Notre-Dame-de-Mésage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame.
Notre-Dame-de-Mésage
Hameau du Grand-Pont
Hameau du Grand-Pont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vizille
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole
Maire
Mandat
Tonino Toia
2014-2020
Code postal 38220
Code commune 38279
Démographie
Gentilé Mésageois / Mésageoises
Population
municipale
1 200 hab. (2011)
Densité 265 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 16″ N 5° 45′ 23″ E / 45.071020342708, 5.756496823251345° 04′ 16″ Nord 5° 45′ 23″ Est / 45.071020342708, 5.7564968232513  
Altitude Min. 270 m – Max. 1 276 m
Superficie 4,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-Mésage

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-Mésage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-Mésage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Notre-Dame-de-Mésage
Liens
Site web www.notredamedemesage.com

Notre-Dame-de-Mésage est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Mésageois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-de-Mésage constitue une zone urbaine de l'Agglomération grenobloise située à la limite de l'urbain et du rural, en Isère (préfecture: Grenoble), dans le canton de Vizille. Le terroir de la commune est urbanisé pour un tiers, un autre tiers est recouvert de forêt et le tiers qui reste est terrain militaire.[1]

Géologie[modifier | modifier le code]

Ancienne exploitation des carrières de gypse et albâtre (utilisé pour décorer la chapelle mortuaire de Napoléon I de l'Hôtel des Invalides[2]).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Commanderie "des Templiers" restent seulement les vestiges.

Risques[modifier | modifier le code]

Parmi les risques naturels, le risque d'inondations dû à une crue de la Romanche et le risque d'effondrement dû aux anciennes carrières de gypse.[2] Risques thecnologiques dus à l'activité à Jarrie des établissements industriels Arkema et Areva-Cezus.[3]

Monument à la mémoire des morts sur la route.

La commune est traversée par la RN 85 (route Napoléon) dont la fin de la très dangereuse descente de Laffrey a été le lieu de trois des accidents de la route les plus meurtriers en France. Le plus récent s'est déroulé le 22 juillet 2007, où un car polonais transportant des pèlerins de retour du sanctuaire de Notre-Dame de la Salette, sans doute à cause d'un problème de freins, est sorti de la route dans le virage précédent le franchissement d'un pont sur la Romanche et est venu s'écraser en contrebas de la rivière tuant 26 personnes et en blessant grièvement une quinzaine d'autres, dont 3 dans un état critique, bilan provisoire au 2 août. En juillet 1973, l'accident d'un car de pèlerins belges à quelques mètres de là avait tué 43 personnes.

Article détaillé : Rampe de Laffrey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Tonino TOIA Sans ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 200 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
262 235 251 276 271 274 307 328 309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
287 287 258 256 272 292 281 269 239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
246 234 239 277 277 297 268 211 271
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
280 240 273 928 1 297 1 203 1 214 1 217 1 200
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chapelle Saint-Firmin

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • une école maternelle et primaire[1]
  • une salle polyvalente[1]

Equipement sportif[modifier | modifier le code]

  • complexe sportif pour le football[1]
  • City stade[1]
  • club de tennis[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Description de la commune, www.notredamedemesage.com, accès 25 décembre 2014.
  2. a et b Jacques DEBELMAS, Les anciennes carrières de Grenoble et de ses environs immédiats, Géologie Alpine, t. 66, 1990, www.geol-alp.com
  3. Environnement > Les Risques > PPRT Risques technologiques, www.notredamedemesage.com
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Notice no PA00117231 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Conseil Général de l'Isère, Chapelle Saint-Firmin à Notre Dame de Mésage, www.isere-tourisme.com
  8. « Eglise paroissiale Saint-Firmin », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Les chapelles > Notre Dame (Sainte Marie), www.notredamedemesage.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :