Piéton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piéton (homonymie).
Marquage au sol représentant un piéton (Suisse).

Un piéton est une personne se déplaçant à pied, en marchant ou en courant, par opposition à celui qui utilise un véhicule : il s'agit donc d'un mode de transport dit « doux ». Sa vitesse est de l'ordre du mètre par seconde (3.6km/h environ). Un minimum de marche chaque jour est réputé nécessaire à la santé humaine.

L'ampleur de la mobilité du piéton[modifier | modifier le code]

La marche reste le premier moyen de se transporter dans le monde, mais essentiellement dans les pays pauvres. Un bon marcheur endurant et peu chargé parcourt plus de 20 km par jour. Dans les pays riches et urbanisés, hormis en vacances ou dans le cadre de randonnées, le piéton moyen parcourt au plus une dizaine de kilomètres par jour, et de moins en moins depuis l'apparition de l'automobile. Dans les villes, on se déplace rarement à pied à plus d'un kilomètre autour du domicile ou lieu de travail (c'est l'aire de proximité, l'échelle du quartier).

Pourquoi marche-t-on[modifier | modifier le code]

Piéton en déplacement

Le déterminisme modal correspond aux motivations de l'individu à se déplacer à pied, par exemple :

  • les personnes assignées à résidence qui n'ont pas accès aux moyens de transports tarifés pour des raisons techniques ; financières, géographiques, cognitives, etc.
  • les raisons exceptionnelles : panne, personne ayant raté son bus, etc.
  • la marche revendicative (manifestation)
  • la transition modale, ou interconnexion : parcours de petite distance effectuée à pied, pour relier deux moyens de déplacement, par exemple bus-métro, voiture-tram, etc.
  • le trajet terminal : parcours effectué à pied pour relier le dernier moyen de transport au lieu désiré
  • les autres cas, dont les marches ou le jogging pour entretenir sa santé, ou comme loisir (randonnée, tourisme, avec une version plus "dure" ou aventureuse comme le trekking)

La planification des feux de circulation se base, en France, sur une vitesse des piétons de 1 mètre par seconde, alors qu'elle est évaluée à 1,2 mètre par seconde en Allemagne[réf. nécessaire]. Nombre de personnes sont incapables de marcher à cette vitesse. Les médecins considèrent qu'une personne peut se déplacer seule dans la rue à la vitesse de 20 centimètres par seconde (720 m/heure). Cela veut dire qu'il faudrait accorder 50 secondes aux piétons pour traverser une rue de 10 mètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La question du piéton est notamment soulevée en urbanisme où les espaces piétons et en particulier le trottoir sur lequel ils circulent, peuvent faire l'objet de conflits d'usages avec les autres modes de transports. Les associations de défense des mobilités douces reprochent aux urbanistes d'avoir produit des villes où l'on a surtout favorisé les automobiles.

De même, sur les trottoirs, la cohabitation avec d'autres éléments aux cinétiques différentes (poussettes, rollers, etc…) ou immobiles (mobilier urbain), peut créer des tensions.

Enfin, le piéton est régulièrement amené à rejoindre le trottoir opposé, et doit donc traverser la chaussée. Il doit parfois pouvoir traverser une autoroute, une voie ferrée, une rocade etc. Afin que cette traversée soit sécurisée, il faut créer des passages piétons, voire des passerelles ou passages souterrains.

Toutefois, dans le centre-ville de nombreuses agglomérations, des voies publiques ont entièrement été dédiées à ce mode de transport constituant ainsi de véritables Zones piétonnes.

Prise en compte du piéton[modifier | modifier le code]

En Belgique, le Réseau RAVeL a été créé en octobre 1995 par la Région Wallonne pour les piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite et cavaliers. Ce réseau peut emprunter des chemins de halage et des voies ferrées désaffectées.

En Europe, le REVER (« Réseau Vert Européen ») est le nom d'un projet européen pour la mobilité non motorisée (piétons, vélos, rollers...)

  • REVER AMNO est le nom du réseau pour l’Irlande, le Royaume-Uni, le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg, le sud des Pays-Bas.
  • REVER MED est un projet monté dans le cadre d’un programme INTEREG visant à créer un réseau continu de voies vertes tout le long du littoral méditerranéen. La partie française du projet associant déjà le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable, le Ministère de la Jeunesse et des Sports, la Région Rhône-Alpes et le Conseil Général de l’Hérault (en 2006).
  • un projet REVER EUROPE CENTRALE est esquissé (2006).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]