Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ville (homonymie).
Ville de New York (États-Unis)
Ville de Berlin (Allemagne)

Une ville est un milieu physique où se concentre une forte population humaine, et dont l'espace est aménagé pour faciliter et concentrer ses activités : habitat, commerce, industrie, éducation, politique, cultureetc. Les principes qui régissent la structure et l'organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine, l'urbanisme ou encore l'économie urbaine.

L'ONU estime que 2008 est l'année où pour la première fois, de l'histoire connue, plus de la moitié des humains résident dans une ville[1].

Définition selon les pays[modifier | modifier le code]

Selon les pays et le contexte (statistique, géographie, sociologieetc.), le mot « ville » recouvre différentes acceptions :

  • En Algérie, le terme est utilisé pour une agglomération de plus de 20 000 habitants[2].
  • En Belgique, ville est actuellement un titre strictement honorifique, mais néanmoins officiel, qui est octroyé par la voie législative à certaines communes.
  • En France, où l'organisation municipale est devenue uniforme, l'INSEE définit la ville selon le critère de l'importance du peuplement et de la continuité de l'habitat. Une ville se définit par une population d'au moins 2 000 habitants[3], dont les habitations doivent être à moins de 200 m l'une de l'autre[4].
  • En Suisse, une ville est soit une commune de plus de 10 000 habitants[5], soit une commune possédant ce statut depuis le Moyen Âge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Apparition des villes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire urbaine.

Les villes apparaissent entre 3500 et 1500 av. J.-C. dans les régions fertiles et limoneuses de Mésopotamie comprises entre le Tigre et l'Euphrate, aujourd'hui l'Irak, puis en Syrie, en Égypte, dans les vallées du Nil et du Jourdain, de la vallée de l'Indus et du Yangzi Jiang.

La symbolique de la création de la ville[modifier | modifier le code]

Ville de Londres (Royaume-Uni).

Les civilisations occidentale et moyenne-orientale disposent d'un certain nombre de mythes et de récits légendaires de création des villes qui nous renseignent, par delà la réalité historique, le sens même donné à de tels établissements construits de toutes pièces par les hommes.

Selon la tradition biblique, c'est Caïn lui-même qui construisit la première ville dans le pays de Nod, le pays de l'errance, et qu'il baptisa du nom de Hénoc qui veut dire le commencement (Genèse 4, 17-24). C'est là que naissent symboliquement l'artisanat avec Tubalcaïn, le premier ouvrier à travailler les métaux, et les arts avec le joueur de flûte (de chalumeau), Youbal. C'est aussi, avec Lamek, la ville du crime et c'est pour cela que Dieu la détruisit par un déluge. La Bible, dans le canon chrétien, commence avec l'histoire d'une ville, celle d'Hénoc[6], et se clôt dans l'Apocalypse par celle d'une autre ville, la Jérusalem céleste, comme pour signifier que « par amour, Dieu révise ses propres desseins, pour tenir compte de l'histoire des hommes, y compris de leurs plus folles révoltes »[7], à moins que l'avenir de l'homme ne passe par la ville et que la ville elle-même soit le symbole de la perfection du monde à venir. L'homme n'est donc point destiné à revenir un jour dans un paradis perdu, mais à vivre pour l'éternité, dans une ville[8], la Jérusalem céleste où il n'y a plus de temple en son centre, car cette ville est Dieu. Le Jardin d'Éden est interdit de retour aux hommes et c'est pour cela que, symboliquement, Dieu y a placé à l'entrée un ange avec une épée flamboyante.

Ville de Lyon (France).

La Bible est aussi une longue succession d'histoire de villes qui toutes seront détruites y compris Jérusalem et son temple par trois fois, comme si la perfection voulue par les hommes ne pouvait être atteinte en ce monde[9]. La grande ville (Babel-Babylone et Jérusalem) est le symbole de la perdition de l'homme comme le rapporte Jacques Ellul au travers une analyse fine du texte biblique[10], car elle est le milieu créé par l'homme pour échapper au projet de Dieu. La ville, dès les origines, apparaît donc dans sa symbolique du moins, comme la seule voie qui permette à l'homme d'accéder à sa propre humanité en apprenant à "vivre ensemble, égaux et différents" pour reprendre la problématique posée par le sociologue Alain Touraine[11]. La ville au travers le mythe de Babel pose aussi directement, avec la diversité des langues, la question des conditions de l'altérité et c'est au travers cette altérité que l'homme devient civilisé par opposition aux barbares[12]. C'est en cela alors que la ville devient "creuset d'humanité "[13]. Construire une ville est un acte à haut risque où l'homme se confronte avec les dieux créateurs, tel un démiurge. Aussi est-il indispensable de s'accorder les bonnes grâces desdits dieux au travers les rites de fondation avec des sacrifices et des offrandes et les rites de dédicace. La dédicace consiste à placer la ville sous la protection d'un dieu tutélaire particulier.

Les premières villes apparaissent dans la Haute-Antiquité d'abord dans les grandes plaines alluviales fertiles de la Mésopotamie, du Nil, du Fleuve Jaune et du Gange. L'apparition de villes coïncide avec l'émergence de l'agriculture durant la période du Néolithique. Voir les travaux de Jean-Louis Huot sur la naissance des villes en Mésopotamie notamment[14].

À cette époque, la ville se caractérise par plusieurs éléments :

  • par une délimitation précise autant que symbolique[15] de la ville par un fossé, un palissage ou un mur d'enceinte parfois monumental ; il convient de renvoyer, par exemple, aux nombreux mythes de la création de Rome avec Rémus qui trace le périmètre de l'enceinte avec une charrue. Symboliquement, cette limite qui est aussi une protection distingue deux mondes : celui de la cité (la civis en latin), le monde des civilisés, de ce qui n'est pas la cité, le monde des barbares. Ceux qui ne respectent pas les règles de la cité sont alors bannis, rejetés, mis au ban, c'est-à-dire hors de la cité. De là le mot banlieue : la banlieue n'est pas la cité, ce qui explique parfois ce sentiment de rejet qu'ont les habitants de la banlieue de ne pas être des citoyens à part entière. Citoyen, habitant de la cité.
  • par des rites de fondation dont on retrouve parfois les traces lors des fouilles archéologiques et qui manifestent bien là une intention particulière, un projet qui risque de contrarier les dieux. Il s'agit de rassembler dans une même enceinte des hommes et des femmes de clans et de familles différentes, voire antagoniques, de métiers et de mœurs divers… Il convient alors de faire corps, les sociologues parlent aujourd'hui de corps social qui est plus que la somme des individus qui le composent.
  • par l'apparition d'un espace public qui va être bordé très rapidement par un bâtiment plus grand que les autres (maison du chef, des prêtres, maison commune ?) comme le montrent les fouilles de Jean-Louis Huot en Mésopotamie (op. cit.). L'espace public est sans doute l'élément le plus discriminant pour marquer le passage du village au sens entendu à l'époque — le mot n'existe pas — de la ville. Le village, à cette époque de la fondation des premières villes, est avant tout un habitat précaire fait de huttes et de tentes autour d'un puits. Le village regroupe un clan, une famille au sens large du terme. La ville est un tout autre projet : elle va regrouper plusieurs clans, plusieurs familles, plusieurs métiers…
  • par l'apparition de greniers qui montre que l'on change de système économique et que l'on peut engranger les récoltes, en préserver une part pour les semailles de l'année suivante et aussi échapper aux famines. C'est encore la traduction d'une accumulation de surplus qui vont permettre les échanges et la naissance d'une économie avant même l'apparition de la monnaie.
  • par une superficie importante (la ville mésopotamienne d'Uruk s'étend par exemple sur 400 ha) ; la taille n'est toutefois pas discriminante. Il existe de petites villes qui peuvent être de la taille d'un village comme de grandes villes.
  • par une population conséquente et surtout sédentaire (la population de Xi'an est estimée à un million d'habitants 1000 ans avant l'ère chrétienne) pour la ville d'Uruk.

Les raisons de l'apparition des villes sont probablement liées, si l'on en croit l'analyse des économistes, à l'accumulation des richesses des civilisations rurales capables de dégager des surplus de production et surtout liées au développement d'une division du travail. Les cultures relativement intensives du fait des progrès dans la sélection des semences et du bétail comme dans les outils favorisent la richesse et incitent à la spécialisation des personnes dans d'autres domaines que l'agriculture, et tout particulièrement dans les fonctions artisanales et commerciales puis administratives, religieuses ou militaires.

Néanmoins, survivront jusqu'à nos jours, en parallèle, des civilisations nomades qui n'en furent pas moins brillantes et les Hébreux, eux-mêmes Sémites nomades, émigrèrent avec Abram (Abraham) de ces régions où naquirent les toutes premières villes. La lecture de la ville ne peut pas faire l'impasse d'un parallèle avec le nomadisme et ce qu'il en reste encore de nos jours, y compris dans nos imaginaires. Il convient alors de se rapprocher des travaux du sociologue Michel Maffesoli[16]. C'est Caïn — l'agriculteur sédentaire — qui tue son frère Abel — le nomade gardien de troupeaux — que Dieu semblait privilégier.

La ville naît aussi et surtout de la volonté des hommes qui se regroupent autour d'un projet commun, celui de vivre en société. C'est pour cela que l'espace public apparaît comme l'élément symbolique primordial de la fondation de la ville. La ville apparaît alors comme un projet politique au sens étymologique du terme, de polis qui en grec veut dire la cité. La ville n'est donc pas qu'un rassemblement d'hommes et de femmes guidés par des soucis essentiellement fonctionnels (se protéger et se défendre, échanger et marchander…). La ville regroupe sur un territoire donné, des hommes et des femmes et leurs activités avec le projet commun de vivre ensemble, projet plus ou moins explicité d'ailleurs et parfois même sous la contrainte relative d'un leader qu'il soit laïc ou religieux voire les deux à l'époque. C'est avec étonnement qu'Étienne de la Boétie dans son "discours sur la servitude volontaire" au XVIe siècle, s'interroge sur ce qui pousse les hommes nés libres et égaux à abandonner ainsi une part de leur liberté pour vivre ensemble. Sans doute parce que cette vie ensemble est la seule façon pour l'homme d'avenir à sa propre humanité si l'on en croit le philosophe Emmanuel Lévinas qui évoque l'altérité et les conditions de cette même altérité.

Des décisions « politiques » furent à l'origine de la création de villes nouvelles de l'Antiquité à nos jours, mais la finalité reste toujours là même avec souvent le souci de créer sur terre, ici et maintenant, un impossible paradis, une cité idéale. Celui qui nous est promis dans la perspective chrétienne, du moins symbolique, est une ville : la Jérusalem céleste.

Urbanisation, phénomène mondial en croissance exponentielle[modifier | modifier le code]

Ville de Chicago (États-Unis)

Le XXe siècle a connu une forte croissance de l'exode rural et des villes. L'ONU et la Banque mondiale notent qu'en 2008, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre la population des campagnes ; en 1950, 30 % des humains étaient urbains, la moitié l'était en 2007, et 60 % le seront probablement en 2030 (surtout dans les pays en développement qui selon les prospectivistes devaient accueillir 4 milliards d’urbains en 2030, soit 80 % des citadins de la planète).

Le Nigeria et la Chine encore très ruraux dans les années 1980 dépasseront 50 % d’urbains, et Bombay et Delhi devaient atteindre respectivement 22 et 19 millions, quand Shanghai ou Lagos (Nigeria) auront 17 millions d'habitants chacune. 36 mégapoles devraient abriter plus de 10 millions d’habitants en 2015 (contre 23 en 1998).

Les agglomérations de plus d’un million d'habitants étaient rares au début du XXe siècle. En 2011, on en compte 21 de plus de 10 millions de personnes, presque toutes situées dans les régions en développement d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Des zones métropolitaines se chevauchent pour former d'énormes réseaux urbains. En Afrique de l'Ouest, en Chine et dans le nord de l'Inde, ceux-ci peuvent abriter plus de 50 millions d'habitants.

Ville de São Paulo (Brésil)

Selon les projections des Nations unies, les villes des pays en développement absorberont la plus grande part de la croissance démographique d'ici 2050 - plus de deux milliards d'individus. 72 % des pays en développement ont adopté des mesures pour endiguer les vagues migratoires vers leurs villes, relève une enquête des Nations unies. Mais considérer l'urbanisation comme un mal en soi plutôt que comme une voie inévitable du développement est une erreur, affirme David Satterhwalte, de l'International Institute for Environment and Development (en) de Londres.

Il n'existe pas de modèle unique pour gérer une urbanisation rapide. Mais certains exemples sont encourageants. L'un d'entre eux est Séoul. Entre 1960 et 2000, sa population est passée de moins de 3 millions d'habitants à 10 millions. Pendant cinq siècles, l'essentiel de la ville resta contenu dans l'enceinte d'une muraille de 16 km, bâtie en six mois par les hommes de Taejo. C'était une cité de lettrés qui comptait quelques centaines de milliers d'âmes, jusqu'à ce que le XXe siècle lui donne un nouvel essor.

Dans les pays pauvres, les bidonvilles croissent souvent au même rythme que l'urbanisation souligne l'ONU, qui craint avec 1,4 milliard d’habitants vivant dans des bidonvilles en 2020 (souvent sans eau ni électricité et sans accès aux services médicaux et sociaux de base) une augmentation de la pauvreté, des maladies et de la violence urbaine. En 2008, environ 1 milliard d'humains urbains vivent dans une grande pauvreté, souvent dans des bidonvilles[17].

La ville, en ce qu'elle se dilue, est peu à peu remplacée dans les études par les concepts de fait urbain, d'urbanité, de métropole, à travers les processus de mondialisation et de métropolisation. Ceux-ci, s'ils encouragent et incarnent la dynamisation économique et fonctionnelle des espaces urbains, sont aussi vecteurs d'inégalités et de fractures sociales, démographiques et culturelles entre les différents acteurs et différentes populations, et d'altérations des milieux. Les promoteurs de la durabilité en ville cherchent des remèdes à ces constats. Le géographe Guy Burgel pointe de nombreux enjeux pour la ville de l'avenir. Il s'agit de trouver les solutions à la discordance croissante entre territoires vécus et territoires de gestion politique, à la disparition progressive de la ville dans les débats publics et les politiques prônées, à la déterritorialisation de la gestion de la ville, à la désolidarisation croissante entre économie et société, à l'effacement du citoyen face à l'usager, etc.

Définitions[modifier | modifier le code]

La difficulté de la définition de la ville tient à ses propres caractéristiques : une taille, mais également des fonctions diverses et surtout une autonomie politique. Pour les géographes contemporains comme Pierre George, une ville se définit comme « un groupement de populations agglomérées caractérisé par un effectif de population et par une forme d'organisation économique et sociale ». On fait aussi souvent la distinction entre ville et village avec les activités dominantes, en tenant compte de la population : la ville n'a pas une activité essentiellement agricole ou artisanale, contrairement au village, elle a aussi une activité commerciale, politique, intellectuelle. Avec cette définition, une ville pourrait être plus petite qu'une agglomération fortement peuplée à partir d'un réseau de communication.

Par le statut[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ville de Belgique.

En Belgique, Durbuy est la plus petite ville du monde mais – comme dit plus haut – dans ce pays, « ville » est un titre strictement honorifique.

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes du Canada.

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ville de France.

En France, les villes et agglomérations urbaines (par opposition aux agglomérations rurales), sont désignées sous le terme unique d'unité urbaine, leur délimitation est fondée sur l'unique critère de continuité de l'habitat. Les agglomérations peuvent donc être constituées d'une ou plusieurs communes sur le territoire desquelles une zone agglomérée contient plus de 2 000 habitants. Les limites sont redéfinies en fonction des divers recensements. La première définition date de 1954[18].

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des villes du Luxembourg.

Par le statut ou des critères d'urbanisation[modifier | modifier le code]

Maroc[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes du Maroc.

Au Maroc, les villes, telles que définies par le haut-commissariat au Plan notamment chargé du recensement décennal, sont les communes urbaines ou municipalités (ayant le statut administratif de ville) et les centres urbains (unités statistiques) dont disposent certaines communes rurales.

Par la population et densité de population[modifier | modifier le code]

Ville de Tokyo (Japon).

Le seuil à partir duquel on parle de ville varie selon les époques et les pays. Il pose la question des représentations de la ville selon les pays. Les statistiques des Nations unies montrent les différences de seuil entre les instituts nationaux de statistiques (il en existe presque 200 à travers le monde). Si en France ou en Allemagne, le seuil est de 2 000 habitants agglomérés, il est au Danemark de 200, en Islande de 300, au Canada de 1 000, aux États-Unis de 2 500, en Suisse et en Espagne de 10 000, au Japon de 50 000. Les Nations unies se réfèrent quant à elles au seuil de 20 000 habitants.
Une définition statistique internationale de la population urbaine a été déterminée lors de la Conférence de Prague en 1966.

La densité de population est un des critères possibles, qui est notamment influé par la hauteur des bâtiments. En Europe, les urbains occupent un pourcentage de la superficie totale du continent, mais leur empreinte écologique s'étend bien au-delà de la surface des villes.

La ville consomme plutôt moins de ressources (renouvelables ou non) par habitant que dans les zones de périurbanisation (grâce notamment aux transports en commun, plus efficients, et à de moindres besoins de mobilité) mais, dans les années 1990, une ville européenne d'un million d'habitants consommait environ 11 500 t/jour de combustibles fossiles, 320 000 t d'eau et 2 000 t de denrées alimentaires, en produisant 25 000 t de CO2, 1 600 t de déchets solides et en évacuant 300 000 t d'eaux usées[19],[20].

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Suisse.

Par tradition[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Aux Pays-Bas, une agglomération est considérée ville si elle a obtenu des droits de ville[21] au Moyen Âge, ou si une coutume s'est développée, par exemple à cause de la taille de la population ou le rayonnement de la ville. Depuis la réforme de la constitution néerlandaise de 1848, il n'y a pas de distinction légale entre les villes et les villages aux Pays-Bas.

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Suisse.

Par gradients d'urbanité[modifier | modifier le code]

Au-delà des seuils permettant selon les critères précités de définir ce qui est une ville ou ne l'est pas, il est possible de définir ce qui fait l'urbanité. Cette dernière associe deux facteurs : la densité et la diversité des objets de société dans l’espace[22]. On peut qualifier chaque entité urbaine en fonction de l’intensité de son urbanité, on parle alors de gradients d'urbanité. On ne peut préjuger d’un caractère régulier d’une forte urbanité au centre et qui diminuerait vers la périphérie. À cette fin, on peut établir des géotypes qui permettent de qualifier des sous-espaces, de l'urbanité la plus importante à l’urbanité la plus faible[23].

Typologie[modifier | modifier le code]

Malgré la diversité des situations, il est possible de dresser une typologie des villes :

Origine des villes[modifier | modifier le code]

Différents facteurs ont présidé à la fondation ou au développement des villes à travers l'Histoire. Voici quelques exemples :

Par la fonction principale[modifier | modifier le code]

Par la taille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aire urbaine.

Les grandes villes sont le produit de l'étalement urbain ainsi que de la concentration des pouvoirs stratégiques de commandements dans de multiples domaines (politique, administratif, économique, culturel, militaire, etc.). On utilise généralement le terme de "métropole" pour les désigner. Toutefois, de nouvelles expressions permettent de les distinguer, notamment selon leur rayonnement au niveau mondial :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ONU, Note no 6144, 22 avril 2008, sur le site un.org
  2. Loi n° 06-06 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant loi d'orientation de la ville, sur le site joradp.dz
  3. Ville - définition, sur le site insee.fr, consulté le 6 janvier 2013
  4. Unité urbaine - définition, sur le site insee.fr, consulté le 6 janvier 2013
  5. [PDF] Les niveaux géographiques de la Suisse, Recensement fédéral de la population 2000, p. 149, OFS, Neuchâtel 2005, Auteur(s): Martin Schuler, Pierre Dessemontet, Dominique Joye, ISBN 3-303-00300-9
  6. Genèse 4.17
  7. Frédéric Rognon, Jacques Ellul : Une pensée en dialogue, éd. Labor et Fides, 2007, p. 86 [lire en ligne]
  8. Jacques Ellul, Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville, Paris, Gallimard, collection Voies ouvertes, 1975, p. 230-237
  9. RACINE Jean-Bernard, La ville entre Dieu et les hommes, Paris, Anthropos-Economica, 1993
  10. ELLUL Jacques, Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville, Paris, Gallimard, 1975.
  11. TOURAINE Alain, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Éd. Stock, Paris, 1997
  12. TASSEL François-Xavier, Babel, une chance pour les hommes, Cahiers des Amis de Roger Girard no 4, Paris, 2009, ISBN 978-2-906031-70-8
  13. TASSEL François-Xavier, La ville symbolique et creuset d'humanité, Revue Villard de Honnecourt no 63, Paris, 2006, (ISBN 978-2-901-628-52-4)
  14. HUOT Jean-Louis, Les premiers villageois de Mésopotamie. Du village à la ville, Armand Colin, Paris, 1994.
  15. TASSEL François-Xavier, Les enjeux de la limite urbaine, Revue Arts et Sciences no 5, Éd. Confluences, Bordeaux, 1998
  16. MAFFESOLI Michel, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de poche, « Biblio-Essais », 1997
  17. Rapport de prospective de l'ONU sur l’urbanisation, World Urbanization Prospects, octobre 2006
  18. Définition d'une ville sur le site de l'INSEE
  19. Évaluation DOBRIS Agence européenne pour l'environnement 1994
  20. « Dictionnaire des sigles, des mots clés - Dégradation de l'environnement urbain », sur le site planetecologie.org, consulté le 11 juin 2009
  21. page « City Rights » dans le Wikipedia en langue anglaise
  22. Lévy J., Le tournant Géographique, éd. Belin, Collection Mappemonde, 1999, p. 208
  23. Lussault M. & Lévy J., Dictionnaire de la Géographie, Ed.Belin, 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi les dictionnaires de géographies donnés dans la bibliographie de l'article Géographie.

  • Histoire de la France urbaine (sous la direction de Georges Duby) ;
    • Tome 1 : La ville antique, des origines au IX° siècle, Édition du Seuil Paris 1980 ;
    • Tome 2 sous la direction de Jacques Le Goff : La ville en France au Moyen Âge, des Carolingiens à la Renaissance, Édition du Seuil Paris 1980 ;
    • Tome 3 sous la direction d'Emmanuel Le Roy Ladurie : La ville des temps modernes, de la Renaissance aux Révolutions, Édition du Seuil Paris 1980 ;
    • Tome 4 sous la direction de Maurice Agulhon : La ville de l'âge industriel, le cycle Hausmannien, Édition du Seuil Paris 1980 ;
    • Tome 5 sous ma direction de Marcel Roncayolo : La Ville aujourd'hui, Édition du Seuil Paris 1980 ;
  • Bairoch P., De Jéricho à Mexico : Villes et économie dans l'histoire, Gallimard, Paris, 1985 ;
  • Beaujeu-Garnier J., Géographie urbaine, Armand Colin, Paris, 1980 ; rééd. 1987 ;
  • Blanquart Paul, Une histoire de la ville - Pour repenser la société La Découverte/poche, Paris, 1998. (ISBN 978-2-7071-4414-0) ;
  • Leroy S., « "Sémantiques de la métropolisation" », L'Espace géographique, no 1/2000, p. 78-86 ;
  • Marchal H., Stébé J.-M., La Ville. Territoires, logiques, défis, Ellipses, coll. « Transversale Débats », Paris, 2008 ;
  • Moriconi-Ebrard F., L'Urbanisation du monde depuis 1950, Economica/Anthropos, Paris, 1993 ;
  • Paquot T., Lussault M., Body-Gendrot S., La Ville et l'Urbain. L'état des savoirs, La Découverte, coll. « Textes à l'appui », Paris 2000 ;
  • Paulet J.P., Géographie urbaine, éd. Armand Colin, coll. « 128 », Paris, 2009, 128 p. (ISBN 2200355726 et 978-2200355722) ;
  • Paulet J.P., Géographie urbaine, éd. Armand Colin, coll. « U Géographie », Paris, 2e édition 2005, 342 p. (ISBN 220026934X et 978-2200269340) ; rééd. 2009 ;
  • Raulin A., Anthropologie urbaine, Armand Colin, coll. « Cursus », 2001 ;
  • Stébé J.-M., Marchal H. (dir.), Traité sur la ville, PUF, Paris, 2009, 787 p. ;
  • Stébé J.-M., Marchal H., La Sociologie urbaine, PUF, coll. « Que sais-je? », Paris, 2007 ;
  • Topalov C., Coudroy L., Depaule J.C. et Marin B., L'Aventure des mots de la ville, Robert Laffont, Paris, 2010, 1.568 p. (ISBN 978-2-221-11204-5) ;
  • Veltz P., Mondialisation, villes et territoires : l'économie archipel, PUF, Paris, 1996.
Revues/articles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Iconographie panoramique[modifier | modifier le code]

Panorama de New York.
Panorama de Paris.
Panorama de Chicago.
Panorama de Londres.
Panorama de Montréal.