Montchaboud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montchaboud
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vizille
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grenoble Alpes Métropole
Maire
Mandat
Magdeleine Fasola
2014-2020
Code postal 38220
Code commune 38252
Démographie
Gentilé Montchabouillards
Population
municipale
368 hab. (2011)
Densité 188 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 43″ N 5° 45′ 46″ E / 45.095262933674, 5.76290276312545° 05′ 43″ Nord 5° 45′ 46″ Est / 45.095262933674, 5.762902763125  
Altitude 522 m (min. : 261 m) (max. : 733 m)
Superficie 1,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Montchaboud

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Montchaboud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montchaboud

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montchaboud
Liens
Site web mairie-montchaboud.fr

Montchaboud est une commune française située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Montchaboud possède un relief riche, formé de collines et de vallons, issu des phénomènes géologiques qui se sont succédé. Des études géologiques menées sur un périmètre large permettent de constater que la vallée de la Romanche a été occupée par un glacier puissant qui alimentait l’Oisans et les sommets du massif Écrins-Pelvoux (Barre des Écrins à 4 102 mètres). Son bassin d’alimentation était plus proche de la confluence grenobloise (80 km) que celui du glacier isérois (Haute Tarentaise, Maurienne, Mont-Blanc, soit à quelque 130 km). Lors des phases froides, les crues glaciaires de la Romanche atteignaient plutôt la cuvette grenobloise et lors de la dernière phase froide du Würm[Note 1], le glacier de la Romanche a atteint la plaine de Pont de Claix. Débordant sur le plateau de Champagnier, il a construit les arcs morainiques de Champagnier, Haute Jarrie et Brié.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pas de document avant le XVIIIe siècle à part l’acte de la chapelle datant de 1666 et détruite vers 1910.

Les premiers habitants de la région semblent être les Voconces, de la tribu des Allobroges. Les Romains l’ont ensuite occupée et exploité les eaux d’Uriage. Ils ont construit la voie romaine entre Cornage et la Croix de la Vue (route empruntée par Hannibal et ses éléphants). Ces populations n’ont probablement pas résidé sur le site actuel de la commune.

Le village a été peuplé au début de la féodalité. Il a peut-être connu l’époque où le Dauphiné était un royaume indépendant puisqu’il a été rattaché au royaume de France en 1349.

Entre 1790 et 1794, la commune de Montchaboud absorbe la commune éphémère de Moujaud. Ancien nom de la commune : Montchabond (1793)[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours M. Magdeleine Fasola SE Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 368 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 107 77 77 76 65 66 69 77
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
69 74 76 72 77 72 70 62 65
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
60 60 47 39 40 37 34 35 40
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
38 52 228 310 305 335 352 354 368
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Würm : Ère glaciaire de -110 000 à -10 000 ans.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :