1951

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1951 (MCMLI en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres signifcations, voir 1951 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1948 1949 1950  1951  1952 1953 1954

Décennies :
1920 1930 1940  1950  1960 1970 1980
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

9 janvier : les locaux de l'administration centrale des Nations unies sont inaugurés à New York.

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

5 avril : condamnation des époux Rosenberg
  • 15 mars : Jacobo Arbenz Guzmán devient président du Guatemala (fin en 1954). Arbenz se propose de transformer le Guatemala en un pays moderne et capitaliste, mais de façon indépendante et avec l’appui des masses populaires. Il mène des réformes agraires qui redistribuent des terres, lésant les intérêts des grands groupes, en particulier la United Fruit Company.
  • 16 mai : les militaires refusent de reconnaître la victoire électorale du Mouvement nationaliste révolutionnaire de Víctor Paz Estenssoro en Bolivie.
  • Mai : les cinq pays d’Amérique centrale forment, à l’invitation de la CEPAL, un Comité de coopération économique (CCE)
  • 14 octobre : les cinq pays d’Amérique centrale signent la Charte de San Salvador donnant naissance à l’Organisation d’États centraméricains (ODECA).
  • 11 novembre : réélection de Juan Perón en Argentine. Sa politique se fait moins populiste et nationaliste, la situation économique ne permettant plus ses largesses re-distributives.

Etats-Unis[modifier | modifier le code]

  • Janvier : la restauration des contrôles gouvernementaux permet d’enrayer l’inflation aux États-Unis.
  • 12 janvier : Federal Civil Defense Act. Retour de la conscription militaire, nécessaire devant les besoins d'effectifs sur le terrain pour la guerre de Corée.
  • 26 janvier : le sénateur Joseph McCarthy est nommé président de la commission sénatoriale d’enquête sur les activités anti-américaines dont il se sert comme d’une tribune pour sa propagande. Il fait régner sur l’État fédéral un incessant climat de terreur et de délation. L’Administration accepte des critères extraordinairement sévères pour la définition des « risques de sécurité » (Avril). Elle jette le doute sur elle-même en se voyant obligé de renvoyer des employés auparavant blanchis.
  • 27 février : 22e amendement, limitant le nombre de mandats présidentiels à deux aux États-Unis.
  • 5 avril : Ethel et Julius Rosenberg sont condamnés à la peine capitale pour espionnage. Ils étaient accusés d'avoir livré des secrets atomiques à l'URSS. Ils seront exécutés en juin 1953. Campagne internationale de protestation en faveur des Rosenberg (1951-1953).
  • 11 avril : Douglas Mac Arthur, qui s’est lancé dans une campagne publique contre la Maison-Blanche, est limogé. Il est accueilli triomphalement par l’opinion américaine.
  • Mai : Opération Strangle : commencement de la campagne de bombardements stratégiques en Corée. L'opération durera 26 mois et impliquera plus de 1000 bombardiers B29 et B26. Près de 500 000 tonnes de bombes furent déversées essentiellement en Corée du Nord. Mais elle échoua à empêcher les forces sino-coréennes de repousser les troupes onusiennes à la frontière coréenne.
  • 1er septembre : Signature de l'ANZUS, alliance militaire entre les USA, l'Australie et la Nouvelle-Zélande
  • 8 septembre : pacte nippo-américain de sécurité.
  • 10 octobre : Mutual Security Act. Augmentation de l'aide militaire destinée aux pays alliés à 7,5 milliards de dollars.
  • 20 octobre : Revenue Act. Nouvelle hausse de la fiscalité. Augmentation de l'impôt sur le revenu. Hausse de 5 % de l'impôt sur les sociétés (qui passe à 50 %). Nouvelles taxes sur l'essence, l'alcool, le tabac et les automobiles. Cet accroissement de la fiscalité est rendu nécessaire face aux dépenses militaires indus par la guerre de Corée.
  • Accords entre le Mexique et les États-Unis prévoyant l’entrée légale d’un nombre annuel défini de travailleurs saisonniers mexicains aux États-Unis. Un million de Mexicains traversent illégalement la frontière durant cette période après-guerre.
  • 8,7 % d'inflation.
  • 49 milliards de dollars sont consacrés aux dépenses militaires
  • 400 000 soldats américains présents en Corée
  • 3,2 % de chômeurs
  • Création de l'AIPAC.

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

  • Mise en application d’un plan de dix ans sur l’enseignement en Indonésie[6]. Des écoles et des universités sont aménagées. Leurs effectifs sont multipliés. Des actions sont menées pour lutter contre l’analphabétisme des adultes (Service d’Éducation des masses). Des progrès sont rapidement réalisés.

Corée[modifier | modifier le code]

Contre-offensive de l'ONU. Avance vers le 38e parallèle, 8 avril
Article détaillé : Guerre de Corée.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 15 mars : nationalisation des pétroles iraniens : grave crise avec le Royaume-Uni.
  • 27 avril : démission du Premier ministre iranien Hossein Ala', partisan d’un compromis avec les Britanniques sur le statut de l’Anglo-Iranian Oil Company. Mohammad Mossadegh, partisan des nationalisations, lui succède le 29 avril.
  • 30 avril : le Parlement iranien approuve à l’unanimité la nationalisation immédiate de l’industrie pétrolière iranienne. En réaction, l’AIOC (Anglo-Iranian Oil Company) obtient un embargo des sociétés pétrolières sur les achats de pétrole iranien. Pour compenser cette réduction de l’offre, les compagnies décident d’augmenter leur production dans le Golfe.
  • 18 juin : un accord de défense mutuelle est signé entre les États-Unis et l'Arabie saoudite, autorisant les américains à armer, équiper et entraîner les forces de défense saoudiennes[7].
  • 16 juillet (Liban) : le parti nationaliste social syrien assassine l'ex-Premier ministre du Liban Riyad es-Solh.
  • 20 juillet : le roi Abdallah Ier de Jordanie est assassiné dans la mosquée Al-Aqsa par un partisan des muftis, bannis de la ville. Son fils Talal lui succède (fin en 1952). L’émir Naïf, son deuxième fils, devient régent. Les derniers contacts d’Israël avec les Arabes sont rompus. La commission de conciliation est supprimée et remplacée par une mission de bons offices.
  • 21 août : dans une lettre au Premier ministre iranien Mossadegh, le médiateur américain W. Averell Harriman soutient la proposition britannique pour résoudre le conflit pétrolier : participation de l’Iran à la direction des sociétés britanniques et partage des bénéfices. Il menace l’Iran d’une suppression de l’aide américaine si le gouvernement ne parvient à aucun accord avec la Grande-Bretagne.
  • 8 octobre : le Premier ministre égyptien Nahhas Pacha décide de dénoncer le traité de 1936 entre le Royaume-Uni et l'Égypte. Farouk est proclamé roi du Soudan.
  • 9 octobre : la Grande-Bretagne avertit l’Égypte qu’elle n’acceptera pas la révocation unilatérale du traité et qu’elle maintiendra ses troupes dans la zone du canal de Suez. Une guérilla contre la présence britannique se développe, principalement menée par les communistes et les Frères musulmans. 80 000 soldats britanniques stationnent alors en Égypte alors que le traité de 1936 n’en prévoyait que 10 000.
  • 29 octobre : en Syrie, après une période d’instabilité politique, Adib Chichakli décide de prendre directement le pouvoir, dissout le Parlement et forme un gouvernement militaire. Le régime, appuyé par l’armée, devient autoritaire avec la dissolution des partis et la fondation d’un parti unique, le Mouvement de libération arabe (25 août 1952).
Article détaillé : 1951 en Iran.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1951 en France, 1951 en Italie et 1951 en Suisse.
  • Premier Plan quinquennal en République populaire roumaine (1951-1955), qui jette les bases d’une industrialisation systématique. 42 % des investissements vont aux biens de production (industries lourdes, machines), 10 % à l’agriculture. Un Plan d’électrification prévoit de raccorder tous les villages en dix ans et un projet de construction d’un canal Danube-mer Noire est lancé.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1951[modifier | modifier le code]

Dates non renseignées ou inconnues :

Décès en 1951[modifier | modifier le code]

Dates non renseignées ou inconnues :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]