La Chapelle-en-Vercors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
La Chapelle-en-Vercors
La Chapelle en Vercors, dans le Vercors Dromois. Les hauts plateaux sont visibles derrière le village.
La Chapelle en Vercors, dans le Vercors Dromois. Les hauts plateaux sont visibles derrière le village.
Blason de La Chapelle-en-Vercors
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton La Chapelle-en-Vercors
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Vercors
Maire
Mandat
Jacky Casasnovas
2014-2020
Code postal 26420
Code commune 26074
Démographie
Population
municipale
676 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 07″ N 5° 25′ 01″ E / 44.9686111111, 5.4169444444444° 58′ 07″ Nord 5° 25′ 01″ Est / 44.9686111111, 5.41694444444  
Altitude Min. 900 m – Max. 1 524 m
Superficie 45,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
La Chapelle-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
La Chapelle-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-en-Vercors

La Chapelle-en-Vercors est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Située au cœur du Parc naturel régional du Vercors, accessible par des routes plus que centenaires taillées dans les gorges : Grands Goulets, Gorges de la Bourne, Combe Laval.

Village rural, tourné vers l'élevage biologique, avec le Label Parc du Vercors.

On y trouve de délicieux fromages : Vercors Sassenage, saint-marcellin.

Le développement touristique modéré et le faible peuplement ont permis de sauvegarder une nature très riche de par sa faune, sa flore et ses paysages de forêt ou de hauts plateaux, pâturages, falaises...

Le village compte deux petits hôtels 2 **NN, beaucoup de gîtes, accueil à la ferme... Épiceries, boulangeries, boucheries, presse, tabac, souvenirs, sport, pharmacie... crêperie et restaurant-pizzeria. Médecin, vétérinaire.

Étant le village central et le plus peuplé de la communauté des communes qui compte 5 villages (Saint-Agnan-en-Vercors, Saint-Julien-en-Vercors, Saint-Martin-en-Vercors, Vassieux-en-Vercors), La chapelle a le privilège d'avoir également un collège, une poste et une perception.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Dans le canton se trouve la station de sports d'hiver col de Rousset

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir du 1er juillet 1944, les soldats allemands lancent de violentes offensives contre les maquisards et les habitants du Vercors. À la Chapelle-en-Vercors, les soldats recherchent armes et terroristes, ils exigent la collaboration du maire Elie Revol, et du curé Pitavy, qui refusent. Le 25 juillet 1944, les soldats allemands détruisent et incendient une centaine de maisons. La population est alors divisée en deux groupes, l'un rassemblant les jeunes hommes, l'autre les hommes plus âgés, les femmes et les enfants. Ces derniers sont alors enfermés dans l'école. Le soir même, les allemands fusillent au hasard 16 jeunes hommes dans la cour de la ferme Albert qu'ils incendient aussi. Ils dégoupilleront ensuite des grenades sur les cadavres sans aucune autre raison que la barbarie. Pour évoquer cette événement, une stèle en verre a été installée dans la cour de l'ancienne ferme, un espace muséographique crée afin de retracer les événements, une invitation à se souvenir et se recueillir. Les victimes sont :
Jean Allouard (18 ans)
Aimé Bouvet (17ans)
René Bayoud (19 ans)
Pierre Bènevène (36 ans)
Georges Borret (37ans)
René Phabert (18 ans)
Jules Fontanabona (23ans)
Nello Fontanabona (20 ans)
Stanislas Sitarz (38ans)
Philippe Saint André (35 ans)
Roger Revol (28 ans)
Fernand Roine (37 ans)
Maurice Rolland (17ans)
Leopold Rolland (19 ans)
Robert Rochas (18 ans)
Paul Morin (19 ans)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chapelle en Vercors (La) Blason De gueules aux trois vermisseaux d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Chapelle en Vercors (La)
De gueules au chamois d’or sur une montagne du même ; au chef cousu de sinople chargé de trois sapins d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1940 1959 Élie Revol    
1959 1995 Bontoux    
juin 1995 mars 2008 Régis Malsand    
mars 2008 février 2012 Régis Malsand    
février 2012 29/12/2013 Serge Saint-André    
mars 2014 en cours
(au 6 novembre 2014)
Jacky Casasnovas[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 676 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 077 1 469 1 217 1 301 1 300 1 343 1 309 1 393 1 320
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 228 1 262 1 320 1 279 1 219 1 266 1 203 1 180 1 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 068 1 030 967 851 799 826 823 738 818
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
738 722 675 653 628 662 674 674 676
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Foire Vieille : vestiges de l'agglomération fortifiée médiévale de La Bâtie de Vercors (ou de l'Orme).
  • La Cour des fusillés et son espace muséographique, en mémoire des seize jeunes fusillés par les nazis.
  • Grotte de la Draye Blanche. Elle se trouve sur la route entre Vassieux-en-Vercors et La Chapelle-en-Vercors. On accède à une salle immense remarquable par la richesse des couleurs.
  • Vallée de Loscence, avec le centre de vacances de la ville de Noisy-le-Sec.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Phillipe Saint André, entraîneur de l'équipe de France de rugby.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Chapelle-en-Vercors sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 6 novembre 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :