52,4 43,4 59,9 68,1 90,1 79,1 62,6 68,3 86,3 98,7 83 65,2
Source : - Banque de données meteorologic.net
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6.2
-0.2
52.4
 
 
 
8.3
0.7
43.4
 
 
 
12.9
3.4
59.9
 
 
 
16.1
5.8
68.1
 
 
 
20.8
10.2
90.1
 
 
 
24.4
13.4
79.1
 
 
 
27.4
15.5
62.6
 
 
 
26.9
15.2
68.3
 
 
 
22.6
12
86.3
 
 
 
17.4
8.7
98.7
 
 
 
10.6
3.5
83
 
 
 
6.9
0.9
65.2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Un arrêt de car du réseau Transisère.

La commune est desservie par onze lignes de bus du réseau Transisère[6]. Elle est également traversée par les routes départementales D55, D18 et D24A.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Chavanoz est divisée en huit quartiers : Belmont, Les Cinq Chemins, Moulin-Villette, Les Bruyères, La Plaine, La Balme, Le Bouchet et Le Bourg[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

À l'origine, le territoire était occupé par les Ligures qui lui donnèrent le nom de Cabanosco[8], devenu par la suite Chavannosco, Chavanose, Chavanost, Chavano puis finalement Chavanoz, surnom dérivant du latin Cavannos signifiant « hibou, chouette hulotte »[9],[10],[Note 1]. Le suffixe osco est un terme ligure définissant un lieu[11]. La première référence à Cavannus trouvée date de 1183 dans une bulle du Pape Lucius III[a 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles dans le quartier de Belmont ont permis de découvrir des objets du néolithique (des haches de pierre et des flèches de silex) remontant ainsi à l'âge de la pierre. Dans le même quartier ont été trouvés dans un champ des ustensiles de bronze datant de l'âge du bronze[a 1] ; cela confirme qu'une tribu de Ligures ont habité sur ce territoire[12].

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Les Gaulois puis les Romains occupèrent les lieux[a 2]. Ces derniers construisirent un pont en bois sur le Cherruis (actuelle Bourbre), donnant son nom à la commune limitrophe Pont-de-Chéruy. Les invasions barbares suivirent, avec l'installation à Chavanoz d'un peuple Burgonde ; des tombes ont été découvertes au lieu-dit Les Contamines[a 3]. Enfin, les Francs envahirent les terres, initiant l'époque mérovingienne.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Le château des Panettes et sa tour du XIVe siècle.

Au Moyen Âge, Chavanoz était considéré comme centre religieux : une pierre gravée datant de 608 a été retrouvée lors de travaux dans l'église Notre-Dame[a 3]. Au XIe siècle, des moines de l'Île Barbe s'installent à Chavanoz[a 4], qui devient propriété des Baron de la Tour du Pin en 1228[a 5] jusqu'en 1316[13] où elle appartiendra aux seigneurs d'Anthon jusqu'en 1704[a 5] ; c'est pendant cette période que fut construite la tour du château. La bataille d’Anthon du 11 juin 1430 opposant le Dauphiné à la Principauté d'Orange a eu lieu sur l'actuel bois des Franchises. Chavanoz demeurera une seigneurie indépendante de 1704 à 1789[a 6].

La Révolution française[modifier | modifier le code]

La première municipalité commence le 13 novembre 1790[a 7] ; le premier maire de la commune se nomme Ponsard.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

L'ancienne usine MRC.

L'éclairage électrique est adopté en 1911, fourni par un fournisseur pontois, Thermoz[a 8]. Après la Seconde Guerre mondiale, J-A Mouraret transforme une ancienne marbrerie en blanchisserie pour tenues militaires[b 1]. Grâce à l'énergie hydraulique fournie par la Bourbre, il fondera l'entreprise Moulinage et Retorderie de Chavanoz (MRC) qui deviendra plus tard Chavanoz S.A.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Ponsard    
1792 inconnu Henri Thollon    
Les données manquantes sont à compléter.
1801 inconnu Antoine Boissat    
Les données manquantes sont à compléter.
1816 1819 Joseph Ponsard    
1819  ? CL Morand    
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 1933      
1933  ? J-A Mouraret    
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 2008      
mars 2008 en cours Roger Davrieux SE  

Services communaux[modifier | modifier le code]

La commune est dotée d'une police municipale, d'une poste[14] et d'un service technique municipal.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Des containers de tri à Chavanoz.

Le syndicat intercommunal à vocations multiples de l'agglomération de Pont-de-Chéruy indique dans son rapport de 2010[15] que douze points de collecte du verre sont implantés dans Chavanoz.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 7 août 2012, la commune de Chavanoz n'est jumelée avec aucune autre commune[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le bourg de Chavanoz.
Des HLM dans le quartier Moulin-Villette.

En 2011, la commune comptait 4 306 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443 474 447 673 871 1 113 1 212 1 099 1 139
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 245 1 234 1 222 900 850 906 932 914 927
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
930 880 919 902 1 047 1 020 1 009 1 047 1 166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 382 1 935 2 350 3 834 3 900 3 954 4 068 4 098 4 288
2011 - - - - - - - -
4 306 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Chavanoz est située dans l'académie de Grenoble.

Chavanoz possède trois groupes scolaires (écoles maternelle et primaire) : Saint-Exupéry - Le Petit Prince, Les Cinq Chemins et Commandant Cousteau - La Calypso[19].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

L’hôpital le plus proche est l'hôpital local de Meximieux, situé à environ 15 km.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs sports peuvent être pratiqués à Chavanoz : le rugby et le football aux stades Pierre-Frolet et chemin de la Chapelle, le basket et le tennis. Un terrain d'aéromodélisme, une salle de boxe, un gymnase ainsi qu'un terrain de pratique du roller sont également à disposition[20].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le prieuré Notre-Dame.

Le culte catholique dépend du diocèse de Grenoble-Vienne et plus précisément de la paroisse Sainte-Blandine de Bourbre[21]. Le culte est pratiqué dans la commune à l'église de Chavanoz et au Centre Jean XXIII.

Le culte musulman est assuré par la mosquée de l'association culturelle nord-Isère implantée dans la commune[22].

Économie[modifier | modifier le code]

De grandes entreprises telles que Prysmian, qui produit des câbles et fibres pour le réseaux France Télécom et l'export, ou Porcher Industries sont implantées à Chavanoz, employant une partie de la population. Le parc d'activité commerciale Revorchon accroit l'activité commerciale de la commune.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal de Chavanoz est de 21 903 €[23] (contre 23 947 € dans l'ensemble du département de l'Isère[24]). Parmi ces foyers fiscaux, 54,3 %[23] sont imposables (contre 57,9 % dans le département de l'Isère[24]).

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, l'emploi total représente 965 personnes[23] (contre 483 054 personnes dans l'ensemble du département de l'Isère[24]). En nombre de personnes, l'emploi à Chavanoz représente donc 0,2 % de l'emploi total du département de l'Isère.

Le taux de chômage des 15-64 ans représente 13,9 %[23] de la population active (contre 9,6 % dans l'Isère[24]).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La bibliothèque municipale.

La bibliothèque municipale possède un seul exemplaire du livre consacré à Chavanoz et publié en 1933.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Outre la bibliothèque, la commune dispose d'un théâtre (le petit théâtre) et d'une école de musique[28].

Chavanoz et le cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Lundi matin d'Otar Iosseliani, sorti en 2002 a été partiellement tourné à Chavanoz.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Chavanoz

Les armoiries de Chavanoz se blasonnent ainsi : Parti : au premier de gueules à la chouette contournée d'argent à dextre et en chef, à une roue de moulin de sable en pointe, le tout sénestré d'une gerbe de blé d'or; au second d'or au dauphin d'azur crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules ; à un chef-pal en filet d'azur brochant sur le tout[29].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Molmerret, Henri Guillard et Docteur Saunier (préf. J-A Mouraret), Sur la limite du Dauphiné : Chavanoz, Lyon,‎ 1933, 43 p.
  1. a et b p. 7.
  2. p. 8-9.
  3. a et b p. 11.
  4. p. 13.
  5. a et b p. 14.
  6. p. 24.
  7. p. 27.
  8. p. 41.
  • Chloé Dubreuil, Pont-de-Chéruy et son canton : 2 000 ans d'histoire, Annecy-le-Vieux, Historic'one,‎ 2000, 108 p. (ISBN 9782912994080), p. 26-31
  1. p. 31.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ceci explique la présence d'une chouette sur la blason de Chavanoz.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chavanoz », sur le site habitants.fr de David Malescourt (consulté le 10 décembre 2012).
  2. « Fiche Dossier du sous-sol », sur le site du Bureau de recherches géologiques et minières (consulté le 10 décembre 2012).
  3. Albert Falsan et Ernest Chantre, Monographie géologique des anciens glaciers et du terrain erratique de la partie moyenne du bassin du Rhône, t. 1, Lyon,‎ 1879, 622 p. (lire en ligne), p. 232-235.
  4. « Source et confluent La Bourbre », sur le site gralon.net de Loïc Strullu (consulté le 10 décembre 2012).
  5. V. Brunet, Géographie historique, physique, politique, industrielle, commerciale, statistique et pittoresque du département de l'Isère, Grenoble,‎ 1857, 162 p. (lire en ligne), p. 144.
  6. « Les transports à Chavanoz », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  7. « La commune - Les quartiers (présentation & plans) », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  8. « Chavanoz au fil du temps », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  9. André Devaux, Les noms de lieux dans la région lyonnaise aux époques celtique et gallo-romaine, Lyon,‎ 1898, 48 p. (lire en ligne), p. 15.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, t. 1, Genève,‎ 1990, 708 p. (lire en ligne), p. 165.
  11. « Les Ligures », sur cosmovisions.com (consulté le 8 août 2012)
  12. « Chavanoz au fil du temps », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  13. Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349, t. 4, Valence,‎ 1913-1926, 492 p. (lire en ligne), p. 207.
  14. « Vie pratique - Services quotidiens », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  15. [PDF] « Tri du Verre / Chavanoz », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  16. « Annuaire des villes jumelées », sur afccre.org (consulté le 9 août 2012).
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  19. « Les transports à Chavanoz », sur ville-chavanoz.fr (consulté le 8 août 2012)
  20. « Les équipements sur la commune », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  21. « La paroisse », sur le site du diocèse de Grenoble-Vienne (consulté le 7 août 2012).
  22. « Liste des mosquées », sur mosquee-lyon.org (consulté le 7 août 2012).
  23. a, b, c et d « Chavanoz (38097 - Commune) : Résumé statistique », sur le site de l'Insee (consulté le 8 août 2012).
  24. a, b, c et d « Isère (38 - Département) : Résumé statistique », sur le site de l'Insee (consulté le 8 août 2012).
  25. « Le château », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  26. « Notice no PA00117362 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Les moulins », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  28. « Les transports à Chavanoz », sur le site de la mairie de Chavanoz (consulté le 10 décembre 2012).
  29. « Histoire dans les détails temps », sur ville-chavanoz.fr (consulté le 7 août 2012)